Economie des institutions


Economie des institutions

Économie des institutions

L'Économie des institutions, également appelée analyse économique des Institutions (AEI), étudie les interactions entre le comportement des individus et les institutions qui font partie de leur environnement. Les institutions sont notamment censées diminuer les coûts de transaction.

Elle fait partie d'un ensemble plus vaste qu'est la théorie des institutions, qui contient également une analyse sociologique. Elle est proche de l'Institutionnalisme américain de Veblen, qui lui est antérieur.

Sommaire

Présentation

L'analyse économique des Institutions a pris naissance au sein de l'université de Chicago au début des années 60[réf. nécessaire].

Cette analyse s'est développée à partir de l'interprétation que l'on peut donner à la définition de la science économique. La définition habituellement énoncée en France est plus restrictive. L'économie ne s'applique pas uniquement et exclusivement au domaine marchand. En 1978, Florin Aftalion et Jean-Jacques Rosa, dans leur livre 'l'économique retrouvée' montrent que la science économique doit renouer avec sa tradition de généralité.

La définition, alors élargie, amène à étudier les institutions, les comportements des hommes, les marchés politiques... Cette vision générale est profitable à la science économique elle-même car elle permet de mieux comprendre ce qu'elle est. Cependant, se pose le problème des limites du champ de l'économie.

Il y a des différences d'approches entre l'économiste et le sociologue ou le juriste ou le politologue. Par exemple, en économie, les keynésiens sont holistes d'emblée. Ils raisonnent avec de grands agrégats (le groupe des consommateurs par exemple). Les néoclassiques ont pratiqué l'individualisme méthodologique au départ mais ils ont glissé vers le holisme. Si tous pratiquent l'individualisme méthodologique, tous aboutissent à des conclusions très proches.

Plusieurs voies de recherches relatives à l'analyse économique des institutions se sont développées dans les années 60 :

  • La Nouvelle Histoire économique : c'est une lecture économique des évènements de l'histoire (Douglass North, Fogel, Engermann).
  • L'analyse economique de la politique. C'est une analyse du fonctionnement du marché politique. Il y a une offre et une demande avec des entrepreneurs (les hommes politiques) qui s'appuient sur des entreprises (les partis) avec comme objectif de maximiser le nombre de leurs voix. Elle est représentée par l'école du Public Choice (James M. Buchanan, Gordon Tullock)

Notes et références de l'article


Voir aussi

Articles connexes

Liens et documents externes


  • Portail de l’économie Portail de l’économie
Ce document provient de « %C3%89conomie des institutions ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Economie des institutions de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Économie des institutions — L économie des institutions, également dénommée Analyse Économique des Institutions (AEI), étudie les interactions entre le comportement des individus et les institutions qui font partie de leur environnement. Les institutions sont notamment… …   Wikipédia en Français

  • Economie des organisations — Économie des organisations L économie des organisations est une branche de l économie qui étudie l ensemble des arrangements institutionnels permettant la mise en œuvre de la production et l échange de biens et de services. Dans un sens plus… …   Wikipédia en Français

  • Economie des conventions — Économie des conventions L économie des conventions est, avec la théorie de la régulation, l une des deux principales approches hétérodoxes de l économie en France. Elle a pris son essor à partir du milieu des années 1980 autour des travaux de… …   Wikipédia en Français

  • Économie des territoires — Économie géographique L économie géographique ou économie spatiale, ou Économie des territoires est une conception nouvelle de la géographie économique. À partir des travaux historiques de von Thünen (1827) et Christaller (1933), une branche de l …   Wikipédia en Français

  • Economie des catastrophes — Économie des catastrophes L’économie des catastrophes est la branche de la science économique qui traite de la gestion efficace des catastrophes. Elle propose une panoplie des idées pour une allocation optimale des ressources face à une… …   Wikipédia en Français

  • Économie des conventions — L économie des conventions est, avec la théorie de la régulation, l une des deux principales approches hétérodoxes de l économie en France. Elle a pris son essor à partir du milieu des années 1980 autour des travaux de Jean Pierre Dupuy, François …   Wikipédia en Français

  • Économie des organisations — L économie des organisations est une branche de l économie qui étudie l ensemble des arrangements institutionnels permettant la mise en œuvre de la production et l échange de biens et de services. Dans un sens plus restreint, l économie des… …   Wikipédia en Français

  • Économie des catastrophes — L’économie des catastrophes est la branche de la science économique qui traite de la gestion efficace des catastrophes. Elle propose une panoplie des idées pour une allocation optimale des ressources face à une catastrophe. Par ailleurs, elle… …   Wikipédia en Français

  • Economie des Comores (pays) — Économie des Comores (pays) Indicateurs de l économie l Union comorienne Sources : ¹ : CIA, ² : [1], ³ : diplomatie.gouv.fr …   Wikipédia en Français

  • Économie des Comores (pays) — Indicateurs de l économie l Union comorienne Sources : ¹ : CIA, ² : [1], ³ : diplomatie.gouv.fr …   Wikipédia en Français