Edouard Stern


Edouard Stern

Édouard Stern

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stern.

Édouard Stern est un banquier français né le 18 octobre 1954 à Paris (France) et mort assassiné le 28 février 2005, à Genève (Suisse).

Sommaire

Biographie

Édouard Stern appartenait au gotha de la finance nationale et, dans une moindre mesure, internationale. Ses parents étaient Antoine Jean Elie Stern, descendant d'une lignée de banquiers fondée au XIXe siècle à Francfort et Christiane Laroche, ex-femme de Jean-Claude Servan-Schreiber. Diplômé de l'ESSEC, il se lance à 22 ans dans les affaires. Il sera d'abord administrateur de la banque familiale, puis dirigeant de celle-ci et enfin la revendra pour une somme qui portera le patrimoine de sa famille au rang de 38e fortune française. Il devient, en 1992, associé-gérant de la banque Lazard qu'il quitte en 1997 pour se consacrer à la gestion d'un fonds d'investissement: Investment Real Returns.

En 1983, Edouard Stern épouse Béatrice David-Weill, la fille aînée de Michel David-Weil, président de la banque Lazard. Il aura, avec elle, trois enfants et divorce en 1998.

Edouard Stern s'initie aux métiers de la finance en entrant, avant même la fin de ses études à l'ESSEC, dans la firme familiale. En 1979, plusieurs membres de sa famille viennent lui demander de prendre le contrôle de la banque familiale qui, dirigée par son père est proche de la faillite. Stern et son père ne s'adresseront plus la parole pendant près de quinze ans mais se réconcilieront peu avant la mort d'Antoine Stern.

Au cours de la décennie 80, il redresse la banque Stern, développe son activité dans la finance de marchés et les fusions-acquisitions. Il multiplie les raids : tentative sur la Compagnie générale des eaux pour le compte de Saint-Gobain, appui à Claude Bébéar pour prendre le contrôle de la Compagnie du Midi. En 1985, il revend la banque à des investisseurs Libanais. Cet événement sera le point de départ de sa réputation de financier hors pair, que l'on résume parfois en disant qu'il est le seul homme qui soit jamais parvenu à vendre la même banque deux fois. Derrière cette formule lapidaire se cache une clause du contrat de cession de 1985, qui lui permet de conserver la propriété de son patronyme. Aussitôt la transaction bouclée, il recrée une nouvelle structure, au nom voisin de l'ancienne, à l'activité similaire et à laquelle il amène beaucoup de ses anciens clients. Il vend cette seconde affaire en 1988, à la Société de Banques Suisses (absorbée elle-même depuis dans l'ensemble UBS) pour un prix estimé à 1,75 milliard de francs français. C'est alors que la fortune familiale des Stern atteint le 38e rang du classement national.

Beaucoup des opérations qu'il mène durant cette période sont des attaques comme on commence à les pratiquer à cette époque. Ce type d'opérations dites "hostiles" sont devenues monnaie courante mais elles ne l'étaient pas à l'époque, dans une France où beaucoup d'entreprises du secteur financier étaient nationalisées. Dans ce contexte, Edouard Stern a d'abord suscité le scandale et l'effroi, puis l'admiration, du monde financier hexagonal. Il a contribué à y introduire des pratiques qui lui ont permis de se hisser au niveau du marché mondial, mais l'ont aussi rendu plus dur et implacable. «Il faisait des vagues à Paris en lançant des raids sur des sociétés, brisant les règles implicites du capitalisme cosy à la française»[1]. Ce faisant, il a naturellement suscité quelques rancunes.

Claude Pierre-Brossolette puis Jean Peyrelevade et Philippe Jaffré feront partie des quelques grandes personnalités du monde des affaires qui seront d'abord les mentors d'Edouard Stern, puis ses proches collaborateurs, et resteront en relations régulières avec lui jusqu'à la fin[2]. D'autres personnalités, comme Alain Minc ou Lindsay Owen-Jones, sans avoir été jamais ses collaborateurs directs, entrent dans la catégorie des mentors et des relations proches nouées en cette époque d'ascension.

Edouard Stern a été tué à son domicile genevois de quatre balles, dont deux à la tête, le 28 février 2005. Le corps a été retrouvé le lendemain par le personnel de maison étendu sur son lit et revêtu d'une combinaison en latex du type de celles utilisées par les amateurs de jeux érotiques sado-masochistes. L'enquête menée par le juge d'instruction cantonal genevois Michel-Alexandre Graber a immédiatement tourné son attention vers sa maîtresse, Cécile Brossard, qui a avoué quelques jours plus tard être l'auteur des coups de feu. Elle est, depuis, en détention préventive à la prison de Champ-Dollon et son procès a lieu à Genève dans le courant du mois de juin 2009[3].

