EIF


EIF

Éclaireuses éclaireurs israélites de France

Scout logo2.svg
Drapeau de la France
Scoutisme en France

Membres de la
Fédération du scoutisme français
Éclaireuses Éclaireurs de France
Éclaireuses éclaireurs israélites de France
Éclaireuses et éclaireurs unionistes de France
Scouts et Guides de France
Scouts musulmans de France

Membres de la
Conférence française de scoutisme
Éclaireurs neutres de France
Féd. des éclaireuses et éclaireurs
Guides et scouts d'Europe

Indépendants
Scouts Unitaires de France
Autres associations indépendantes

Les éclaireuses et éclaireurs israélites de France sont une association scoute française d'éducation juive. L'association compte plus de 3 500 membres et est reconnue d'utilité publique.

  • Sa devise est : pour le Bien, toujours prêts !
  • Son slogan est : Bâtisseurs d'identités depuis 1923, une aventure à vivre et à transmettre...

Sommaire

Projet éducatif

Logo Éclaireuses éclaireurs israélites de France.gif

Mouvement d’éducation juive par le scoutisme ouvert à tous les jeunes Juifs, sans distinction.

L'objectif du mouvement des Éclaireuses & Éclaireurs Israélites de France (EEIF) est de contribuer au développement personnel de ses membres, de privilégier le questionnement sur l'identité et de faire prendre conscience des nombreuses facettes du judaïsme, de sa richesse et de son message. Dans une démarche scoute, pédagogique et ludique, l'enfant s'inscrit dans un projet où il reçoit et transmet à son tour. Toujours prêts à jouer un rôle constructif dans la société, les EEIF œuvrent pour la tolérance et le respect de chacun.



Le judaïsme ne se limite pas à une pratique cultuelle ; le projet éducatif des EEIF prend en compte les trois dimensions traditionnelles du judaïsme dans ses programmes et pratiques :

  • Am Israël : un peuple et son histoire ;
  • Torat Israël : un enseignement révélé ;
  • Eretz Israël : une terre.

Le scoutisme est le projet éducatif qui permet de dépasser la proposition d’éducation juive en l’ouvrant aux autres et au monde.



Les EEIF ont fait le choix d'une éducation juive ouverte, respectueuse du choix individuel de chacun de ses membres. Cela permet à des jeunes issus d'horizons religieux différents ou non pratiquants de trouver leur place dans le mouvement pour y découvrir la pluralité et l’unité du judaïsme.

Dans un monde juif profondément divisé, les familles font confiance aux EEIF pour faire vivre à leurs enfants l’unité du message sinaïtique des Dix Paroles. Une fois adulte, chacun fait ses choix de vie.

Les EEIF sont indépendants des institutions religieuses et communautaires. Le recrutement et les implantations se font principalement dans les communautés juives.


"Minimum commun"

Depuis les années 1930, un “minimum commun” de pratiques juives est mis en œuvre dans les unités : office du matin, respect des prescriptions alimentaires (cacherout), respect du Chabbat et des fêtes.

Ce “minimum commun” permet à des jeunes Juifs de familles pratiquantes ou non de vivre ensemble. C’est cette “mixité sociale” qui fait le succès du projet éducatif EEIF depuis sa création.

important : ce “minimum commun” de pratiques est mis en œuvre par tous les animateurs d’unités, qu’ils soient ou non pratiquants. Les choix de la communauté scoute priment sur les choix individuels.

Les EEIF éditent leur propre livre de prières.


Histoire

Les Éclaireurs Israélites de France (EIF) ont été fondés en 1923 par Robert Gamzon. Edmond Fleg, puis Léo Cohn apportèrent chacun une contribution décisive à ce qui allait devenir le premier mouvement de jeunesse juive en France. Répondant aux aspirations de la jeunesse juive, ils connaissent une rapide extension dans l’Est de la France, puis dans le Sud et en Afrique du Nord, accueillant filles et garçons de toutes origines et de tous milieux.

Quand la Seconde Guerre Mondiale éclate, les chefs EI sous la direction de leur fondateur, se sont mobilisés pour faire face au danger nazi. Ils ont d’abord sauvé des enfants en les cachant dans des maisons, puis ont rejoint la Résistance pour lutter contre l’ennemi.

