Dissuasion nucléaire


Dissuasion nucléaire

La dissuasion nucléaire est une doctrine stratégique adoptée pendant la guerre froide. Elle a fait l'objet de modélisations par la théorie des jeux.

Clés d'activation de missiles nucléaires LGM-118A Peacekeeper dans un bunker de l'USAF.

Sommaire

Contexte

Avec le début de la Guerre froide, les deux superpuissances sont entrées dans ce que l'on appelle « dissuasion nucléaire » ou « équilibre de la terreur ».

Cette notion consiste en la peur, dans les deux camps, de l'utilisation par l'autre de l'arme nucléaire. Si c'était le cas, l'agressé répliquerait avec les mêmes armes et, en raison de la puissance et des effets des armes nucléaires, chacun pourrait être totalement détruit (MAD, Mutually Assured Destruction ou « Destruction mutuelle assurée ») ou au moins subir des dégâts très importants, si bien que les avantages d'être l'agresseur sont quasi nuls. La stabilité de cette configuration, où deux adversaires se dissuadent ainsi mutuellement, dépend avant tout de la capacité de l'agressé à frapper nucléairement l'autre après avoir subi une première frappe atomique. C'est la « capacité de seconde frappe », élément moteur de la course aux armements qui a opposé les deux superpuissances durant la Guerre froide.

Du fait de leur exceptionnel pouvoir létal en une seule frappe, les armes nucléaires sont longtemps apparues comme essentiellement des armes de pression politique. C'est là l'objectif explicite de la force de dissuasion nucléaire française, élaborée à partir de 1958 par le général de Gaulle.

Cette primauté accordée à l'usage dissuasif de l'arme nucléaire n'est cependant pas universelle : celle-ci est apparue progressivement mais rapidement aux États-Unis, mais ne faisait pas partie du corpus doctrinal officiel de l'URSS. Toutefois la dissuasion mutuelle pesait sur les relations entre les deux pays, comme semblent en témoigner les résolutions « pacifiques » des crises qui ont ponctué la guerre froide. Au contraire, certains auteurs, tels Bruno Tertrais, affirment qu'« il y a sans nul doute une part d’universalité dans la logique de la dissuasion »[1].

Légalité

Suite à la Résolution 49/75 K de l’Assemblée générale des Nations Unies qui demandait, le 15 décembre 1994, à la Cour internationale de justice de rendre un avis consultatif sur la question « Est-il licite, selon le droit international, de recourir à la menace ou à l’emploi d’armes nucléaires dans quelques circonstances que ce soit ? », celle-ci a publié un avis consultatif le 8 juillet 1996 qui déclare que « la menace ou l'emploi d'armes nucléaires serait généralement contraire aux règles du droit international applicable dans les conflits armés ». Néanmoins, dans ce même avis, la cour précise en conclusion que « au vu de l'état actuel du droit international, ainsi que des éléments de fait dont elle dispose, la Cour ne peut cependant conclure de façon définitive que la menace ou l'emploi d'armes nucléaires serait licite ou illicite dans une circonstance extrême de légitime défense dans laquelle la survie même d'un État serait en cause » [2].

La Cour a conclu que ni le droit coutumier ni le droit conventionnel ne contenait d'interdiction spécifique et complète des armes nucléaires et que tout emploi d'une arme de cette nature serait soumis aux principes ordinaires du droit relatif au recours à la force et du droit international humanitaire[3].

Le fait que, pour quelque raison que ce soit, la Cour n'a pas décidé que l'arme nucléaire est toujours interdite implique que les partisans de l'illégalité ont échoué; leur but était justement d'obtenir de la Cour ce qu'ils n'ont pas obtenu, à savoir, la proclamation que les États nucléaires n'ont en aucun cas le droit d'utiliser l'arme qu'ils détiennent. Vice versa, du seul fait que la Cour n'a pas arrêté que la menace ou l'emploi de l'arme nucléaire est prohibé en toutes circonstances, les partisans de la légalité ont eu gain de cause en substance : leur souhait que leur politique de dissuasion nucléaire ne fût pas entachée hic et nunc d'illégalité a été exaucé[4].

L'affirmation précédente est toutefois à nuancer puisque certains auteurs tels Francis Boyle s'appuient sur cet avis consultatif pour affirmer l'illégalité de la dissuasion nucléaire[5].

Différents types de doctrine

Voir aussi Théorie des jeux en relations internationales.

Les doctrines les plus représentatives en matière de stratégie nucléaire sont la doctrine Dulles, ou doctrine des représailles massives, et la doctrine Mac Namara.

La première fut la doctrine nucléaire américaine de 1953-54 à 1962 (où elle fut remplacée par la doctrine MacNamara de riposte graduée). La doctrine nucléaire Dulles, extrêmement rigide, avait un principe simple : toute attaque soviétique contre un pays membre de l'OTAN exposait l'URSS à des représailles nucléaires massives sur ses villes, sans préavis et sans retenue.

