Elections municipales francaises de 1989


Elections municipales francaises de 1989

Élections municipales françaises de 1989

Les élections municipales de 1989 se sont déroulées les 12 et 19 mars, au début du second mandat présidentiel de François Mitterrand.

Sommaire

Résultats

Le taux d'abstention se révèle particulièrement élevé, avec 30,38 %, notamment dans les grandes villes : 44,12 % à Paris, 41,9 % à Lyon et 39,5 % à Marseille.

Si le leader du RPR, Jacques Chirac réussit le « grand chelem » à Paris (victoire dans les vingt arrondissements), le Parti socialiste sort renforcé de ces élections en remportant plus d'une trentaine de municipalités de plus de 20000 habitants. Il efface ainsi en partie la cuisante défaite des municipales de 1983. Robert Vigouroux (PS diss.) réalise lui aussi le « grand chelem » à Marseille en gagnant dans les 8 secteurs de la ville. Pour autant, le rapport de force général (en voix et en sièges) reste favorable à la droite.

Les élections sont également marquées par l'irruption sur le plan local de nouvelles forces politiques : les Verts, qui obtiennent plus de 600 conseillers municipaux, dont une quinzaine de maires et une quarantaine d’adjoints[1], et le Front national, ce dernier remportant sa première mairie à Saint-Gilles (Gard) (11.304 hab. en 1990).


Tendances Nombres d'élu-e-s Pourcentage d'élu-e-s par parti
Extrême-gauche 929 0,2%
PCF 21351 4,2%
PS 46520 9,2%
MRG 2983 0,6%
Écologistes 757 0,2%
Divers Gauche 125416 24,9%
Régionalistes 428 0,1%
RPR 23272 4,6%
UDF 21512 4,3%
Divers Droite 256625 51,0%
Extrême Droite 963 0,2%
Total 503070 100%
Gauche 198901 39,5%
Droite 302372 60,1%
Source : Quid

Changement de majorité

De droite à gauche

De gauche à droite

Continuité

À droite

Paris (Jacques Chirac, RPR) ; Lyon (Michel Noir, RPR, remplace Francisque Collomb, UDF) ; Toulouse (Dominique Baudis, UDF) ; Nice (Jacques Médecin, RPR) ; Bordeaux (Jacques Chaban-Delmas, RPR) ; Reims (Jean Falala, RPR) ; Saint-Étienne (François Dubanchet, UDF) ; Toulon (François Trucy, UDF) ; Grenoble (Alain Carignon, RPR) ; Dijon (Robert Poujade, RPR) ; Nîmes (Jean Bousquet, UDF) ; Tours (Jean Royer, DVD) ; Metz (Jean-Marie Rausch, DVD) ; Caen (Jean-Marie Girault, UDF) ; Rouen (Jean Lecanuet, UDF) ; Boulogne-Billancourt (Georges Gorse, RPR) ; Perpignan (Paul Alduy, UDF) ; Nancy (André Rossinot, UDF) ; Roubaix (André Diligent, UDF) ; Versailles (André Damien, UDF) ; Aulnay-sous-Bois (Jean-Claude Abrioux, RPR) ; Asnières-sur-Seine (Maurice Bokanowski, RPR) ; Antibes (Pierre Merli, UDF) ; Cannes (Michel Mouillot, UDF, remplace Anne-Marie Dupuy, RPR) ; Colmar (Edmond Gerrer, UDF) ; Troyes (Robert Galley, RPR) ; La Seyne-sur-Mer (Charles Scaglia, UDF) ; Antony (Patrick Devedjian, RPR) ; Neuilly-sur-Seine (Nicolas Sarkozy, RPR) ; Noisy-le-Grand (Françoise Richard, RPR) ; Sarcelles (Raymond Lamontagne, RPR) ; Levallois-Perret (Patrick Balkany, RPR) ; Cholet (Maurice Ligot, UDF) ; Ajaccio (Charles Ornano, DVD) ; Issy-les-Moulineaux (André Santini, UDF) ; Vannes (Pierre Pavec, UDF) ; Arles (Jean-Pierre Camoin, RPR) ; Annecy (Bernard Bosson, UDF) ; Chalon-sur-Saône (Dominique Perben, RPR) ; Brive-la-Gaillarde (Jean Charbonnel, RPR) ; Narbonne (Hubert Mouly, DVD) ; Fréjus (François Léotard, UDF) ; Carcassonne (Raymond Chesa, RPR) ; Douai (Jacques Vernier, RPR) ; Valenciennes (Jean-Louis Borloo, DVD, remplace Olivier Marlière, RPR) ; Bayonne (Henri Grenet, UDF) ; Puteaux (Charles Ceccaldi-Raynaud, RPR) ; Auxerre (Jean-Pierre Soisson, DVD) ; Sète (Yves Marchand, UDF) ; Gap (Pierre Bernard-Reymond, UDF) ; Épinal (Philippe Séguin, RPR) ; Anglet (Victor Mendiboure, UDF) ; Périgueux (Yves Guéna, RPR) ; Biarritz (Bernard Marie, RPR) ; Chaumont (Cyril de Rouvre, DVD, remplace Georges Berchet, UDF) ; Rodez (Marc Censi, UDF) ; Lons-le-Saunier (Jacques Pélissard, RPR) ; Le Puy-en-Velay (Bernard Jammes, UDF) ; Mende (Jean-Jacques Delmas, DVD) ; Privas (Amédée Imbert, RPR) ; Grasse (Hervé de Fontmichel, UDF) ;

