Dieu Pan


Dieu Pan

Pan (mythologie)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pan.
Haut-relief de Pan, Palais Neuf (Rome)

Personnage de la mythologie grecque, Pan (en grec ancien Πάν / Pán, « tout ») est le dieu de la totalité, de la Nature tout entière. Il est souvent identifié à Phanès ou Protogonos. Au cœur de la tradition orphique, il en est le dieu unique.

Sommaire

Mythe

Pan est le protecteur des bergers et des troupeaux. Il est généralement figuré avec des pieds de bouc et des cornes. Souvent confondu avec les satyres (hommes à demi caprins, oreilles, queue et pieds de chèvre), Pan est représenté de manière moins humaine, caractérisé par sa laideur et sa sauvagerie. En plus de la nature, Pan est associé à la fécondité.

L’Hymne homérique qui lui est consacré le nomme fils d'Hermès et d'une nymphe, fille de Dryops. Il naît ainsi sur le mont Cyllène, en Arcadie. Devant son apparence monstrueuse, sa mère s'enfuit, mais le père porte son fils sur l'Olympe(ce qui confèrera à Pan sa nature divine), où tous les dieux se réjouissent de le voir. Selon l'auteur, ce serait l'origine de son nom : tous [Pán] les dieux furent réjouis. Selon d'autres légendes, il passait pour le fils de Zeus et de Callisto ou de Zeus et de la nymphe Thymbris, ou encore de Zeus et d'Hybris, la déesse de la Démesure. Enfin, suivant des récits postérieurs à l'Odyssée, Pan est plutôt considéré comme le fils d'Hermès et de Pénélope qu'Ulysse aurait répudiée en raison de son infidélité, ou bien comme celui qu'elle conçut après avoir cédé successivement à ses cent huit prétendants[1]. Pour concilier ces différentes variantes, Nonnos de Panopolis imagina l'existence d'une quinzaine de Pan différents, les uns issus du Pan primordial, alors considéré comme le fils de la nymphe-chèvre Amalthée et le frère de lait de Zeus, les autres nés d'Hermès par les nymphes Sosé et Pénélope[2].

Selon d'autres légendes, Pan n'aime pas l'Olympe, ou les dieux rient de son aspect, et préfère vivre dans les bois et les forêts en compagnie des satyres, nymphes et autres divinités de la nature.

Selon Ovide (Métamorphoses, XI), Pan défie Apollon dans un concours musical jugé par Tmolos, roi lydien, finalement remporté par le dieu lui-même (le concours, avec notamment la présence de Midas, peut être rapproché de celui qui oppose Apollon et Marsyas).

Pan est présenté comme le dieu de la foule, et notamment de la foule hystérique, en raison de la capacité qui lui était attribuée de faire perdre son humanité à l'individu paniqué, et de déchirer, démembrer, éparpiller son idole. C'est l'origine du mot « panique », manifestation humaine de la colère de Pan.

Si l'on attribue à Pan des comportements peu bienveillants, il faut faire abstraction des attentions qu'il portait aux bergers et à leurs troupeaux dont il était naturellement le protecteur.

Le christianisme s'inspira sans doute de l'apparence et du caractère sulfureux de ce dieu très populaire, et le « diabolisa » en octroyant ses attributs au démon, pour lutter contre le paganisme et toute autre tradition religieuse qui résistait à son implantation.

C'est Pan qui fournit les chiens de la meute d'Artémis.

Pan est le seul dieu à avoir un jour connu la mort, que l'on peut aussi interpréter comme une représentation du cycle des saisons, et du passage de la belle saison à l'automne puis a l'hiver.

Amours

  • La nymphe Syrinx se transforma en roseaux pour échapper à son désir. Comme le vent de son souffle faisait gémir les roseaux, en hommage, Pan confectionna un instrument de musique auquel il donna le nom de syrinx, connu sous celui de flûte de pan.
  • La nymphe Écho dont la voix merveilleuse rendait tout homme amoureux. Pan la rattrapa et l'éparpilla sur toute la Terre. Il n'en reste que l'écho, pâle imitation et une fille, Lynx, qu'Héra, pour la punir d'avoir favorisé les amours de Zeus avec Io, métamorphosa en statue de pierre ou en un oiseau utilisé dans les conjurations amoureuses, le torcol[3].
  • Le berger de Sicile Daphnis, amant de Pan.
  • Séléné (personnification de la Lune), qui se laissa séduire en acceptant un troupeau de bœufs blancs.
  • La nymphe Euphéné, qui lui donne un fils, Crotos, devenu la constellation du sagittaire.

Ainsi, Syrinx pourchassée par envie s'échappa et fut rassemblée post mortem (et ainsi rattrapée), alors qu'Écho pourchassée par jalousie fut rattrapée puis éparpillée dans la mort (et ainsi disparut). Le mythe de Pan concentre toute la dualité de l'imitation : désir/jalousie, rassembler/éparpiller, présence/absence.

Épithètes, attributs et sanctuaire

  • Ses attributs : la flûte de Pan, les cornes, les pattes de bouc
  • Ses sanctuaires : L'Acardie, où il est le dieu national, se partageant avec Zeus le principal sommet de la région, le mont Lycée.
  • L'une des grottes du versant Nord de l'Acropole lui est consacré.

