Ecole normale superieure de Cachan


Ecole normale superieure de Cachan

École normale supérieure de Cachan

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cachan (homonymie).

École Normale Supérieure de Cachan



ENS Cachan.svg


Statut École normale supérieure
(EPSCP)
Création 1912
Siège Cachan et Ker Lann
France France
Directeur Jean-Yves Mérindol[1]
Élèves 1337
Site internet ens-cachan.fr

L'École normale supérieure de Cachan (aussi appelée ENS Cachan ou Normale Sup' Cachan), autrefois École normale supérieure de l'enseignement technique (ENSET), est une grande école française, faisant partie du réseau des Écoles normales supérieures.

Ses élèves et anciens élèves sont surnommés normaliens[2] et archicubes.

L'École normale supérieure de Cachan est un des acteurs majeurs à l'origine du Projet Campus sur le Plateau de Saclay, futur plus grand campus pluridisciplinaire d'Europe (Biologie - santé / Chimie / Climat et environnement / Economie, finance et gestion / Energie à bas carbone / Mathématiques / Nanosciences et nano-Innov / Sciences de l’ingénieur et des systèmes / Sciences humaines et sociales / Science et Ingénierie du vivant pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement / Sciences physiques / Science et technologie pour l’information et la communication), déclaré Opération d'Intérêt National (OIN) par l'Etat et destiné à devenir un pôle de rayonnement international pour la recherche et l'innovation[3].

L'aménagement spatial complet de ce nouveau campus devrait être réalisé d'ici 10 à 15 ans (plusieurs établissements doivent d'abord vendre leurs locaux actuels). Il regroupera 23 établissements de tout premier rang[4] :

Sommaire

Histoire

ENS Cachan, bâtiment d'Alembert

En 1891, les premières "sections normales" voient le jour. Elles sont annexées à différentes grandes écoles et ont pour but de former les maîtres de l’enseignement technique, notamment à l'École pratique du Havre, pour préparer au professorat dans les écoles pratiques de commerce et d'industrie de jeunes filles (décret du 11 juin 1891); à l'École des Hautes Etudes Commerciales (HEC), pour la formation des professeurs de commerce et de langues étrangères des écoles pratiques de commerce (décret 21 juillet 1894); à l'École des Arts et Métiers de Châlons-sur-Marne pour les écoles pratiques d'industrie (décret du 15 juin 1899) [5] [6] [7]

En 1912, un décret du 26 octobre regroupe à Paris les quatre sections normales (Châlons-sur-Marne, Paris, Lyon et Le Havre) sous le nom d’École normale de l'enseignement technique. Cette nouvelle école s’installe dans les locaux de l’École nationale supérieure d'arts et métiers. Vingt ans plus tard, elle prend le nom d’École normale supérieure de l’enseignement technique (ENSET) avec la création des sections d’Art, de Lettres et de Langues en plus des domaines techniques. En 1956, l’ENSET s’installe sur le campus de Cachan au sud de Paris, construit par les architectes Roger-Henri Expert puis André Remondet qu’elle ne quitte plus (construction commencée en 1937 mais achevée uniquement en 1955). En 1960, un décret du 21 novembre énonce que l’ENSET prépare à l’agrégation ; la durée de la scolarité passe à quatre années. Les sections littéraires sont déplacées à l’ENS de Fontenay-Saint-Cloud en 1976, alors que sont instaurées des formations en sciences pures (mathématiques, physique, chimie, biochimie), en sciences sociales et de gestion. En 1985, l’ENS de Cachan remplace l’ENSET et acquiert un statut identique aux autres Écoles normales supérieures. En 1987, un décret du 26 août redéfinit le statut de l’École en confirmant sa vocation à former des enseignants-chercheurs dans les disciplines scientifiques et technologiques. En 1992, un arrêté du 3 avril habilite les ENS à délivrer des doctorats et des DEA. L’antenne de Bretagne de l'École normale supérieure de Cachan est créée en 1994.

À ce jour, l’ENS de Cachan est la plus importante des ENS en termes d'effectif — 1 300 élèves. Elle couvre un vaste spectre de disciplines.

