Djenne


Djenne

Djenné

Djenné
Géographie
Pays Mali Mali
Région Mopti
Cercle Djenné
Superficie km²
Longitude 4° 33’ 17" W
Latitude 13° 54' 21" N
Altitude 307 m
Population
Commune hab.
Ville 14 196 hab.
Politique
Maire (élu en 2009)


13°54′21″N 4°33′17″O / 13.90583, -4.55472 Djenné est une ville du Mali, chef-lieu de cercle, située dans la cinquième région administrative (Mopti) à 574 kilomètres de Bamako.

Djenné est à la charnière entre le monde nomade et le monde sédentaire. Elle est située à 130 km de Mopti, et à 500 km par voie fluviale de la ville caravanière de Tombouctou à laquelle elle est liée commercialement.

Son nom signifie « génie des eaux » en langue bozo.

Localisation de Djenné au Mali

Sommaire

Géographie

Digue à l'entrée de la ville de Djenné

Djenné est construite sur une île de 88 hectares, entre deux bras du Bani, affluent du Niger. Elle est située au bout d'une digue de 23 km qui s'achève sur les bords du Bani. Pour rejoindre la route principale qui relie Bamako à Mopti, il est nécessaire d’emprunter un bac.

Djenné connaît un climat de type sahélien. Les précipitations annuelles sont en moyennes de 400 et 600 mm.

La ville de Djenné compte 14 196 habitants en 2005 contre 10 275 en 1976[1]. Différentes ethnies sont présentes à Djenné : Sonrhaï, Peuls, Bambaras, Sarakolés, Bozos, Dogons et Mossi.

Histoire

Porte d'entrée de la ville de djenné

La région a été occupée à partir du ⅠⅠⅠe siècle avant J.-C., comme en témoignent les nombreux sites archéologiques (65 recensés) dans un rayon de 5 km autour de la ville actuelle. Les plus importants sont Kaniana, Tonomba et Djenné-Djenno, considérée comme la ville ancienne de Djenné.

La ville de Djenné a été construite à proximité de Djenné-Djenno à la fin du ⅠⅩe siècle par des Bozos. Une légende raconte qu’une jeune fille nommée Tapama Dienepo fut enfermée vivante dans un tombeau du mur d’enceinte de la ville afin de protéger la cité et en assurer la prospérité (le génie des eaux qui donne son nom à la cité ferait s'écrouler les maisons de banco et c'est le sacrifice de la jeune fille qui aurait permit d'ériger la ville).

En 1280, le roi Koi Koumboro se convertit à l’islam et fait construire à Djenné sa prestigieuse mosquée. Au XIIIe siècle, la ville est intégrée à l’empire du Mali.

En 1443, elle est conquise par les Touaregs puis par l'Empire songhaï en 1470. En 1591, le Maroc s’empare de Djenné. En 1670, Djenné appartient au Royaume bambara de Ségou.

Djenné est conquise par Sékou Amadou (Empire peul du Macina) en 1819, puis par l’Empire toucouleur d’Oumar Tall en 1862 avant d’être prise par les troupes de Louis Archinard en 1893 lors de la pénétration coloniale française et intégrée au Soudan français.

La ville a été au cours de son histoire au cœur de l’expansion de l’Islam en Afrique noire.

Djenné a toujours été un carrefour pour le commerce transsaharien. Les marchandises en provenance du nord, notamment les bijoux et le sel gemme, s’échangeaient contre les produits du sud, les noix de cola, l’or et l’ivoire. De nos jours encore, le marché qui se tient chaque lundi est le plus important de la région.

La grande mosquée

Article détaillé : Grande mosquée de Djenné.
La grande Mosquée de Djenné

Vers 1280, Koi Komboro, roi de Djenné, se convertit à l’Islam. Il détruit son palais et y fait construire à la place une grande mosquée.

En 1819, Djenné est annexée à l’Empire peul du Macina de Sékou Amadou qui fait détruire la mosquée pour en construire une nouvelle. En 1906, le gouverneur colonial français William Ponty accepte, à la demande du marabout Almamy Sonfo, de reconstruire à l’identique l’ancienne mosquée du roi Koi Komboro. Les travaux, commencés en octobre 1906, seront terminés le 1er octobre 1907.

