Enceinte de Thiers


Enceinte de Thiers
Carte des limites actuelles de Paris, présentant les diverses enceinte ayant entouré la ville. L'enceinte de Thiers est la plus extérieure.

L'enceinte de Thiers est une enceinte créée entre 1841 et 1844 autour de Paris, en France, suite à une proposition de l'homme politique Adolphe Thiers[1].

Englobant la totalité de la capitale, soit près de 80 km², l'enceinte recouvre alors les actuels boulevards des Maréchaux, son glacis s'étendant jusqu'à l'emplacement du boulevard périphérique. Elle est détruite entre 1919 et 1929.

Sommaire

Caractéristiques

Les fortifications de Thiers à la porte de Versailles, en 1913.

L'enceinte englobait une superficie totale de 78,02 km² et s'étendait sur 33 km de long, en suivant de près les limites actuelles de la commune de Paris. Désignée familièrement sous le terme des « fortif' », elle était constituée de 94 bastions, 17 portes, 23 barrières, 8 passages de chemins de fer, 5 passages de rivières ou canaux et 8 poternes. Les ouvrages étaient desservis et approvisionnés par la rue Militaire, secondée par une ligne de chemin de fer, la ligne de Petite Ceinture.

En avant du mur d'enceinte, de son fossé et de sa contrescarpe se trouvait une bande de terre de 250 m de large. Désignée comme zone non-aedificandi (zone non constructible), elle fut occupée par des bidonvilles dès la fin du XIXe siècle, avec l'abandon de sa fonction militaire. Cette bande était désignée comme « la Zone », dont le terme d'argot « zonard » dérive[2].

Historique

Origine

Détail de la muraille, du fossé et du talus de défense.

Louis-Philippe, proclamé roi des Français en 1830, est convaincu que la clé de la défense du territoire consiste à empêcher Paris de tomber trop facilement aux mains d'armées étrangères comme en 1814. Aussi conçoit-il le projet de construire autour de la capitale une enceinte de fortifications qui rendraient la ville imprenable[3].

Un premier projet est présenté à la Chambre des députés au début de 1833 par le maréchal Soult, président du Conseil et ministre de la Guerre. Il suscite d'emblée une très vive résistance de la part de la gauche, dont les orateurs soupçonnent – ou feignent de soupçonner – de la part du gouvernement des arrière-pensées de politique intérieure : on affirme que les fortifications sont en réalité destinées non à défendre la France, mais à menacer les Parisiens au cas où ils viendraient à se révolter contre le pouvoir royal.

Construction

Le budget pour la construction de l'enceinte est attribué en 1841. Les fortifications sont terminées en 1844.

À leur construction, les fortifications englobent non seulement Paris, mais également tout ou partie d'un anneau de communes situées autour de la capitale : Montmartre, La Villette, Belleville, Charonne, Bercy, Montrouge, Vaugirard, Auteuil, Passy et Batignolles-Monceau. Avec leur annexion en 1860, Paris étend ses limites directement jusqu'à l'enceinte de Thiers.

Déclassement

L'enceinte devient obsolète dès la fin du XIXe siècle du fait de l'augmentation de la portée de l'artillerie, en particulier celle de l'armée allemande en 1871. Son démantèlement est envisagé dès 1882[4]. « La Zone » est peu à peu occupée par des constructions sauvages et abrite environ 30 000 personnes au début du XXe siècle.

Les fortifications sont détruites à partir de 1919. Leurs emplacements font d'abord place à des terrains vagues, qui sont progressivement réhabilités à partir des années 1930 par la construction de logements sociaux (les habitations à bon marché), d'équipements sportifs et de parcs.

La forme des anciens bastions se retrouve en plusieurs endroits dans la topologie de la voirie sur cet espace.

Le boulevard périphérique de Paris est construit au-delà de l'emprise proprement dite de l'enceinte de Thiers, en bordure de « la Zone », et continue à matérialiser la séparation entre Paris et sa banlieue.

Restes

La poterne des Peupliers, l'un des seuls vestiges encore visibles de l'enceinte de Thiers.

Quelques restes de l'enceinte de Thiers restent visibles, dont entre autres :

Galerie photographique

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

Notes et références

  1. La question des fortifications de Paris - 1840, Chemins de mémoire
  2. Guy Le Hallé, Les Fortifications de Paris, Horvath Éditions, 1986 (ISBN 978-2717104646) 
  3. [PDF]Étude de 1840 quant à la fortification de Paris, Chemins de mémoire
  4. [PDF] La zone et les fortifs, Ville de Malakoff

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Enceinte de Thiers de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Enceinte de Louis XIII — Enceintes de Paris Les sept enceintes de Paris Au fur et à mesure de sa croissance, Paris fut entouré de sept enceintes successives, plus une hypothétique enceinte gauloise. Chronologiquement, on compte : l enceinte gauloise mentionnée, une… …   Wikipédia en Français

  • Enceinte des Fermiers généraux — Mur des Fermiers généraux Article principal : Enceintes de Paris. La barrière Blanche …   Wikipédia en Français

  • Thiers — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.  Pour l’article homophone, voir Tiers. Patronyme Thiers est un nom de famille notamment porté par : Étienne de Thiers (1046 1124), religieux… …   Wikipédia en Français

  • Thiers (Puy-de-Dôme) — Pour les articles homonymes, voir Thiers. 45° 51′ 26″ N 3° 32′ 54″ E …   Wikipédia en Français

  • Muro de Thiers — Construcción Fue construido desde 1841 hasta 1844 en virtud de una ley dictada por Adolphe Thiers. Área encerrada Cubría 7.802 hectáreas, a lo largo del ac …   Wikipedia Español

  • Enceintes de Paris — Les sept enceintes de Paris Au fur et à mesure de sa croissance, Paris est entouré de sept enceintes successives, auxquelles s ajoute une hypothétique enceinte gauloise. Chronologiquement, on compte : l enceinte gauloise mentionnée, une… …   Wikipédia en Français

  • Fortifications de Paris aux XIXe et XXe siècles — Vestige de l enceinte de Thiers (la poterne des Peupliers) …   Wikipédia en Français

  • Enceintes De Paris — Les sept enceintes de Paris Au fur et à mesure de sa croissance, Paris fut entouré de sept enceintes successives, plus une hypothétique enceinte gauloise. Chronologiquement, on compte : l enceinte gauloise mentionnée, une enceinte gallo… …   Wikipédia en Français

  • Enceintes de paris — Les sept enceintes de Paris Au fur et à mesure de sa croissance, Paris fut entouré de sept enceintes successives, plus une hypothétique enceinte gauloise. Chronologiquement, on compte : l enceinte gauloise mentionnée, une enceinte gallo… …   Wikipédia en Français

  • Boulevard périphérique de Paris —   Le périphérique à la Porte de la Muette …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.