Démographie de l'Île-de-France


Démographie de l'Île-de-France

Avec plus de 179 264 naissances et un excédent naturel de plus de 110 000 personnes en 2007, l'Île-de-France est une des régions d'Europe démographiquement les plus dynamiques. À titre de comparaison, le nombre des naissances est à peu près égal à celui des Pays-Bas dont la population dépasse les seize millions, et correspond à la moitié du chiffre enregistré dans une Pologne de plus de 38 millions d'habitants.

Selon l'Insee, en 2008, plus d'un Francilien sur trois (35% soit plus de 4 millions de personnes) est immigré ou a au moins un parent immigré[1]. Les étrangers, immigrés ou non, représentaient 12,4% de la population francilienne en 2008[2].

Sommaire

Évolution de la population

Historique

Évolution de la population en Île-de-France
Années 1801 1851 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
Population 1 353 000 2 239 925 2 819 275 3 141 960 3 316 387 3 726 318 3 934 522 4 126 870 4 365 879 4 735 799
Années 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
Population 4 960 529 5 335 595 5 682 768 6 146 374 6 705 746 6 785 913 6 597 930 7 317 228 8 470 015 9 248 931
Années 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 - -
Population 9 878 565 10 073 059 10 660 554 10 952 011 11 532 398 11 598 866 11 672 500 11 746 000 - -
Notes, sources, ... Sources : IAURIF[3] et INSEE[4].


Courbe d'évolution de la population en Île-de-France

Note: les points de population sont représentés plus fins à partir de 2004 pour éviter qu'ils se touchent.

Tout au long du XIXe siècle la région d'Île-de-France connut une croissance spectaculaire de sa population, liée surtout à l'attraction qu'exerçait la ville de Paris sur les provinces. En 1911, Paris dont la population constituait déjà l'essentiel de celle de l'Île-de-France (2 833 351 sur 5 182 151), était la troisième ville la plus peuplée du monde (après Londres 7.160.441 et New York 4.766.883, et avant Vienne 2.083.630 et Berlin 2.071.257).

Entre la première Guerre mondiale et 1945, la population de l'Île-de-France ralentit quelque peu, suite aux guerres, mais se maintint malgré la dénatalité qui sévissait dans le pays.

De 1946 à 1975, la population de la région fit un bond de près de 50 %. Les vingt-cinq années suivantes se caractérisent par une croissance nettement moindre, liée avant tout à une émigration importante vers d'autres régions de France (régions atlantiques et méridionales), et cela malgré un dynamisme des naissances et une fécondité devenue supérieure à la moyenne du pays, et malgré l'apport d'un courant migratoire positif en provenance de l'étranger. Depuis la fin des années 1990 cependant, il semble que l'on assiste à une nouvelle période de croissance soutenue.

Évolution récente par département

Année Population au 1er janvier
Paris S-et-Marne Yvelines Essonne H-de-Seine S-St-Denis Val-de-Marne Val-d'Oise Île-de-France
1968 2 591 000 604 000 854 000 673 000 1 462 000 1 250 000 1 121 000 693 000 9 248 931
1975 2 299 830 755 762 1 082 296 923 061 1 438 930 1 322 127 1 215 674 840 885 9 878 565
1982 2 176 243 887 112 1 196 111 987 988 1 387 039 1 324 301 1 193 655 920 598 10 073 059
1990 2 150 147 1 077 206 1 305 076 1 083 245 1 389 416 1 378 576 1 213 446 1 047 553 10 644 665
1991 2 145 912 1 095 235 1 314 925 1 093 658 1 392 369 1 380 953 1 215 154 1 057 350 10 695 556
1992 2 139 928 1 115 222 1 326 185 1 105 974 1 394 910 1 384 908 1 218 450 1 067 699 10 753 276
1993 2 132 475 1 131 179 1 333 814 1 115 400 1 395 461 1 387 427 1 221 158 1 076 500 10 793 414
1994 2 129 856 1 146 990 1 340 268 1 122 103 1 399 157 1 389 787 1 222 214 1 082 848 10 833 223
1995 2 120 545 1 159 421 1 345 471 1 127 647 1 403 081 1 389 976 1 221 918 1 090 916 10 858 975
1996 2 116 512 1 169 827 1 350 539 1 131 399 1 406 949 1 389 668 1 221 145 1 097 809 10 883 848
1997 2 110 869 1 176 289 1 353 180 1 131 514 1 412 292 1 388 804 1 222 429 1 100 050 10 895 427
1998 2 111 315 1 182 543 1 353 723 1 133 653 1 419 110 1 386 023 1 225 473 1 100 782 10 912 622
1999 2 123 686 1 191 775 1 353 945 1 133 836 1 427 888 1 383 319 1 227 030 1 104 533 10 946 012
2000 2 130 437 1 202 569 1 360 971 1 142 510 1 441 711 1 394 625 1 235 568 1 111 855 11 020 246
2001 2 137 419 1 214 608 1 368 823 1 151 770 1 457 006 1 406 808 1 244 604 1 119 485 11 100 523
2002 2 142 059 1 226 491 1 375 717 1 160 796 1 472 021 1 419 219 1 252 769 1 126 936 11 176 008
2003 2 146 938 1 238 621 1 382 095 1 169 826 1 486 724 1 431 491 1 261 180 1 133 742 11 250 617
2004 2 149 006 1 250 483 1 388 235 1 178 354 1 501 171 1 443 186 1 268 947 1 140 590 11 319 972
2005 2 153 602 1 260 467 1 394 843 1 187 807 1 516 650 1 459 074 1 278 892 1 147 984 11 399 319
2006 2 181 371 1 273 488 1 395 804 1 198 273 1 536 100 1 491 970 1 298 340 1 157 052 11 532 398
2007 2 193 030 1 289 524 1 403 957 1 201 994 1 544 411 1 502 340 1 302 889 1 160 721 11 598 866
2008 2 199 500 1 301 500 1 409 000 1 209 500 1 557 500 1 517 000 1 311 500 1 167 000 11 672 500
2009 11 746 000
Année Paris S-et-Marne Yvelines Essonne H-de-Seine S-St-Denis Val-de-Marne Val-d'Oise Île-de-France

Sources : INSEE[5],[6],[7] - IAURIF [3],[8].

Alors qu'entre 1990 et 1999 la population de la région n'avait augmenté que de 291 000 habitants - soit 32 000 ar an -, le rythme d'accroissement s'est considérablement accéléré depuis lors[9]. De 1999 à 2007, l'accroissement annuel moyen a été de 0,72 % soit près de 81 000 habitants annuellement, principalement dû à l'excédent naturel. Au premier janvier 2007, la population de l'Île-de-France était passée ainsi à 11 598 900 habitants[10]. Elle est estimée par l'INSEE à 11 746 000 habitants au 1er janvier 2009.

Mouvement naturel de la population

Voici les données du mouvement naturel de la région pour les dernières années [11],[12] :

Année Nombre de
naissances
Nombre
de décès
Accroissement
naturel
1999 167 300 74 800 92 500
2000 174 200 73 600 100 600
2001 173 000 73 700 99 300
2002 173 500 73 200 100 300
2003 173 500 77 100 96 400
2004 175 300 68 500 106 800
2005 176 500 70 500 106 000
2006 182 758 69 072 113 686
2007 179 264 69 082 110 182

Naissances et décès par département

Chiffres fournis par l'INSEE[13],[14],[15].

