Equipe de France de handball feminin

Equipe de France de handball feminin

Équipe de France de handball féminin

Flag of France.svg France
Handball France.jpg
Couleurs bleu, blanc et rouge
Surnom
Sélectionneur Olivier Krumbholz
Record de sélections Isabelle Wendling
330, après le Jeux olympiques 2008
Meilleure buteuse Véronique Rolland-Pecqueux
885, après le Jeux olympiques 2008
Premier match officiel -
-

L'équipe de France de handball féminin représente la Fédération française de handball lors des compétitions internationales, notamment aux tournois olympiques, aux championnats du monde, et aux championnats d'europe.

Histoire

Ère Olivier Krumbholz

Fin 1997, les joueuses réclament un entraînement et une préparation plus aptes à leur permettre d'atteindre le meilleur niveau international. Cela provoque le retrait de la sélectionneuse Carole Martin.

L'Équipe de France est alors confiée en 1998 à Olivier Krumbholz, entraîneur qui avait dirigé le club de l'ASPTT Metz. Le changement apporté par celui-ci, notamment au niveau des mentalités, connaît ses premiers résultats lors du Championnat du monde 1999 qui se déroule en Norvège et au Danemark, deux nations dominantes du handball féminin mondial. La France élimine tout d'abord la tenante du titre mondial, le Danemark en quart de finale et après prolongation. Puis, elle obtient le droit de défier les Norvégiennes en finale après une victoire sur la Roumanie en demi-finale. La télévision, qui retransmet cette finale, fait découvrir cette équipe qui oblige les favorites norvégiennes, qui évoluent à domicile, à recourir à deux prolongations pour remporter l'or mondial.

Cette seconde place octroie à la France le droit de participer aux Jeux olympiques de 2000 à Sydney, première participation du handball féminin français aux jeux. Cette compétition, terminée à la sixième place, prouve que la médaille de 1999 n'est pas un feu de paille et que, malgré une relative déception et des conflits internes, la France a bien rejoint l'élite mondiale. Cette compétition reste toutefois pour de nombreuses joueuses, le pire souvenir en bleu.

Les compétitions suivantes confirment le rang de la France : 5e place lors du Championnat d'Europe 2000 en Roumanie, puis de nouveau 5e lors du mondial 2001 en Italie. Elle remporte sa deuxième médaille internationale lors du Championnat d'Europe 2002 au Danemark avec le bronze.

Avec l'expérience accumulée lors des compétitions précédentes, La France se qualifie pour le tour principal du mondial 2003 en Croatie, puis pour les demi-finales de cette compétition. Une victoire sur l'Ukraine en prolongation donne à la France le droit de disputer sa deuxième finale mondiale. Celle-ci est mal engagée : la Hongrie mène de sept buts à seulement sept minutes du terme. Mais une défense haute orchestrée autour de Véronique Rolland-Pecqueux et surtout une faute grossière de Anita Görbicz, qui lui vaut l'expulsion et une égalisation sur jet de sept mètres par Leila Lejeune, donne aux françaises le droit de disputer la prolongation. Celle-ci, disputée en supériorité numérique, voit finalement la France triompher.

La compétition suivante, les Jeux olympiques de 2004 d'Athènes est un échec relatif pour cette équipe: elle échoue en demi-finale face à la Corée du Sud puis lors de la finale pour la 3e place face à l'Ukraine.

Cette compétition est également la dernière pour certaines des championnes du monde, dont Sandrine Mariot-Delerce et Nodjialem Myaro. L'Euro 2004, en Hongrie, puis le mondial 2005, en Russie, voit l'équipe de France rencontrer des conflits générationnels. Les résultats sont ainsi en deçà des compétitions précédentes: 11e en Hongrie et 12e en Russie.