La grande mosquée peut accueillir environ 1 000 fidèles. Elle mesure 75 mètres de côté et 20 mètres de hauteur. Son toit est soutenu par 100 piliers. Entièrement réalisée en banco, la mosquée bénéficie chaque année d’un crépissage auquel participent tous les habitants de la ville.

La mosquée est typique de l'architecture soudannaise qui inspire les maçons bozos, ceux-ci puisent dans les lignes de ce monument l'esprit des nouvelles mosquées.

Architecture

Façade traditionnelle d'une maison toucouleur à Djenné
Architecture traditionnelle en banco

L’architecture spécifique de la ville de Djenné a permis l’inscription en 1988 de cette ville sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Les bâtiments sont construits en banco. Des morceaux de bois, les « terrons », traversent les murs. Les maçons de la famille des Barri sont les maîtres incontestés de l’architecture de Djenné.

Le chercheur et architecte Abdoulaye Touré explique que des éléments en façades représentent les différents éléments de la famille : père, mère et enfants. Ainsi le nombre de pointes correspond au nombre d'enfants.

Les maisons, qui comprennent généralement un étage, peuvent avoir une façade toucouleur (avec un auvent) ou marocaine. Aujourd’hui, malgré la protection imposée par l’inscription sur la liste du patrimoine mondial, des constructions modernes en ciment dénaturent la vieille ville.

Administration

La commune de Djenné, comprend la ville de Djenné et les villages de Ballé, Diabolo, Gomnikouboye, Kamaraga, Kéra, Niala, Velingara, Souala, Syn et Yenleda. Djenné est jumelée avec la ville française de Vitré (Ille-et-Vilaine) depuis 1987. Le cercle de Djenné comprend les communes de Dandougoufakala, Déraby, Djenné, Fakala, Femayé, Kewa, Madiama, Nema Badenyakafo, Niansanarié, Ouro Ali, Pondory et Togué Mourari.

Politique

Année Maire élu Parti politique
1999 Bamoye Sory Traore ADEMA/PASJ
2004 Gouro Cissé RPM
2009

Liens externes

Notes

  1. Communiqué du Conseil des ministres du 3 mai 2006 cité par L’Essor du 4 mai 2006.


  • Portail du Mali Portail du Mali
  • Portail de l’Afrique Portail de l’Afrique
Ce document provient de « Djenn%C3%A9 ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Djenne de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Djenné —   Commune and town   …   Wikipedia

  • Djenné — Géographie Pays  Mali Région Mopti Cercle …   Wikipédia en Français

  • Djenné — Djenné …   Deutsch Wikipedia

  • Djenné —   [dʒɛ ne], Jenne [dʒɛ ne], Marktstadt in Mali, auf einer Insel im Binnendelta des Niger, etwa 10 000 Einwohner. Mächtige Moschee im sudanesischen Lehmbaustil (1905, Erstbau 13. Jahrhundert).   Geschichte:   Das heutige Djenné, um 1250 gegründet …   Universal-Lexikon

  • Djenné — v. du Mali; 10 280 hab. Dès le IIe s. av. J. C, la ville organise le commerce à moyenne distance. Au XIVe s., les Soninké (ou Sarakholé) font d elle une cap. commerciale, qui jouera un grand rôle dans l empire du Mali, l Empire songhay, le… …   Encyclopédie Universelle

  • Djenne — Lage von Djenné Markt und Moschee von Djenné …   Deutsch Wikipedia

  • Djenné — Djenneé …   Wikipedia Español

  • Djenné — ▪ Mali also spelled  Jenne  or  Dienné   ancient trading city and centre of Muslim scholarship, southern Mali. It is situated on the Bani River on floodlands between the Bani and Niger rivers, 220 miles (354 km) southwest of Timbuktu. Djenné was… …   Universalium

  • Djenne — Original name in latin Djnn Name in other language Djenne, Djenn Djnn dzhene, jnh, Джене State code ML Continent/City Africa/Bamako longitude 13.90608 latitude 4.55332 altitude 278 Population 22382 Date 2007 03 01 …   Cities with a population over 1000 database

  • Djenné (Mali) — Djenné Djenné Géographie Pays  Mali Région Mopti Cercle Djenné …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.