Département 2000 2004 2005 2006 2007
Naiss. Décès Solde Naiss. Décès Solde Naiss. Décès Solde Naiss. Décès Solde Naiss. Décès Solde
Paris 31 940 16 286 15 654 31 800 14 300 17 500 31 378 14 666 16 712 31 748 14 076 17 672 30 820 14 010 16 810
Seine-et-Marne 17 851 8 253 9 598 17 700 7 900 9 800 18 317 8 099 10 218 18 986 7 898 11 088 18 978 8 264 10 714
Yvelines 20 304 8 443 11 861 19 400 8 000 11 400 19 766 8 119 11 647 20 438 8 072 12 366 19 899 7 931 11 968
Essonne 17 162 7 064 10 098 17 600 6 600 11 000 17 753 6 920 10 833 18 281 6 838 11 443 17 932 6 890 11 042
Hauts-de-Seine 24 699 10 071 14 628 24 700 9 200 15 500 24 588 9 647 14 941 25 426 9 249 16 177 24 937 9 283 15 654
Seine-Saint-Denis 25 082 8 881 16 201 26 300 8 200 18 200 26 760 8 333 18 427 27 916 8 452 19 464 27 743 8 093 19 650
Val-de-Marne 19 759 8 650 11 109 19 900 7 900 12 000 19 947 8 099 11 848 20 948 7 959 12 989 20 331 7 978 12 353
Val-d'Oise 17 378 6 794 10 584 17 900 6 400 11 400 18 012 6 618 11 394 19 015 6 528 12 487 18 624 6 633 11 991
Île-de-France 174 175 74 442 99 733 175 300 68 500 106 800 176 521 70 501 106 020 182 758 69 072 113 686 179 264 69 082 110 182

Les chiffres publiés par l'INSEE pour l'année 2007, montrent, comme dans le reste de la France, une légère diminution des naissances, qui régressent de près de 3 500 unités par rapport à l'année précédente (soit 1,9 %). Cela porte le nombre des naissances de la région à 179 264 unités[16]. L'Île-de-France conforte néanmoins sa position en Europe, où elle atteint presque, cette année, le chiffre des naissances observé aux Pays-Bas, pays peuplé de 16,5 millions d'habitants. Plus spectaculairement, le chiffre des naissances de l'Île-de-France dépasse désormais les chiffres cumulés des Länder allemands de Rhénanie-du-Nord-Westphalie et de Rhénanie-Palatinat pourtant peuplés ensemble de plus de 22 millions d'habitants (voir Natalité des Länder allemands).

Par département, la hausse des naissances observée sur sept ans, entre les années 2000 et 2007, est particulièrement nette pour les départements de Seine-Saint-Denis (plus 2 661 unités, soit 10,6 %) et du Val-d'Oise (plus 1 246 naissances soit 7,2 %). Elle est par contre négative à Paris (moins 1 120, c'est-à-dire -3,5 %) et dans les Yvelines (moins 405, soit -2 %). Ce sont les départements qui avaient déjà la plus haute fécondité en 2000 qui progressent le plus.

Durant ces sept ans, la mortalité a également baissé ; en 2007, on comptabilise en effet plus de 5 290 décès de moins qu'en 2000. Les mouvements combinés de hausse des naissances et de baisse des décès ont provoqué un bond assez important de l'excédent annuel des naissances (excédent naturel), en hausse de 10,5 % en six ans. Alors que l'ensemble de la France métropolitaine affiche un excédent naturel de 288 550 personnes, l'Île-de-France s'en adjuge pas moins de 110 182, soit 38,2 % de la totalité de la croissance naturelle de la population du pays. L'émigration interrégionale (de l'Île-de-France vers d'autres régions) est insuffisante à équilibrer ce "boom" démographique, car comme nous l'analysons plus loin, elle est elle-même compensée en grande partie par une intense immigration d'origine étrangère. Si ces paramètres se maintiennent dans les dix prochaines années - et il n'y a guère de raisons d'en douter -, on doit s'attendre à voir s'imposer l'urgence d'investissements massifs dans certains secteurs tels le logement et l'infrastructure des transports en commun.

Fécondité par département

Depuis 1999, le nombre moyen d'enfants par femme ou indice conjoncturel de fécondité a été le suivant, pour chaque département et pour l'ensemble de la région :

Département Fécondité
1999[17]
Fécondité
2000
Fécondité
2001
Fécondité
2002
Fécondité
2003[18]
Fécondité
2004[19]
Fécondité
2005
Paris 1,59 1,62 1,62 1,63 1,60 1,64 1,62
Seine-et-Marne 1,89 1,99 1,95 1,97 1,94 1,97 2,04
Yvelines 1,92 2,02 1,99 1,99 2,03 2,00 2,04
Essonne 1,91 1,99 2,02 2,00 2,05 2,11 2,14
Hauts-de-Seine 1,88 1,97 1,97 1,97 1,98 1,98 1,98
Seine-Saint-Denis 2,16 2,29 2,33 2,38 2,41 2,40 2,42
Val-de-Marne 1,88 1,97 1,96 2,00 2,02 2,04 2,05
Val-d'Oise 1,98 2,08 2,08 2,07 2,10 2,15 2,17
Île-de-France 1,85 1,93 1,93 1,94 1,95 1,98 2,00
France métropolitaine 1,79 1,87 1,88 1,87 1,87 1,90 1,92

La très basse contribution de Paris contraste violemment avec celles de ses banlieues. À cause de cela l'Île de France n'atteint pas encore le niveau de 2 enfants par femme. Le niveau de l'ensemble est cependant parmi les meilleurs de France et bien des voisins européens n'osent rêver à de tels taux. À noter le chiffre de la Seine-Saint-Denis, le plus élevé parmi les départements métropolitains et qui semble progresser toujours plus, sauf en 2004. À noter aussi, les fortes contributions du Val-d'Oise et de l'Essonne.

Dans les années 1960, l'Île-de-France faisait partie des régions françaises "à basse fécondité", au même titre que l'ensemble des régions du centre et du sud du pays. A cette époque la région de haute fécondité formait un vaste croissant appelé "croissant fertile" qui partait de Bretagne et de Vendée à l'ouest en direction de la Picardie et du Nord-Pas de-Calais, puis s'incurvait vers le sud-est, englobant la Champagne, la Lorraine et la Franche-Comté, mais contournant l'Île-de-France par le nord [20]. Depuis lors la région a bénéficié d’un phénomène général d’homogénéisation de la fécondité dans les diverses régions de métropole. La fécondité a moins baissé là où elle était faible mais a sérieusement baissé là où elle était élevée, et globalement, l’écart entre les régions les plus fécondes et les moins fécondes s’est fortement réduit depuis lors. Ainsi la région d'Île-de-France est avec la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, celle qui a connu la plus faible diminution de fécondité entre la fin des années 1960 et le milieu des années 1970. Celle-ci s'est mise à remonter dans la région à partir du milieu des années 1970 (+ 0,07 enfant par femme entre cette période et 1997-1998). Comme dans l'ensemble de la France, elle a encore grimpé depuis la fin du XXe siècle. Ainsi, depuis la fin des années 1990, l'Île-de-France est devenue l'une des régions les plus fécondes de France, caractéristique qu'elle partage désormais avec l'ensemble du nord-ouest français[21].

