Décroissance démographique


Décroissance démographique

Une décroissance démographique est, pour une zone ou un pays donné, une situation dans laquelle le nombre d’habitants diminue, que ce soit parce que le taux de mortalité est supérieur au taux de natalité, ou parce que les flux d’émigration nets sont supérieurs à l’accroissement naturel.

La décroissance démographique est également une conception politique et sociale qui prône une diminution de la taille de l'humanité, en particulier pour faire face aux enjeux actuels de réchauffement climatique et de ressources non renouvelables.

L'aboutissement de cette conception et, plus encore, de cette philosophie sociale est d'accéder à une véritable régénération de l'espèce humaine. La volonté de ses partisans est de réussir à maintenir à niveau stable la démographie mondiale en équilibrant au mieux le taux de natalité et le taux de mortalité. Cet équilibre démographique permettrait ainsi de ne pas surconsommer les ressources naturelles de la planète, et de pouvoir maintenir un équilibre géopolitique convenable, là aussi, au niveau planétaire.

L'usage de la décroissance démographique n'intervient que lorsqu’un certain seuil démographique est atteint. Elle doit permettre l'accession à une démographie stabilisée dont le seuil est déterminé en fonction des exigences vitales et sociales de l'humanité.

La Population mondiale en février 2008 est d'environ 6,7 milliards d'individus[1].

Sommaire

Théories favorables à une décroissance

Le Malthusianisme

Article détaillé : malthusianisme.

Le malthusianisme est une politique prônant la restriction démographique, inspirée par les travaux de l'économiste britannique Thomas Malthus (1766–1834). Le terme est utilisé pour la première fois par Pierre Joseph Proudhon en 1849. A l'origine, cette doctrine est hostile à l'accroissement de la population d'un territoire ou d'un État, et préconisant la restriction volontaire de la natalité, le mot malthusianisme désigne aussi par extension toute attitude craintive devant la vie et le développement.

Le néomalthusianisme

Article détaillé : Néomalthusianisme.

Le néomalthusianisme est une actualisation de la doctrine de Thomas Malthus et de sa prise de conscience des ressources limitées de la Terre. Selon Malthus, l'augmentation démographique est beaucoup plus rapide que la croissance de la production alimentaire, ce qui nécessite une limitation de la natalité pour éviter les famines dues à la surpopulation. Les néomalthusiens font de cette limitation des naissances un droit humain.

Vers une nouvelle théorie ?

Article détaillé : Néomalthusianisme.

Ces théories du XIXe siècle, l'une conservatrice, l'autre pacifiste et progressiste, ne sont plus guère adaptées à notre temps. Elles attendent de faire place à un nouveau mouvement insufflé par des nécessités désormais actuelles d'ordre écologique et environnemental. Différents philosophes, scientifiques ou organisations ont pointé du doigt une catastrophe démographique potentielle désormais jugée imminente : l'écrivain britannique Aldous Huxley, le professeur d'université de Stanford Paul R.Ehrlich, l'anthropologue américain J.Kenneth Smail, l'association Démographie Responsable, ou encore le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) dans son rapport de 2009. Un nouveau terme reste à trouver, qui balayerait le nom de Malthus et sa connotation négative due à l'inspiration inégalitaire et religieuse de ses écrits, pour une nouvelle théorie responsable et applicable dans les faits.

Une décroissance démographique : dans quels buts ?

Les motifs justifiant une décroissance démographique sont multiples mais peuvent s'appréhender sur deux échelles (mondiale et locale) et dans deux environnements au moins (écologique et socio-politique) :


1/ Echelle mondiale, au niveau de l'humanité, la survie de l'espèce :

a/ L'environnement écologique - développement durable :

  • Préservation des ressources naturelles (matières premières, denrées alimentaires...)
  • Préservation de la biodiversité en rendant leurs niches territoriales aux espèces animales et végétales.
  • Préservation du climat en reduisant de facto la production de Co2 et de tout autre gaz à effet de serre.
  • Réduction de facto de tout type de pollutions, même celles dont le cycle nous est encore inconnu.

b/ L'environnement socio-politique - pacification des relations humaines :

  • Réduction des conflits inter étatiques.
  • Réduction des flux migratoires d'origine miséreuse.
  • Préservation des avancées politiques et des idées républicaines et démocratiques.
  • Recul des idéologies politiques ou religieuses extrémistes basées sur l'endoctrinement des masses humaines miséreuses.