En mars 2005, un projet de fusion entre les ENS de la rue d'Ulm et de Cachan est rendu public par les directions de ces deux écoles ; il suscite une polémique, d’abord au sein même des ENS, puis, à l’occasion de la campagne de renouvellement des directions, dans la presse nationale. Les partisans de la fusion mettent en avant la nécessité d’augmenter la visibilité internationale des établissements et de réaliser des économies d’échelle. Certains détracteurs accusent la direction de vouloir transformer l’ENS en une « super-université » sans tenir compte de ses spécificités ; d’autres mettent en avant des difficultés pratiques insurmontables ou la diminution de la part des Humanités.

En janvier 2007, l’ENS de Cachan décide de participer à un Pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES), de nature académique, créé dans le Sud de l’Île-de-France : UniverSud Paris, avec pour objectif à long terme la construction d’une grande université à visibilité internationale renforcée. Ce PRES réunit d’ores et déjà environ 50 000 étudiants, 155 laboratoires de recherche dont 130 associés à des organismes de recherche, notamment les CNRS et INSERM. Les membres fondateurs de UniverSud Paris sont les universités Paris-Sud 11, Versailles Saint-Quentin en Yvelines (UVSQ), l'Ecole Centrale, SUPELEC et l’ENS de Cachan. Parmi les grandes écoles du territoire sud francilien associées à UniverSud Paris, on peut citer HEC Paris, l'Ecole polytechnique, GIS Agrotech, et SupOptique.En novembre 2008, le secrétaire d’État chargé du développement de la région capitale a présenté une communication relative au développement du plateau de Saclay, qui fera l'objet d'une Opération d'intérêt national (OIN). Dans ce cadre, le déplacement d'une partie de l'ENS Cachan sur le plateau de Saclay a été décidé à moyen terme, le déménagement définitif de l'ensemble de départements de l'école étant envisagé sur une durée de 10 à 15 ans (donc d'ici 2022)[8].

Directeurs de l'école

  • M.RENAUDEAU : 1945-1956 (ENSET)
  • M. BASQUIN : 1957-1969 (ENSET)
  • M. Pierre THUREAU : 1970-1980 (ENSET)
  • M. MONTEL : 1981-1985 (ENSET)
  • M. BONVALET : 1986-1987
  • M. Yves MALIER : 1988-1994
  • M. Bernard DECOMPS : 1994-2000
  • Mme. Claire DUPAS : 2000 - 2008
  • M. Jean-Yves MERINDOL : Administrateur provisoire du 1er janvier 2009 - 1er Aout 2009
  • M. Jean-Yves MERINDOL : Depuis le 1er Aout 2009[9]

Enseignement-formation

L'école est centrée sur la formation des enseignants et des chercheurs.

Elle est la seule des trois Écoles normales supérieures françaises à exercer ses missions à la fois dans les disciplines technologiques, scientifiques et de gestion. La qualité de ses laboratoires ouvre l'ENS de Cachan sur l'environnement scientifique et économique. Elle affirme sa spécificité dans la notion de « science pratique », à savoir la mobilisation des disciplines dans l'action, l'organisation, la poursuite d'applications concrètes et le souci d'innovation - par opposition à la "science pure" motivée par la seule quête du savoir.

La formation est organisée dans le cadre de 21 mastères fonctionnant par conventions avec les universités partenaires parisiennes et bretonnes. Chaque année, plus de 300 agrégés sont formés dans 21 préparations à une agrégation ou à une option d'agrégation.

L'École compte 650 chercheurs et doctorants évoluant au sein de 12 laboratoires et centres de recherche. Elle est habilitée à délivrer le diplôme de docteur ; plus de 200 doctorants, normaliens ou étudiants, français et étrangers, participent activement à la vie et au rayonnement scientifique de sa recherche.

Le transfert de compétences scientifiques issues de la recherche dans les milieux industriels et économiques est une caractéristique de l'ENS de Cachan.


Les départements d'enseignement sont répartis sur les deux sites — ou localisés sur l'un d'entre eux, comme le département de Droit à Ker Lann, ou le département de BGB à Cachan — de l'ENS :

Cursus universitaire

Le cursus comprend communément la préparation de la licence, puis, en deux ans, du master et/ou une préparation à l'agrégation pendant les 48 mois rémunérés de scolarité à l'ENS de Cachan. Les cours sont généralement d'un niveau bien supérieur à ceux d'un cursus universitaire classique[réf. nécessaire] quoique les diplômes délivrés soient de même nature. La poursuite des études par un doctorat est fortement encouragée par l'école.

