Dhikra Mohamed


Dhikra Mohamed
Dhikra
ذكرى
Cds de Thekra-edit.jpg
Quelques CD et cassettes de Dhikra

Nom Dhikra Mohamed Abdullah Al Dali
ذكرى محمد عبدالله الدالي
Naissance 16 septembre 1966
Décès 28 novembre 2003 (à 37 ans)
Le Caire, Drapeau d'Égypte Égypte
Activité principale Chanteuse
Genre musical Musique arabe
Labels Rotana et EMI Group

Entourage Angham, Mohammed Abdo et Ehab Tawfik

Dhikra Mohamed Abdullah Al Dali (ذكرى محمد عبدالله الدالي), plus connue sous le nom de Dhikra (ذكرى), née le 16 septembre 1966 et décédée le 28 novembre 2003 au Caire, était une chanteuse tunisienne.

En arabe, Dhikra signifie « mémoire ».

Sommaire

Biographie

Elle est la plus jeune d'une fratrie de huit frères et sœurs : Taoufik, Mohsen, Saïda, Saloua, Habib, Hajer, Kaouthar et Widad. Elle rejoint l'école primaire de Oued Ellil et poursuit ses études secondaires au lycée Khaznadar.

En 1980, elle participe à un jeu inter-lycées, Bain Al Ma-àahed (بين المعاهد), diffusé à la télévision tunisienne ; elle interprète une chanson de Leïla Mourad intitulée Ess-al aâlaya (أسأل علي) avant de participer à l'émission Fan wa mawaheb avec la même chanson. Elle remporte le 23 juillet 1983 la finale de cette émission avec une chanson d'Oum Kalthoum, Arridha wannour (الرضى و النور). À cette occasion, elle impressionne le jury, dont le compositeur Ezzedine Ayachi, qui l'intègre dans la chorale de l'émission et lui compose sa première chanson, Ya hawaya (يا هوايا). Durant la même année, elle participe au Festival international de Carthage puis rejoint la troupe musicale de la télévision tunisienne où elle rencontre Abderrahmane Ayadi qui devient par la suite le compositeur de la majorité de ses chansons.

Tunisie

Durant les dix années précédant son départ en Égypte, elle réalise trente chansons dont 28 sont composées par son fiancé Abderrahmane Ayadi. Parmi ces chansons figurent :

  • Liman Ya Hawa Satakoon Hayati ? (لمن يا هوى ستكون حياتي) ;
  • Habeebi Tammin Fo'adi (حبيبي طمن فؤادي) ;
  • Ela Hadhn Ommi Yahin Fo-adi (الى حضن امي يحن فؤادي) ;
  • Wadda'at Roohi Ma'ah Min Youm Ma Wadda'ani (ودعت روحي معاه من يوم ما ودعني).

En 1987, elle participe au Festival de la chanson tunisienne et obtient le troisième prix avec la chanson Habeebi Tammin Fo'adi. Elle décide d'arrêter sa collaboration avec Abderrahmane Ayadi qui lui refuse de travailler avec d'autres compositeurs et rejoint le groupe Zakharef arabiyya de Mohamed Garfi avant de quitter la Tunisie.

Libye

Arrivée en Libye, elle a l'occasion de travailler avec les meilleurs compositeurs dont Mohamed Hassen, Ali Kilani, Abdallah Mansour, Slimane Tarhouni, Romdhane Kazouz et Khalifa Zlitni. Élue meilleure interprète du chant libyen, elle possède le plus d'albums dans ce type de chansons parmi lesquels figurent :

  • Chen dernalak (شن درنالك) ;
  • Webhert (و بحرت) ;
  • Nefsi aziza (نفسي عزيزة).

Égypte

Dhikra fait la rencontre de Hani Mhanna qui lui compose deux albums dont Wahyati aàndak (وحياتي عندك) en 1995 et Ass-har maàa sirtek (أسهر مع سيرتك) en 1996. En 1997, elle sort l'album El assami (الاسامي) et en 2000 l'album Yana (يانا). Son dernier album, sorti en 2003, est baptisé Youm àalik (يوم عليك).

Parmi ses chansons les plus connues figurent :

  • Wehyati Andak (و حياتي عندك) ;
  • Mouch koll hob (مش كل حب) ;
  • Al Asami (الأسامي) ;
  • Allah Ghalib (الله غالب) ;
  • Ya àaziz àaïni (يا عزيز عيني) ;
  • Youm àalik (يوم عليك) ;
  • