Erreur de prédiction


Erreur de prédiction

Erreur de prédiction

L'erreur est humaine et comme le disait un humoriste, « Il ne faut jamais faire de projets, surtout en ce qui concerne l’avenir ». L'histoire a gardé la trace de ce qui nous apparaît aujourd'hui comme des erreurs célèbres, parfois à tort, parfois à raison.

Sommaire

Classification des erreurs de prédiction

Une prédiction erronée procède parfois d'une mauvaise estimation, par celui qui s'y risque, des changements prévisibles du monde, mais parfois aussi d'un glissement de sens des mots faisant dire à une déclaration ancienne des absurdités si on les applique aux mots ayant leur sens actuel.

Ainsi, la célèbre phrase « Il y a sur la planète un marché pour peut-être cinq ordinateurs » concerne des machines de trente tonnes coûtant autant de millions de dollars - fragiles et ne pouvant être programmées que par une armée de spécialistes - qui portaient alors ce nom. L'appliquer en donnant au mot ordinateur le sens qu'il a pris dans nos PC actuels serait sans doute manquer de fair-play.

Quelques exemples

Avant 1940

  • « Racine passera comme le café » (phrase résumant une position de la Marquise de Sévigné selon laquelle le café ne représentait qu'une mode passagère, et que le travail de Racine ne résisterait pas au jugement des siècles[1]).
  • « La réalisation d'une machine volante plus lourde que l'air est impossible ». Lord Kelvin, président de la Royal Society, 1895. Le calcul de Lord Kelvin avait probablement été fait en prenant en compte les réserves d'eau et de charbon que devrait emporter le moteur à vapeur d'une telle machine. Voir aussi Steampunk. Lord Kelvin soupçonna initialement aussi les rayons X d'être un canular.
  • « Tout ce qui peut être inventé l'a été ». Attribué à Charles H. Duell, Bureau fédéral des brevets, USA, 1899. Le bureau américain des brevets conteste que cette phrase ait été prononcée par Duell, et fait état d'une confusion probable avec le rapport (confirmé) d'un autre commissaire, Henry Ellsworth[2], au Congrès en 1843 : « Advancement of the arts, from year to year, taxes our credulity and seems to presage the arrival of that period when human improvement must end ». La qualité médiocre des nombreux brevets déposés à l'époque (dont chasse d'eau aseptisante par électrolyse et l'allume-bougie électrique) pouvait inciter à croire qu'on n'arriverait décidément plus à inventer de choses sérieuses.
  • « Les aéroplanes sont des jouets scientifiques intéressants, mais ne présentent pas de valeur militaire ». Maréchal Ferdinand Foch, 1911. Abattant à eux trois 173 appareils ennemis observant ou menaçant les lignes françaises, Fonck, Guynemer et Nungesser se chargeront de lui prouver son erreur. Côté adverse, le Baron rouge aussi.
  • « Croyez-moi, l'Allemagne est financièrement incapable de faire face à une guerre ». David Lloyd George, ancien Premier ministre britannique, 1er août 1934. La phrase était parfaitement exacte au moment où elle a été prononcée, mais le monde des années 1930 changeait très, très vite.
  • « La télévision n'aura de succès que pendant six mois. Le public se lassera vite de regarder passivement un meuble en bois tous les soirs ». Darryl Zanuck, directeur de la Twentieth Century Fox. La Twentieth Television Fox possède en 2006 35 stations couvrant 26 créneaux et comptant environ 45 % de parts de marché aux États-Unis.
  • « Quoi qu'il arrive, la route du pouvoir est fermée devant Hitler » (Léon Blum dans Le Populaire, 02/08/1932), « Hitler est désormais exclu du pouvoir : il est même exclu, si je puis dire, de l'espérance même du pouvoir » (Léon Blum dans Le Populaire, 08/11/1932)
  • « Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts », Paul Reynaud, 1939. Interrogé après la fin de la guerre sur cette phrase, Paul Reynaud affirma avoir toujours eu en tête qu'il s'agirait d'une guerre mondiale, continuation de la première.
  • « La bourse a atteint ce qui apparaît comme un haut plateau permanent ». Irving Fisher, professeur d'économie, Université Yale, 17 octobre 1929 ! (plusieurs actions valant 300 dollars en 1929 en vaudront 30 en 1931 et... 3 en 1933. La bourse de New York ne retrouvera en fait son niveau de 1929 qu'en 1956.