Cette tendance a probablement été renforcée, en Île-de-France, par l’importance du flux d'immigration. En effet, les mères étrangères constituent une part importante des mères de la région. En 1999, 22,1 % des femmes qui accouchaient en Île-de-France étaient étrangères (en PACA 11,2 %, en Corse 17,3 %, en Rhône-Alpes 10,0 % et en Languedoc-Roussillon 8,8 %), et ce chiffre atteignait déjà 25,9 % en 2004. Les femmes étrangères ont, dans la région comme ailleurs, une fécondité plus importante que les Françaises (3,10 contre 1,67).

Ce n’est cependant pas le comportement des mères étrangères qui explique tout de la croissance de la fécondité. Depuis 1975 leur part est restée assez stable entre les deux dates et leur fécondité a diminué. En fait la fécondité des femmes de nationalité française a augmenté dans la région depuis 1975, comme le montre le tableau suivant.

Indicateur conjoncturel de fécondité par nationalité

Ensemble Françaises Etrangères
1974-1976 1998-2000 1974-1976 1998-2000 1974-1976 1998-2000
France entière 1,95 1,81 1,81 1,72 3,31 2,80
Île-de-France 1,79 1,88 1,60 1,67 3,20 3,10

Dans une étude scientifique publiée fin 2004 consacrée à la drépanocytose, maladie génétique la plus fréquente en Île-de-France et en France et qui touche principalement les populations issues d'Afrique sub-saharienne, le Dr Josiane Bardakdjian-Michau estimait, d'après le dépistage néonatal ciblé aux naissances considérées « à risque » (essentiellement Afrique et Maghreb) par les maternités, qu' « en région parisienne, il y a au total environ 170 000 naissances par an parmi lesquelles 80 000 sont considérées comme provenant de couples à risque et qui ont donc bénéficié d’un dépistage néonatal »[22]. Une seconde étude sur la drépanocytose réalisée en 2008, donne un pourcentage de naissances issues de couples « à risque » en Île-de-France , c'est-à-dire dont au moins un des parents est issu d'une région à risque, de 54.1 % de toutes les naissances de la région en 2005[23].

Évolution récente de la fécondité en Île-de-France

Les données concernant la fécondité, postérieures à 2003 sont très fragmentaires. L'INSEE Franche-Comté nous révèle cependant qu'en 2004, l'indice conjoncturel de fécondité de la région était de 1,98 [24], tandis que l'INSEE Île-de-France nous donne le même chiffre de 1,98 pour l'année 2005 [25] . L'Île-de-France conforte ainsi sa position au sein des régions les plus fécondes du pays.

Article détaillé : Fécondité des régions de France.

Évolution démographique depuis 1962

Sources : INSEE[26]

1962-1968 1968-1975 1975-1982 1982-1990 1990-1999 2000 2004 2005 2006 2007
Population
début de
période
8 470 015 9 248 631 9 878 565 10 073 059 10 660 554 11 020 246 11 319 972 11 399 319 11 491 000 11 577 000
Naissances 910 400 1 128 246 1 068 281 1 289 663 1 480 879
Idem annuel 151 733 161 178 152 612 161 208 164 542 174 175 175 282 176 521 182 758
Décès 508 428 605 208 595 209 653 290 695 165 73 568 68 457 70 501 69 072
Solde naturel 401 972 523 038 473 072 636 373 785 714 100.607 106 825 106 020 113 686
Solde migrat. 376 644 106 896 -278 578 -48 878 -494 257 -20 330 -27 478 -14 300 -27 700
Variation totale 778 616 629 934 194 494 587 495 291 457
Idem annuel 129 769 89 991 27 785 73 437 32 384 80 277 79 347 91 700 86 000

Mouvements de la population depuis 1999

Sources : INSEE [27],[28],[29],[17] .

Année Effectifs Indicateurs
Population
01-01
Nombre de
mariages
Nombre de
naissances
Nombre de
décès
Accroissement
naturel
Solde
migratoire
Accroissement
total
Taux de
fécondité
Taux de
natalité
Taux de
mortalité
1999 10 946 012 49 365 167 295 74 752 92 543 -18 309 74 234 1,85 15,2 6,8
2000 11 020 246 52 699 174 175 73 568 100 607 -20 330 80 277 1,93 15,7 6,7
2001 11 100 523 52 386 172 996 73 695 99 301 -23 816 75 485 1,93 15,5 6,6
2002 11 176 008 52 414 173 524 73 239 100 285 -25 676 74 609 1,94 15,5 6,5
2003 11 250 617 53 691 173 511 77 918 95 593 -26 238 69 355 1,95 15,4 6,9
2004 11 319 972 51 252 175 282 68 457 106 825 -27 478 79 347 1,98 15,4 6,0
2005 11 399 319 51 945 176 521 70 501 106 020 -14 293 91 727 15,4 6,2
2006 11 532 398 49 425 182 758 69 072 113 686 15,8 6,0

Répartition des naissances par nationalité de la mère

Chiffres de l'INSEE pour l'année 2004 [30] :

Ensemble Françaises Etrangères
Total
étrangères
Algérie Espagne Italie Portugal Maroc Tunisie
Paris 31 817 21 656 10 161 1 022 136 205 338 626 407
Seine-et-Marne 17 729 15 146 2 583 338 17 29 223 256 48
Yvelines 19 431 16 246 3 185 390 36 24 332 638 81
Essonne 17 614 13 690 3 924 455 18 23 263 411 153
Hauts-de-Seine 24 649 19 315 5 334 822 65 43 342 835 195
S-St-Denis 26 313 15 701 10 612 1 795 31 23 334 1 323 443
Val-de-Marne 19 866 14 726 5 140 814 39 30 396 437 245
Val-d'Oise 17 863 13 447 4 416 628 27 16 246 588 123
Île-de-France 175 282 129 927 45 355 6 264 369 393 2 474 5 114 1 695
-- légitimes 102 872 72 043 30 829 5 249 255 268 1 606 4 273 1 595
-- hors-mariage 72 410 57 884 14 526 1 015 114 125 868 841 100

Au total 1 432 000 étrangers ont eu 45 355 enfants en 2004. Ce qui donnait un taux de natalité de 31,7 ‰. Inversement, les 9 888 000 Français de la région avaient eu la même année 129 927 enfants, correspondant à un taux de natalité de 13,1 ‰. La différence notable entre ces deux nombres est due d'une part au grand nombre de femmes étrangères de 20 à 40 ans[31],[32], et d'autre part à une fécondité des femmes étrangères bien plus importante[33]. À noter que pour l'ensemble de la France métropolitaine, le taux de natalité au sein de la population étrangère était moindre (26,23 ‰), ce qui résulte avant tout d'une composition différente de la population étrangère dans les différentes régions du pays.