2/ Echelle locale, au niveau de l'individu, amélioration des conditions de vie :

a/ L'environnement écologique :

  • Restitution d'une qualité optimale de vie concernant les besoins vitaux (air, eau, alimentation, ensoleillement)
  • Réduction des maux et maladies favorisés par les pollutions.

b/ L'environnement socio-politique :

  • Préservation des libertés individuelles.
  • Réduction du stress social.
  • Préservation des espaces de vie en évitant les densités excessives.
  • Réduction des maladies favorisées par la surpopulation (du simple stress jusqu'aux épidémies)
  • Réduction des maux favorisés par la surpopulation (violences pénales, civiles, sociales,...)
  • Réduction des conflits intra étatiques.

Mesures politiques à travers le monde

Les seules mesures politiques de décroissance démographique prises sont de nature coercitive. Aucune mesure incitative ne semble avoir été envisagée à ce jour.

En Chine

La Population mondiale est en constante augmentation
Article détaillé : Démographie de la Chine.

Jusqu'au début des années 1970, la Chine connaissait une très forte croissance démographique. Afin de limiter la croissance de sa population, elle a adopté une réglementation limitant la taille des familles urbaines (à l'exception des minorités ethniques) à un enfant, à deux enfants pour les familles rurales ayant eu une fille comme premier enfant. Le taux de natalité est ainsi tombé de 21 pour mille en 1990 à 12,4 pour mille en 2003. L'accroissement démographique est quant à lui de 0,6% en 2003 contre 1,44% en 1990.

Le 28 mars 2006, Zhang Weiqing – responsable de la « Commission d'État pour la population et le planning familial » – a indiqué, dans une interview accordée au site internet du gouvernement chinois, que la politique du planning familial avait aidé la Chine à éviter la naissance de 400 millions de bébés au cours des trois dernières décennies. Il a fait remarquer que la Chine avait mis environ trente ans pour réaliser l'objectif du contrôle de la population, alors que cela en avait pris cent dans les pays développés. « L'objectif d'assurer au peuple chinois une vie relativement confortable n'aurait pas pu être réalisé si nous avions 400 millions de personnes supplémentaires » a souligné M. Zhang. La Chine faisant actuellement face à un nouveau pic de ses naissances, la politique de l'enfant unique ne sera pas changée dans un futur proche.

Cette politique n'est pourtant pas toujours appliquée rigoureusement, en particulier dans les campagnes reculées où le contrôle administratif est moins présent. Certaines familles privilégiées préfèrent aussi payer des amendes dont le montant n'a pas été réactualisé récemment.

Au Chili

Un arrêt du Tribunal constitutionnel chilien daté du 4 avril 2008 se propose d'empêcher les chiliennes les plus pauvres d'utiliser pilule du lendemain et stérilet[2]. Cette mesure, soutenue par le parti de droite libérale « Rénovation Nationale » n'est pas directement d'inspiration néomalthusienne puisque anti-contraception. Une analyse plus attentive de cet arrêt révèle que celui-ci cible tout particulièrement les classes pauvres et se propose de contrôler leur sexualité, en leur suggérant une certaine chasteté. Or pour Malthus, c'est bien la procréation des familles les plus pauvres qui devait être restreinte, et ceci par une chasteté volontaire. La filiation de cette politique remonte donc plus au malthusianisme qu'au néomalthusianisme.

Personnalités en faveur de la décroissance

Thomas Malthus

Liste non exhaustive de personnalités en faveur d'une décroissance démographique, ou tout au moins d'un contrôle de la démographie, par ordre chronologique :

  • Thomas Malthus, penseur fondateur
  • Paul Robin, qui a introduit en France les concepts du néomalthusianisme
  • Octave Mirbeau, qui a popularisé dans la presse les idées néomalthusiennes
  • Aldous Huxley, qui évoque la question dans un essai intitulé dans sa version française : "Retour au Meilleur des Mondes".
  • Paul Leyhausen, qui a étudié les effets de la densité de population sur les communautés animales pour ensuite raisonner sur l'espèce humaine ; auteur de La communauté saine – Un problème de densité ? (1965)
  • Paul R. Ehrlich, auteur du livre à succès The Population Bomb (1968)

Critiques

Comme le malthusianisme et la décroissance, la décroissance démographique a été très critiquée. Ainsi, certains comme le démographe Yves Montenay reprochent à ceux qui prônent une baisse de la population de ne pas tenir compte du fait qu'il sera impossible, en Europe et dans les conditions actuelles de règlementation, d'assurer le financement des retraites, celui-ci dépendant du nombre d'actifs et de l'activité économique[3].