Après 1940

Dans l'informatique...

  • « Je pense qu'il y a un marché mondial pour quelque chose comme 5 ordinateurs. » Thomas Watson, président d'IBM, 1943 (voir cependant les précautions oratoires ci-dessus, qui peuvent peu ou prou s'appliquer dans les affirmations péremptoires ci-dessous)
  • « Avant dix ans, un ordinateur sera champion du monde d'échecs » (Herbert Simon, 1960, encouragé par la réussite de son programme de dames à auto-apprentissage ; en 2004, la prédiction ne s'était toujours pas réalisée, Garry Kasparov n'ayant en effet pas eu accès avant son tournoi contre Deep Blue à la totalité des parties jouées par ce dernier, contrairement aux conditions des championnats normaux[3]. Kasparov fut cependant par la suite battu dans les conditions des tournois par le programme Fritz et le reconnut).
  • « Un particulier n'a aucune raison d'avoir un ordinateur chez lui ». Ken Olsen, président de la société DEC, 1977. Ce qui était exact à l'époque, les logiciels utilisables par le grand public étant alors quasi inexistants. Ironie de l'histoire, DEC fut quelque temps plus tard rachetée... par la société Compaq, fabriquant essentiellement des PC.
  • « 640 ko devraient pouvoir suffire à tout un chacun ». Attribué à Bill Gates, lors de l'annonce du PC et de PC-DOS. En 1981, en effet, une mémoire de 128 ko était déjà considérée comme quelque chose d'énorme pour un micro-ordinateur, la plupart se contentant avec bonheur de 32 ko, taille jugée « très confortable ». Le premier Macintosh sera en 1984 la première machine à disposer de 128 ko en standard (plus 64 ko de ROM bourrés de sous-programmes utiles) ; malgré cela, on verra dans la presse des protestations selon lesquelles la machine est inutilisable professionnellement avec aussi peu de mémoire. Cependant Bill Gates nie avoir effectué cette déclaration, qui ne serait qu'interprétation de journalistes[4].

...et le reste

  • « Les groupes ne correspondent plus aujourd'hui à la demande du public », explications de Decca à Brian Epstein lors du rejet des Beatles.
  • « Pour la majorité de la population, l'usage du tabac a des effets bénéfiques ». Dr Ian McDonald, chirurgien à Los Angeles, cité dans Newsweek le 18 novembre 1963.
  • « C'est vraiment avec confiance que j'envisage pour les douze prochains mois l'avenir de notre pays »[5] (Charles de Gaulle, vœux à la nation, 31 décembre 1967). C'était l'année où devait aboutir son grand projet de participation, « un ordre social nouveau, je veux dire vers la participation directe des travailleurs au résultat, au capital et aux responsabilités de nos entreprises françaises ». En fin de compte, troubles sociaux aidant, la réforme sera dégradée en simples augmentations salariales classiques assorties de commissions paritaires, assez éloignées du projet initial.
  • « Je serai présent au second tour. J'en suis intimement convaincu ». Jacques Chirac, campagne des élections présidentielles de 1981. Il est difficile de savoir si l'auteur des propos y croyait réellement lui-même ; dans le cas contraire, de toute façon, il n'aurait pas été habile d'en faire état au risque de démoraliser ses troupes.
  • « J'ai une imagination normale, mais tempérée par la raison (...) Cela me paraît assez peu vraisemblable (rire) ». Lionel Jospin, en réponse à une question[6] évoquant le fait qu'il pût être éliminé au premier tour de la présidentielle de 2002.