Chiffres de l'INSEE pour l'année 2006 [34]:

Ensemble Françaises Etrangères
Total
étrangères
Algérie Espagne Italie Portugal Maroc Tunisie
Paris 31 748 21 678 10 070 1 011 120 208 303 972 390
Seine-et-Marne 18 986 16 099 2 887 401 31 22 250 289 94
Yvelines 20 438 17 036 3 402 439 37 28 326 881 87
Essonne 18 281 13 963 4 318 520 24 25 208 494 188
Hauts-de-Seine 25 426 19 825 5 601 859 80 56 314 1 044 218
S-St-Denis 27 916 16 877 11 039 1 841 34 34 285 1 634 479
Val-de-Marne 20 948 15 395 5 553 891 43 28 349 755 288
Val-d'Oise 19 015 14 171 4 844 710 19 15 254 712 160
Île-de-France 182 758 135 044 47 714 6 672 388 416 2 289 5 317 1 904

Immigrés et étrangers

Par immigré on entend quelqu'un résidant en France, né étranger à l'étranger. Il peut être devenu français par acquisition ou avoir gardé sa nationalité étrangère. Par contre le groupe des étrangers est constitué par l'ensemble des résidents ayant une nationalité étrangère, qu'ils soient nés en France ou hors de France.

Rappelons que les enfants nés en France de parents étrangers nés hors de France sont étrangers, mais deviennent Français de plein droit à 18 ans, s'ils y résident et y ont résidé de manière continue ou discontinue pendant cinq années depuis l'âge de 11 ans et s'ils ne désirent pas conserver leur nationalité d'origine. Cependant, dès l'âge de 13 ans, les parents peuvent demander la nationalité française pour leurs enfants, avec son accord (sous condition d'avoir résidé cinq ans en France depuis l'âge de 8 ans). De plus le mineur de 16 ans accomplis peut faire la demande d'acquisition anticipée de la nationalité sans l'accord de ses parents et sous les mêmes conditions de durée de résidence en France durant cinq années depuis l'âge de 11 ans.

Nombre d'étrangers et d'immigrés en Île-de-France

Au recensement de 2006, 40 % des immigrés vivant en France résident en Île-de-France. Plus d'un Francilien sur trois (35% soit plus de 4 millions de personnes) est immigré ou a au moins un parent immigré, soit environ 17% d'immigrés et près de 18 % d'enfants d'immigrés tous ages confondus. La part des immigrés est passée de 14 % en 1990 à 16,9 % en 2006, et celle des enfants de moins de 18 ans nés en France de parents immigrés de 24,6 % à 32,5 %. 37,1% des enfants de moins de 20 ans ont au moins un parent immigré[1]. Les étrangers, immigrés ou non, représentaient 12,4% de la population francilienne en 2008[2].

Les immigrés et leurs enfants par département

Département Immigrés Enfants de moins de 20 ans avec au moins un parent immigré
Effectifs % département % Ile-de-France Effectifs % département % Ile-de-France
Paris (75) 436 576 20 22,4 162 635 41,3 15,4
Seine-Saint-Denis (93) 394 831 26,5 20,2 234 837 57,1 22,2
Hauts-de-Seine (92) 250 190 16,3 12,8 124 501 34 11,8
Val-de-Marne (94) 234 633 18,1 12 127 701 40 12,1
Val-d’Oise (95) 185 890 16,1 9,5 124 644 38,5 11,8
Yvelines (78) 161 869 11,6 8,3 98 755 26,4 9,3
Essonne (91) 150 980 12,6 7,7 94 003 29,6 8,9
Seine-et-Marne (77) 135 654 10,7 7 90 319 26 8,5
Île-de-France 1 950 623 16,9 100 1 057 394 37,1 100

Source: Insee EAR 2006[35]

Lecture : En 2006, 436 576 immigrés vivent à Paris, soit 20 % des Parisiens et 22,4 % de l’ensemble des immigrés vivant dans la région Ile-de-France. 162 635 enfants d'immigrés de moins de 20 ans vivent à Paris, soit 41,3% des moins de 20 ans Parisiens et 15,4 % de l’ensemble des enfants d'immigrés de moins de 20 ans vivant dans la région Ile-de-France.

Répartition des immigrés par région du monde et pays d'origine

Les immigrés représentent en 2006, 16,9% de la population francilienne soit près de 2 millions de personnes. Les chiffres suivants montrent l'évolution des différentes composantes de l'immigration en Île-de-France entre 1999 et 2006[36].

Origine ÎLE - DE - FRANCE FRANCE métropolitaine IdF/France
%
1999 2006 %
évolution
1999 2006 %
évolution
Europe 568 000 569 065 0.2% 1 934 144 1 995 508 3.2% 28.5%
Afrique 705 592 941 722 33.5% 1 691 562 2 167 189 28.1% 43.5%
Maghreb 466 608 579 329 24.2% 1 298 273 1 552 876 19.6% 37.3%
dont Algérie 213 913 267 112 24.9% 574 208 691 816 20.5% 38.6%
dont Maroc 166 470 212 072 27.4% 522 504 634 177 21.4% 33.4%
dont Tunisie 86 225 100 144 16.1% 201 561 226 883 12.6% 44.1%
Afrique Noire 238 984 362 393 51.6% 393 289 614 313 56.2% 59.0%
dont Mali 31 010 47 672 53.7% 35 534 54 297 52.8% 87.8%
dont Sénégal 29 558 40 146 35.8% 53 762 71 081 32.2% 56.5%
Asie 269 644 342 096 26.9% 549 994 712 424 29.5% 48.0%
dont Turquie 50 125 64 112 27.9% 174 160 228 552 31.2% 28.1%
Amérique et Océanie 67 723 97 072 43.3% 127 484 261 173 104.9% 37.2%
Total 1 610 959 1 949 954 21.0% 4 303 184 5 136 294 19.4% 38.0%
  • Répartition en pourcentage de la population immigrée (1999 et 2006)

(100 % = toute la population immigrée)

Region Île-de-France 1999 Île-de-France 2006 France 2006
Europe 35.3% 29.2% 38.9%
Afrique 43.8% 48.3% 42.2%
Maghreb 29.0% 29.7% 30.2%
dont Algérie 13.3% 13.7% 13.5%
dont Maroc 10.3% 10.9% 12.3%
dont Tunisie 5.4% 5.1% 4.4%
Afrique Noire 14.8% 18.6% 12.0%
dont Mali 1.9% 2.4% 1.1%
dont Sénégal 1.8% 2.1% 1.4%
Asie 16.7% 17.5% 13.9%
dont Turquie 3.1% 3.3% 4.4%
Amérique et Océanie 4.2% 5.0% 5.1%
Total 100% 100% 100%

Durant la dernière période, on assiste à une concentration en Île-de-France des immigrés d'origine africaine et asiatique. Ceci est particulièrement vrai pour l'immigration issue de l'Afrique noire ou subsaharienne, qui constitue déjà en 2006 plus de 18 % des immigrés de la région, alors que sept ans auparavant, elle ne pesait que moins de 15 %. Par contre les immigrés d'origine européenne perdent beaucoup de leur importance relative et perdent ainsi quelque 6 %.