Cet engagement a servi, sert et servira encore d’exemple à tous les membres des EEIF, “Bâtisseurs d’identités depuis 1923”.

Les EEIF en quelques chiffres :

  • 1 Mouvement de jeunesse et d'éducation populaire reconnu d'utilité publique
  • 4.000 membres actifs et un réseau important d'anciens
  • 800 animatrices et animateurs bénévoles âgés de 17 à 25 ans
  • 55 groupes locaux sur l’ensemble du territoire national
  • 60 camps d'hiver et d'été organisés chaque année en France et à l'étranger (Israël, Pérou, Madagascar, Canada, Europe de l'Est, …)
  • 500 cadres en stages de formation chaque année
  • 25 ans d'expérience dans la formation BAFA, BAFD
  • 12.000 publications distribuées par an aux enfants et aux animateurs

Les EEIF sont :

  • une association loi 1901 reconnue d'utilité publique
  • membres fondateurs du Scoutisme Français
  • membres de l'OMMS (Organisation Mondiale du Mouvement Scout)
  • membres de l'AMGE (Association Mondiale des Guides et Éclaireuses)
  • membres du FSJU (Fonds Social Juif Unifié)
  • adhérents au CRIF (Conseil Représentatif des Institutions juives de France)

Tranches d'âge

Les EEIF sont répartis en quatre branches mixtes :

  • Bâtisseurs (de 8 à 11 ans)
  • Éclaireuses et éclaireurs (de 11 à 15 ans)
  • Perspectives (de 15 à 17 ans)
  • Compagnons (de 18 à 25 ans)

Après le départ routier (vers 25 ans), on rejoint les Aînés.


Bâtisseurs

« à la découverte de l’aventure ! »

Les Bâts (c'est leur surnom) proposent des activités qui permettent de découvrir les valeurs du mouvement. Ils sont réunis dans une 'Hevra (au pluriel : 'Hevrot) ; leur camp d'été dure en général 18 jours et réunit plusieurs 'Hevrot qui se jumellent entre elles.

Loi nationale des bâtisseurs :

  • Je suis actif et de bonne humeur
  • Je découvre la vie et l'histoire du peuple juif et d'Israël
  • Je mets le meilleur de moi-même au service de l'autre
  • Je découvre et protège la nature
  • Je participe à l'aventure de ma 'Hévra


Éclaireuses et éclaireurs

« la passion de l’action ! »

Les Éclais (c'est leur surnom) participent à des activités où ils développent autonomie, débrouillardise et prise de responsabilités. L'unité éclais regroupe différentes équipes de six à huit jeunes. Les équipes de la branche éclaireuses & éclaireurs sont dirigés et animés par les zadeks (pour animateurs d’équipe). Ces animateurs sont choisis parmi les plus vieux éléments de l’unité. Ils bénéficient d’un camp de formation en début d’année organisé au niveau régional. Les équipes sont constitués depuis septembre jusqu'au camp d'été. Le camp d'été dure en général trois semaines et regroupe des unités de différents groupes locaux.

Loi des éclaireuses et éclaireurs :

  • L'EI construit son identité et développe ses qualités morales et physiques
  • L'EI respecte son prochain et apprend à le comprendre
  • L'EI développe ses compétences et les met au service des autres
  • L'EI s'implique dans la vie de son groupe, de sa communauté et de sa cité, en assumant sa part de responsabilité
  • L'EI découvre et transmet le Judaïsme, l'Histoire et les réalités du peuple Juif en diaspora et en Israël
  • L'EI découvre et protège le monde qui l'entoure en apprenant à vivre en harmonie avec la nature


Perspectives

« le goût de la réflexion dans l’action ! »

Les Pifs (c'est leur surnom) se retrouvent en équipes autour d'un projet collectif qu'ils décident et qu'ils mènent de bout en bout. Cette formation pratique trouve son aboutissement pour certains, dans l'animation.

Les équipes perspectives réunissent des jeunes qui ont vécu ensemble le même parcours EI : ils ont été Bâtisseurs, puis Éclaireurs pour la plupart. Les deux années Perspectives sont une période où ils se retrouvent entre eux et pendant lesquels ils vont agir autour de projets qu'ils vont eux-mêmes mettre en place, encadrés par un ou deux animateurs adultes.

