Esope


Esope

Ésope

Ésope représenté dans une édition allemande des Fables de 1479.

Ésope, en grec ancien Αἴσωπος / Aísôpos (VIIe siècle av. J.-C. - VIe siècle av. J.-C.), écrivain grec à qui on attribue la paternité de la fable comme genre littéraire.

Sommaire

Réalité historique

D'après Plutarque, c’était un esclave, prisonnier de guerre, laid et boiteux (son nom Αἴσωπος signifie du reste « le Boiteux » : a- privatif + iso- "égal" + pod- "pied" : c'est donc un « nom composé possessif » : "qui a des pieds non égaux"), bossu et bègue, qui contait avec esprit des apologues et des récits familiers.

Selon une hypothèse de Martin Litchfield West (La Fable : huit exposés suivis de discussions, Fondation Hardt, Vandœuvres-Genève, 1984), c'est à Samos que se serait formée sa légende. Celle-ci, que raconte La Fontaine en tête de ses Fables, présente Ésope comme : « difforme, laid de visage, ayant à peine figure d'homme » et presque entièrement privé de l'usage de la parole. Après avoir rêvé que la Fortune lui déliait la langue, il s'éveillera un jour guéri de son bégaiement. Acheté par un marchand d'esclaves, il arrive dans la demeure d'un philosophe de Samos, Xanthos, auprès duquel il rivalisera d'astuces et de bons mots avant de réussir à se faire libérer. Il se rend alors auprès de Crésus pour tenter de sauvegarder l'indépendance de Samos et il réussit dans son ambassade en racontant au roi une fable. Il se mettra ensuite au service du « roi de Babylone », qui prend grand plaisir aux énigmes du fabuliste. Mais possédé par le désir de voyager, il se rend en Grèce et s'arrête notamment à Delphes. Les conditions dans lesquelles il est mort restent obscures.

Les fables

Ésope représenté dans les Chroniques de Nuremberg de 1493.

Tout le récit de la vie d'Ésope est parcouru par la thématique du rire, de la bonne blague au moyen de laquelle le faible, l'exploité, prend le dessus sur les maîtres, les puissants. En ce sens, Ésope est un précurseur de l'anti-héros, laid, méprisé, sans pouvoir initial, mais qui parvient à se tirer d'affaire par son habileté à déchiffrer les énigmes.

En raison du nombre de fables que cette légende comprenait, celles-ci ont dès lors pu commencer à circuler de façon autonome, à la façon de bons mots qu'on se racontait. Par la suite, des fables antérieures auraient été réattribuées à cette source, qui jouait le rôle d'un recueil. Il faut ajouter que, le grec ne possédant pas de terme spécifique pour désigner la fable, le nom d'Ésope a servi de catalyseur, et ce d'autant plus facilement que toute science, toute technique, tout genre littéraire devait chez eux être rattaché à un « inventeur ». Ainsi s'explique, en partie, qu'Ésope soit si vite devenu la figure emblématique de la fable.

Le premier recueil de Fables est dû à Démétrios de Phalère vers 325 av. J.-C.. Le recueil original est perdu. Le recueil que connaissait La Fontaine comprenait 127 fables.

Les fables d'Ésope étaient écrites en prose et sans prétention littéraire. Cela a fait dire à Hegel : « La prose commence dans la bouche d'un esclave ; aussi le genre tout entier est prosaïque » (Esthétique).

Les fables d'Ésope seront reprises et traduites en latin par Phèdre. Babrias en produira de nouvelles (IIe siècle av. J.-C.).

Planude, un moine byzantin du XIVe siècle popularisera une Vie d’Ésope à partir d'un matériau datant probablement du Ier siècle.

Ésope inspira notamment :

Jean de La Fontaine

Jean de La Fontaine, dont nombre de ses fables sont des retranscriptions des fables d'Ésope, lui rend hommage dans "À Monseigneur le Dauphin":

Je chante les héros dont Ésope est le père,

Troupe de qui l'histoire, encore que mensongère,

Contient des vérités qui servent de leçons.


Tout parle en mon ouvrage, et même les poissons :

Ce qu'ils disent s'adresse à tous tant que nous sommes ;

Je me sers d'animaux pour instruire les hommes. [...]

Voir aussi

Curiosité

Le nom d'Ésope est rattaché à un palindrome en langue française : « Ésope reste ici et se repose ».

Article connexe

Liens externes

Wikisource-logo.svg

Voir sur Wikisource : Ésope.

  • Portail de la Grèce antique Portail de la Grèce antique
  • Portail de la littérature Portail de la littérature
Ce document provient de « %C3%89sope ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Esope de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ésope — représenté dans une édition allemande des Fables de 1479. Ésope, en grec ancien Αἴσωπος / Aísôpos (VIIe siècle av. J.‑C …   Wikipédia en Français

  • ÉSOPE — (ÉSOPE 620 env. env. ÉSOPE 560) La vie d’Ésope est le sujet de légendes au milieu desquelles la vérité est devenue presque impossible à démêler. Samos et Sardes, Mésembrie en Thrace et Cotyéum en Phrygie prétendaient lui avoir donné le jour. On… …   Encyclopédie Universelle

  • ésope — (è zo p ) s. m. Personnage à demi fabuleux à qui les Grecs attribuaient l invention de l apologue et qu ils représentaient comme bossu et contrefait.    Familièrement. C est un Ésope, se dit d un homme laid et bossu …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • The Morall Fabillis of Esope the Phrygian — The Preiching of the Swallow The Morall Fabillis of Esope the Phrygian is a cycle of connected poems by the Scottish makar Robert Henryson. In the accepted text it consists of thirteen versions of fables, seven modelled on stories from Aesop… …   Wikipedia

  • Crevette esope — Crevette ésope Crevette ésope …   Wikipédia en Français

  • Crevette Ésope — Crevette ésope …   Wikipédia en Français

  • Crevette ésope — Crevette ésope …   Wikipédia en Français

  • Fables d'Ésope — Traduction de 1867 par George Fyler Townsend. Les fables d’Ésope sont un recueil de fables en prose attribuées à Ésope, écrivain grec. Elles ont en partie inspiré les fables de La Fontaine. Listes de fables la liste est longue …   Wikipédia en Français

  • Testament expliqué par Ésope — Auteur Jean de la Fontaine Genre Fable Pays d origine  France Lieu de parution Paris …   Wikipédia en Français

  • Discorde —          ÉSOPE     Bio express : Fabuliste grec ( VIe s.)     «Les démagogues font d autant mieux leurs affaires qu ils ont jeté leur pays dans la discorde.»     Source : Le Pêcheur qui bat l eau     Mot(s) clé(s) : Démagogie Discorde     … …   Dictionnaire des citations politiques


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.