Les enfants d'immigrés - La seconde génération

Les descendants d'immigrés (seconde génération) représentent en 2008, 18% de la population francilienne soit plus de 2 millions de personnes :

  • Moins de 18 ans : 850 000 (33% de cette classe d'age)
  • 18-50 ans: 1 000 000 (18% de cette classe d'age)
  • Plus de 50 ans: 185 000 (5% de cette classe d'age)

En 2008, 18 % des adultes franciliens de 18 à 50 ans sont nés en France de parents immigrés. Parmi eux, six sur dix ont deux parents immigrés. Dans un cas sur deux, au moins l’un des parents est né en Afrique, principalement du Maghreb (40%) contrairement à ce qu'on trouve à l’échelle nationale ou l’Europe figure comme premier continent d’origine des parents (50 %). Les plus jeunes sont d’origines plus diversifiées et plus lointaines. Au recensement de 2006, un tiers des jeunes de moins de 18 ans ont au moins un parent immigré et près de 60% sont des enfants d’immigrés africains ( 34 % sont originaires du Maghreb, 24 % du reste de l’Afrique)[1].

Les descendants d’immigrés de 18-50 ans selon l’origine des parents en 2008 (répartition en %)
Région IDF France
Europe du Sud 28 39
Autre Europe 10 11
Maghreb 40 35
Afrique noire 11 6
Turquie 1 2
Asie 8 5
Amérique, Océanie 2 2
Total 100 100
Les descendants d’immigrés de moins de 18 ans selon l’origine des parents en 2005 (répartition en %)

D'après une étude de Michèle Tribalat et Bernard Aubry publiée en 2009 à partir du fichier Saphir et retraçant l'évolution des concentrations ethniques en France entre 1968 et 2005, 37 % des jeunes de moins de 18 ans en Ile-de-France sont d'origine étrangère (au moins un parent immigré) contre 18,10 % en France métropolitaine. C'est dans les départements de Seine-Saint-Denis (57 %), de Paris (41 %), du Val-de-Marne (40 %) et du Val-d'Oise (38 %) que l'on trouve les plus fortes proportions. Parmi les vingt communes françaises où la concentration dépasse 60 % en 2005, toutes sauf une, Vaulx-en-Velin, sont situées en Île-de-France avec, en tête, Clichy-sous-Bois, Aubervilliers et La Courneuve, toutes les trois en Seine-Saint-Denis, où environ trois quarts de la jeunesse est d’origine étrangère. Les jeunes originaires des DOM-TOM, les enfants de « rapatriés », par définition français, ainsi que les petits-enfants d'immigrés dont les deux parents sont nés en France ne sont pas pris en compte[37],[38]. En 2005, les jeunes d’origine maghrébine, subsaharienne ou turque sont devenus majoritaires dans un certain nombre de communes de la région parisienne (Clichy-sous-Bois, Mantes-la-Jolie, Grigny, Saint-Denis, Les Mureaux, Saint-Ouen, Sarcelles, Pierrefitte-sur-Seine, Garges-lès-Gonesse, Aubervilliers, Stains, Gennevilliers et Épinay)[39].

2005 (en %) Seine-Saint-Denis Paris Val-de-Marne Val-d'Oise France
Toutes origines 56,7 41,30 39,90 37,90 18,10
Europe du Sud 4,0 4,0 5,5 4,8 2,6
Maghreb 22,0 12,1 13,2 13,0 6,9
Afrique noire 16,0 9,9 10,8 9,1 3,0
Turquie 2,7 0,6 1,2 3,1 1,4

Les enfants d'étrangers

Quant aux enfants d'étrangers, catégorie un peu plus restreinte que celle des immigrés car excluant les immigrés naturalisés mais incluant les étrangers nés en France, l'INSEE nous apprend qu'en 2004, 35,8 % des naissances franciliennes étaient issues d'au moins un parent étranger (contre 18,1 % pour l'entièreté de la France métropolitaine)[40].

Répartition des étrangers par département

Département Effectifs
début 1999[41]
Pourcentage
de la population
Taux de variation
annuel moyen
1982-1990 1990-1999
Paris 308 266 14,5 -0,7 -1,1
Yvelines 120 456 8,9 0,4 -1,3
Seine-et-Marne 91 504 7,7 1,8 0,0
Essonne 93 465 8,2 1,0 -0,4
Hauts-de-Seine 164 525 11,5 -0,7 -1,0
Seine-Saint-Denis 258 850 18,7 1,6 -0,1
Val-de-Marne 144 914 11,8 0,2 -0,8
Val-d'Oise 119 406 10,8 1,5 0,3
Île-de-France 1 301 386 11,9 0,3 -0,6
France métropolitaine 3 263 186 5,6 -0,4 -1,1

Population étrangère par nationalité

Source :[42]

Origine effectifs
1990
effectifs
1999
taux d'acquisition
de la nationalité
nouveaux
arrivants en %
1990 1999 1990-1999
Portugal 304 811 272 239 14,4 23,8 12,6
Italie 50 997 43 166 53,1 53,4 18,4
Espagne 59 572 44 253 43,4 47,1 13,1
Ex-Yougoslavie 32 086 28 215 27,9 39,3 16,9
Autres Europe 88 454 97 315 - 49,0 49,2
Algérie 238 955 190 967 10,8 26,1 14,1
Maroc 155 674 145 903 15,1 34,2 17,7
Tunisie 75 965 59 643 31,6 47,3 13,2
Afrique hors Maghreb 154 877 187 749 19,5 33,2 27,5
Ex-Indochine 52 850 28 925 45,7 70,2 15,7
Turquie 40 795 51 238 15,7 22,5 23,3
Amérique, Océanie
et autres Asie
122 380 151 773 - 35,8 42,5
Total 1 377 416 1 301 386 26,2 36,4 22,6
dont Europe des 15 461 310 424 646 - 32,9 18,8
Note 1 :
Les 151 773 étrangers regroupés dans la rubrique « Amérique, Océanie et autres Asie » se répartissaient grosso-modo ainsi (1999) : Asie 100 000 étrangers, Amérique (nord, centre et sud) 50 000, et Océanie 1 000.
Note 2 :
Le taux d’acquisition de la nationalité : c'est la population française par acquisition ayant pour nationalité antérieure la nationalité étrangère considérée (numérateur), par rapport à la somme du numérateur et de la population étrangère de cette nationalité (dénominateur). Ce taux indique l’importance des naturalisations au sein d'une nationalité donnée. Plus il est élevé, plus le nombre de Français par acquisition est important par rapport à la population étrangère de cette nationalité.

On remarque l'importance du taux d'acquisition au sein des populations originaires de l'ancienne Indochine française (Vietnam, Laos et Cambodge), ainsi que la progression très nette de ce taux au sein des populations d'origine africaine.

Note 3 :
Les nouveaux arrivants sont les étrangers résidant en Île-de-France au début 1999 qui n’y habitaient pas au 1er janvier 1990, année du recensement précédent. Les enfants nés entre ces deux dates sont considérés comme nouveaux arrivants si leurs parents le sont.