Apocryphes

"La révolution n'est pas pour demain" : titre allégué d'un article de la revue Esprit en avril 1968. En réalité, ce titre d'article se trouve dans un pastiche de cette revue en forme de fac-similé, daté en effet d'avril 1968, et imaginé par l'équipe du magazine Actuel bien des années plus tard.

Littéraire

Sur nos avis concernant ce que la postérité retiendra des académiciens, Edmond Rostand s'est montré féroce dans son Cyrano (acte I, scène 1) :

LE JEUNE HOMME (a son père):
  L'Academie est la?
LE BOURGEOIS:
  Mais. . .j'en vois plus d'un membre;
  Voici Boudu, Boissat, et Cureau de la Chambre;
  Porchères, Colomby, Bourzeys, Bourdon, Arbaud. . .
  Tous ces noms dont pas un ne mourra, que c'est beau!

Liens internes

Dictionnaire de la bêtise

Liens externes

Références

  1. "Racine fait des comédies pour Champmeslé : ce n’est pas pour les siècles à venir", mercredi 16 mars 1672
  2. http://www.ipmall.info/hosted_resources/PatentHistory/posass.htm
  3. "Owen Williams, Mr. Kasparov's manager, said during Wednesday's game that the Deep Blue team had promised to honor the champion's request to see the computer logs for the games played thus far, an extension of Mr. Kasparov's complaint that all relevant information about how Deep Blue plays -- including its previously played games -- has been kept from him., New York Times, Dimanche 11 mai 1997, http://www.nytimes.com/1997/05/11/nyregion/deep-blue-escapes-with-draw-to-force-decisive-last-game.html?sec=&spon=&pagewanted=all
  4. Wired, janvier 1997
  5. Podcast sur le site du journal « Le Monde »
  6. http://www.youtube.com/watch?v=wdaOwt41PeQ
Ce document provient de « Erreur de pr%C3%A9diction ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Erreur de prédiction de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Erreur De Prédiction — L erreur est humaine et comme le disait un humoriste, « Il ne faut jamais faire de projets, surtout en ce qui concerne l’avenir ». L histoire a gardé la trace de ce qui nous apparaît aujourd hui comme des erreurs célèbres, parfois à… …   Wikipédia en Français

  • Erreur de prediction — Erreur de prédiction L erreur est humaine et comme le disait un humoriste, « Il ne faut jamais faire de projets, surtout en ce qui concerne l’avenir ». L histoire a gardé la trace de ce qui nous apparaît aujourd hui comme des erreurs… …   Wikipédia en Français

  • méthode de l'erreur de prédiction — numatomos klaidos metodas statusas T sritis automatika atitikmenys: angl. prediction error method vok. Fehlerprädiktionsverfahren, n; Fehlervorhersageverfahren, n rus. метод предсказуемой ошибки, m pranc. méthode de l erreur de prédiction, f …   Automatikos terminų žodynas

  • prediction error method — numatomos klaidos metodas statusas T sritis automatika atitikmenys: angl. prediction error method vok. Fehlerprädiktionsverfahren, n; Fehlervorhersageverfahren, n rus. метод предсказуемой ошибки, m pranc. méthode de l erreur de prédiction, f …   Automatikos terminų žodynas

  • ERREUR — La définition classique de la vérité et de l’erreur est celle d’Aristote: «Dire de ce qui est qu’il est, ou de ce qui n’est pas qu’il n’est pas, c’est dire vrai; dire de ce qui n’est pas qu’il est ou de ce qui est qu’il n’est pas, c’est dire faux …   Encyclopédie Universelle

  • Erreur commise — Erreur Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • Erreur théologique — Erreur Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • Erreur — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Erreur », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Couramment, une erreur est un acte volontaire… …   Wikipédia en Français

  • Statut de l'erreur — Erreur Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • Erreurs historiques célèbres — Erreur de prédiction L erreur est humaine et comme le disait un humoriste, « Il ne faut jamais faire de projets, surtout en ce qui concerne l’avenir ». L histoire a gardé la trace de ce qui nous apparaît aujourd hui comme des erreurs… …   Wikipédia en Français