Passerelle de l'ENS Cachan à Sciences Po Paris 

Un accord est intervenu en janvier 2006, entre l’Institut d'études politiques de Paris et l’ENS de Cachan, sur la base duquel les élèves normaliens candidats à une admission à Sciences Po sont dispensés en partie du concours d'entrée en 4e année du diplôme de Sciences Po — correspondant à un master professionnel — mais doivent passer une épreuve orale pour la phase d'admission.

Passerelle de l'ENS Cachan à l'ENSAE

Les normaliens peuvent être admis sur titre en première, deuxième, ou troisième année de l'École nationale de la statistique et de l'administration économique (ENSAE), en fonction de leur cursus au sein de l'Ecole.

Passerelle de l'ENS Cachan vers les Grands corps de l'État 

Les normaliens peuvent êtres admis à intégrer les corps d'ingénieur du corps des mines, d'ingénieur des ponts et chaussées, ainsi que les fonctions d'administrateur de l'Insee, d'ingénieur du génie rural, des eaux et des forêts ou d'ingénieur de l'armement.

Passerelle de l'ENS Cachan vers les Études de médecine 

Suite à un arrêté de 1993, les normaliens ayant effectué au moins 2 ans d'études dans une ENS peuvent prétendre à intégrer directement la première année du Deuxième Cycle des Etudes Médicales (DCEM1), des Etudes Dentaires (DCEO1) ou des Etudes de Pharmacie (DECP1). La sélection se fait par dossier (avant le 15 Avril) puis par entretien devant un jury composé de médecins et pharmaciens.

Classes préparatoires ENS Cachan

Deux classes préparatoires aux grandes écoles sont spécifiques à l'ENS Cachan et préparent à deux de ses concours :

Ce type de classe préparatoire conduit les étudiants à suivre une partie du cursus à l'Université, dans le cadre de leur licence — les deux premières années correspondant à l'ancien DEUG — en droit pour la voie D1, et en sciences économiques ou en mathématiques appliquées et sciences sociales (MASS) pour la voie D2. Outre leur vocation de préparation à ces deux concours d'entrée à l’École normale supérieure de Cachan, elles préparent aussi aux concours de Télécom École de Management, l’ENSAE, l’ENSAI, des IEP, de l'ENAss, et plus généralement aux écoles de commerce.

L’admissibilité à l’ENS de Cachan en D2 et en D1 donne accès aux épreuves d'admission de l'EM Lyon, d'Audencia, des écoles de la banque écricome et du Celsa.

Recrutement

Les élèves de l'ENS Cachan sont en majorité recrutés à l’issue de concours de niveau Bac+2, passés généralement en fin de classes préparatoires aux grandes écoles. Ces élèves sont dits normaliens, ils acquièrent le statut de fonctionnaire stagiaire, sont donc rémunérés et s’engagent à travailler au service de l’État pour une durée minimale de dix années à partir de l'entrée à l’École.

Le premier salaire en tant que fonctionnaire stagiaire est de l'ordre de 1300 €.

Les concours sont généralement organisés dans le cadre de banques d’épreuves communes aux quatre Écoles normales supérieures. Le concours des élèves de la classe préparatoire Physique et sciences de l'ingénieur est organisé par l’ENS de Cachan dans le cadre d’une banque d’épreuves communes avec l’École polytechnique.

Certains étudiants sont recrutés sur dossier dans le cadre d'un magistère ou d'un master selon les departements (par exemple un certain nombre d'étudiants du Magistère de Biologie et Biotechnologie d 'Orsay intègrent l'ENS en M2); ils ont le statut d'élève de l'École Normale supérieure mais n'acquièrent pas celui de fonctionnaire stagiaire (ils ne doivent en conséquence aucune année d'engagement à l'Etat mais ne perçoivent pas de salaire en contrepartie). Ces élèves suivent les mêmes cours que les normaliens, et sont titulaires des mêmes diplômes (Licence, Master, Diplôme de l'ENS, ...).

Enfin, un concours est ouvert aux titulaires d'une première année de Master pour une entrée en troisième année.