Les étrangers, nouveaux arrivants dans la région, choisissent Paris comme lieu de résidence dans une très forte proportion (34 %). Le même comportement s'observe chez les Français, mais dans une moindre mesure (29 %). Dans une deuxième étape, ce flux se répartit dans les autres départements de la région.

La baisse du nombre d’Africains du Maghreb (- 1,9 % par an) est due à une forte augmentation du taux d’acquisition de la nationalité française. Ainsi parmi les personnes d’origine tunisienne, près de la moitié étaient devenues françaises en 1999. D'autre part le flux d’arrivée en Île-de-France d’étrangers de nationalité maghrébine est resté assez important tout au long des années 1990, ainsi que l'indique le taux de nouveaux arrivants. Près de 18 % des Marocains résidant en Île-de-France en 1999 vivaient hors de la région au début des années quatre-vingt-dix.

La même remarque vaut pour les Européens du Sud. La baisse de leur nombre est due avant tout aux acquisitions de nationalité, et non à un tarissement du flux des nouveaux arrivants. Au contraire ces flux sont restés relativement importants tant pour les Italiens que pour les Portugais et les Espagnols.

A noter aussi l'importance du mouvement d'arrivées en provenance du "reste de l'Europe" (Europe de l'est avant tout), ainsi que des différents pays d'Amérique et du "reste de l'Asie". L'Océanie est peu concernée puisqu'en 1999, on dénombrait en Île-de-France à peine mille personnes originaires de cette région du monde.

Pour les années qui suivent le recensement de 1999, les chiffres détaillés pour l'Île-de-France ne sont pas encore disponible début 2007. Mais les chiffres globaux pour la France publiés et analysés par l'INED indiquent que l'arrivée de nouveaux étrangers s'est considérablement amplifiée tout au long des années 1999-2004, et que 40 % du total des arrivées d'étrangers en métropole s'est dirigé vers la région d'Île-de-France[43] (voir le détail et l'analyse de ces chiffres dans l'article concernant l'immigration familiale en France).

Acquisition de la nationalité française parmi les immigrés

Les chiffres suivants fournis par l'INSEE se rapportent aux seuls immigrés (et non pas étrangers) ayant acquis la nationalité française et nous montre l'évolution de ces acquisitions entre les recensements de 1990 et 1999[44].

Origine 1990 1999
Français
par acquisition
proportion
parmi les
immigrés
Français
par acquisition
proportion
parmi les
immigrés
Europe 175 914 28,6 157 712 27,8
Europe des 15 119 348 23,7 103 776 22,7
-- Portugal 27 413 10,3 31 669 12,5
-- Italie 35 560 45,4 26 216 42,0
-- Espagne 27 472 34,9 21 863 36,1
Reste de l'Europe 56 566 50,8 53 936 48,7
-- Ex-Yougoslavie 9 188 25,4 12 513 33,1
-- Pologne 24 673 64,4 20 232 62,2
Afrique 112 352 18,7 212 121 30,1
Maghreb 77 182 17,8 136 218 29,2
-- Algérie 17 604 8,6 47 758 22,3
-- Maroc 25 698 18,5 48 777 29,3
-- Tunisie 33 880 38,5 39 683 46,0
Afrique hors Maghreb 35 170 20,8 75 903 31,8
-- Mali 1 581 6,2 4 198 13,5
-- Sénégal 3 871 16,5 9 471 32,0
Asie 67 063 30,7 114 169 42,3
-- Ex-Indochine 36 669 45,2 58 572 70,7
-- Turquie 9 216 20,8 10 721 21,4
Amérique et Océanie 11 511 21,4 21 541 31,8
Total 366 840 24,6 505 543 31,4

Rappelons qu'à la mi-2004 les immigrés ayant acquis la nationalité française étaient au nombre de 717 000, soit un accroissement de 211 500 personnes en cinq ans et 6 mois, ou de 38 500 par an. De ce fait la proportion d'immigrés franciliens devenus Français était à cette date de 37,1 % (717 000 sur 1 905 000 immigrés).

Les mariages

En 2004, on a enregistré 59.529 mariages en Île-de-France, dont :

  • 40 304 entre deux conjoints français
  • 4 028 entre conjoints étrangers
  • 6 603 mariages mixtes entre époux français et épouse étrangère
  • 8 594 mariages mixtes entre épouse française et époux étranger

Ventilation des mariages mixtes

Total mariages
mixtes
Nationalité du conjoint étranger
Italienne Espagnole Portugaise Algérienne
Paris Époux français 1.738 55 23 18 149
Épouse française 1.868 40 28 29 429
Seine-et-Marne Époux français 463 15 7 34 51
Épouse française 624 5 8 63 157
Yvelines Époux français 531 7 9 25 53
Épouse française 674 8 12 71 134
Essonne Époux français 508 3 4 45 64
Épouse française 680 8 4 57 134
Hauts-de-Seine Époux français 1 075 10 15 39 120
Épouse française 1 141 19 11 60 274
Seine-Saint-Denis Époux français 1 025 4 5 32 240
Épouse française 1 792 12 14 53 569
Val-de-Marne Époux français 793 7 7 28 103
Épouse française 1.057 8 7 61 330
Val-d'Oise Époux français 470 3 5 27 58
Épouse française 758 8 6 59 167
Total Île-de-France Époux français 6 603 104 75 248 858
Épouse française 8 594 108 90 453 2 194

Source : [45].

On assiste ainsi à un important brassage des populations, puisque sur 23 253 conjoints étrangers impliqués dans ces mariages, 15 197 (soit près des deux tiers) l'étaient dans des mariages mixtes. Ces chiffres doivent cependant être interprétés avec précaution . Il y a en effet bien plus de mariages mixtes que le nombre affiché, à peu près la moitié d'entre eux ayant lieu à l'étranger, dans le pays du conjoint étranger. D'autre part, un grand nombre de mariages dits « mixtes » ne le sont nullement, car ils sont contractés entre un citoyen étranger et un Français naturalisé ou né en France et devenu Français, mais de la même origine que le conjoint étranger.

Le nombre de mariages mixtes et leur ventilation d'après les différentes communautés étrangères impliquées dans ces mariages, sont avec le nombre d'acquisitions de la nationalité française un des principaux indicateurs de l'intégration des diverses communautés étrangères. Dès lors, on ne peut que regretter que bien des données publiées par l'INSEE soient celles qu'il était certes intéressant de connaître dans les années 1970, mais qui sont devenues non significatives au XXIe siècle et sans utilité pour les démographes (les conjoints espagnols et italiens). Il eût été intéressant de connaître prioritairement le nombre de mariages mixtes avec des étrangers de Turquie, d'Afrique subsaharienne et surtout du Maroc. Mais nous devons malheureusement nous en passer au niveau régional du moins.

Notons cependant que 3 052 mariages mixtes algériens pour une population de plus ou moins 200 000 personnes en 2004, est un chiffre réellement fort élevé, représentant proportionnellement plus de 3 fois plus que la moyenne des mariages en métropole. Il est intéressant de comparer ce nombre avec celui des mariages mixtes franco-portugais, qui se monte à 701, pour une communauté portugaise 20 % moins nombreuse (plus ou moins) que la communauté algérienne.

