Divinité


Divinité
Pour la notion de dieu dans les religions monothéistes, voir Dieu
Dieux protecteurs sculptés de part et d'autre du pas de la porte (Gyeongju, Nord de la province de Gyeongsang, Corée-du-Sud)

Une divinité, une déité ou un dieu est un être supranaturel, objet de déférence dans différentes religions.

Dieu et la Divinité peuvent aussi être des noms propres qui désignent le Dieu unique dans le monothéisme.

Le mot divinité est également utilisé pour désigner l'essence de ces mêmes entités, ou la qualité de quelque chose de suprême ou de divin.

La définition même des divinités constitue un des éléments centraux de plusieurs religions[réf. nécessaire]. Elles sont présentes dans toutes les cultures depuis l’Antiquité[réf. nécessaire] et comptent parmi les héros des mythologies.

Sommaire

Étymologie

Le mot français dieu vient du latin deus, lié aux mots dies (jour), et divum (ciel ouvert) ; il est apparenté au sanskrit div et diu, (ciel, jour et luminosité).

Religions polythéistes

Les religions polythéistes envisagent l’existence de divinités (dieux ou déités) qui entretiennent entre elles des relations plus ou moins structurées et dont les influences sur le monde des mortels sont variées.

Dieux de l'Égypte antique

Article détaillé : Divinités égyptiennes.

Dieux de la Grèce et de la Rome antiques

Chez les Amérindiens

Article détaillé : Divinités nord-amérindiennes.

Divinités orientales

Dans l'hindouisme

Article détaillé : Divinités du Sanatana Dharma.

Dans l'hindouisme, certaines divinités sont considérées comme des émanations (ou avatars) d’autres dieux, ou d’une divinité primordiale unique.

Dans le bouddhisme

Dans le bouddhisme, les divinités, ou devas[1] sont des êtres dotés de conditions de vie extrêmement favorables (longévité, puissance, jouissances, etc.) acquises par leurs mérites antérieurs. Cependant même s'ils n'épuisent pas tout leur karma personnel, ils se retrouvent dans la même situation que tous les êtres des six domaines d'existence et doivent encore renaître selon leurs mérites. Leur statut est donc équivalent à celui des êtres humains.

Leur condition est à double tranchant puisque : 1) leurs facultés peuvent renforcer le sens de leur valeur personnelle et 2) la facilité de leur vie leur fait négliger des enjeux supérieurs. Orgueil et inconscience, ce sont là deux obstacles à la recherche de l'Éveil bouddhiste et à la génération de l'esprit d'Éveil (Bodhicitta). Cependant des Bouddhas surviennent aussi dans le domaine divin, et certains dévas, tels que Shiva, sont dits s'être « convertis ». Ils peuvent être devenus Bodhisattvas, et c'est à cette condition seulement qu'on pourra leur accorder une quelconque dévotion.

Dans ce sens la condition humaine est la plus favorable à l'Éveil, puisqu'elle se tient au juste milieu des conditions extrêmes d'aisance divine et d'accablement infernal. C'est pourquoi on dit que même les dieux doivent passer par notre condition pour accéder à la Bouddhéité.

D'autre part le Bouddha historique, appelé Shakyamuni, n'est pas confondu avec Dieu au sens occidental, ni les divers Bouddhas confondus avec des dieux éternels, au sens gréco-romain.

Paganisme

Dans le paganisme, les dieux sont des éléments, des forces et des puissances immanentes. Les hommes doivent se les concilier par des rituels de toute nature.

Chez les penseurs orphiques, la théogonie fait intervenir, du moins dans le Papyrus de Derveni (IVe s. av. J.-C.) successivement : Nuit, Protogonos (= Mêtis), Ouranos (~ Gaîa), Kronos et Zeus.

Chez les philosophes néoplatoniciens, la théologie devient complexe, surtout avec Syrianos et Proclos. Selon Proclos (Commentaire du Parménide, VI, 1061-1063), Syrianos a été le seul à découvrir le principe de l'interprétation de Parménide de Platon, selon lequel tout ce qui est nié dans la première hypothèse est affirmé dans la deuxième et détermine les ordres divins qui procèdent de l'Un. Dans la première hypothèse, l'Un est affirmé, dans la seconde les dieux subordonnés à l'Un. Il aurait décomposé la seconde hypothèse du Parménide de Platon en quatorze parties correspondant à la procession de tous les degrés de l'être : les trois triades des dieux intelligibles (= l'être), les trois triades des dieux intelligibles-intellectifs (= la vie), les deux triades des dieux intellectifs (= l'intellect), la septième divinité (= la séparation des dieux supérieurs avec les dieux du monde) ; les dieux hypercosmiques (= les chefs), les dieux hypercosmiques-encosmiques (= les dieux détachés du monde), les dieux encosmiques (= les dieux célestes et sublunaires), les âmes universelles, enfin les êtres supérieurs (anges, démons et héros) (R. L. Cardullo). Dans son Commentaire sur le Timée, Proclos admet neuf niveaux de réalité : Un, être, vie, esprit, raison, animaux, plantes, êtres animés, matière première. Il pose une hiérarchie des dieux en neuf degrés : 1) l'Un, premier dieu ; 2) les hénades ; 3) les dieux intelligibles ; 4) les dieux intelligibles-intellectifs ; 5) les dieux intellectifs ; 6) les dieux hypercosmiques ; 7) les dieux encosmiques ; 8) les âmes universelles ; 9) les anges, démons, héros (Pierre Hadot).

