Ecole de Francfort


Ecole de Francfort

École de Francfort

Max Horkheimer (au premier plan, à gauche), Theodor Adorno (au premier plan, à droite), et Jürgen Habermas en arrière plan, à droite, en 1965 à Heidelberg.

L’École de Francfort est le nom donné, dans les années 1960, à un groupe d'intellectuels allemands réunis autour de l'Institut de Recherche sociale fondé en 1923 et soutenu par le mécène Felix Weil. Elle est actuellement dirigée par le philosophe Axel Honneth.

Sommaire

Descriptions

Connue pour ses illustres chercheurs, parmi lesquels on compte notamment Theodor W. Adorno, Max Horkheimer, Herbert Marcuse et Walter Benjamin, son projet initial était d'accomplir une analyse critique des sciences sociales dans une perspective néo-marxiste. L'école de Francfort est notamment connue pour s'être penchée sur l'apparition de la culture de masse dans les sociétés modernes, dont elle développera une critique à l'aide du concept de l'« industrie culturelle ». Cette école se penche sur les concepts de critique comme :

A l'arrivée du parti nazi au pouvoir en 1933, l'Institut est fermé et ses membres sont contraints à l'exil. Adorno, Horkheimer et Marcuse partent aux États-Unis. Herbert Marcuse enseignera à Berkeley, en Californie. Après une escale à Genève, l'Institut est transféré à New York, où il restera jusqu'en 1950, date de son retour à Francfort. Jürgen Habermas, par un réinvestissement de la théorie critique, contribuera à fonder ce que l'on nommera la « Seconde génération de l'École de Francfort ». S'il n'a que des liens historiques ténus avec l'école de Francfort, sa réappropriation de la théorie critique fait de lui non seulement l'héritier de Horkheimer mais aussi un innovateur susceptible de libérer la théorie critique « des entraves dont elle n'avait pas su elle-même se déprendre ». Toutefois, au sein de l'institut, une critique de cette libération par Habermas de la théorie critique, a aussi été développée par Moishe Postone, tout en prenant compte également les entraves des théories de la première génération [1].

Notes et références

  1. Le théoricien américain Moishe Postone, qui a étudié dans l'Institut de 1976 à 1982, adresse toutefois une critique importante à Habermas, Horkheimer et Pollock, dans son livre Temps, travail et domination sociale. une réinterprétation de la théorie critique de Marx, Mille et une nuits, 2009 (1993), et parle d'un " tournant pessimiste " chez les théoriciens de Francfort. Voir notamment le chapitre III " Les limites du marxisme traditionnel et le tournant pessimiste de la Théorie critique " et le chapitre VI " Critique de Marx par Habermas "

Principaux membres de l'École de Francfort

Institut de Recherche sociale à Francfort

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

Francophone

  • Olivier Revault d'Allonnes, Roger Dadoun, Marc Jimenez, Gerhard Hohn, « Débat sur l'École de Francfort », dans la revue Raison Présente n°36, 1975.
  • Jean-Marie Vincent, La Théorie critique de l'École de Francfort, Galilée, 1976.
  • Ralf Wiggershaus, L'école de Francfort. Histoire, développement, signification, PUF, 1993.
  • Yves Cusset et Stéphane Haber, Le vocabulaire de l’École de Francfort, Ellipses, 2001.
  • « L’École de Francfort : la Théorie Critique entre philosophie et sociologie », dans la revue Tumultes, n° 17-18, 2002.
  • A. Blanc et Jean-Marie Vincent (dir.), La postérité de l'École de Francfort, Syllepse, 2004.
  • « La Théorie critique, héritages hérétiques », dans Variations - revue internationale de théorie critique, 2005.
  • Oskar Negt, L'espace public oppositionnel, Payot & Rivages, 2007.
  • Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale. Une réinterprétation de la théorie critique de Marx, Mille et une nuits, 2009 (1993).