Longévité - Espérance de vie

L'espérance de vie en Île-de-France est assez nettement supérieure à celle du reste de la France. Ces dernières années elle augmente nettement plus chez les hommes que chez les femmes, les premiers rattrapant ainsi progressivement une partie de leur retard.

En années, l'espérance de vie à la naissance était la suivante en métropole et dans la région[46],[47] :

1990 2001 2002 2004
Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes
Île-de-France 73,7 81,3 77,1 83,4 77,5 83,5 78,4 84,5
France métropolitaine 72,9 81,0 75,5 82,8 75,8 82,9 76,8 83,7

Religions

L'Île-de-France se caractérise par la diversité religieuse. Une étude CSA sur « les Français et leurs croyances » de mars 2003[48] donne les chiffres suivants pour l'Île-de-France: catholiques 52 %, musulmans 12 %, protestants 2 %, juifs 1 %, bouddhistes 2 % et autres religions 4 %. Les Franciliens n'ayant pas d'appartenance religieuse définie représentent 26 %.

L'Île-de-France est la région française ayant la plus forte proportion de musulmans ; une autre étude[49],[50] donne le chiffre de 1 700 000 de musulmans, soit 15 % de la population totale.

Les logements vacants

Alors qu'en France, le nombre de logements vacants augmente au fil des recensements, il diminue depuis 1999 en Île-de-France, la forte demande n'étant pas compensée par le rythme des constructions. Pourtant, la seule ville de Paris a 120 000 demandes de logement en attente à la fin de l'année 2009[51], alors qu'il y avait en 2008 près de 111 000 logements vacants. L'insuffisance de la construction de logements sociaux et les prix élevés des logements expliquent ce paradoxe.

Nombre de logements vacants
1962 1975 1990 1999 2008
Île-de-France 77 802 285 110 311 494 409 491 325 441
dont Paris 20 000 90 475 118 296 136 554 110 759
France 850 117 1 623 525 1 859 627 1 989 758 2 104 409

Source : INSEE, recensements de la population de 1962, 1975, 1990, 1999 et 2008

D'après le Le Nouvel Observateur, seuls 32 000 logements à Paris payent la taxe pour logement vacant alors que 136 000 logements sont vacants[52].

Communes les plus peuplées d'Île-de-France

Sur les 125 communes françaises de plus de 50 000 habitants, 39 sont situées dans la région Île-de-France. Le tableau suivant liste les commune française d'Île-de-France de 50 000 habitants et plus en 2010 sur la base du décret n° 2009-1707 du 30 décembre 2009 authentifiant les chiffres des populations des communes françaises. Les communes qui sont passées sous la barre des 50 000 habitants entre 1999 et 2007 ne figurent donc pas dans le tableau.

Rang régional Rang national Ville Département 8 mars 1999 (PSDC[53]) 1er janvier 2006 [54] 1er janvier 2007 [55]
01 1 Paris Paris 2 125 246 2 181 371 2 193 030
2 34 Boulogne-Billancourt Hauts-de-Seine 0 106 367 0 110 251 0 111 045
3 38 Argenteuil Val-d'Oise 0 093 961 0 102 683 0 102 572
4 39 Montreuil Seine-Saint-Denis 0 090 674 0 101 587 0 102 097
5 41 Saint-Denis Seine-Saint-Denis 0 085 832 0 097 875 0 100 800
6 46 Créteil Val-de-Marne 0 082 154 0 088 939 0 089 410
7 48 Nanterre Hauts-de-Seine 0 084 281 0 088 316 0 088 875
8 49 Versailles Yvelines 0 085 726 0 087 549 0 086 979
9 51 Courbevoie Hauts-de-Seine 0 069 694 0 084 415 0 084 974
10 52 Vitry-sur-Seine Val-de-Marne 0 078 908 0 082 902 0 083 650
11 53 Colombes Hauts-de-Seine 0 076 757 0 082 026 0 082 552
12 54 Aulnay-sous-Bois Seine-Saint-Denis 0 080 021 0 081 600 0 082 513
13 55 Asnières-sur-Seine Hauts-de-Seine 0 075 837 0 082 351 0 082 056
14 56 Rueil-Malmaison Hauts-de-Seine 0 073 469 0 077 625 0 078 145
15 59 Saint-Maur-des-Fossés Val-de-Marne 0 073 069 0 075 214 0 075 748
16 62 Champigny-sur-Marne Val-de-Marne 0 074 237 0 074 863 0 074 909
17 63 Aubervilliers Seine-Saint-Denis 0 063 136 0 073 506 0 073 699
18 72 Drancy Seine-Saint-Denis 0 062 263 0 066 063 0 065 843
19 76 Levallois-Perret Hauts-de-Seine 0 054 700 0 062 851 0 063 225
20 77 Noisy-le-Grand Seine-Saint-Denis 0 058 217 0 061 341 0 062 529
21 78 Issy-les-Moulineaux Hauts-de-Seine 0 052 647 0 061 471 0 062 316
22 80 Antony Hauts-de-Seine 0 059 855 0 060 552 0 061 761
23 82 Neuilly-sur-Seine Hauts-de-Seine 0 059 848 0 061 471 0 060 454
24 83 Sarcelles Val-d'Oise 0 057 871 0 058 654 0 059 594
25 85 Clichy Hauts-de-Seine 0 050 179 0 057 162 0 058 646
26 91 Cergy Val-d'Oise 0 054 781 0 056 873 0 057 600
27 95 Ivry-sur-Seine Val-de-Marne 0 050 972 0 055 608 0 055 583
28 100 Pantin Seine-Saint-Denis 0 049 919 0 053 577 0 053 315
29 101 Bondy Seine-Saint-Denis 0 046 826 0 053 311 0 053 159
30 102 Maisons-Alfort Val-de-Marne 0 051 103 0 053 233 0 053 085
31 104 Évry Essonne 0 049 437 0 052 651 0 052 802
32 107 Fontenay-sous-Bois Val-de-Marne 0 050 921 0 051 727 0 052 143
33 108 Épinay-sur-Seine Seine-Saint-Denis 0 046 409 0 051 598 0 052 020
34 110 Sartrouville Yvelines 0 050 219 0 051 600 0 051 601
35 112 Villejuif Val-de-Marne 0 047 384 0 050 571 0 051 410
36 117 Sevran Seine-Saint-Denis 0 047 063 0 051 106 0 051 110
37 119 Chelles Seine-et-Marne 0 045 399 0 048 616 0 051 035
38 120 Clamart Hauts-de-Seine 0 048 572 0 050 655 0 051 000
39 121 Le Blanc-Mesnil Seine-Saint-Denis 0 046 936 0 051 109 0 050 910

Principales communes d'Île-de-France en termes d'emploi

Emploi au lieu de travail au 1er janvier 2006[56].

