Ernest Tyssandier d'Escous


Ernest Tyssandier d'Escous
Buste de Tyssandier d'Escous (à Salers)

Ernest Tyssandier d'Escous ( Salers 1813 - Salers1889) est un agronome, un éleveur et un homme politique qui fut, parallèlement à Louis-Furcy Grognier, le rénovateur de la race bovine de Salers.

Sommaire

Origine familiale

Le 7 octobre 1852, le Préfet du Cantal Bourlon de Rouvre, avait noté de lui: "Propriétaire jouissant d'un revenu de 8000 Francs. Famille très honorable et ancienne, appartenant à la petite noblesse du Cantal. Sans éducation, sans instruction, a de l'esprit naturel et de l'autorité[1]."

Gabriel, Pierre, Marie-de-Lorette, Ernest, Philogone Tyssandier d'Escous est le fils cadet de Jean-Marie Tyssandier d'Escouts, maire de Salers, et d'Iphigénie de Léotoing d'Anjony, fille de Claude-Louis de Léotoing (1750-1821), seigneur d'Anjony, de Bellestat et de Messac. Il s'est marié avec Mademoiselle de Pollalion de Glavenas, fille de Louis-Hercule, chasseur à cheval, seigneur de Clavières-Ayrens, et de Gabrielle de Sales du Doux.

La famille Tyssandier est une famille de robe qui puise son origine dans le village de Saint-Bonnet-de-Salers. Le 17 décembre 1703, elle s'allie à la famille d'Escous par le mariage, célébré en l'église paroissiale, entre Messire Antoine Tyssandier, lieutenant particulier de la ville de Salers et demoiselle Louise de Landrolie d'Escous. Le 11 avril 1705, par la mort de "noble Jean de Landronine écuyer, seigneur d'Escous, messure Tyssandier devint l'héritier des biens et titres du défunt."

Les Tyssandier d'Escous étaient propriétaires de nombreux domaines où ils élevaient principalement des chevaux de guerre et de trait : les domaines d'Escous et de Leybros (Saint-Bonnet-de-Salers), une partie de Montjoly et de Tronchis (Saint-Martin-de-Salers), une partie de Mazerolles (Salins) et de Montclar (Anglards-de-Salers).

Biographie

Ses études furent théologiques, agricoles et basées sur l'histoire naturelle.

La ténacité de Tyssandier et sa très bonne connaissance de toutes les familles locales, firent le succès de son entreprise. Il possédait l'art de plaire, le don de la parole, le sens de l'organisation et une humeur facile et gaie qu'il rependait au milieu des bons repas qui se faisaient si souvent en Auvergne. Il était un vulgarisateur[2].

Le cheval fut sa première passion: écuyer consommé, il était connu pour les courses folles qu'il faisait jusqu'à la fin de sa vie. Il cherche à améliorer l'espèce qu'il élève en introduisant du sang arabe.

Passionné d'élevage, il s'arrêtait dans chaque étable, et il achetait ou signalait les sujets de la race bovine locale qui lui paraissaient les plus propres à servir de reproducteurs.

Dés 1840 il fréquenta les grands concours de Paris et de Province; il exposait aussi des sujets locaux qu'il faisait classer comme appartenant à une famille bien distincte de la race ferrandaise, que Louis-Furcy Grognier avait décrite en 1831 comme race bovine de Haute-Auvergne et à laquelle il fit donner le nom de race bovine de Salers qui lui est resté depuis.

Bien adaptée au relief et au climat de Montagne, c'est surtout une race qui était réputée pour ses qualités de travail: elle permettait en effet d'atteler les femelles aussi bien pour les travaux de charrois que de labour.

En 1845, il commença les prairies artificielles et prit la tête du comice agricole puis il ensemence 9 hectares en pommes de terre à Escous. Il introduit la charrue à versoir.

En 1848, il remplace son père au Conseil Général et devient maire de Saint-Bonnet-de-Salers, mandats qu'il conservera pendant 20 ans.

Louis Pasteur ami de Tyssandier d'Escous lui fit obtenir le mérite agricole.

En 1868, Tyssandier vend sa ferme d'Escous et se retire à Salers.

Sur proposition de Jules Sérieys, instituteur de Saintt-Bonnet-de-Salers, la ville de Salers a inauguré en 1897 un buste de bronze à son effigie sur la plus grande place de la ville. En 1943, pour échapper à la campagne de récupération de métaux lancée par l'Allemagne, après l'invasion de la Zone libre, la statue de Tyssandier a quitté son socle dans la nuit du 14 décembre en laissant le message : "Je reviendrai quand les Boches seront partis "[3].