La symbiose se fait ensuite de nouveau, favorisée également par le retour d'anciennes cadres, la gardienne Valérie Nicolas après une rupture du ligament croisé antérieur du genou gauche, de Véronique Rolland-Pecqueux et de son ancienne capitaine Stéphanie Cano, qui avaient mis sa carrière internationale en sommeil pendant des études de kinésithérapeute. Le championnat d'Europe 2006 se termine sur une troisième place.

La compétition suivante voit la France organiser le mondial 2007 à domicile. Celui-ci est un vrai succès populaire. Malgré le soutien du public, la France échoue en quart de finale face à la Roumanie en prolongation. Elle remporte cependant ses deux derniers matchs, face à la Hongrie puis la Corée du Sud pour obtenir une cinquième place qui lui permet de pouvoir être le pays hôte d'un tournoi de qualification pour les prochains Jeux olympiques de 2008. Lors du tournoi de qualification olympique organisé à Nîmes du 28 au 30 mars 2008, l'équipe de France, après deux victoires contre le Congo et la Côte d'Ivoire et un match nul contre la Corée du Sud, décroche son billet pour les Jeux olympiques de Pékin.

Jeux olympiques

Favoris pour accrocher une médaille, les Françaises au premier tour se trouvent dans le groupe A avec la Chine pays hôte, l'Angola champion d'Afrique, le Kazakhstan, la Roumanie et les championnes d'Europe, la Norvège. Premier tour décevant des joueuses d'Olivier Krumbholz puisqu'elles se qualifient en 4e position avec un bilan de 2 victoires (contre le Kazakhstan, l'Angola) et 3 défaites (contre la Norvège, la Roumanie et la Chine). Elles retrouvent ainsi les championnes du monde, l'équipe de Russie. Celle-ci grande favorite de l'épreuve, est donné déjà gagnante mais la belle réaction des Françaises permet d'offrir au handball français un super spectacle malheureusement gäché par la défaite sur le fil. Cette défaite, sur le score de 32 à 31 après deux prolongations, a été très critiqué dans les rangs français, la Fédération française posant même une réclamation officielle pour deux décisions d'arbitrage des arbitres chinoises [1]. Après l'élimination de la course à la médaille, les Françaises peuvent se satisfaire de leur fin de tournoi puisque qu'elles remportent le tournoi de classement de 5 à 8 avec des victoires sur la Roumanie et la Chine. C'est donc la fin d'une époque pour l'équipe de France puisque ce dernier match était la fin de carrière pour beaucoup comme Valérie Nicolas la gardienne qui se reconvertira dans la municipalité de Nice, Isabelle Wendling, Véronique Rolland-Pecqueux mais c'est aussi l'heure de la relève avec comme tête d'affiche la gardienne Amandine Leynaud, Camille Ayglon ou encore Mariama Signate et bien d'autres encore.

Palmarès

Classement aux championnats internationaux

Championnat du monde

Championnat d'Europe

Jeux olympiques

Jeux Méditerranéens

Effectif (Euro 2008)[2]

Gardiennes

Joueuses de champ

Autres présélectionnées

  • Johana Bouveret
  • Delphine Carrat
  • Blandine Dancette
  • Alice Durand
  • Stéphanie Fiossonangaye
  • Nimetigna Keita
  • Alice Lévêque
  • Claudine Mendy
  • Nina Morel
  • Wendy Obein

Sélectionneur

  • 1977-1977 : Jean-Claude Thomas
  • 1977-1980 : Jean-Claude Bayer
  • 1981-1985 : Jean-Paul Martinet
  • 1985-1986 : Christine Carré, Liliane Maurin et Franck Rongeot
  • 1987-1990 : Bernard Bouteiller
  • 1991-1997 : Carole Martin
  • 1997-.... : Olivier Krumbholz

Notes et références


  • Portail du handball Portail du handball
  • Portail de la France Portail de la France
Ce document provient de « %C3%89quipe de France de handball f%C3%A9minin ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Equipe de France de handball feminin de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»