L'année perspectives se compose de projets divers et variés, des activités, des rencontres et plein d'autres choses encore…

De plus chez les perspectives, on arrive à un stade où l'on peut discuter sans tabou. Il est important que chacun fasse part de ce qu'il pense sur des sujets liés à cette tranche d'âge, qui reviendront souvent dans sa vie, et sur lesquels chacun peut commencer à se positionner. C'est pourquoi des débats, des rencontres, des projections sont au programme dans les Groupes Locaux.


Compagnons (projet 2009)

Devise des compagnons EEIF : « Si je ne suis pas pour moi, qui le sera ? Et quand je suis pour moi, que suis-je ? Et si ce n'est pas maintenant, quand ? » (Pirké Avot - Maximes des Pères - 1:14)

Pour conserver un lien avec le mouvement, les EEIF ont créé en 2002 une branche aînée : les compagnons. Cette Branche rassemble des jeunes adultes qui apportent leur soutien au mouvement dans divers domaines et développent des projets spécifiques. Cette branche fonctionne d'une façon particulière au sein du mouvement ; les compagnons s'organisent en effet en réseaux suivant les projets ou les actions à mener au plan local, national et international.

Les compagnons EI proposent aux garçons et aux filles adultes de 18 à 25 ans d'appartenir à un clan (local ou régional) pour agir, servir, étudier, chercher au-delà de l'action, se soutenir et progresser. Ensemble, les compagnons EI échangent, se forment, voyagent, entreprennent. Les clans compagnons sont animés par un “coordinateur” qui est un aîné. Ce coordinateur assurera la relation avec le centre national et le réseau des clans.

La route des compagnons EI conduit ainsi chaque jeune adulte, d'étapes en étapes, à se prendre en charge et à devenir autonome : devenir un aîné. Les compagnons EI s’engagent, individuellement et collectivement, à avoir un comportement qui fasse honneur à notre Mouvement.

S'adressant en priorité aux " jeunes anciens " (18-25 ans) qui ne se destinent pas à l'animation ou qui ont fini d'animer, la branche aînée est ouverte à toute personne motivée, désireuse de s'impliquer dans la réalisation de projets sociaux, humanitaires, militants, et de faire bénéficier le mouvement de son expérience, de son savoir-faire.


Les animateurs et responsables d’unité, les formateurs, les chefs de camp, sont des compagnons à part entière qui ont pris un engagement au service du mouvement. Selon leur temps disponible en dehors de leurs responsabilités d’animateurs, ils peuvent participer aux activités du clan.


La vie des compagnons EEIF s’articule entre quatre temps forts :


Le Départ Routier des Compagnons est le terme de l’éducation scoute, de la progression éducative EI. Comme il existe des cérémonies d'accueil des nouveaux venus dans un groupe scout, il faut savoir dire « au revoir, et merci ! » à celles et ceux qui ont vécu des années au sein des EI, certains y prenant des responsabilités d'animation et/ou de formation. : « Compagnon, je prends la route des Aînés. Que la Loi des EI et ma Promesse de jeunesse éclairent mon chemin et ma vie au service des autres. Éclaireuses & Éclaireurs Israélites de France, pour le Bien toujours prêts ! »

Avec ces paroles, le compagnon prend la route des aînés EEIF. C'est le point de départ d’une vie au service des autres, un engagement pris devant ceux de sa génération et les aînés qui l’ont précédé : une route solidaire.


Aînés : une route solidaire (projet 2009)

Après avoir pris son départ routier, le compagnon rejoint la Route Solidaire de la communauté des aînés EEIF.

  • Les aînés EEIF sont l'environnement adulte bénévole qui accompagne les maîtrises, l'équipe nationale et les équipes régionales pour les aider à pérenniser, développer et enrichir la proposition éducative des EEIF.
  • Ce sont des militants de l'éducation juive non formelle.

L'action des aînés témoigne pour les jeunes générations de ce que signifie l'engagement à servir.