Edouard Stern a été enterré au cimetière israélite de Veyrier, près de Genève, selon ses dernières volontés.

Controverses

L'éclairage porté par les médias sur le personnage d'Édouard Stern depuis le début de l'affaire a provoqué des controverses à plusieurs reprises. Certains, notamment les parents[4] et les amis de Stern, ont tendance à reprocher aux médias de manquer de respect à sa mémoire et de le représenter comme s'il était le coupable et non la victime. Plus récemment, le livre de deux journalistes suisses, Valérie Duby et Alain Jourdan (cf. rubrique Bibliographie ci-dessous), a suscité de vives critiques, et a presque été interdit à la parution. Après une première décision allant dans ce sens, les tribunaux genevois ont finalement rejeté la plainte et le livre a pu paraître en septembre 2006.

Cinéma

De l'aveu même de son réalisateur, le scénario de Boarding Gate d'Olivier Assayas est inspiré du meurtre d'Édouard Stern[5]

Articles connexes

Liens externes

References

  1. The Wall Street Journal cité dans L'Express, 9 mai 2005
  2. Le Figaro, 4 mars 2005
  3. Les nuits du banquier Stern, Le Monde.
  4. La Tribune de Genève, 8 avril 2005
  5. Bonus du DVD Melimédias Dinifan s.a.

Bibliographie

  • Airy Routier, Le Fils du serpent : vie et mort du banquier Stern. – Paris : Albin Michel, 2005. – 250 p., 23 cm. – (ISBN 2-22615-997-5).
  • Valérie Duby, Alain Jourdan Mort d'un Banquier : Edouard Stern - les dessous d'un assassinat . – Genève : Éditions Privé, 2006. – (ISBN 2-35076-033-2).
Ce document provient de « %C3%89douard Stern ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Edouard Stern de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Edouard Stern — Édouard Stern (October 18 1954 March 1 2005) was a French banker. Born in Paris, he was son of the banker Antoine Jean Elie Stern and Christiane Laroche.Edouard Stern, the Mozart of finance , was one of France s richest men. His fortune placed… …   Wikipedia

  • Édouard Stern — (* 18. Oktober 1954 in Paris; † 28. Februar 2005 in Genf) war ein französischer Bankier, Financier und einer der reichsten Männer in Frankreich, der unter aufsehenerregenden Umständen von seiner Geliebten Cécile B. ermordet wurde.… …   Deutsch Wikipedia

  • Edouard Stern — Édouard Stern (* 18. Oktober 1954 in Paris; † 28. Februar 2005 in Genf) war ein französischer Bankier, Finanzier und einer der reichsten Männer in Frankreich, der unter aufseherregenden Umständen mutmasslich von seiner Geliebten ermordert wurde.… …   Deutsch Wikipedia

  • Édouard Stern — Pour les articles homonymes, voir Stern. Édouard Stern Naissance 18 octobre 1954 à Paris (France) Décès 28 février  …   Wikipédia en Français

  • Edouard — Édouard ist ein französischer männlicher Vorname. Im deutschen Sprachraum erscheint er als Eduard. Bekannte Namensträger sind: Jean Édouard Adam Jacques Édouard Alexis Édouard André Édouard François André Édouard d’Anglemont Jules Léopold Édouard …   Deutsch Wikipedia

  • Stern (Familienname) — Stern ist ein Familienname. Namensträger Inhaltsverzeichnis A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z …   Deutsch Wikipedia

  • Édouard — oder Edouard ist ein männlicher Vorname. Inhaltsverzeichnis 1 Herkunft und Bedeutung 2 Bekannte Namensträger 2.1 Vorname 2.2 Zwischenname …   Deutsch Wikipedia

  • Stern (name) — Stern is a German family name, from the German word for star.People with the family name* Abraham Stern (1907 1942), founder and leader of Stern gang (Lehi) * Adolf Stern (1835 1907), German literary historian and poet * Adolf Stern (chess… …   Wikipedia

  • Stern — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.  Pour l’article homophone, voir sterne. Stern désigne : Sommaire 1 …   Wikipédia en Français

  • Édouard Daladier — Édouard Daladier, ministre des Colonies, en 1924. Bibliothèque nationale de France. Mandats 108e président du Conseil des ministres français …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.