Euripide


Euripide
Euripide
Statuette d'Euripide assis avec la liste de ses œuvres, IIe siècle ap. J.-C., musée du Louvre
Statuette d'Euripide assis avec la liste de ses œuvres, IIe siècle ap. J.-C., musée du Louvre

Nom de naissance Εὐριπίδης (Euripídês)
Activités Dramaturge
Naissance v. 485-480 av. J.-C.
Salamine
Décès 406 av. J.-C.
Macédoine
Langue d'écriture Grec Ancien
Genres Tragédie

Euripide (en grec ancien Εὐριπίδης / Euripídês), né à Salamine vers 480 av. J.-C., mort en Macédoine en 406 av. J.-C., est un poète tragique grec.

Sommaire

Éléments biographiques

La vie d'Euripide est mal connue, les sources anciennes étant tardives et reprenant sur son compte des éléments douteux, souvent colportés par les poètes comiques dont il fut la cible[1]. On possède ainsi une Vie anonyme mêlant de nombreuses légendes à des faits crédibles ; le chapitre XV, 20 des Nuits attiques d'Aulu-Gelle, consacré à Euripide ; trois épigrammes funéraires de l’Anthologie palatine[2].

Selon la tradition, Euripide naît à Salamine le jour même de la bataille du même nom, en 480 av. J.-C., d'une famille athénienne réfugiée sur l'île pour échapper aux Perses. Son nom viendrait de l'Euripe, canal où se joue la bataille qui voit la Grèce se délivrer de ses ennemis. Aristophane insinue à de nombreuses reprises dans ses pièces qu'il est de basse extraction, ce que confirme Théophraste. Néanmoins, sa culture montre une éducation coûteuse, auprès de sophistes comme Prodicos de Céos ou Protagoras, ce qui n'aurait guère été possible si sa mère avait effectivement vendu des herbes. Il se serait constitué une riche bibliothèque, une des premières dont il soit fait mention. Euripide participe également à des jeux gymniques, et est couronné aux jeux théséens[3].

Contemporain de Socrate, il est aussi son ami. Il se lance publiquement dans la tragédie à partir de 455. Les femmes dans ses tragédies décrivent la passion physique et morale, à l'exception d'Oreste dans Andromaque. Médée, Sthénébée, Pasiphaé et Phèdre ont fait scandale dans le public athénien qui estimait que le théâtre devait représenter la solennité religieuse et non les drames humains. Racine a été inspiré par ses tragédies. Sa première pièce, les Péliades, remporte un troisième prix. Il remporta ensuite un premier prix aux Dionysies en 441 puis deux autres en 428 et en 403. Il devient rapidement assez populaire. Plutarque, dans sa Vie de Nicias, raconte qu'en 413, après le désastre naval de Syracuse, les prisonniers athéniens pouvant réciter des tirades d'Euripide sont relâchés.

Après Oreste, produit en 408, Euripide décide de se retirer en Macédoine, à la cour d'Archélaos. En chemin, il s'arrête quelque temps en Magnésie où on l'honore d'une proxénie[4]. Parvenu à la cour d'Archélaos, il écrit deux pièces, Les Bacchantes et Archélaos (aujourd'hui perdu). Il y meurt au début de l'année 406. Les Athéniens lui dressent en 330 une statue de bronze dans le théâtre de Dionysos.

Œuvres

Tragédies

Héraclès furieux, cratère d'Astéas probablement inspiré de La Folie d'Héraclès d'Euripide

Euripide aurait, selon la tradition, écrit 90 pièces. Il ne nous reste que 19 tragédies (une sélection de 10, retenues pour l'enseignement, plus 9, issues d'une partie d'un classement alphabétique, de E à K), dont une très vraisemblablement apocryphe, et un drame satyrique :

Drame satyrique

Pièce apocryphe

  • Rhésos (Ῥῆσος / Rhễsos) est très vraisemblablement apocryphe.

Tragédies fragmentaires

À noter un nombre important de tragédies fragmentaires (qui forment un total d'environ 3 000 vers, dont 1 000 pour la seule Hypsipyle).

