Economie politique


Economie politique

Économie politique

L’économie politique est une branche des sciences économiques. Le terme apparaît pour la première fois en 1615 dans le Traicté de l'œconomie politique, par Antoine de Montchrestien[1], et désigne alors la science de la production et de la distribution des richesses à l’échelle d’un pays.

Actuellement, ce terme désigne plus particulièrement l'étude théorique des latitudes et moyens d'action de politique économique des gouvernements et des collectivités territoriales, dans le but de réaliser des réformes structurelles, de mener une politique conjoncturelle et de favoriser le développement économique de long terme, et du résultat de ces actions. Il reste également utilisé pour désigner la discipline économique dans son ensemble.

Sommaire

Histoire de l'économie politique

Le mercantilisme, qui domine la pensée économique entre le XVIe siècle et le milieu du XVIIIe siècle, préfigure le sens moderne restreint du terme « économie politique » en ne s'intéressant qu'à la richesse du Prince.

Puis, à la suite de Pierre de Boisguilbert et Richard Cantillon, François Quesnay fonde l'école des Physiocrates, qui professent que la richesse d'une nation consiste en la richesse de tous ses habitants. En étudiant la formation de cette richesse, les Physiocrates concluent que le pouvoir d'État doit intervenir aussi peu que possible dans la vie économique, créant ainsi la tradition libérale qui dominera la pensée économique jusqu'à la fin du XIXe siècle. Leur réponse à la question de la politique économique des États est en substance qu'ils ne doivent pas en avoir. Ils rejoignent ainsi la tradition libérale de philosophie politique inaugurée par John Locke et poursuivie notamment par Frédéric Bastiat (1801-1850).

L'interventionnisme de l'État dans l'économie est par la suite prônée par Karl Marx, qui dans le cadre d'une lutte des classes théorique exige la Socialisation des biens et des moyens de production. Plus modéré, le keynésianisme (John Maynard Keynes) revendiqua un rôle actif de l'État afin de faire face au crise de sous-production par une politique de relance. Les résultats très contrastés du New Deal puis l'échec des plans de relance dans les années 1970 marqueront la fin de la dominance du courant keynésien.

Approches théoriques

Développement des concepts

En anglais, l'expression économie politique a deux traductions distinctes :

  1. L'économie politique (en anglais Political economy) peut désigner une branche de la science économique qui décrit et analyse l'activité économique par rapport aux données politiques, en essayant d'expliquer le fonctionnement et de trouver les lois qui régissent l'activité économique par rapport à l'action des pouvoirs publics. Voir politique économique.
  2. L'économie politique (en anglais Public choice) désigne également la branche de la science économique qui applique à un système politique donné les outils de l'analyse économique afin d'expliquer le choix des politiques publiques en fonction des préférences des agents et des objectifs propres des dirigeants. Voir Théorie du choix public.

C'est en 1615 que l'Économie politique a reçu pour la première fois le nom sous lequel elle est aujourd'hui connue, dans un livre français, le Traicté de l'Œconomie Politique, par Antoine de Montchrétien. » (Charles Gide, Principes d’économie politique, 1931)

Dans le sens analyse économique des choix publics, l'économie politique nait dès Adam Smith avec son ouvrage la Richesse des Nations, dans lequel il développe implicitement le concept de bien public, biens pour lesquels l'intervention de l'État s'avère nécessaire. Toutefois, l'analyse économique des choix publics apparait véritablement dans les années 1930 avec notamment les travaux de Paul Samuelson sur les biens collectifs et la fonction de bien-être social. Samuelson est le premier à distinguer les biens collectifs purs des biens collectifs mixtes (dans ces derniers, l'exclusion des "free-riders" est aisée). Dans une perspective différente, Ronald Coase apporte une contribution majeure avec son article The Problem of Social Cost (1960) où il émet l'idée que l'intervention de l'État est justifiable en cas d'existence de coûts de transaction (voir Théorème de Coase).

Dans une perspective relevant autant de l'économie que de la philosophie politique, mention doit être faite des travaux de John Harsanyi et de John Rawls. Le premier a développé une approche utilitariste de l'action publique. Dans la lignée de J. Bentham et de Paul Samuelson, Harsanyi établi une fonction de bien être social à partir de laquelle il tente de définir le critère de répartition du revenu qui serait adopté par des individus rationnels et impartiaux. À l'opposé, la démarche de Rawls est dite contractualiste et déontologique : à partir de la situation fictive du voile d'ignorance, Rawls montre quels seraient les critères de justice adoptés par des individus rationnels.

Dans le domaine plus restreint de l'analyse du choix des agents publics et du fonctionnement des régimes démocratiques, il faut noter la contribution fondamentale de l'économiste Anthony Downs avec son ouvrage An Economic Theory of Democracy (1957) puisqu'il s'agit de la première tentative d'application systématique de la méthode d'analyse économique aux phénomènes politiques. Downs transpose à la sphère politique l'ensemble des outils d'analyse de l'économie : les hommes politiques sont considérés comme des entrepreneurs en concurrence pour satisfaire une demande provenant des électeurs, les agents étant supposés rationnels et maximisateurs et l'univers certain. Dans le même ouvrage, Downs procédera à une analyse des stratégies mises en place par les gouvernements et les partis politiques. Il montre notamment que, dans un régime démocratique, le gouvernement n'est pas incité à adopter les politiques optimales pour plusieurs raisons (la configuration des préférences individuelles et l'existence d'externalité ; l'incertitude pesant sur les préférences des citoyens et sur l'effet des mesure politiques ; les stratégies du gouvernement afin de maximiser le nombre de votes en sa faveur).