Recherche

L’ENS de Cachan, à l'instar des autres Écoles normales supérieures, tisse de nombreux liens avec la recherche. 13 laboratoires liés au CNRS sont présents au sein de l’École et couvrent l’ensemble des disciplines enseignées à l'école. L’ENS de Cachan accueille ainsi un nombre important d'enseignants-chercheurs et de doctorants.

Ces laboratoires comprennent entre autres :

Les laboratoires en sciences fondamentales 
  • Laboratoire de Photonique Quantique et Moléculaire (LPQM)
  • Photophysique et Photochimie Supramoléculaires et Macromoléculaires (PPSM)
  • Laboratoire Spécification et Vérification (LSV)
  • Laboratoire de Biotechnologie et Pharmacologie Génétique Appliquée (LBPA)
  • Centre de Mathématiques et de Leurs Applications (CMLA)
  • Institut de Recherche Mathématique de Rennes (IRMAR)
Les laboratoires en sciences pour l'ingénieur 
  • Systèmes et Applications des Technologies de l'Information et de l'Energie (SATIE)
  • Laboratoire de Mécanique et Technologie (LMT-Cachan)
  • Laboratoire Universitaire de Recherche en Production Automatisée (LURPA)
Les laboratoires en sciences de l'homme et de la société 
  • Centre d'Economie de la Sorbonne - groupe des chercheurs en économie publique (CES)
  • Institut des Sciences sociales du Politique (ISP-Cachan)
  • Institutions et Dynamiques Historiques de l'Economie (IDHE)
  • Sciences Techniques Education Formation (STEF)

Quelques anciens élèves de l'ENSET et de l'ENS Cachan

Liens externes

Voir aussi

Notes et références

  1. http://www.ens-cachan.fr/version-francaise/actualites/actualites-vie-de-l-ecole/jean-yves-merindol-est-nomme-directeur-de-l-ens-cachan-67765.kjsp
  2. Le terme normalien désigne dans le langage courant uniquement les « élèves » et anciens « élèves » d'une école normale supérieure désignés comme tel dans les statuts des écoles ; ils sont sélectionnés sur épreuves écrites et orales (arrêté). Il existe également des « auditeurs libres » : sélectionnés sur dossiers (arrêté), ils ne sont pas surnommés « normaliens ».
  3. http://www.campus-paris-saclay.fr/
  4. http://www.u-psud.fr/modules/resources/download/default/Campus_Plateau-de-Saclay.pdf
  5. http://www.inrp.fr/she/fichiers_rtf_pdf/bode_%20chronologie_et.pdf
  6. ACTES DE L'ACADÉMIE NATIONALE DES SCIENCES, BELLES-LETTRES ET ARTS DE BORDEAUX, 3e série, 64e année, p.113, 1902. http://www.archive.org/stream/actesdelacadmie09bordgoog/actesdelacadmie09bordgoog_djvu.txt
  7. Le graphisme technique: son histoire et son enseignement, Yves Deforge, p.246, 1981. http://books.google.com/books?id=6WLdVcEAX3kC&pg=PA246&lpg=PA246&dq=%22section+normale%22+%22lyon%22&source=bl&ots=HoVc8TcFqD&sig=HTfvoYXDCcf1QJyDnjULrJn6Mac&hl=fr&ei=nGiUSvm9D6ChjAeqy6ncDQ&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=3#v=onepage&q=%22section%20normale%22%20%22lyon%22&f=false
  8. http://www.campus-paris-saclay.fr/
  9. http://www.aae.ens-cachan.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=81

Le terme normalien désigne dans le langage courant uniquement les « élèves » et anciens « élèves » d'une école normale supérieure désignés comme tel dans les statuts des écoles ; ils sont sélectionnés sur épreuves écrites et orales (par arrêté). Il existe également des « auditeurs libres » : sélectionnés sur dossiers (par arrêté), ils ne sont pas surnommés « normaliens ». http://www.campus-paris-saclay.fr/ http://www.u-psud.fr/modules/resources/download/default/Campus_Plateau-de-Saclay.pdf http://www.campus-paris-saclay.fr/


  • Portail des Grandes écoles Portail des Grandes écoles
Ce document provient de « %C3%89cole normale sup%C3%A9rieure de Cachan ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ecole normale superieure de Cachan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.