Chronologie

Les premières années

  • 1er février 1923 : La première sortie du "groupe scout" recruté dans un patronage.
  • 27 mai 1923 : Les sept premiers Éclaireurs Israélites de France, formés par Robert Gamzon - Castor Soucieux - alors âgé de 17 ans, font leur Promesse dans la synagogue de Versailles.
  • 21 février 1924 : naissance de la troupe David, 1ère Paris.
  • 1930 - 1940 : Aide à l'insertion des immigrants juifs d'Allemagne et d'Europe de l'Est en leur apprenant un métier dans des ateliers professionnels (reliure, menuiserie, cuir, …).
  • 1932 : 3ème Conseil National à Moosch (Vosges) - Définition du Minimum Commun d'éducation juive qui inspire encore aujourd'hui l'action et les pratiques religieuses des E.E.I.F.
  • 1933 : ouverture du centre de formation de La Chapelle-en-Serval (Oise) et des promotions de cadres inter-branches "Montserval".
  • 1937 : pour la première fois, une délégation E.I.F. participe à un Jamboree mondial, celui de Vogelenzang (Hongrie).
  • 30 mars 1939 : admission officielle des EIF au sein du Bureau inter-fédéral du scoutisme (B.I.F.). Cette adhésion avait été refusée par deux fois auparavant : en 1928 et 1937, à la différence des éclaireuses israélites accueillies dès 1928 au sein de la Fédération française des éclaireuses (F.F.E.). La FFE formait avec les GDF le Comité de liaison avec l’AMGE.


Pendant la Guerre

  • août 1940 : malgré l'occupation du pays par les nazis, les E.I.F. se rassemblent à Viarose et proclament le maintien des activités du mouvement. En zone nord occupé par les allemands, sous la direction de Fernand Musnik (qui sera arrêté à son poste et déporté en 1943), la province de la Seine est active malgré les interdictions de la Gestapo et les déportations.
  • 24 au 26 septembre 1940 : au château de l'Oradou (près de Clermont-Ferrand), un camp regroupe les responsables nationaux des Éclaireurs de France, des Éclaireurs Israélites de France, des Éclaireurs Unionistes de France, des Scouts de France, de la Fédération Française des Éclaireuses et des Guides de France. De cette réunion est née une charte (appelée Charte de l'Oradou) à la base du Scoutisme Français.
  • 24 décembre 1940 : le dépôt des statuts de la fédération "Le Scoutisme Français" est effectué à la sous-préfecture de La Palisse.
  • 29 novembre 1941 : par une loi du gouvernement de Vichy, le mouvement des Éclaireurs Israélites de France est dissout comme toutes les organisations juives non cultuelles. Le président du Scoutisme Français, le Général LAFONT, obtient des autorités vichyssoises que les E.I.F., bien que ne faisant plus officiellement partie du Scoutisme Français, puissent continuer leurs activités scoutes sous le contrôle du Scoutisme Français. Bravant la dissolution, dix chantiers ruraux EI réunissent 300 "défricheurs".
  • septembre 1942 : organisation de la "Sixième", organisation clandestine de sécurité, d'auto-défense, de planquage et de fabrication de faux papiers. Elle sauvera des jeunes juifs par milliers.
  • 5 janvier 1943 : par un simple courrier adressé au directeur de l'UGIF, Darquier de Pellepoix, Commissaire général aux questions juives, ordonne "d'assurer une dissolution effective et immédiate des EIF et d'interdire leur regroupement sous une forme quelconque" (souligné dans le document original). Cette dissolution ne fait qu’accélérer le passage de ce mouvement à la clandestinité.. Samy Klein, Aumônier de la Jeunesse, est fusillé parmi d'autres. 110 chefs et commissaires ne reviendront pas de déportation ou tomberont dans les combats de la Libération.
  • mars 1944 : le 7e Conseil National de Die interrompt ses travaux pour fuir dans la montagne, pourchassé par les Allemands.
  • Aînés et chefs se regroupent dans le maquis de la Montagne Noire (Tarn). Castor prend le commandement de la Compagnie Marc Haguenau (Secrétaire Général du mouvement fusillé par les Allemands). Gilbert Bloch et huit autres de ses camarades sont tués lors de l'attaque du maquis le 8 août 1944. La Compagnie participe à la libération de Mazamet et de Castres, est intégrée à la Première Armée et prend part, jusqu'au Lac de Constance, aux combats de la Libération.