À gauche

Marseille (Robert Vigouroux, PS) ; Montpellier (Georges Frêche, PS) ; Lille (Pierre Mauroy, PS) ; Rennes (Edmond Hervé, PS) ; Le Havre (André Duromea, PCF) ; Angers (Jean Monnier, PS) ; Le Mans (Robert Jarry, PCF) ; Clermont-Ferrand (Roger Quilliot, PS) ; Limoges (Louis Longequeue, PS) ; Villeurbanne (Charles Hernu, PS) ; Besançon (Robert Schwint, PS) ; Argenteuil (Robert Montdargent, PCF) ; Montreuil (Jean-Pierre Brard, PCF) ; Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) (Marcelin Berthelot, PCF) ; Nanterre (Jacqueline Fraysse, PCF) ; Poitiers (Jacques Santrot, PS) ; Créteil (Laurent Cathala, PS) ; Pau (André Labarrère, PS) ; Calais (Jean-Jacques Barthe, PCF) ; La Rochelle (Michel Crépeau, MRG) ; Bourges (Jacques Rimbault, PCF) , Saint-Nazaire (Joël-Guy Batteux, PS), Valence (Rodolphe Pesce, PS) ; Aubervilliers (Jack Ralite, PCF) ; Drancy (Maurice Nilès, PCF) ; Mérignac (Michel Sainte-Marie, PS) ; Lorient (Jean-Yves Le Drian, PS) ; Niort (Bernard Bellec, PS) ; Vénissieux (André Gerin, PCF) ; Charleville-Mézières (Roger Mas, PS) ; Beauvais (Walter Amsallem, PS) ; Montauban (Hubert Gouze, PS) ; Évreux (Roland Plaisance, PCF) ; Laval (André Pinçon, PS) ; Belfort (Jean-Pierre Chevènement, PS) ; Clichy (Gilles Catoire, PS) ; Évry (Jacques Guyard, PS) ; Ivry-sur-Seine (Jacques Laloë, PCF) ; Meaux (Jean Lion, PS) ; La Roche-sur-Yon (Jacques Auxiette, PS) ; Châlons-en-Champagne (Jean Reyssier, PCF) ; Tarbes (Raymond Erraçarret, PCF) ; Albi (Michel Castel, PS) ; Saint-Brieuc (Claude Saunier, PS) ; Martigues (Paul Lombard, PCF) ; Montluçon (Pierre Goldberg, PCF) ; Mantes-la-Jolie (Paul Picard, PS) ; Arras (Léon Fatous, PS) ; Aubagne (Jean Tardito, PCF) ; Nevers (Pierre Bérégovoy, PS) ; Gennevilliers (Jacques Brunhes, PCF) ; Chartres (Georges Lemoine, PS) ; Alès (Alain Fabre, PS, remplace Gilbert Millet, PCF) ; Istres (Jacques Siffre, PS) ; Roanne (Jean Auroux, PS) ; Bastia (Émile Zuccarelli, MRG, remplace Jean Zuccarelli, MRG) ; Bagneux (Janine Jambu, PCF) ; Vitrolles (Jean-Jacques Anglade, PS) ; Lens (André Delelis, PS) ; Châtellerault (Édith Cresson, PS) ; Aurillac (René Souchon, PS) ; Mont-de-Marsan (Philippe Labeyrie, PS) ; Vienne (Louis Mermaz, PS) ; Colomiers (Alex Raymond, PS) ; Meyzieu (Jean Poperen, PS) ; Bar-le-Duc (Jean Bernard, PS) ; Guéret (André Lejeune, PS) ; Foix (Jean-Noël Fondere, PS) ; Outreau (Jean-Marie François, PS) ;