Downs a ainsi ouvert la voie à de très nombreux travaux portant sur l'efficacité du système démocratique. Dans cette optique, Kenneth Arrow démontre à travers son théorème d'impossiblité l'incapacité d'un régime démocratique à faire émerger des choix stables et cohérents. Dans la même lignée, et en adoptant pourtant des hypothèses beaucoup moins restrictives, Amartya Sen montrera l'incompatiblité, dans un régime démocratique, entre l'efficacité parétienne et la liberté individuelle. Par ailleurs, le courant du Public Choice, également dans la lignée de Downs, étudiera avec les outils de l'analyse économique les comportements des agents politiques.

Enfin, les travaux de Mancur Olson (La logique de l'action collective, 1971) doivent également être mentionnés. Ce dernier s'intéressera au rôle joué par les groupes d'intérêts dans les processus de décisions publiques.

Références et notes

  1. Le terme même d'Économie politique apparaît pour la première fois sous la plume d’Antoine de Montchrestien (1616), p.3 J.Arrous, Introduction à l'économie politique, Paris, Dalloz, 1994


Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Frédéric Bastiat, Ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas, Choix de sophismes et de pamphlets économiques, (ISBN 2878940040).
  • Antoine-Elisée Cherbuliez, Étude sur les causes de la misère, tant morale que physique et sur les moyens d’y porter remède (1853).
  • Jacques Généreux, L'économie politique. Analyse économique des choix publics et de la vie politique, Paris, Larousse, 1996.
  • Alexis Jacquemin, Henry Tulkens et Paul Mercier, Fondements d'économie politique, 3e édition, Bruxelles, 2001. Accessible en ligne et téléchargeable en pdf sur la page web personnelle de Henry Tulkens (via Google).
  • Rosa Luxemburg, Introduction à l'économie politique (1907-1917), Toulouse, Smolny, 2008.
  • Antoin Murphy, « L.-J. Plumard de Dangeul (1722 - 1777), Membre de l'Académie des Sciences de Stockholm - Un précurseur de l'Économie politique », in Revue Historique et Archéologique du Maine, Le Mans, 2000, 3° série T. 20, tome CLI de la Collection, p.81 - 96 (+ ill.); édition numérique, mode image et texte, in : DVD/CD-ROM,Revue hist.et archéol.du Maine 1876-2000, par la Société Historique et archéologique du Maine, Le Mans, 2006.
  • Chevalier John Nickolls (pseudonyme de L.-J.Plumard de Dangeul), Remarques sur les Avantages et les Désavantages de la France [ ... ] (1754).
  • Portail de l’économie Portail de l’économie
  • Portail de la politique Portail de la politique
Ce document provient de « %C3%89conomie politique ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Economie politique de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Économie politique — ● Économie politique science de la production, de la répartition et de la consommation des richesses …   Encyclopédie Universelle

  • économie politique — ÉCONOMIE POLITIQUE: Science sans entrailles …   Dictionnaire des idées reçues

  • Économie politique — Pour les articles homonymes, voir L Économie politique. L’économie politique est une branche des sciences économiques. Le terme apparaît pour la première fois en 1615 dans le Traicté de l œconomie politique, par Antoine de Montchrestien[1], et… …   Wikipédia en Français

  • Économie politique libérale — Libéralisme Pour les articles homonymes, voir Libéralisme (homonymie).  Ne doit pas être confondu avec Libertaire ou Libertarianisme. Le libéralisme est un courant de pensée de philosophie politique, né d une opposition à l absolutisme et au …   Wikipédia en Français

  • Économie politique internationale — L Économie politique internationale étudie « l’interaction réciproque et dynamique dans les relations internationales entre l’accumulation de la richesse et la poursuite de la puissance »[1]. En général les spécialistes voient… …   Wikipédia en Français

  • BELGIQUE - Géographie et économie politique — Pays de dimension assez réduite (30 521 km2), la Belgique comptait cependant neuf millions neuf cent quarante sept mille huit cents habitants en 1990; la densité est donc très forte: 326 habitants au kilomètre carré. C’est le neuvième exportateur …   Encyclopédie Universelle

  • Traité d'économie politique — Auteur Jean Baptiste Say Genre Économie politique Pays d origine France Lieu de parution Paris Date de parution 1803 Le Traité d économie politique[1 …   Wikipédia en Français

  • Des Principes De L'économie Politique Et De L'impôt — Première page du livre. Des Principes de l économie politique et de l impôt (On the Principles of Political Economy and Taxation) est le principal ouvrage de l économiste anglais …   Wikipédia en Français

  • Des principes de l'economie politique et de l'impot — Des principes de l économie politique et de l impôt Première page du livre. Des Principes de l économie politique et de l impôt (On the Principles of Political Economy and Taxation) est le principal ouvrage de l économiste anglais …   Wikipédia en Français

  • Des principes de l'économie politique et de l'impôt — Première page du livre. Des Principes de l économie politique et de l impôt[1] (On the Principles of Political Economy and Taxation) est le principal …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.