  • Télèphe (Τήλεφος / Têlephos) en 438
  • Les Crétois (Κρητές / Krêtés) en 435
  • Égée (Αἰγεύς / Aigeús) avant 431
  • Sthénébée (Σθενέϐοια / Sthenéboia) avant 429
  • Bellérophon (Βελλεροφόντης / Bellerophontês) en 430-425 qui comporte seulement 90 vers conservés mais est célèbre pour cette tirade : « Si les dieux commettent un acte non respectable, ce ne sont pas des dieux. ».
  • Cresphontès (Κρεσφόντης / Kresphóntês) vers 425
  • Érechthée (Ἐρεχθεύς / Erekhtheús) en 422
  • Phaéton (Φαεθών / Phaethôn) en 427-404, 200 vers conservés dont une centaine par Plutarque. Goethe en a tenté une reconstitution.
  • Mélanippe la Sage ou Mélanippe la Philosophe (Μελανίππη σοφή / Melaníppê sophê) vers 420
  • Alexandre (Ἀλέξανδρος / Aléxandros) en 415
  • Palamède (Παλαμήδης / Palamếdês) en 415, 43 vers conservés (dont une dizaine incomplets). La pièce multipliait les innovations.
  • Sisyphe (Σίσυφος / Sísyphos) en 415
  • Mélanippe enchaînée (Μελανίππη δεσμώτις / Melaníppê desmótis) en 412
  • Andromède (Ἀνδρομέδα / Androméda) en 412 avec Euripide
  • Antiope (Ἀντιόπη / Antiópê) vers 410
  • Archélaos (Ἀρχέλαος / Arkhélaos) vers 410
  • Hypsipyle (Ὑψιπύλη / Hupsipulê) en 412-405, la plus importante en taille car de larges extraits en ont été retrouvés sur papyrus. Mais, par ce même fait, la lecture en est difficile. D'autre part subsiste un trou de 500 vers ce qui rend les reconstitutions toujours problématiques.
  • Philoctète (Φιλοκτήτης / Philoktêtês) vers 410
  • Hippolyte voilé (Ἱππόλυτος καλυπτόμενος / Hippólutos kaluptómenos)
  • Plisthène (Πλεισθένης / Pleisthénès)

Musique

Euripide est le seul des trois « grands tragiques » auxquels on puisse attribuer, avec quelque vraisemblance, une œuvre musicale. Un extrait de son Oreste (v. 338-344), inscrit sur papyrus, daterait de 200 av. J.-C. , soit « seulement » 200 ans après sa mort[5]. Dès lors, en tenant compte de l'académisme de l’Athènes d'alors, il semble plausible qu'il en soit le compositeur. La musique en elle-même est un chromatisme d'une grande pureté sonore (la, sol♯, si, si, la♯, la) ce qui la rend plus agréable à l'écoute que les autres productions musicales conservées de l'antiquité. L'usage de ce chromatisme est par ailleurs bien caractéristique d’Euripide, si l'on en croit les quelques sources que nous avons sur le sujet.

Une autre « composition » d’Euripide extraite d’Iphigénie à Aulis nous est également parvenue, mais l'attribution est cette fois beaucoup plus incertaine et la musique (un simple accompagnement de lyre) d'un bien moindre intérêt.

Notes et références

Notes

  1. Demont et Lebeau, p. 117
  2. Les sources, réunies et commentées par Philippe Renault. L'article de la Souda (Souda [(en)(grc) lire en ligne], s.v. Εὐριπίδης = epsilon 3695 Adler) et les notices de Thomas Magister et de Manuel Moschopoulos sont bien plus tardifs.
  3. Aulu-Gelle, Nuits attiques [détail des éditions] [lire en ligne], XV, 20.
  4. Vie d'Euripide sur remacle.org
  5. cf. article « Musique » du Dictionnaire de l'antiquité, Oxford

Bibliographie

Sur les autres projets Wikimedia :