En langue allemande

  • Stefan Breuer, Horkheimer oder Adorno: Differenzen im Paradigmakern der kritischen Theorie, dans Leviathan, 13 (3), 357-376, 1985.
  • Helmut Dubiel, Kritische Theorie der Gesellschaft. Eine einführende Rekonstruktion von den Anfängen im Horkheimer-Kreis bis Habermas, Juventa, Weinheim und München, 2001. (ISBN 3-7799-0386-5)
  • Martin Jay, Dialektische Phantasie. Die Geschichte der Frankfurter Schule und des Instituts für Sozialforschung 1923 - 1950, Fischer, Frankfurt am Main, 1976. (ISBN 3-10-037101-1)
  • Willem van Reijen, Philosophie als Kritik. Einführung in die Kritische Theorie, 1984. (ISBN 3-7610-1514-3)
  • Alfred Sohn-Rethel, Stefan Breuer, Bodo von Greiff, Differenzen im Paradigmakern der Kritischen Theorie, Teil II, dans Leviathan, 14 (2), 308-320, 1986.
  • Rolf Wiggershaus, Die Frankfurter Schule. Geschichte - Theoretische Entwicklung - Politische Bedeutung, 1986. (ISBN 3423301740)
  • Portail de la philosophie Portail de la philosophie
  • Portail de la sociologie Portail de la sociologie
  • Portail du marxisme Portail du marxisme
Ce document provient de « %C3%89cole de Francfort ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ecole de Francfort de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • École de francfort — Max Horkheimer (au premier plan, à gauche), Theodor Adorno (au premier plan, à droite), et Jürgen Habermas en arrière plan, à droite, en 1965 à Heidelberg. L’École de Francfort est le nom donné, dans les années 1960 …   Wikipédia en Français

  • École de Francfort — Max Horkheimer (au premier plan, à gauche), Theodor Adorno (au premier plan, à droite), et Jürgen Habermas en arrière plan, à droite, en 1965 à Heidelberg. L’École de Francfort est le nom donné, dans les années 1960, à un groupe d intellectuels… …   Wikipédia en Français

  • Sociologue de l'École de Francfort — École de Francfort Max Horkheimer (au premier plan, à gauche), Theodor Adorno (au premier plan, à droite), et Jürgen Habermas en arrière plan, à droite, en 1965 à Heidelberg. L’École de Francfort est le nom donné, dans les années 1960 …   Wikipédia en Français

  • FRANCFORT (ÉCOLE DE) — Vers la fin des années soixante, le courant de pensée connu désormais sous le nom d’école de Francfort développa une critique radicale des aspects politiques, sociaux et culturels de la société bourgeoise. Cette dénonciation des nouvelles formes… …   Encyclopédie Universelle

  • FRANCFORT-SUR-LE-MAIN — FRANCFORT SUR LE MAI Bien que située sur le Main, Francfort est une cité rhénane. Toutefois, son essor a été tardif. La ville n’est citée pour la première fois dans un document officiel qu’en l’an 794, lorsque Charlemagne y tint une assemblée. La …   Encyclopédie Universelle

  • Ecole europeenne de Francfort — École européenne de Francfort L’école européenne de Francfort est située à Praunheim, dans un quartier du nord de Francfort. Pour la première année, elle prépare les élèves au baccalauréat européen. Liens externes École européenne de Francfort …   Wikipédia en Français

  • École européenne de francfort — L’école européenne de Francfort est située à Praunheim, dans un quartier du nord de Francfort. Pour la première année, elle prépare les élèves au baccalauréat européen. Liens externes École européenne de Francfort …   Wikipédia en Français

  • École européenne de Francfort — L’école européenne de Francfort est située à Praunheim, dans un quartier du nord de la ville. Pour la première année, elle prépare les élèves au baccalauréat européen. Liens externes École européenne de Francfort …   Wikipédia en Français

  • Francfort-sur-le-Main — « Francfort » redirige ici. Pour les autres significations, voir Francfort (homonymie). Demande de traduction …   Wikipédia en Français

  • École psychodynamique américaine — L école psychanalytique américaine s est formée à travers des collusions complémentaires et symétriques de différents courants d idées et de pratiques sur le fond de différentes cultures et valeurs de la morale des puritains et des pionniers.… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.