Directement en vidéo


Directement en vidéo

Vidéofilm

Le vidéofilm est une branche de la production audiovisuelle particulièrement destinée à une diffusion sous format vidéo, c'est-à-dire VHS, LD, VCD, DVD ou Blu-Ray Disc. Le vidéofilm a la particularité d'être diffusé dans un premier temps en vidéo, même s'il peut par la suite être diffusé à la télévision. On oppose ce concept à celui de film diffusé au cinéma, téléfilm diffusé à la télévision et spectacle joué au théâtre. Même si un film, un téléfilm ou un spectacle finissent par être distribués sous forme de vidéo, ils ne seront pas qualifiés de vidéofilm.

Le vidéofilm peut se présenter sous différents formats : long métrage, court métrage, moyen métrage. La qualité d'un vidéofilm varie de la qualité de film cinéma à une qualité amateur.

Sommaire

Historique

Les anglophones utilisent le terme "direct-to-video", soit "directement en vidéo". Ce terme peut sous-entendre que le film a été jugé de trop piètre qualité pour justifier une sortie au cinéma[1]. Il ne reflète pas toujours la réalité, car certaines productions ont été faites spécifiquement pour le marché de la vidéo.

Du point de vue juridique, les œuvres cinématographiques bénéficient de régime particulier. Il convient donc de ne pas qualifier de "film", une œuvre qui n'est jamais sortie au cinéma.

Les raisons d'une diffusion en vidéo

Les origines des vidéofilms sont diverses :

  • prolongement de série télévisée ou de films
    Le prolongement de série télévisée d'animation est très répandus au Japon, dès les années 1980. Les séries d'animation américaine adoptent le format vidéo, comme les Simpsons ou Batman. Plus récemment Stargate : Continuum en est un autre exemple. La cible marketing est suffisamment fidélisée pour garantir un revenu mais pas suffisamment large ou l'histoire n'est pas suffisamment percutante pour justifier une sortie au cinéma. Beaucoup d'histoire de film Disney ont ainsi été prolongé.
  • film non distribué en salle :
    le film n'a pas été jugé comme étant de suffisamment bonne qualité pour être distribué en salle. Certains films étant sortis en salle dans leur pays d'origine, il est alors difficile de les considérer comme des vidéofilms. Pour d'autres films, c'est inverse, comme c'est la cas pour Bambi 2.
  • série ou histoire originale en vidéo :
    Assez fréquent au Japon, Tenchi muyo! et Patlabor sont des exemples de séries ayant débuté en vidéo.
  • vidéo originale utilisant la notoriété de l'acteur :
    comme Les Petites Annonces d'Elie Semoun, ou Pour toi, public de Franck Dubosc
  • série ou histoire utilisant une notoriété sur un autre support :
    Assez fréquent au Japon, où la notoriété de jeux vidéo, de manga, de romans sont souvent utilisés. Notons aussi des films d'animation qu'on pourrait qualifier de plagiat des films Disney, si les histoires qui ont inspiré Disney n'était pas libres de droit.
  • contenu violent, sexuel, offensant obligeant à en limiter l'audience
    Parfois extrêmes, d'autres le sont moins, comme les vidéos de Cauet qui propose les scènes coupées de son émission télévisée.
  • public très restreint mais très intéressé
    des professionnels de domaine très pointu peuvent faire des vidéos à prix parfois élevé (jusqu'à 20 fois le prix d'un film de cinéma en vidéo), mais à diffusion très restreinte. Tous les sujets peuvent être abordés, comme le sport, les activités manuelles, le développement personnel, la relaxation, la magie, la jongle, etc.

OVA

Article détaillé : OVA.

Apparut en 1983, les OVA connurent leur apogée dans les années 1990, où beaucoup de mini-séries étaient distribuées sous ce format. Actuellement, ce système n'est plus guerre réservé qu'aux prolongements de série après leur arrêt de diffusion télévisée, pour lesquels les bénéfices sont assurés.

Notes et références

  1. en:direct-to-video« The term is also at times used as a derogatory term for sequels of films that are not expected to have financial success. »

Voir aussi

Liens externes

  • Portail du cinéma Portail du cinéma
Ce document provient de « Vid%C3%A9ofilm ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Directement en vidéo de Wikipédia en français (auteurs)