Dictature (Argentine)


Dictature (Argentine)

Dictature militaire en Argentine (1976-1983)

Emilio Eduardo Massera, Jorge Rafael Videla et Orlando Ramón Agosti, les chefs de la première junte militaire argentine (1976-1980)

Le « Processus de réorganisation nationale » (« Proceso de Reorganización Nacional ») est le nom officiellement donné à soi-même par la dictature militaire argentine de 1976 à 1983.

La junte militaire prit le pouvoir dans un contexte tendu d'affrontements entre les péronistes de gauche et de droite, qui culmina dans le massacre d'Ezeiza le jour du retour du général Juan Perón, en exil depuis vingt ans en Espagne franquiste. Après le renversement en 1976 par un coup d'État du gouvernement dirigé par Isabel Perón, le général Videla dirigea la junte, formée d'un représentant de la Marine, d'un autre de l'Armée de terre et d'un de l'aviation. Quatre juntes militaires vont se succéder jusqu'en 1983. Le régime fut responsable de la mort ou de la disparition de 30 000 personnes (les desaparecidos), de l'exil de milliers d'argentins et de la guerre des Malouines avec la Grande-Bretagne.

Le volet militaire du programme nucléaire argentin développé sous la dictature sera arrêté lors du retour à la démocratie en 1983 par le président Raúl Alfonsín. Lors de sa présidence, pendant la transition démocratique, un Procès de la junte eut lieu, mais les généraux ont par la suite été amnistiés par le président Carlos Menem.

Sommaire

Quatre juntes successives

Opération Condor

Articles détaillés : Guerre sale et Opération Condor.

Buenos Aires, et en particulier la SIDE, coopéra alors avec la DINA chilienne dans le cadre de l'opération Condor pour mettre les ressources policières en commun et poursuivre et assassiner chaque opposant politique. Ainsi, ceux-ci qui croyaient trouver l'asile ou, tout au moins, l'indifférence dans les pays voisins, étaient en fait assassinés par la police locale. Ceux qui s'échappèrent aux Etats-Unis ou en Europe n'échappèrent pas moins à la "phase 3" de l'opération Condor, qui prévoyait l'envoi de commandos pour assassiner les figures les plus en vue (cf. en particulier l'assassinat le 21 septembre 1976 de l'ancien ministre chilien Orlando Letelier à Washington D.C.).

Conflit du Beagle et guerre des Malouines

En 1978, l'Argentine mobilisa ses troupes dans le cadre de l'Operación Soberanía, risquant la guerre contre le Chili, alors gouverné par le général Pinochet, pour une dispute territoriale concernant les îles Lennox, Nueva et Picton. La guerre fut évitée grâce à une médiation du Pape Jean-Paul II.

Voyant sa popularité s'effondrer, la junte de Buenos Aires tenta (avec un relatif succès) de remobiliser le pays derrière elle en déclarant la guerre au Royaume-Uni au sujet de l'île des Malouines, qui abrite une base militaire britannique. Surpris par l'intervention immédiate du gouvernement Thatcher, l'armée argentine est rapidement écrasée, défaite militaire qui entraîne à son tour la transition démocratique.

Aménagement du territoire

A la fin des années 1970, l'Etat obligea 82% de la population du bourg de Federación, dans la province de l'Entre Ríos, à déménager, afin de procéder à des travaux d'aménagement du territoire. L'Etat plongea alors la ville de Federación sous les eaux, la faisant disparaître, et en créa une autre, inaugurée le 25 mars 1979 [1].

Commémoration des victimes de la dictature

Le Congrès argentin décréta en 2002 la date du 24 mars comme Jour de la Mémoire pour la Vérité et la Justice, en commémoration des victimes de la « guerre sale », jour qui a été déclaré férié en 2006, sous la présidence de Néstor Kirchner.

Références

  1. Carlos Gamerro, Federación y muerte, Página/12, 30 avril 2008 (es)

Bibliographie

Luz ou le temps sauvage, Elsa Osorio

Liens internes

Ce document provient de « Dictature militaire en Argentine (1976-1983) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Dictature (Argentine) de Wikipédia en français (auteurs)