Diane De Poitiers


Diane De Poitiers

Diane de Poitiers

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Diane.
Diane de Poitiers (vers 1555). Atelier de François Clouet, Chantilly, musée Condé.

Diane de Poitiers, née le 3 septembre 1499 ou le 9 janvier 1500 ( lieu de naissance incertain : Saint-Vallier-sur-Rhône ou Étoile dans la Drôme), morte le 26 avril 1566 à Anet (Eure-et-Loir), comtesse de Saint-Vallier, duchesse de Valentinois, fut la favorite du roi de France Henri II. Dotée d’un sens aigu du pouvoir et de ses intérêts financiers, célèbre pour sa beauté, elle exerça une grande influence sur le roi.

Sommaire

Biographie

Femme de Louis de Brézé

Diane de Poitiers, anonyme, avant 1525, pierre noire et sanguine, 258 x 178 mm, Paris, bibliothèque nationale de France.

Diane était la fille aînée de Jean de Poitiers († 1539), vicomte d'Estoile, seigneur de Saint-Vallier, et de Jeanne de Batarnay. Orpheline de mère à six ans, elle passa ses jeunes années auprès d’Anne de Beaujeu, austère femme de tête qui avait su tenir en respect la noblesse durant la régence qu’elle assura pour son frère Charles VIII.

C’est sur son entremise que le 16 avril 1515, âgée d'à peine quinze ans, elle épouse à Paris en l'Hôtel de Bourbon Louis de Brézé, son aîné de près de 40 ans, petit-fils de Charles VII et d'Agnès Sorel, comte de Maulevrier, grand-sénéchal de Normandie et Grand veneur de France ; elle lui donnera deux filles :

En 1524, son père est accusé de complicité dans la trahison du Connétable de Bourbon, gendre d’Anne de Beaujeu. Devenu le principal bouc émissaire de l’affaire, c’est in extremis sur l’échafaud qu’il apprend sa grâce, accordée par le roi en reconnaissance des bons et loyaux services de Louis de Brézé qui l’avait d’ailleurs alerté sur le complot. Jean de Poitiers finira ses jours enfermé (dans un certain confort) dans la forteresse de Loches.



Elle est appointée dame d’honneur de la reine Claude, puis de la mère du roi, Louise de Savoie, et enfin de la reine Eléonore. Rien n’indique qu’elle ait été la maîtresse de François Ier, malgré les rumeurs répandues par ses détracteurs parfois reprises dans certaines biographies.

Favorite d’Henri

Dame au bain
Tableau de François Clouet dont le modèle est réputé être Diane de Poitiers, vers 1571, 92,1 x 81,3 cm, Washington, National Gallery of Art.
Diane chasseresse, tableau d'un artiste de la première école de Fontainebleau, dont le modèle est réputé être Diane de Poitiers, entre 1550 et 1560, 192 x 133 cm, Paris, Musée du Louvre.

A la suite de la défaite de Pavie (1525), le dauphin François et son cadet Henri, duc d'Orléans et futur Henri II, sont remis en otage à Charles Quint en échange de leur père. Du fait du retard dans le paiement de la rançon, les deux princes sont bientôt soumis à une détention sévère et passent presque quatre années (1526-1530) très isolés, dans l’incertitude quant à leur avenir. Henri se plonge dans la lecture d’Amadis de Gaule, roman de chevalerie. Cette expérience a pu contribuer à lui faire voir la "Dame par excellence" dans celle que son père charge de faire son éducation de cour lorsqu’il revient en France. Il a alors 11 ans et elle 31. C’est d’ailleurs Diane qui lui avait donné son baiser d’adieu lors de son départ pour l’Espagne, la reine Claude étant morte deux ans plus tôt. Lors du tournoi organisé en 1531 pour le couronnement d’Éléonore de Habsbourg, alors que le dauphin François salue comme il se doit sa nouvelle belle-mère, c’est devant Diane de Poitiers qu’Henri abaisse sa lance et ses couleurs.

Louis de Brézé meurt le 23 juillet 1531 à Anet et Diane adopte définitivement pour sa tenue les couleurs d'une veuve, dont Henri II s’inspirera plus tard pour sa livrée ordinaire (noir et blanc rayée d’or). Son sens aigu des intérêts financiers se manifeste dès ce moment. Elle obtient de se faire verser les gages que son mari recevait au titre de gouverneur de Normandie et de grand-sénéchal, prenant elle-même le titre de "sénéchale de Normandie". Elle obtient d’administrer les biens de ses filles et d’en percevoir les revenus. "Férue en procédure et entourée d'hommes de loi", elle va jusqu’au procès pour tenter de conserver les terres que son mari détenait en apanage. François Ier l’aide à tergiverser grâce à des lettres patentes statuant qu’elle peut conserver les revenus et profits de ces terres jusqu'à ce que la propriété en soit établie. Diane saura toute sa vie faire prospérer sa fortune.

