Etre


Etre

Être

Wiktprintable without text.svg

Voir « être » sur le Wiktionnaire.

Le concept d'être désigne en général ce que nous ressentons exister d'une manière ou d'une autre dans la perception, qu'elle soit sensible ou intelligible. L'étude de l'être est appelée ontologie ou métaphysique.

On peut analyser l'être par différentes méthodes (en suivant des distinctions classiques, cf. Parménide, Aristote, Thomas d'Aquin, Pascal, Descartes, Kant, etc).

  • Une analyse du mot (einai, esse, sein, to be, essere, etc.) permet de distinguer deux sens fondamentaux : être tel ou tel, ou être d'une manière absolue.
  • Le concept peut aussi s'analyser à partir des catégories linguistiques sous lesquelles il se présente.

Ces dernières distinctions, en plus d'être des analyses linguistiques, déterminent également pour un bonne part les sens essentiels de l'analyse métaphysique. Ce sont des catégories au moyen desquelles le réel est appréhendé, conçu et théorisé, selon diverses interprétations philosophiques et scientifiques ; elles permettent en outre de clarifier un concept qui reste assez confus.

Sommaire

Caractère intuitif de l'être

Sous la forme la plus brute et la plus consensuelle, on doit admettre qu'il y a de l'être. Mais cette intuition sans véritable contenu donne lieu à des interprétations très différentes. Le caractère immédiat et vague de cette intuition est ainsi très proche du néant, et il a été très diversement apprécié, soit comme intuition de l'infini, soit comme point de départ absolu de la pensée, ou comme pure illusion ; l'indétermination de l'être est parfois valorisée en elle-même, comme dans la philosophie arabe (cf. Avicenne, philosophe d'origine perse).

On peut donc distinguer les intuitions suivantes :

Sémantique de l'être

Le mot être en français est polysémique et a des emplois variés, qu'il convient d'analyser pour éviter les confusions. Il y a lieu par ailleurs de tenir compte des emplois du ou des terme(s) équivalent(s) à « être » dans d'autres langues pour ne pas passer à côté de certains aspects.

« Être » comme verbe prédicatif : (distinction logique ou métaphysique sur les affections de l'être par exemple)

  • être un être, c'est exister (en tant que le sujet est posé dans son acte d'être) ou c'est posséder l'être. On peut envisager l'existence selon différents points de vue :
    • sens substantiel : « je pense donc je suis » où le « donc » exprime une immédiateté et non un raisonnement (Descartes)
    • sens phénoménal : une chose est quand elle est actuellement présentée dans l'expérience (Berkeley, Kant)
    • sens objectif : une chose est quand elle est affirmée comme valable pour l'expérience de tous les individus
  • être au sens de l'identité : "a est b" signifie que a et b sont la même chose, qu'ils sont deux noms différents de la même chose (ils ont le même référent). Exemples : Paris est la capitale de la France ; (à la fin d'un roman policier) : L'assassin, c'est le notaire.[1]
  • être au sens de la subsomption ou de l'instanciation (« être une sorte de ») :
    • dire que les tigres sont des animaux, c'est affirmer que la classe des tigres est une sous-classe de celle des animaux : il y a donc subsomption d'une classe sous une autre.
    • dire que Shere Khan est un tigre, c'est énoncer que l'entité (ou l'individu) Shere Khan constitue une instance de la classe des tigres.[2],[3]
  • être au sens de posséder une propriété (ou qualité, ou attribut) : le verbe être exprime alors une relation intrinsèque entre le sujet et le prédicat. Une propriété est plus ou moins permanente (voire définitionnelle) : être de sexe masculin est une propriété plus fondamentale que être Français, elle-même plus permanente que être facteur, être riche ou être malade. Cette distinction se reflète dans diverses langues, comme en espagnol (ser # estar). Parmi les états non permanents, on peut encore distinguer entre :
    • les états contingents réversibles (être malade, en colère, absent) ou cycliques (le feu est au rouge)
    • les états transitoires irréversibles (il est encore jeune ; ces cerises ne sont pas mûres)
    • les états définitifs irréversibles (être manchot, être mort)
  • être exprimant diverses relations statiques, circonstancielles ou non, par exemple :
    • relations logiques, mathématiques, géométriques... (deux droites perpendiculaires à une troisième sont parallèles entre elles)
    • repérage spatial (le Tibet est en Asie ; Jean est à l'étranger ; les WC sont au fond à droite)
    • repérage temporel (il est tard ; le rendez-vous est à quinze heures)
    • relation sociale (Louise est la belle-sœur d'Albert ; M. Martin est mon supérieur hiérarchique)
    • relation de possession (ce portefeuille est à moi) ou de partie au tout (c'est mon pied)
    • comparaison (il est plus grand que toi ; le Mont-Blanc est le plus haut sommet des Alpes)
    • appréciation subjective (ce tableau est magnifique)...
  • être au sens situationnel d'être présent (ex: russe est' sup, littéralement « il est de la soupe », traduit en français par « il y a », anglais « there is / are », allemand « es gibt »).

