Domestication Du Cheval


Domestication Du Cheval

Domestication du cheval

Reconstitution d'un Tarpan, animal photographié en 2004, en Allemagne, que l'on croit phénotypiquement proche de l'ancêtre du cheval domestique.

Plusieurs théories existent concernant la domestication du cheval. La découverte la plus récente la fait remonter à 5 500 ans, dans l'actuel Kazakhstan, au sein de la culture Botai[1]. Auparavant, on ne disposait d'une preuve irréfutable de la domestication du cheval qu'avec la découverte de trace d'utilisation de chariots funéraires dans la Culture d'Andronovo vers le IIe millénaire av. J.-C. Les équidés sont représentés dès le XXXe millénaire av. J.-C. mais ces animaux sauvages n'étaient probablement que chassés pour leur viande.

L'hypothèse kourgane supputait que la domestication des chevaux ait eu lieu en Ukraine vers IVe millénaire av. J.-C. Cette hypothèse était la plus largement admise, avant la découverte, publiée sur Science de l'Université d'Exeter et de celle de Bristol relative aux brides portées par les chevaux de la culture Botai et des traces de lait de jument retrouvées dans la poterie locale.

Sommaire

L'ancêtre

Jusqu'à récemment les recherches sur l'origine du cheval domestique (Equus caballus) s'effectuaient en se basant sur la comparaison des fossiles et des squelettes des chevaux modernes (voir Synapomorphie). Les progrès de la génétique permettent une autre approche, le nombre de gènes entre les différentes espèces d'équidés étant variable (32 paires de chromosomes pour le cheval domestique contre 33 pour le Cheval de Przewalski). La question est très discutée. Cependant, la différentiation entre les espèces d'equus laisse penser qu'elle est récente (quelques milliers d'années) sans pouvoir donner de date possible. Ceci est d'autant plus vrai que sur une très longue période, les chevaux sauvages ont pu être en contact avec les chevaux domestiqués.

Le cheval de Przewalski n'est pas domesticable et possède plusieurs caractéristiques anatomiques, comme la position des yeux vers l'avant, plus proche des autres équidés que du cheval domestique.

Les hypothèses :

  • Une des hypothèses suppute que le cheval domestique serait issu de plusieurs espèces différentes du genre Equus croisé par l'homme afin d'obtenir un animal conforme à ses besoins. Les variétés des races équines seraient le fruit du choix dans ces croisements[2]. Une de ces races serait le cheval de Przewalski mais cette théorie semble infirmée par la génétique qui montrerait que les deux espèces ont un ancêtre commun beaucoup plus ancien.
  • L'hypothèse kourgane suppose que les chevaux domestiques dérivent d'une seule espèce issue des steppes d'Asie centrale par le peuple de la Culture de Samara.
  • L'hypothèse de l'Université d'Uppsala : il s'agit d'une étude comparative d'ADN mitochondrial de chevaux fossiles trouvés dans le pergélisol d'Alaska et des chevaux actuels de différentes races (191), dont certaines dites primitives, suggère que des chevaux aient été domestiqués à partir de nombreux spécimens sûrement issus de plusieurs lieux différents[3]. Cette étude montre que la diversité génétique des chevaux est plus grande que pour les autres animaux domestiques. Ceci suggère soit une proximité avec l'espèce sauvage originale soit un plus grand nombre de spécimens originaires de la domestication.

Théorie des quatre lignées fondatrices

L' analyse ADN réalisée à partir d'études morphologiques sur différentes races de chevaux par l'Université d'Uppsala suggère que ces animaux domestiques évoluèrent à partir de populations sauvages qui s'adaptèrent peu à peu à différents biotopes, longtemps avant leur domestication[4]. Toutes les races de chevaux modernes seraient les descendantes de quatre grands « types » de chevaux :

La domestication

« Fatigué de sa liberté, il accepta d’être sellé et bridé et, pour sa peine, fut monté jusqu’à la mort »

— Goethe, Malcolm Lowry, Under the Volcano, chapitre 7

La domestication du cheval a commencé autour de 4000 avant notre ère. Le cheval n'est pas la première conquête de l'homme, il a résisté six millénaires de plus que le chien et plus de trois millénaires de plus que le boeuf. Il est devenu la plus belle conquête de l'homme au terme d'une transformation longue, d'une soumission et d'un apprivoisement commencé dans la semi-liberté des pâturages naturels et achevé à l'âge de la raison cavalière et du cheval moteur. Pendant longtemps, avant toute domestication, les chevaux, chassés et mangés, furent présents dans les pratiques les plus diverses, le culte des morts et les peintures rupestres (la grotte de Chauvet, celle de Lascaux...).

Le cheval, originaire d'Amérique, avait gagné l'Asie en franchissant le détroit de Béring. C'est là qu'eut certainement lieu la première domestication de cet animal. Le plus ancien site où l'on a retrouvé des indices de domestication (autour de 4000 avant notre ère) se trouve dans le sud de l'Ukraine. Pendant des siècles, les chevaux ont constitué une réserve de viande, un gibier valorisant les aptitudes des guerriers et un bien consolidant le statut des chefs. La chasse sélective, le contrôle des troupeaux en captivité ont intensifié le rapport aux hommes, le cheval ne peut bientôt plus se passer de l'homme pour vivre, les premiers gestes d'une mise au travail imposant une socialisation intense.

