Délit de marchandage


Délit de marchandage

Délit de marchandage en droit du travail français

Le Code du travail français qualifie de marchandage, et interdit, « toute opération à but lucratif de fourniture de main-d'œuvre qui a pour effet de causer un préjudice au salarié qu'elle concerne ou d'éluder l'application des dispositions légales ou de stipulations d'une convention ou d'un accord collectif de travail » (article L. 8231-1 du code du travail français). L'employeur du salarié est qualifié de « faux sous-traitant ».

Sommaire

Dispositions légales

Délit

Le marchandage est sanctionné comme un délit lorsqu'il n'est pas effectué dans le cadre des dispositions relatives au droit du travail. Il existe deux exceptions à cette interdiction formelle : le travail temporaire et le travail à temps partagé (article L. 125-3 du code du travail français).

Complicité

L'utilisateur de main-d'œuvre qui, sous couvert de prétendus contrats de sous-traitance, a, dans les faits, pris part à des opérations illicites de fourniture de main-d'œuvre est considéré comme coauteur du marchandage.

Sanctions

Les poursuites peuvent être engagées sur le fondement de l'article L125-1 du Code du Travail français exclusivement ou de l'article L125-3 du Code du Travail français - qui concerne le prêt illicite de main-d'œuvre -, ou sur les deux bases en même temps dès lors, par exemple, que sous couvert d'une prestation de services, l'opération aura eu pour objet exclusif le prêt de main-d'œuvre et aura causé un préjudice au salarié concerné.

Exemples

La jurisprudence établit qu'il y a délit de marchandage notamment dans les cas suivants :

  • le personnel sous-traité travaille pour un seul client depuis plusieurs années ;
  • le personnel sous-traité reçoit ses instructions de l'encadrement du client ; le client contrôle lui-même le suivi, définit les tâches et les lieux d'exécution ;
  • le personnel exécute la totalité de sa mission dans les locaux du client, et est soumis à des horaires identiques à ceux du personnel du client ;
  • le client fournit les matériaux, les pièces de rechange, met à disposition son outillage, ses véhicules, des locaux lui appartenant, ses documents, etc.
  • la rémunération du sous-traitant est calculée au temps passé par son personnel.

Doctrine

Le lien de subordination constitue l'un des trois éléments du contrat de travail entre le salarié et son employeur, les deux autres éléments étant la prestation de travail et la rémunération. Si le lien de subordination relie dans les faits le salarié et le client, l'un des éléments du contrat de travail fait défaut, et le contrat de travail n'est pas valide.

Sources

Voir aussi

  • Portail du droit français Portail du droit français
Ce document provient de « D%C3%A9lit de marchandage en droit du travail fran%C3%A7ais ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Délit de marchandage de Wikipédia en français (auteurs)