« Être » comme substantif (distinction ontologique ou théologique)

  • le fait d'être ou acte d'être, l'existence
  • ce qui est réellement (ens reale), la substance ou essence
  • un être existant dans la pensée, être de raison : objet de pensée artificiellement créé par l'esprit, sans existence en soi
  • une instance du vivant (généralement humain).

Dans chaque catégorie, les philosophes ont donné des sens variés au mot être. On remarque que l'être en général désigne soit une réalité déterminée (être tel, être un étant), soit une réalité plus fondamentale, un être plus réel. Dans ce dernier cas, on peut parvenir soit à l'idée d'un Être qui contienne en lui tous les êtres et toutes les déterminations (la nature ou un dieu immanent), soit à l'idée d'un être qui n'est aucun être, mais est le degré de suprême perfection de l'être (ens summum, un dieu absolument transcendant).

Point de vue cognitiviste

La linguistique cognitive rejette l'idée que le verbe être serait vide de sens et n'aurait qu'une fonction grammaticale (et que seuls le sémantisme du sujet et de l'attribut seraient à considérer). Elle considère qu’être constitue le prototype de la classe des procès imperfectifs.[4] Selon Langacker, « [le verbe être] profile la continuation à travers le temps d'une situation stable caractérisée uniquement comme une relation statique ; il s'agit d'un véritable verbe, dont tous les états composants sont interprétés comme étant identiques, mais en-dehors du fait que [ces états] constituent des relations, il est non-spécifique au plus haut point quant à leur nature ».[4]

Le verbe être ne marquerait donc pas la relation d'inclusion ou d'identité, mais une valeur purement temporelle et aspectuelle.

Point de vue de Korzybski

Alfred Korzybski, théoricien de la Sémantique générale, a mis en garde ses lecteurs contre certaines utilisations du verbe être.[5] Il considère que la polysémie de ce verbe[6] engendre la confusion intellectuelle, et que la relation d'identité, qui est l'un de ses sens possibles, n'existe tout simplement pas dans la réalité. Sa phrase fameuse, Une carte n'est pas le territoire, signifie que l'esprit fait usage en permanence, et le plus souvent inconsciemment, de différents niveaux d'abstraction que nous avons tendance à confondre si nous n'y prenons garde, le langage entretenant cette confusion. Ainsi, selon lui, nous ne devrions pas dire « la rose est rouge » (est d'attribution), mais plutôt « je vois la rose comme étant rouge » (ou verte, si je suis daltonien, etc.) De même, une rose n'« est » pas une fleur, c'est nous qui la catégorisons ainsi. Il considère que la confusion entre ces niveaux d'abstraction est symptomatique chez les primitifs et chez les malades mentaux.


"L'utilisation trop large que nos usages grammaticaux nous ont appris à faire du verbe être est en bonne partie responsable des fausses identifications, des confusions entre les différentes niveaux d'abstractions… Le verbe être peut être utilisé de quatre manière différentes. Les deux premiers usages ne donnent pas lieu à difficulté:

- le verbe être signifie exister, se trouver: "Je suis dans le salon" "Il est dans un endroit dont le souvenir me poursuit."

- le verbe être est utilisé comme auxiliaire dans la formation des temps composés.