Après la Guerre

  • Création du Service Social des Jeunes (SSJ) pour l'aide à la recherche d'emplois.
  • 1948 : Montée en Israël de cadres du mouvement qui partent pour aider à la construction de l'état et d'un kibboutz E.I.F.
  • 1950-1960 : Participation à l'accueil des jeunes et aide à l'intégration des Juifs d'Afrique du Nord. - Actions en faveur du Tiers-monde (voyages humanitaires, collectes d'argent, envois de vêtements et de médicaments au Sénégal, Cameroun …).
  • 1969 : Les Éclaireurs Israélites de France deviennent les Éclaireuses & Éclaireurs Israélites de France.
  • 1960-1970 : Actions en faveur de handicapés (intégration d'un groupe d'aveugles au sein des E.E.I.F.). Actions sociales, culturelles et éducatives en Israël et travail dans des villes de développement.
  • 1982 : Lancement de l'opération 'Hag Sameah le Pessa'h (confection et distribution de colis de nourriture pour aider les familles juives en difficulté à passer dignement la Pâque juive). Création du groupe Arc-en-ciel (Keshet) pour l'intégration de handicapés physiques et mentaux aux EEIF.
  • 2000 : Partenariat avec l'association “Little Dream” pour l'accueil d'enfants de familles nécessiteuses pendant les activités et les camps.
  • 2002 : Mise en place de visites régulières aux personnes âgées au moment des fêtes juives (Chabbat, Sédèr de Pessa'h et de Roch Hachana, 'Hanouka, ...).
  • 2003 : Les 80 ans du mouvement E.E.I.F. : un colloque sur l'engagement, un gala avec Élie Semoun et le Grand Klezmer et un grand rassemblement national à Périgueux qui a réuni plus de 4000 EI de toutes les générations - Création d'une Branche Aînée - Partenariat avec l'association “Les Rendez-vous du cœur” à Jérusalem (soutien aux enfants des quartiers défavorisés de Jérusalem)


Voir aussi

Liens externes

Bibliographie

  • Alain Michel, Scouts, Juifs et Français : l'histoire des E.I. de 1923 aux années 1990, Éditions Elkana, Jérusalem (ISBN 965-90579-0-3)


Histoire des Juifs en France
Histoire régionale : Histoire des Juifs dits Portugais, Histoire des Juifs en Alsace, Histoire des Juifs en Lorraine, Juifs comtadins
Articles détaillés : Juiverie, Liste des toponymes juifs en France, Napoléon et les Juifs, Antisémitisme en France
Vichy et la Shoah : Mesures et activités antisémites durant l'occupation, Victimes françaises de la Shoah, Lois contre les Juifs et les étrangers, Mémorial de la Shoah, Union générale des israélites de France
  • Portail du scoutisme Portail du scoutisme
Ce document provient de « %C3%89claireuses %C3%A9claireurs isra%C3%A9lites de France ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article EIF de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • EIF — stands for:* Edinburgh International Festival, a festival of performing arts * Eukaryotic initiation factor, a protein family * European industry federation, a type of trade union organisation * European Investment Fund, an agency of the European …   Wikipedia

  • EIF — Eukaryotic Initiation Factor (Medical » Physiology) * External Interface File (Computing » General) * Echogenic Intracardiac Focus (Medical » Physiology) * Engineering Industry Fellowship (Academic & Science » Universities) …   Abbreviations dictionary

  • EIF — erythrocyte initiation factor; eukaryotic initiation factor …   Medical dictionary

  • eIF — erythrocyte initiation factor; eukaryotic initiation factor …   Medical dictionary

  • Eif. — Eifer EN eagerness, zeal …   Abkürzungen und Akronyme in der deutschsprachigen Presse Gebrauchtwagen

  • EIF — Exercise In Futility …   Glossary of chat acronyms & text shorthand

  • EIF — abbr. Electron Impact Fluorescence …   Dictionary of abbreviations

  • EIF — • erythrocyte initiation factor; • eukaryotic initiation factor …   Dictionary of medical acronyms & abbreviations

  • eIF — • erythrocyte initiation factor; • eukaryotic initiation factor …   Dictionary of medical acronyms & abbreviations

  • EIF — abbrev European Investment Fund …   Useful english dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.