Iconographie

Né dans les bois de l'Arcadie, la région la plus isolée du Péloponnèse, Pan est vénéré par la population locale, attribuant à Pan des éléments pastoraux. À l'origine, il ressemble à un bouc redressé sur ses pattes arrières ; puis, au fil du temps, son humanité apparaît, et au final il ne conserve que deux cornes cachées dans sa chevelure. Les satyres partagent avec Pan des attributs communs, et suivront eux aussi une certaine humanisation : ils sont identifiables par leur barbe et leurs cheveux hirsutes, des oreilles pointues d'équidés, une longue queue chevaline et leur sexe est généralement en érection — attributs que le temps humanisera, notamment avec les textes de Praxitèle. Les satyres apparaissent comme de jeunes rustres, exprimant la brutalité érotique de la jeunesse[4].

Notes

  1. Sources diverses : Servius, Pausanias, Tzetzès à Lycophron, etc.
  2. Catalogue de l'armée divine de [[Dionysos (mythologie)|]] au chant XIV des Dionysiaques.
  3. Souda ; scholiastes de Théocrite et de Pindare, IV, 56.
  4. Dictionnaire illustré de la mythologie et des antiquités grecques et romaines, Pierre Lavedan, Hachette, 1931.
Nymphenburg-Parc.jpg

Articles connexes

Bibliographie

  • (en) Catherine Johns, Sex or Symbol, Erotic Images of Greece and Rome, Londres, 1983.
  • Le grand dieu Pan (The Great God Pan) roman de Arthur Machen (1894)

Filmographie

  • Sa Majesté Minor, Jean-Jacques Annaud, 2007.
  • Le Labyrinthe de Pan, Guillermo Del Toro, 2006.
  • La Flûte de Pan, Mallory Grolleau, 2008.

Musicographie

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Salomon Reinach, « La Mort du grand Pan », dans Cultes, Mythes et Religions, t. III, éd. Ernest Leroux, Paris, 1906, p. 1-15. [lire en ligne].
  • Philippe Borgeaud, « La mort du grand Pan. Problèmes d’interprétation », dans Revue de l'histoire des religions, no 200-1 (1983), p. 3-39 [lire en ligne].
  • Portail de la mythologie grecque Portail de la mythologie grecque
Ce document provient de « Pan (mythologie) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Dieu Pan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pan (mythologie) — Pour les articles homonymes, voir Pan. Haut relief de Pan, Palais Neuf (Rome) Personnage de la mythologie grecque …   Wikipédia en Français

  • Dieu Cornu — Détail d une figure humaine portant des cornes, relevée par l Abbé Breuil Depuis les travaux de l anthropologue Margaret Murray, le Dieu cornu (en anglais Horned God) désigne la divinité de la préhistoire qui, bien avant que l Eglise chrétienne… …   Wikipédia en Français

  • Pan — Pour les articles homonymes, voir Pan (homonymie). Haut relief de Pan, Palais Neuf (Rome) Dans la mythologie grecque, Pan (en grec ancien …   Wikipédia en Français

  • pan — 1. pan [ pɑ̃ ] n. m. • 1080; lat. pannus « morceau d étoffe » 1 ♦ Grand morceau d étoffe; partie flottante ou tombante d un vêtement. Pan d une chemise, d un manteau (⇒ 1. basque) . Se promener en pan de chemise. ⇒ bannière. S attacher au pan de… …   Encyclopédie Universelle

  • Pan (mythology) — Infobox Greek deity Caption = Pan teaching his eromenos, the shepherd Daphnis, to play the panpipes 2nd century AD Roman copy of Greek original ca. 100 BC attributed to Heliodorus (found in Pompeii) Name = Pan God of = God of shepherds and flocks …   Wikipedia

  • Dieu cornu — Détail d une figure humaine portant des cornes, relevée par l Abbé Breuil Depuis les travaux de l anthropologue Margaret Murray, le Dieu cornu (en anglais Horned God) désigne la divinité de la préhistoire qui, bien avant que l Eglise chrétienne… …   Wikipédia en Français

  • Dieu Mercure — Mercure (mythologie) Pour les articles homonymes, voir Mercure. Mercure enlevant Psyché Mercure (rom.) / Hermès ( …   Wikipédia en Français

  • pan — 1. (pan) s. m. 1°   Partie considérable d un vêtement, robe, manteau, habit. •   D un des pans de sa robe il couvre son visage, à son mauvais destin en aveugle obéit, CORN. Pomp. II, 2. •   De ses bras elle se dérobe, Lui laissant un pan de sa… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • PAN (mythologie) — PAN, mythologie Originaire sans doute d’Arcadie, Pan est un dieu des bergers et des troupeaux, dont le culte s’est répandu à travers la Grèce et a débordé les limites du monde hellénique. Mi homme, mi bouc, il bondit de rocher en rocher, agile à… …   Encyclopédie Universelle

  • DIEU — LE TERME «Dieu» (au singulier et avec une majuscule) renvoie dans notre culture pénétrée de christianisme à l’affirmation monothéiste de l’Ancien et du Nouveau Testament (la Bible juive, plus les premiers écrits chrétiens que les Églises tiennent …   Encyclopédie Universelle