Éditions
  • Consulter la liste des éditions des œuvres de cet auteur liste des éditions.
Sources
Études sur Euripide
  • (it)Vincenzo di Benedetto, Euripide, Teatro e Società, Turin, 1971
  • Paul Decharme, Euripide et l'esprit de son théâtre, Paris, 1893
  • Jacqueline Duchemin, L'Agôn dans la tragédie grecque (1945), 2e éd. revue et corrigée, Paris, Les Belles Lettres, 1968
  • Roger Goossens, Euripide et Athènes, Bruxelles, Palais des Académies, 1962
  • François Jouan, Euripide et les légendes des Chants cypriens, Paris, Les Belles Lettres, 1966
  • André Rivier, Essai sur le tragique d'Euripide, Lausanne, 1944
  • Jacqueline de Romilly, L'Évolution du pathétique, d'Eschyle à Euripide, Paris, PUF, 1962, rééd. Les Belles Lettres, 1980
  • Jacqueline de Romilly, La Modernité d'Euripide, Paris, PUF, coll. « Écrivains », 1986
  • (de)Hans Strohm, Euripides, Interpretationen zur dramatischen Form (Zetemata, 15), Munich, 1957
Ouvrages généraux
  • Harold Caparne Baldry, The Greek Tragic Theatre, Cambridge University Press, 1951, trad. en français : Le théâtre tragique des Grecs, Paris, Maspero/La Découverte, 1975, éd. revue et corrigée Presses Pocket, coll. « Agora », 1985
  • Paul Demont et Anne Lebeau, Introduction au théâtre grec antique, Livre de Poche, coll. « Références », Paris, 1996
  • Suzanne Saïd, Monique Trédé et Alain Le Boulluec, Histoire de la littérature grecque, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige », 1997 (ISBN 2-13-053916-5) 
  • Jacqueline de Romilly, La Tragédie grecque, PUF, 1970, 8e éd., coll. « Quadrige », 2006
  • Jacqueline de Romilly, Précis de littérature grecque, PUF, 1980, 2e éd., coll. « Quadrige », 2007
  • Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet, Mythe et tragédie en Grèce ancienne (2 vol.), Maspero, 1972, rééd. La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 1986, 1995, 2001


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Euripide de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • EURIPIDE — occupa la scène athénienne en même temps que Sophocle, son aîné de quinze ans, pendant un demi siècle, depuis l’année 455 (où il prend le relais d’Eschyle qui vient de mourir à soixante dix ans) jusqu’à sa propre mort en 406 – et même au delà… …   Encyclopédie Universelle

  • Euripide —    Euripide, (lett.) poeta tragico greco (Salamina 484 480 a.C. Pella 406 a.C.). Condusse vita meditativa e di studio (fu uno dei primi a possedere una biblioteca), lontano da ogni attività politica. Tuttavia le sue tragedie, scritte in gran… …   Dizionario dei miti e dei personaggi della Grecia antica

  • Bellerophon (Euripide) — Bellérophon (Euripide) Pour les articles homonymes, voir Bellérophon (homonymie). Bellérophon tuant la Chimère, épinétron att …   Wikipédia en Français

  • Bellérophon (Euripide) — Pour les articles homonymes, voir Bellérophon (homonymie). Bellérophon tuant la Chimère, épinétron attique, v. 425 420 …   Wikipédia en Français

  • Palamede (Euripide) — Palamède (Euripide) Pour les articles homonymes, voir Palamède. Palamède est une tragédie perdue d Euripide. Elle a été inaugurée en 415 av. J. C., en tant que volet d une tétralogie qui comprenait Alexandre (également perdu), les Troyennes et… …   Wikipédia en Français

  • Palamède (Euripide) — Pour les articles homonymes, voir Palamède. Palamède est une tragédie grecque perdue d Euripide. Elle a été inaugurée en 415 av. J. C., en tant que volet d une tétralogie qui comprenait Alexandre, Les Troyennes et Sisyphe (seules Les Troyennes… …   Wikipédia en Français

  • Alceste (Euripide) — Pour les articles homonymes, voir Alceste (homonymie). Alceste est une pièce de théâtre grecque d Euripide. Parmi les différentes pièces de cet auteur, c est la plus ancienne qui nous soit parvenue. L œuvre, qui repose sur un mythe thessalien (du …   Wikipédia en Français

  • Electre (Euripide) — Électre (Euripide) Pour les articles homonymes, voir Électre. Électre (en grec ancien Ἠλέκτρα / Êléktra) est une tragédie grecque d Euripide, sans doute écrite dans le milieu des années 410 av. J. C. (après 413 av. J. C.). Électre, mariée à un… …   Wikipédia en Français

  • Hecube (Euripide) — Hécube (Euripide) Pour les articles homonymes, voir Hécube (homonymie). Hécube (en grec ancien Ἑκάϐη / Hekábê) est une tragédie grecque d Euripide produite en 424 av. J. C. Résumé Hécube, épouse de Priam, roi de Troie, à la prise de la ville par… …   Wikipédia en Français

  • Hippolyte (Euripide) — Pour les articles homonymes, voir Hippolyte. Hippolyte (Ιππόλυτος / Hippolytos) ou Hippolyte porte couronne (Ἱππόλυτος στεφανοφόρος / Hippólytos stephanophóros) est une tragédie du dramaturge grec Euripide (428 av. J. C.). Euripide avait tout… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.