En 1962, la doctrine MacNamara (ou doctrine de la riposte graduée) devient la ligne géopolitique choisie par les Américains en matière de stratégie nucléaire : elle implique un recours progressif et adapté aux armes de destruction massive. Robert McNamara, secrétaire d'état dans l’administration Kennedy, veut s’écarter de la précédente doctrine Dulles, dite des représailles massives. Dans le cas où la dissuasion échouerait, refusant une stratégie nucléaire apocalyptique, il cherche un moyen de poursuivre des négociations pour mettre fin au conflit, même après une première utilisation d’armes nucléaires.

Deux types de dissuasion existent :

  • Dissuasion unilatérale
  • Dissuasion bilatérale

Le rapport de forces entre les États sera déterminant.

Ci-dessous quelques exemples :

Le coût économique nécessaire pour posséder l’arme nucléaire étant inférieur au coût de destruction, le jeu est gagnant en termes de coût de destruction mais en coût absolu (indépendamment des retombées civiles) l’avantage est moins net.[pas clair]

Détection et localisation d'une explosion nucléaire

Notes et références

  1. (fr) Bruno Tertrais, « La logique de dissuasion est-elle universelle ? » sur defense.gouv.fr, Fondation pour la recherche stratégique, 25 avril 2008. Consulté le 10 janvier 2009
  2. (fr)-(en)[PDF] Licéité de la menace ou de l'emploi d'armes nucléaires, Cour internationale de justice, 8 juillet 1996, p. 44 (85 du PDF). Consulté le 23 octobre 2009
  3. (fr)L'avis consultatif sur les armes nucléaires et la contribution de la Cour internationale de Justice au droit international humanitaire, Revue internationale de la Croix-Rouge, 28 février 1997. Consulté le 23 octobre 2009
  4. (fr)La Cour internationale de Justice sous le poids des armes nucléaires : jura non novit curia ?, Revue internationale de la Croix-Rouge, 28 février 1997. Consulté le 23 octobre 2009
  5. (fr) Francis Boyle, « La dissuasion nucléaire est contraire au droit international », Voltairenet.org, 21 octobre 2009. Consulté le 23 octobre 2009

Voir aussi

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Dissuasion nucléaire de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Dissuasion nucléaire française — Force de dissuasion nucléaire française Force de dissuasion nucléaire française Pays France Date où le programme nucléaire a été lancé 1954 Premier test d arme nucléaire 13 février 1960 Premier test de bombe H 24 août 1968… …   Wikipédia en Français

  • Force de dissuasion nucléaire française — France Arsenal nucléaire Programme Date de lancement 1954 Premier essai nucléaire 13 février 1960 Premier essai …   Wikipédia en Français

  • Force De Dissuasion Nucléaire Française — Pays France Date où le programme nucléaire a été lancé 1954 Premier test d arme nucléaire 13 février 1960 Premier test de bombe H 24 août 1968 Dernier test d arme nucléaire …   Wikipédia en Français

  • Force de dissuasion nucleaire francaise — Force de dissuasion nucléaire française Force de dissuasion nucléaire française Pays France Date où le programme nucléaire a été lancé 1954 Premier test d arme nucléaire 13 février 1960 Premier test de bombe H 24 août 1968… …   Wikipédia en Français

  • Force de dissuasion nucléaire — française Force de dissuasion nucléaire française Pays France Date où le programme nucléaire a été lancé 1954 Premier test d arme nucléaire 13 février 1960 Premier test de bombe H 24 août 1968 Dernier test d arme nucléaire …   Wikipédia en Français

  • Force de dissuasion nucléaire de la France — Force de dissuasion nucléaire française Force de dissuasion nucléaire française Pays France Date où le programme nucléaire a été lancé 1954 Premier test d arme nucléaire 13 février 1960 Premier test de bombe H 24 août 1968… …   Wikipédia en Français

  • Force de dissuasion nucléaire — Force de frappe (wörtlich: „Schlagkraft“, offiziell: Force de dissuasion nucléaire de la France) ist die landläufige Bezeichnung für die Französische Atomstreitmacht. Inhaltsverzeichnis 1 Zur Bezeichnung 2 Hintergründe der Entstehung 3 Geschichte …   Deutsch Wikipedia

  • Force de dissuasion nucléaire de la France — Force de frappe (wörtlich: „Schlagkraft“, offiziell: Force de dissuasion nucléaire de la France) ist die landläufige Bezeichnung für die Französische Atomstreitmacht. Inhaltsverzeichnis 1 Zur Bezeichnung 2 Hintergründe der Entstehung 3 Geschichte …   Deutsch Wikipedia

  • Force de dissuasion nucléaire française — Force de frappe (wörtlich: „Schlagkraft“, offiziell: Force de dissuasion nucléaire de la France) ist die landläufige Bezeichnung für die Französische Atomstreitmacht. Inhaltsverzeichnis 1 Zur Bezeichnung 2 Hintergründe der Entstehung 3 Geschichte …   Deutsch Wikipedia

  • NUCLÉAIRE (ARMEMENT) - Problèmes politiques — Après les explosions nucléaires qui ont frappé Hiroshima puis Nagasaki, le monde est entré dans l’ère nucléaire et cet événement arrive dans la terreur. Terreur des rares rescapés dans l’angoisse d’une mort différée. Terreur de l’empire nippon… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.