Commune Nombre d'emplois Département
Paris 1 740 980 Paris
Courbevoie 92 600 Hauts-de-Seine
Roissy-en-France 89 417 Val-d'Oise
Nanterre 77 488 Hauts-de-Seine
Puteaux 77 248 Hauts-de-Seine
Boulogne-Billancourt 75 707 Hauts-de-Seine
Saint-Denis 64 655 Seine-Saint-Denis
Levallois-Perret 56 478 Hauts-de-Seine
Créteil 53 055 Val-de-Marne
Rueil-Malmaison 48 432 Hauts-de-Seine
Versailles 47 544 Yvelines
Issy-les-Moulineaux 45 882 Hauts-de-Seine
Neuilly-sur-Seine 45 521 Hauts-de-Seine
Montreuil 44 257 Seine-Saint-Denis
Évry 39 463 Essonne
Vélizy-Villacoublay 39 094 Yvelines
Clichy 34 348 Hauts-de-Seine
Cergy 32 676 Val-d'Oise
Argenteuil 32 606 Val-d'Oise
Aulnay-sous-Bois 31 857 Seine-Saint-Denis
Saint-Ouen 31 458 Seine-Saint-Denis
Colombes 31 365 Hauts-de-Seine
Ivry-sur-Seine 31 357 Val-de-Marne
Gennevilliers 31 335 Hauts-de-Seine
Guyancourt 30 540 Yvelines

Références

  1. a, b et c Les descendants d'immigrés vivant en Île-de-France, IAU Idf, Note rapide Société, n° 531
  2. a et b Étrangers en 2008 : comparaisons régionales, Insee, RP2008 exploitation principale
  3. a et b IAURIF - La population des régions de 1851 à 1999, Note rapide Population et modes de vie, n° 32 [PDF]
  4. Population des régions au 1er janvier - INSEE
  5. Population légale au 1er janvier 2006
  6. INSEE - Estimation de population au 1er janvier, par région, sexe et grande classe d'âge
  7. INSEE - Population des régions au 1er janvier 2009
  8. INSEE Île-de-France : 11,6 millions de Franciliens au premier janvier 2007,INSEE - Estimation de population au 1er janvier, par région, sexe et grande classe d'âge
  9. INSEE Première n° 1116 - Enquêtes du recensement 2004-2006 (janvier 2007)
  10. INSEE Population légale de l'Île-de-France au 1er janvier 2007
  11. INSEE - La population francilienne au premier janvier 2005 [PDF]
  12. INSEE - Nombre de naissances et de décès en France métropolitaine
  13. INSEE - La population de la France en 2000 [PDF]
  14. INSEE - L'année économique 2005 - Démographie [PDF]
  15. INSEE - Naissances et décès domiciliés par département et région (février 2009)
  16. INSEE - Naissances vivantes et décès domiciliés par département et région (février 2009)
  17. a et b INSEE - Indicateurs généraux de population par département et région [xls]
  18. INSEE - La population française en 2003 (septembre 2005) [PDF]
  19. INSEE - Situation démographique en 2005 (page 238) [PDF]
  20. INSEE - carte du croissant fertile dans les années 1960 et fécondité en 1998-2000 (page 2) [PDF]
  21. INSEE Première - N°963 La Fécondité dans les régions à la fin des années 1990
  22. Josiane Bardakdjian et Henri Wajcman, Épidémiologie de la drépanocytose, La Revue du Praticien, 2004
  23. Josiane Bardakdjian-Michau, Le dépistage néonatal de la drépanocytose en France, Médecine thérapeutique / Pédiatrie. Volume 11, Numéro 1, 5-8, janvier-février 2008, Dossier
  24. INSEE Franche-Comté - Une fécondité plus forte en Franche-Comté qu’au niveau national (janvier 2006) [PDF]
  25. INSEE Île-de-France - L'année économique et sociale 2006 - Démographie (juin 2007) [PDF]
  26. INSEE Recensement de 1999 - Fiche profil - Evolutions démo 1962 - 1999
  27. INSEE - Estimation de population au 1er janvier, par région, sexe et grande classe d'âge [xls]
  28. INSEE - Mouvements de la population par département et région [xls]
  29. INSEE - Naissances et décès domiciliés par département
  30. INSEE - Nés vivants en 2004 par département, qualité juridique et nationalité de la mère [xls]
  31. INSEE Île-de-France faits et chiffres - 1,9 million d'immigrés en 2004 (page 2) [PDF]
  32. INSEE FASILD - Service Etudes et diffusion : Atlas des immigrés en Île-de-France, page 10 (pyramide des âges)
  33. INSEE Première n° 898 (mai 2003)- La fécondité des étrangères en France (taux de fécondité par âge - page 3) [PDF]
  34. INSEE - Nés vivants en 2006 par département, qualité juridique et nationalité de la mère (tableau N7D [xls]
  35. Les immigrés et leur famille en Île-de-France, Note rapide Société, IAURP, n° 552, Juin 2011
  36. L’Atlas des populations immigrées (PRIPI 2010 - 2012), Site du ministère de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration
  37. Michèle Tribalat, Revue Commentaire, juin 2009, n°127
  38. Michèle Tribalat, Les yeux grands fermés, Denoël, 2010
  39. Michèle Tribalat, Immigration et démographie des pays d’accueil, in Christophe Jaffrelot et Christian Lequesne L'Enjeu mondial, Presses de Sciences Po | Annuels 2009, pages 29 à 35
  40. INSEE - Tableau des naissances par département d'après la nationalité des parents (année 2004) - Excel
  41. INSEE Île-de-France - Quatre étrangers sur dix résident en Île-de-France [PDF]
  42. INSEE - Île-de-France à la page - quatre étrangers sur dix vivent en Île-de-France (novembre 2001) [PDF]]
  43. INED - Tableaux annuels des admissions d'étrangers en France
  44. INSEE Île-de-France - Atlas des populations immigrées en Île-de-France - Population (décembre 2004)
  45. INSEE - Tableau M7D - Mariages suivant la nationalité combinée des époux (Excel)
  46. INSEE Île-de-France - Regards sur l'année économique et sociale 2004 (juin 2005) [PDF]
  47. INSEE Île-de-France Regards sur... L'année économique et sociale 2006 - Démographie (juin 2007) [PDF]
  48. http://a1692.g.akamai.net/f/1692/2042/1h/medias.lemonde.fr/medias/pdf_obj/sondage030416.pdf
  49. Luc Gruson, L'Islam en France, ADRI, 2000, (ISBN 2110046465)
  50. Jonathan Laurence et Justin Vaïsse, Intégrer l'Islam p.40, Odile Jacob, 2007, (ISBN 9782738119001)
  51. Atelier parisien d'urbanisme - Analyse de la demande de logement social en 2009
  52. Le Nouvel Observateur - Les sans-papier - les mal logés (septembre 2006)
  53. Population sans doubles comptes, données légales de population en vigueur jusqu'au 31 décembre 2008.
  54. Population municipale, données légales de population en vigueur à partir du 1er janvier 2009, Source : INSEE.
  55. Population municipale, données légales de population en vigueur à partir du 1er janvier 2010, Source : INSEE.
  56. INSEE - Recensement de la population de 2006 - Exploitation principale

Articles connexes

Voir aussi

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Démographie de l'Île-de-France de Wikipédia en français (auteurs)