Henri II épouse Catherine de Médicis en 1533. Louis de Brézé et Diane avaient appuyé le choix de l’arrière petite-fille de Laurent le Magnifique, considérée comme une « fille de marchands » par les opposants à l’union. Le grand-père maternel de Catherine (fille de Madeleine de la Tour d'Auvergne) est le frère de la grand-mère paternelle de Diane ; elles sont donc parentes. C’est d’ailleurs autant en « belle-mère » mi-protectrice mi-abusive qu’en rivale que Diane agace Catherine. C’est en effet elle qui pousse Henri II à multiplier les visites nocturnes à sa femme lorsque les rumeurs de répudiation s’élèvent devant la stérilité prolongée du couple. Elle se fait confier l’éducation de leurs enfants, qu’elle conserve jusqu’en 1551. Sa fille Françoise est aux commandes de la maison de Catherine de Médicis.

On estime généralement d’après leur correspondance que c’est en 1538 que Diane devient la maitresse d’Henri, promu dauphin deux ans auparavant par la mort de son frère. Intelligente, passionnée, de haute noblesse, consciente de son prestige et de son influence, elle est de vingt ans plus âgée que son amant. Leur relation amoureuse, parfois évoquée complaisamment par des écrivains comme Pierre de Bourdeille dit Brantôme, restera en fait d’une extrême discrétion. L’emprise que Diane exerce sur Henri est complexe : nettement plus âgée et plus cultivée que lui et l’ayant de surcroît en partie éduqué, elle est autant sa marraine, sa dame objet d’amour platonique et sa conseillère que sa maitresse. Henri II eut peu d'incartades notoires, toutes d'assez courte durée. Les mieux connues sont Filippa Duci, Jane Stuart et Nicole de Savigny. De la première, rencontrée lors d’une campagne au Piémont, il aura une fille, la future Diane de France (née en 1538), qui fait taire les rumeurs concernant sa possible stérilité. Envoyée en France, elle sera prise en main par Diane de Poitiers et nommée après elle. La liaison avec la deuxième, gouvernante de Marie Stuart, semble avoir été encouragée par Anne de Montmorency qui cherchait à écarter la sénéchale de Normandie trop favorable aux Guise. Absente momentanément de la cour pour raison de santé, elle revint en catastrophe avertie par les Guise et fit, en accord avec Catherine de Médicis, renvoyer Janet Stuart en Écosse après la naissance d'un fils (Henri d'Angoulême, 1551-1586). Le fils qu'Henri II eut avec Nicole de Savigny, Henri de Saint-Rémi (avant 1558-1621), fut titré mais non reconnu car le roi conservait des doutes sur sa paternité.

L'emblème de Diane de Poitiers.

Du temps de François Ier, la sénéchale de Normandie partage tout d'abord l'influence à la cour avec la duchesse d'Étampes, maîtresse royale : chacune d'elles a son parti, et leur rivalité occasionne plusieurs scènes scandaleuses. À la mort du roi en 1547, tenace dans ses haines, Diane fait exiler la duchesse et devient toute-puissante : Catherine de Médicis, dont la position s’est consolidée depuis qu’elle a mis au monde un héritier (1544), doit pourtant concéder son ascendant à la favorite, qui est faite en 1548 duchesse de Valentinois, titre habituellement décerné aux princes du sang ou étrangers, puis duchesse d'Étampes en 1553. Elle s'entoure d'une cour brillante mais néanmoins plus austère que celle de François Ier. Henri lui fait cadeau de bijoux de la couronne et de la propriété royale de Chenonceau sur laquelle elle charge Philibert Delorme, son architecte, de bâtir un des plus beaux ouvrages de l'époque. Lors du sacre de Catherine en 1549, elle préside la cérémonie vêtue de la livrée des princesses du sang. De nombreux commentaires ont été fait sur l’ambiguïté du monogramme du roi Henri II, un H majuscule entouré de deux demi-cercles qui peuvent aussi bien s’interpréter comme deux C ou deux D. On a fait remarquer que sur le monogramme du cabinet de Catherine de Médicis à Blois, le C est marqué sans ambiguïté. Jusqu’à la mort du roi, Diane exerce une grande influence sur lui qu'elle veille à préserver. Elle favorise tour à tour Anne de Montmorency et le parti des Guise. Catholique convaincue, elle pousse le roi à réprimer les protestants.

Fin de carrière

Le château d'Anet, par Jacques Rigaud, dessin à la plume, XVIIIe siècle.

Lorsque le roi est mortellement blessé en 1559, Catherine de Médicis interdit toute visite de Diane à son chevet. À sa mort, elle n’est pas admise aux funérailles et la régente l’oblige à échanger le château de Chenonceau contre celui de Chaumont. Diane restitue également les bijoux de la couronne assortis d’un inventaire.

Elle se retire à Anet (Eure-et-Loir) où elle meurt à l'âge de 67 ans. Sa fille fait ériger un monument avec sa statue dans l'église du village qui sera transféré dans la chapelle sépulcrale du château en 1576, mais en 1795 lors de la Révolution, son tombeau est profané et ses restes ainsi que ceux de deux de ses petites-filles sont déplacés dans une tombe à côté de l'église, à l’exception de sa chevelure que les membres du comité révolutionnaire se partagent en souvenir. Son sarcophage est converti en auge, et le socle en plomb utilisé par les révolutionnaires pour fabriquer des balles patriotes. De 1959 à 1967, la chapelle est entièrement rétablie dans son état d'origine et le tombeau remis en place.