Le président de la République tchèque et économiste Václav Klaus considère pour sa part que les tenants de la décroissance démographique sont « emprisonnés dans leurs préjugés malthusiens et leurs ambitions mégalomaniaques ». Pour Klaus, en voulant remettre en cause le droit des individus à avoir des enfants, les tenants de la décroissance nous entrainent sur « la Route de la servitude », vers le totalitarisme. C'est la liberté qui doit prévaloir et non la coercition, quelles que soient ses intentions[4].

Notons aussi que la plupart des partisans de la décroissance soutenable (c'est-à-dire uniquement au niveau économique et de l'empreinte écologique), sont fortement opposés au malthusianisme et la décroissance au niveau démographique. Le journal La Décroissance du mois de juillet 2009 incluait un dossier intitulé "La décroissance contre Malthus". La question a été étudiée plus rigoureusement dans l'ouvrage du généticien et partisan de la décroissance soutenable Albert Jacquard, L'explosion démographique (1994) qui conclut que la Terre n'est pas en surpeuplement, ni aujourd'hui ni avec les prévisions des démographes concernant le XXIe siècle. Paul Ariès, théoricien français de la décroissance écrit souvent dans ses articles ou ouvrages qu'"Il n'y a pas trop d'humains sur terre mais trop d'automobilistes", et défend la thèse que l'"on peut vivre à 9 milliards d'hommes sur terre mais pas avec le mode de vie occidental"[5].

Annexes

Bibliographie

Notes et références

  1. http://populationmondiale.com/ Consulté le 20 février 2008
  2. (fr) Femme, tu ne forniqueras point, article de A. Carmona, C. Gonzalez et B. Michel initialemement paru dans le quotidien chilien La Nación et repris dans Courrier International n°911 (17 avril 2008)
  3. Yves Montenay, Retraites, familles et immigration en France et en Europe, L'Harmattan, 2006
  4. « Vaclav Klaus:L'alarmisme écologiste est une menace pour la liberté », Discours prononcé le 4 mars 2008 à la Conférence internationale sur la changement climatique à New York
  5. journal La Décroissance numéro 61, juillet-août 2009

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Décroissance démographique de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Decroissance demographique — Décroissance démographique Une décroissance démographique est, pour une zone ou un pays donné, une situation dans laquelle le nombre d’habitants diminue, ce que soit parce que le taux de mortalité est supérieur au taux de natalité, ou parce que… …   Wikipédia en Français

  • Decroissance — Décroissance Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • Décroissance — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Décroissance », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) En mathématique, la décroissance… …   Wikipédia en Français

  • Démographique — Démographie La démographie (de l ancien grec demos signifiant « peuple » et de graphein « écrire ») est l étude quantitative des populations et de leurs dynamiques, à partir de caractéristiques telles que la natalité, la… …   Wikipédia en Français

  • Decroissance (economie) — Décroissance (économie) La décroissance est un ensemble d idées soutenu par certains mouvements anti productivistes, anti consuméristes et écologistes appelés « objecteurs de croissance ». Ils rejettent l objectif, en tant que tel, d… …   Wikipédia en Français

  • Decroissance soutenable — Décroissance (économie) La décroissance est un ensemble d idées soutenu par certains mouvements anti productivistes, anti consuméristes et écologistes appelés « objecteurs de croissance ». Ils rejettent l objectif, en tant que tel, d… …   Wikipédia en Français

  • Décroissance (Économie) — La décroissance est un ensemble d idées soutenu par certains mouvements anti productivistes, anti consuméristes et écologistes appelés « objecteurs de croissance ». Ils rejettent l objectif, en tant que tel, d une augmentation du taux… …   Wikipédia en Français

  • Décroissance conviviale — Décroissance (économie) La décroissance est un ensemble d idées soutenu par certains mouvements anti productivistes, anti consuméristes et écologistes appelés « objecteurs de croissance ». Ils rejettent l objectif, en tant que tel, d… …   Wikipédia en Français

  • Décroissance durable — Décroissance (économie) La décroissance est un ensemble d idées soutenu par certains mouvements anti productivistes, anti consuméristes et écologistes appelés « objecteurs de croissance ». Ils rejettent l objectif, en tant que tel, d… …   Wikipédia en Français

  • Décroissance planifiée — Décroissance (économie) La décroissance est un ensemble d idées soutenu par certains mouvements anti productivistes, anti consuméristes et écologistes appelés « objecteurs de croissance ». Ils rejettent l objectif, en tant que tel, d… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.