Mais… le danger surgit:

- quand l'utilisation du verbe être conduit à identifier de manière erronée des niveaux d'abstraction différents, en reliant deux noms qui sont mis sur le même niveau: "L'homme est un animal" "Georges Dupont est un ouvrier." … Ici, le verbe être signifie en réalité :"pouvoir être désigné comme…", "pouvoir être appelé…" et surtout "pouvoir être classé…"

- quand le verbe être est utilisé pour mettre en relation un nom et un ou plusieurs adjectifs. C'est impliquer que les caractéristiques désignées par ces derniers existent dans la chose ou la personne représentée par le nom alors qu'elles découlent de la relation entre l'observateur et l'observé. Le verbe être signifie ici et doit être compris comme : "telle personne, telle chose, m'apparaît (nous apparaît, lui apparaît, etc.) comme" ou "nous jugeons telle chose de telle façon." (Introduction à la Sémantique Générale de Korzybski" Hélène Bulla de Villaret - Le Courrier du Livre)


Il donne aussi l'exemple, repris de Dorothy Lee, de la langue des habitants des Îles Trobriand, qui ignorerait les verbes être et devenir : on ne peut pas dire qu'un taytu (sorte d'igname) « est » mûr (ou non, ou trop mûr), difforme, taché de rouille, etc., parce que le terme taytu ne s'applique qu'à un taytu bien mûr, sain, bien formé, de première récolte ; tout autre cas de figure nécessite l'usage d'un terme entièrement différent, comme bwabawa, nukunokuna, etc. De plus, taytu non seulement fait référence à un état et un aspect bien précis du tubercule en question, mais il implique également l'existence et la présence : l'énoncé taytu signifie donc « il y a des taytus ». L'être étant considéré comme immuable, la notion de devenir est sans objet, et le Trobriandais n'exprime pas de différenciation temporelle (comme nous le faisons par la conjugaison), ni ne distingue les objets de la réalité de ceux qui ressortent du mythe par exemple.

« Être » comme outil grammatical

En français comme dans d'autres langues, le verbe être est également utilisé, en tant qu'auxiliaire :

  • pour former les temps composés de certains verbes, traditionnellement appelés verbes « d'état » et de mouvement (il est devenu philosophe ; j'étais monté à l'étage : nous serions intervenus si nous l'avions pu)
  • pour former le passif d'autres verbes (la falaise est rongée par la mer ; il a été frappé par des voyous)

Quelques divisions ontologiques

Si, à présent, nous considérons l'être en tant qu'il se présente à nous (en reprenant les distinctions de sens relatif à d'autres concepts), nous trouvons plusieurs manières de diviser l'être ; ces divisions sont des manières pour notre esprit de concevoir l'être et donc de le connaître :

  • être pensé et être sensible ;
  • pensée, réalité, existence sont différents visages de l'Être qui se divise ainsi selon la participation (Lavelle);
  • être en acte et être en puissance ;
  • être réel, être de fiction, être de raison : dans la mesure où les êtres de fiction et de raison ne sont que des modes de la pensée, ils ne sont pas du tout des êtres.
  • être nécessaire, possible, contingent : l'être nécessaire est celui dont l'essence enveloppe l'existence, il existe nécessairement par sa seule nature. L'être possible est celui dont l'essence n'enveloppe qu'une existence possible.

Et plusieurs manières de déterminer ses affections :

  • catégories empiriques ;
  • catégories transcendantales.

Certains philosophes, tels que Nietzsche et Heidegger, ont affirmé que la division ontologique fondamentale de l'Occident est celle qui place d'un côté un Être immuable et hors du temps, et d'un autre côté un être changeant, un moindre être, soumis au temps et à la corruption. Ainsi, dans la métaphysique occidentale, c'est l'idée que les hommes se sont fait du temps qui serait à l'origine de la division des régions de l'être et de leur hiérarchisation.