Une deuxième domestication intervient mille ou deux mille ans plus tard, les hommes ayant ressenti le besoin de s'approprier la force de l'équidé pour l'utilité et avec l'expansion du nomadisme. L'apparition du mors en Eurasie et le perfectionnement des techniques de portage et de traction ont entraîné la véritable mise au travail du cheval. Les instruments du harnachement sont inventés et diffusés : bât, selle, bricole, joug, collier, sangle... Le trait a été la plus importante des nouvelles utilisations car ses applications sont multiples, tant pour l'agriculture que pour la guerre.

Durant l'Antiquité gréco-romaine, peu d'innovation est intervenue. Grecs et Romains ignorent la ferrure connue dans les steppes, ils généralisent l'emploi des chars de guerre. En matière d'équitation, ils ignorent la selle et les étriers dont on connaît ailleurs les premiers essais. Leur cavalerie a été militairement retardataire dans sa tactique par rapport à l'infanterie, en face des cavaliers barbares.

Les nomades cavaliers qui exercent leur pression sur les frontières délaissent chars et voitures, mêlant cavalerie lourde et légère, terrorisant les Occidentaux. Ils créent alors une véritable civilisation équestre, celle des peuples cavaliers où le cheval est partout et à tous, où élevage, dressage, travail, usage militaire ont une présence permanante dans la société. La domestication du cheval s'y achève avec un élevage très extensif sur de grands espaces, avec une équitation efficace et un dressage sévère. Le cheval envahit la culture matérielle et symbolique.

Face à l'Orient cavalier, l'Occident gréco-latin et le monde médiéval sont entrés dans la troisième phase de domestication qui mobilise définitivement les équidés au service des hommes. C'est alors que s'impose la société européenne des écuyers qui réservent l'usage des chevaux à l'Etat et à l'élite sociale et qui s'appuie sur des catégories rurales et urbaines spécialisées pour la production, l'élevage, le dressage, le commerce. Désormais, le cheval est devenu l'emblème d'une classe.

Dans l'économie agricole et les transports, c'est aussi un facteur de progrès. La géographie contrastée de sa présence se met alors définitivement en place : l'élevage trouvent ses implantations favorables sous l'impulsion des ordres monastiques, des aristocraties, des noblesses. Les territoires pauvres et les landes y trouvent également souvent une activité rentable et le cheval accompagne la croissance et la grande culture comme l'ouverture des terroirs.[5]

Voir aussi

Notes

  1. The Earliest Horse Harnessing and Milking Alan K. Outram, revue Science du 6/3/9, Université d'Exeter.
  2. Bennett, Deb. Conquerors: The Roots of New World Horsemanship. Amigo Publications Inc; 1st edition 1998. ISBN 0-9658533-0-6
  3. Vilà et al., 2001
  4. a  et b (en)Helen Briggs, « Origins of domestic horse revealed », BBC News Online. Mis en ligne le 16 juillet 2002, consulté le 21 juillet 2009
  5. magazine Histoire n°338 Janvier 2009, p. 56-59

Sources

Annexe

Liens internes

Liens externes

  • Portail du monde équestre Portail du monde équestre
Ce document provient de « Domestication du cheval ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Domestication Du Cheval de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Domestication du cheval — Reconstitution d un Tarpan, animal photographié en 2004, en Allemagne, que l on croit phénotypiquement proche de l ancêtre du cheval domestique. Plusieurs théories existent concernant la domestication du cheval. La découverte la plus récente,… …   Wikipédia en Français

  • Cheval De Trait — sur une île en 2007 Un cheval de trait, parfois nommé cheval lourd, est à l origine un cheval appartenant à une race puissante et de grande taille, sélectionnée pour ses aptitudes à la traction de véhicules et de matériaux de toutes sortes. La… …   Wikipédia en Français

  • Cheval Dans L'art — Statue de cheval étrusque …   Wikipédia en Français

  • Cheval art — Cheval dans l art Statue de cheval étrusque …   Wikipédia en Français

  • Cheval — Pour les articles homonymes, voir Cheval (homonymie). Cheval …   Wikipédia en Français

  • Domestication — Le mouton, une des premières espèces domestiquées. La domestication d une espèce, animale ou végétale, est l acquisition, la perte ou le développement de caractères morphologiques, physiologiques ou comportementaux nouveaux et héréditaires,… …   Wikipédia en Français

  • Cheval dans l'Antiquité — Article principal : Cheval. L utilisation du cheval dans l Antiquité fut très importante pour de nombreux peuples, en particulier pour le transport et la guerre car la maitrise de cet animal fut parfois le facteur de victoire ou de défaite… …   Wikipédia en Français

  • Cheval des forêts — Le Cheval des forêts (Equus caballus germanicus ou Equus ferus ferus silvaticus) serait une sous espèce du cheval dont l existence est un postulat de la théorie des quatre lignées fondatrices du cheval moderne. Cette hypothèse menée au sein de l… …   Wikipédia en Français

  • Cheval ailé — Les deux chevaux ailés de Tarquinia, dans l art étrusque. Un cheval ailé est un cheval possédant une paire d ailes, généralement à plumes et inspirées de celles des oiseaux, beaucoup plus rarement en cuir, comme celles des chauves souris. Cette… …   Wikipédia en Français

  • Cheval (race) — Race (cheval) Pour les articles homonymes, voir Race. Races de chevaux de selle et de poneys …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.