Enfance de l'humanité


Enfance de l'humanité

Loi des trois états

La loi des trois états est un concept énoncé par Auguste Comte, fondateur du positivisme, selon lequel l'esprit humain passe par trois états successifs qui constituent les trois étapes de l'espèce humaine (mais aussi de chaque individu) : théologique, métaphysique et positiviste.

La philosophie positiviste privilégie la connaissance scientifique au détriment de la "métaphysique", ce terme désignant l'approche des encyclopédistes et des Constituants de 1789 auxquels il reproche d'être la cause principale des violences révolutionnaires.

Selon Auguste Comte, la science est le seul type de pensée efficace pour garantir à la fois l'ordre politique et social et le progrès. L'esprit humain doit renoncer à la "métaphysique", c’est-à-dire à fonder une société sur les notions de liberté et d'égalité, et y substituer une science et une morale fondée sur l'observation du progrès historique des sociétés.

Pour Auguste Comte, l'esprit scientifique positiviste triomphera de l'Église de façon inévitable.

Sommaire

Origine

La loi des trois états trouve son origine dans les travaux de Saint-Simon (Claude Henri de Rouvroy), dont Auguste Comte fut le secrétaire entre 1816 et 1823. Saint-Simon acquit des éléments de connaissance historique auprès d'Augustin Thierry, qui fut son premier secrétaire. Il les formalisa dans l'industrie (1816-1817).

Saint-Simon étudia le passage de l'âge féodal à l'âge industriel. Auguste Comte intercala un âge intermédiaire, celui de la métaphysique.

Description des trois états selon Comte

L'état théologique ou féodal

L'état théologique ou féodal correspond au Moyen Âge et à l'ancien régime. Les relations sociales y sont analysées comme le résultat de l'idée surnaturelle de droit divin.

"Elle [l'analyse] explique, écrit Comte, les changements politiques successifs de l'espèce humaine par une direction surnaturelle immédiate, exercée d'une manière continue depuis le premier homme jusqu'à présent."
Source : Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société. 1822

L'état métaphysique ou abstrait

L'état métaphysique désigne le siècle des Lumières et notamment les encyclopédistes. Auguste Comte leur reproche de raisonner à partir de la supposition abstraite et métaphysique d'un contrat social primitif comme le fait notamment Jean-Jacques Rousseau et de raisonner à partir des droits individuels communs à tous les hommes, aboutissant aux idées de liberté et de souveraineté du peuple.

Source : Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société. 1822

L'état scientifique ou positif

L'esprit humain comprend qu'on ne peut comprendre ni l'origine, ni la destination de l'univers. Il renonce à la question du " pourquoi ? " et recherche par l'usage unique du raisonnement et de l'observation les lois effectives de la nature " c’est-à-dire leurs relations véritables de succession et de similitude " Cette loi des trois états est la loi générale du développement de la pensée.

Auguste Comte procède aussi à une classification des sciences. Les sciences accédant à l'état positif les unes après les autres, on peut selon leur degré d'avancement procéder à leur classification. On aura dans l'ordre : les mathématiques, l'astronomie, la physique, la chimie, la biologie et enfin la sociologie. L'ordre va des sciences dont l'objet est le plus général à celles dont il est le moins général, du plus simple au plus complexe, du plus abstrait au plus vivant pour se rapprocher de l'homme. Si la sociologie est la dernière née, elle est pourtant la plus importante. À l'âge de la science doit en effet correspondre une politique fondée sur une organisation rationnelle de la société.

Enfin, Comte préconise une religion de l'humanité. Cette religion est une religion sans Dieu. L'homme doit adorer l'humanité elle-même, c’est-à-dire l'ensemble « des êtres passés, futurs et présents qui concourent librement à perfectionner l'ordre universel ». Les grands hommes ont une immortalité subjective. Elle consiste à être honoré après sa mort et éventuellement à être l'objet d'un culte. Le nom des grands hommes sera inscrit au calendrier positiviste. « L'humanité se compose de plus de morts que de vivants », Comte annonçait la paix et l'harmonie parfaite pour le XXe siècle, grâce à l'avènement de la religion positiviste.