Sources


  • Portail de la France Portail de la France
  • Portail de la politique Portail de la politique
Ce document provient de « %C3%89lections municipales fran%C3%A7aises de 1989 ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Elections municipales francaises de 1989 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Élections municipales françaises de 1989 — Les élections municipales de 1989 se sont déroulées les 12 et 19 mars, au début du second mandat présidentiel de François Mitterrand. Sommaire 1 Résultats 2 Changement de majorité 2.1 De droite à gauche …   Wikipédia en Français

  • Élections sénatoriales françaises de 1989 — Cet article fournit un résumé des résultats des élections sénatoriales françaises de 1989 qui ont eu lieu le 24 septembre 1989. Répartition des sièges[1] Nombre total des sièges : 321 Groupe communiste 15 membres 1 apparenté Groupe de l… …   Wikipédia en Français

  • Elections municipales francaises de 2008 — Élections municipales françaises de 2008 Les élections municipales françaises de 2008 ont élu les conseils municipaux des communes françaises. Initialement programmées en 2007, les élections municipales françaises ont été reportées en 2008[1]… …   Wikipédia en Français

  • Elections municipales françaises de 2008 — Élections municipales françaises de 2008 Les élections municipales françaises de 2008 ont élu les conseils municipaux des communes françaises. Initialement programmées en 2007, les élections municipales françaises ont été reportées en 2008[1]… …   Wikipédia en Français

  • Elections municipales francaises de 2001 — Élections municipales françaises de 2001 Les élections municipales françaises de 2001 se sont déroulées les 11 et 18 mars. Elles ont été marquées par un fort recul de la gauche au bénéfice de la droite, notamment dans les villes populaires mais… …   Wikipédia en Français

  • Élections municipales françaises de 2001/provisoire — Élections municipales françaises de 2001 Les élections municipales françaises de 2001 se sont déroulées les 11 et 18 mars. Elles ont été marquées par un fort recul de la gauche au bénéfice de la droite, notamment dans les villes populaires mais… …   Wikipédia en Français

  • Elections municipales francaises partielles — Élections municipales françaises partielles Les élections municipales partielles en France sont des élections ayant pour but de renouveler une partie du conseil municipal, hors de toute campagne nationale et de l échéance prévue normalement.… …   Wikipédia en Français

  • Elections municipales francaises de 1977 — Élections municipales françaises de 1977 Les élections municipales ont lieu les 13 et 20 mars 1977. Sommaire 1 Résultats 1.1 Victoires significatives de mairies qui ont basculé à gauche 1.1.1 Victoires PS au 1er …   Wikipédia en Français

  • Elections municipales francaises de 1959 — Élections municipales françaises de 1959 Les élections municipales ont lieu les 8 et 15 mars 1959. Malgré le changement de République, ces élections procédent au renouvellement normal des mandats municipaux issus des élections de 1953, qui… …   Wikipédia en Français

  • Elections municipales francaises de 1983 — Élections municipales françaises de 1983 Les élections municipales ont lieu les 6 et 13 mars 1983. Sommaire 1 Contexte 2 Résultats 2.1 Villes de plus de 30 000 habitants 2.2 …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.