Détermination de l'être par rapport à d'autres concepts

L'être est le lieu de rencontre (virtuel) de nombreux dualismes qui s'expriment à partir de la classification précédente :

  • Distingue-t-on le cas du sujet (Dasein (être là), Pour-Soi) de celui de l'objet ?
    • La distinction procède-t-elle d'une âme (objets animés et inanimés) qui habite un corps ?
    • Ou le sujet est-il un accident de la matière (autopoïèse ?)
  • Quelle relation entre l'être et l'essence (l'être de l'être) ?
  • L'être est-il un reflet (une ombre) d'une essence primordiale, ou au contraire, l'existence précède-t-elle l'essence ?
  • Quelle relation entre l'être et l'existence ?

Notes et références

  1. Le fait que deux expressions aient le même référent ne signifie pas que ces expressions soient totalement interchangeables dans un énoncé quelconque.
  2. L'appartenance ou non à une classe, ou catégorie, peut être envisagée de façon graduelle et non binaire, comme dans la Théorie du prototype.
  3. Selon Antoine Culioli (in Pour une linguistique de l'énonciation, Opérations et représentations, Ophrys, 2000), « l'identification » (qu'il définit comme le fait pour le sujet de poser qu'une occurrence a est une occurrence de la notion A) « peut être conçue de deux façons : soit comme l'identification de telle occurrence à une notion typique, ce qui nous donne l'indiscernabilité qualitative, soit comme l'abolition de la distance qui sépare des occurrences, chacune déjà identifiée, ce qui produit une identification qualitative à travers l'altérité situationnelle » (dans ce dernier cas, on élimine les différences jugées non pertinentes).
  4. a  et b CogniTextes 1.1 (2007), Être dans tous ses états : vers une description conceptuelle du verbe Être dans la définition en langue naturelle, par Paul Sambre.
  5. Alfred Korzybski, Une carte n'est pas le territoire, Éd. L'Éclat, 1998.
  6. Il mentionne, à la suite de Bertrand Russell, « au moins quatre usages entièrement différents » du verbe être dans les langages indo-européens : verbe auxiliaire, existence, attribution et identité, en contestant la pertinence des deux derniers.

Bibliographie

Voir aussi

  • Portail de la philosophie Portail de la philosophie
Ce document provient de « %C3%8Atre ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Etre de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • être — être …   Dictionnaire des rimes

  • être — 1. (ê tr ), je suis, tu es, il est, nous sommes, vous êtes, ils sont ; j étais ; je fus ; je serai ; je serais ; sois, qu il soit, soyons, soyez, qu ils soient ; que je sois, que tu sois, qu il soit, que nous soyons, que vous soyez, qu ils soient …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • être vu — ● être vu verbe passif Être bien, mal vu, être, ne pas être observé, compris dans tous ses détails : Ses personnages sont bien, mal vus ; jouir d une bonne, d une mauvaise réputation : Être bien vu de ses supérieurs. Familier. C est tout vu, c… …   Encyclopédie Universelle

  • être dû — ● être dû verbe passif En parlant d une somme, d une chose, devoir être payée ou restituée : Loyer dû. Revenir de droit à quelqu un, être mérité par lui : Les honneurs qui lui sont dus. Avoir été causé, provoqué par quelqu un, quelque chose ;… …   Encyclopédie Universelle

  • être mû — ● être mû verbe passif Être mis en fonctionnement par quelque chose, par une source d énergie : Véhicule mû par l électricité. Agir sous l effet d un sentiment, être poussé par lui : Être mû par la passion. ● être mû (homonymes) verbe passif mû… …   Encyclopédie Universelle

  • être eu — ● être eu verbe passif Familier. Être dupé, trompé, volé : On a été eus dans cette affaire. ● être eu (homonymes) verbe passif eu hue ! interjection u nom masculin invariable …   Encyclopédie Universelle

  • être-là — ● être là nom masculin invariable (traduction de l allemand Dasein) Pour Heidegger, être humain en tant qu il est la somme de ses propres possibilités. Pour les existentialistes, être humain existant concrètement dans le monde …   Encyclopédie Universelle

  • Être H.S. — ● Être H.S. être malade, épuisé …   Encyclopédie Universelle

  • être lu — ● être lu verbe passif Être objet de lecture pour le public : Cet écrivain n est plus très lu …   Encyclopédie Universelle

  • être su — ● être su verbe passif Avoir été appris et être bien assimilé, en parlant d un texte, d un rôle, d un cours : Leçons non sues …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.