Conséquences sur la philosophie de l'histoire

Le positivisme et la loi des trois états ont eu des conséquences très importantes en philosophie de l'histoire. Le courant saint-simonien et les historiens marxistes se sont appropriés cette philosophie pour adopter leur propre conception de l'histoire.

Critique

Implicitement, la loi des trois états nie toute cause première, tout principe premier, tels que les grandes religions et spiritualités les conçoivent.

Dans le drame de l'humanisme athée (1942), le théologien Henri de Lubac a montré que la loi des trois états correspond en fait à trois aspects de la pensée humaine, et non à une "loi" d'évolution historique.

Voir aussi

Liens internes

Sur les concepts philosophiques

Sur la démarche scientifique pure

Bibliographie

  • Le positivisme est un culte des morts, Raquel Capurro, 1998
  • Saint-Simon, Olivier Pétré Grenouilleau
  • Portail de la sociologie Portail de la sociologie
Ce document provient de « Loi des trois %C3%A9tats ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Enfance de l'humanité de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ENFANCE — QUAND de grands psychologues déclaraient vers 1900 que ce siècle serait celui de l’enfant, ils revendiquaient pour ce dernier, dans le champ du savoir, une place que d’autres «objets» scientifiques auraient facilement couverte à eux seuls. Les… …   Encyclopédie Universelle

  • humanité — [ ymanite ] n. f. • 1120; lat. humanitas 1 ♦ Philos., théol. Caractère de ce qui est humain, nature humaine. Humanité et divinité de Jésus Christ. La part d humanité et d animalité en chaque homme. 2 ♦ Cour. Sentiment de bienveillance envers ses… …   Encyclopédie Universelle

  • ENFANCE - Enfance et cinéma — Le thème de l’enfance a été sollicité sans cesse par les cinéastes. La plupart traitent des rapports de l’enfance avec les adultes et organisent leurs films autour de deux archétypes. Le premier, illustré au début du parlant par Le Chemin de la… …   Encyclopédie Universelle

  • ENFANCE - Les enfants surdoués — «Il y avait, écrit Chateaubriand, un homme qui à douze ans avec des barres et des ronds avait créé les mathématiques, qui à seize avait fait le plus savant traité des coniques qu’on eût vu depuis l’Antiquité... Cet effrayant génie se nommait… …   Encyclopédie Universelle

  • L’Humanité Dimanche — L Humanité Dimanche HD Pays  France Langue Français Périodicité Hebdomadaire Genre Généraliste Prix au numéro …   Wikipédia en Français

  • W ou le souvenir d'enfance — est un ouvrage de Georges Perec paru en 1975. Le texte est un récit croisé, alternant une fiction (un chapitre sur deux, en italiques) et un récit autobiographique en apparence très différents. Sommaire 1 Sujet 1.1 La fiction 1.2 L autobiographie …   Wikipédia en Français

  • W ou le Souvenir d'enfance — est un ouvrage de Georges Perec paru en 1975. Le texte est un récit croisé, alternant une fiction (un chapitre sur deux, en italiques) et un récit autobiographique en apparence très différents. Sommaire 1 Sujet 1.1 La fiction 1.2 L autobiographie …   Wikipédia en Français

  • Baha'u'llah — Mirza Husayn Ali Nuri Article connexe : Translittération baha ie. Mírzá Ḥusayn Alí Núrí (1817 à Téhéran, Iran 1892, en persan: میرزا حسینعلی نوری), surnommé Bahá u lláh (en persan : بهاء الله, baha o llah : « gloire de… …   Wikipédia en Français

  • Bahaullah — Mirza Husayn Ali Nuri Article connexe : Translittération baha ie. Mírzá Ḥusayn Alí Núrí (1817 à Téhéran, Iran 1892, en persan: میرزا حسینعلی نوری), surnommé Bahá u lláh (en persan : بهاء الله, baha o llah : « gloire de… …   Wikipédia en Français

  • Bahá'u'lláh — Mirza Husayn Ali Nuri Article connexe : Translittération baha ie. Mírzá Ḥusayn Alí Núrí (1817 à Téhéran, Iran 1892, en persan: میرزا حسینعلی نوری), surnommé Bahá u lláh (en persan : بهاء الله, baha o llah : « gloire de… …   Wikipédia en Français