Tyssandier d'Escous est décédé deux ans plus tard, en 1889, à l'âge de 77 ans.

Son prénom a été donné à son neveu, le célèbre félibrige Ernest de La Salle de Rochemaure.

L'amélioration de la vache rouge de Haute-Auvergne

Une vache de Salers

Tyssandier d'Escous considéré comme le "fondateur de la race Salers", même s'il s'inscrit dans la très longue histoire des éleveurs qui l'ont maintenue et perfectionnée.

Alors qu'il est maire de Saint-Bonnet-de-Salers, il étudie les systèmes d'élevage de la Nièvre, en particulier les méthodes de sélection de la race Charolaise, afin d'obtenir des animaux un engraissement facile et précoce.

Le milieu du XIXe siècle est une grande époque pour l'amélioration des races françaises d'animaux; c'est l'apparition des méthodes de sélection anglaises, avec un vaste échange d'idées entre les propriétaires avertis.

La première description des canons de la race bovine de Haute-Auvergne a été faite au début du XIXe siècle par l'agronome Louis-Furcy Grognier, directeur de l'école vétérinaire de Lyon et frère d'un autre Louis-Furcy Grognier, maire d'Aurillac.

Deux tendances s'opposaient alors pour améliorer la race bovine de Haute-Auvergne, représentées par Tyssandier et par Grognier: le métissage et la consanguinité. La ferme-école de Saint-Angeau (Cantal) tente des croisements avec les races anglaises de Devon, Durham et West Highand, mais les qualités obtenues sont instables et les sujets produits meurent de phtisie.

Vers les années 1850, Tyssandier d'Escous est devenu un farouche adversaire de l'amélioration par le métissage, il préconise au contraire la méthode anglaise, la sélection par l'accouplement des meilleurs sujets entre eux. Comme Grognier, il propose aussi l'amélioration de l'alimentation et de l'hygiène. Il persuade les autres éleveurs que seule la sélection peut améliorer la race de vache locale. Il mène des campagnes pour l'élimination des sujets non conformes aux critères établis.

C'est en 1852, qu'est adoptée officiellement la dénomination « race salers », à la place de celui de race de Haute-Auvergne. et il crée un concours pour les animaux mâles reproducteurs de race salers pure.

Mettant en pratique ses théories sur son domaine d'Escous et ceux de ses voisins des environs de Salers, il réussit à donner un grand renom aux animaux provenant du canton de Salers. En 1856, des bovins décrochent des médailles d'or au concours de Cahors. A partit de 1858, des acheteurs viennent du Périgord, des Charentes et du Poitou pour acheter des vaches à Monsieur Tyssandier. Le prix des animaux augmenta brusquement de 1857 à 1864.

Sous sa direction le Comice agricole de Salers prend un essor considérable, avec plus de 100 membres en le 17 août 1853, date où il met en place le premier concours départemental de la race cantalienne. A partir de 1860, la race Salers aura droit à son concours spécial, devenant une catégorie distincte.

Notes et références

Bibliographie

Notes

  1. Louis de Ribier, Revue de la Haute-Auvergne, 1935
  2. Louis de Ribier, RHA, 1935
  3. Pierre Charbonneau, Histoire de l'Auvergne, Clermont, 1999, p. 467.

Articles connexes

  • Portail de l’histoire de la zoologie et de la botanique Portail de l’histoire de la zoologie et de la botanique

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ernest Tyssandier d'Escous de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Salers (Cantal) — Pour les articles homonymes, voir Salers …   Wikipédia en Français

  • Salers — Salers …   Deutsch Wikipedia

  • Salers (cattle) — The Salers (French: race de Salers or La Salers ; plural: Les Salers ) is a breed of cattle which originated in Cantal in the Massif Central of France.They are a large breed of cattle, with the female weighing in at between 700 and 750 kg (1,5443 …   Wikipedia

  • Salers-Rind — Salersherde …   Deutsch Wikipedia

  • Saint-Bonnet-de-Salers — Pour les articles homonymes, voir Saint Bonnet (homonymie). 45° 09′ 41″ N 2° 27′ 14″ E …   Wikipédia en Français

  • Salers (race bovine) — Pour les articles homonymes, voir Salers. Salers …   Wikipédia en Français