Autres

L'hénothéisme désigne un système polythéiste dans lequel une divinité occupe une place plus importante que les autres,

Le panthéisme considère l’univers lui-même comme divinité.

La Wicca est dualiste : la Déesse, figure principale, est parfois adorée seule comme dans la Wicca dianique. Elle est la mère et l'épouse du Dieu Cornu. Elle l'engendre et l'épouse annuellement avant qu'il ne meure à Samhain. Elle est la Terre, source de toute vie, il est le Ciel fécondant. Cette déesse peut être appelée de tous les noms connus de déesses, de même le Dieu Cornu porte de multiples épithètes empruntées aux diverses mythologies.

Notes et références

  1. Les dévas dans le bouddhisme des Anciens: Maha-samaya Sutta at aussi: Les 31 plans d'existence

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Mircea Eliade, Traité d’histoire des religions, préface de Georges Dumézil, traduction du roumain, édition revue et corrigée par Georges Dumézil, Paris, Payot, « Bibliothèque scientifique », 1949 ; nouvelle édition, 1964 ; 1974. (ISBN 2-228-50091-7) ; « Petite bibliothèque Payot », 1977 (ISBN 2-228-33120-1) ; 1983 (ISBN 2-228-13310-8) ; 1989 (ISBN 2-228-88129-5).
  • Van der Toorn, Karel ; Becking, Bob ; Van der Horst, Pieter Willem, Dictionary of deities and demons in the Bible (DDD), Brill, 1995, XXXVI-1774 p.
  • La divinité: étude psychanalytique Par Paul Diel, Presses universitaires de France, 1950
  • La divinité: le symbole et sa signification Par Paul Diel Payot, 1991
  • Figures des Dieux: rites et mouvements religieux : hommage à Jean Remy Par Liliane Voyé, Jean Remy, De Boeck Université
  • Les dieux des Indo-Européens Par Georges Dumézil, PUF 1952

Voir aussi

Liens externes

  • Portail des religions et croyances Portail des religions et croyances

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Divinité de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • divinité — [ divinite ] n. f. • XIIIe; « théologie » 1119; lat. divinitas 1 ♦ Essence divine, nature de Dieu, de l Être suprême. La divinité du Verbe, de Jésus, dans la religion chrétienne. L homme dans l état de grâce est « rendu comme semblable à Dieu, et …   Encyclopédie Universelle

  • Divinite — Divinité Pour la notion de dieu dans les religions monothéistes abrahamiques, voir Dieu Dieux protecteurs sculptés de part et d autre du pas de la porte (Gyeongju, Nord de la province de Gyeongsang , Corée du Sud) Une Divinité (on …   Wikipédia en Français

  • divinité — DIVINITÉ. sub. f. Essence divine, nature divine. La divinité du Verbe. [b]f♛/b] Il se prend aussi pour Dieu même. Nier la Divinité, ne point reconnoître de Divinité, c est renoncer à toutes les lumières de la raison. [b]f♛/b] Il se prend aussi… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • divinité — Divinité. s. f. Essence divine, nature divine. La divinité de nostre Seigneur Jesus Christ. Nier la divinité. C est nier l existence de Dieu. Il se prend aussi pour les faux Dieux des Payens. Les divinitez des eaux. la divinité du lieu. la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • divinité — Divinité, Diuinitas. Quelque divinité, Quiddam diuinum …   Thresor de la langue françoyse

  • divinité — (di vi ni té) s. f. 1°   Qualité de ce qui est divin. •   Les oracles deviennent galimatias par la mauvaise disposition de l organe qui les rend ; ils perdent l opinion de leur première divinité, et n acquièrent point les grâces de l éloquence… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DIVINITÉ — s. f. Essence divine, nature divine. La divinité du Verbe.   Il se prend aussi pour Dieu même. Honorer la Divinité. Nier la Divinité, ne point reconnaître la Divinité, c est abjurer toute raison.   Il se dit également Des dieux et des déesses du… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • DIVINITÉ — n. f. Essence divine, nature divine. La divinité du Verbe. Il se prend aussi pour Dieu même. Honorer la Divinité. Nier la Divinité, ne point reconnaître la Divinité, c’est abjurer toute raison. Il se dit également des Dieux et des déesses du… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • divinité — nf. divinitâ (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Divinite — Tout bagay ki gen lyen dirèk avèk Bondye, syèl la. Tout bagay ki kapab pote non Bondye menm …   Definisyon 2500 mo Kreyòl