Une équipe de scientifiques étudient en 2008 les restes de Diane de Poitiers et découvrent que ceux-ci ont une concentration en or beaucoup plus élevé que la normale. Ils l'expliquent par le fait que Diane, obsédée par le désir de l'éternelle jeunesse et l'éclat d'une beauté surnaturelle, aurait bu chaque jour comme élixir de longue vie une solution "d'or potable" qui lui aurait donné ce teint extrêmement pâle. Certains prétendent qu'elle serait morte d'une anémie due à une intoxication à l'or.

Diane et les arts

Mécène comme tous les grands de son époque, Diane de Poitiers a inspiré plusieurs peintres et sculpteurs, comme le Primatice ou François Clouet. Ils l’ont parfois représentée sous les traits de la déesse chasseresse comme sur le tableau Diane de Poitiers en Diane (École de Fontainebleau - Musée de la vénerie de Senlis). Sa contribution à l’architecture par le biais en particulier de Philibert de l'Orme qu’elle fit nommer surintendant des bâtiments royaux est bien connue. Elle protégea aussi différents hommes de lettres à tour de rôle, comme Ronsard.

Autres

Ses Lettres ont été publiées (1866) par Georges Guiffrey.

David Miller tourna en 1956 Diane de Poitiers, un film typiquement hollywoodien où elle est incarnée par Lana Turner face à Roger Moore dans le rôle de Henri II.

Sources

« Diane de Poitiers », dans Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang [sous la dir. de], Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, 1878 [détail des éditions]  (Wikisource)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • Ivan Cloulas, Diane de Poitiers,puis bruce willis peta un coup dans unr trompette----
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail de la Renaissance Portail de la Renaissance
  • Portail de la France Portail de la France
Ce document provient de « Diane de Poitiers ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Diane De Poitiers de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Diane de Poitiers — The Grand Senechal(e) of Normandy Countess of Saint Vallier Duchess of Étampes Duchess of Valentinois Spouse Louis de Brézé, Seigneur d Anet Issue Françoise …   Wikipedia

  • Diane de poitiers — Pour les articles homonymes, voir Diane. Diane de Poitiers (vers 1555). Atelier de François Clouet, Chant …   Wikipédia en Français

  • DIANE DE POITIERS — (1499 1566) Symbole de la féminité d’une époque et célèbre pour sa beauté, Diane est aussi l’un des très grands noms de la politique française du milieu du XVIe siècle. Née à Poitiers, fille de Jean de Poitiers, comte de Saint Vallier, mariée dès …   Encyclopédie Universelle

  • Diane de Poitiers — (1499 1566), hertuginde af Valentinois, Henrik 2. s elskerinde, datter af Jean de Poitiers, der tilhørte en af Dauphiné s ældste familier. 1515 ægtede hun Louis de Brézé, Stor Seneskalk af Normandiet, med hvem hun havde to døtre. Nogen tid efter… …   Danske encyklopædi

  • Diane de Poitiers — Diane    Drame sentimental de David Miller, avec Lana Turner, Pedro Armendáriz, Roger Moore, Marisa Pavan.   Pays: États Unis   Date de sortie: 1955   Technique: couleurs   Durée: 1 h 50    Résumé    La vie romancée, revue et corrigée par… …   Dictionnaire mondial des Films

  • Diane de Poitiers — (spr. diahn dĕ pŏatĭeh), Geliebte Heinrichs II. von Frankreich, geb. 3. Sept. 1499, 1531 Witwe des Großseneschalls Louis de Brézé, beeinflußte den König im streng kath. Sinn, nach Heinrichs Tode vom Hofe verwiesen, gest. 22. April 1566 auf Schloß …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Diane de Poitiers —   [di an dəpwa tje], seit 1547 Herzogin von Valentinois [valãti nwa], Mätresse Heinrichs II. von Frankreich, * 3. 9. 1499, ✝ Schloss Anet (bei Évreux) 22. 4. 1566; spielte schon unter Franz I. als Geliebte des um 20 Jahre jüngeren Dauphins… …   Universal-Lexikon

  • Diane de Poitiers — Pour les articles homonymes, voir Diane. Diane de Poitiers (vers 1555). Atelier de François Clouet, Chantilly, musée Condé. Diane de Poitier …   Wikipédia en Français

  • Diane de Poitiers — Diana von Poitiers, Künstler unbekannt Diana von Poitiers, Comtesse von Saint Vallier, Herzogin von Étampes, Herzogin von Valentinois (* 31. Dezember[1] 1499, 3. September 1499 oder 9. Januar 1500 in Saint Vallier, Étoile oder Poitiers [2]; †  …   Deutsch Wikipedia

  • DIANE de Poitiers — (1499 1566) Diane de Poitiers was the mistress of King Henri II of France. Married in 1515 to the grand seneschal of Normandy, Louis de Bréze, Diane was the mother of two daughters at the time of her husband s death in 1531. She first met King… …   Renaissance and Reformation 1500-1620: A Biographical Dictionary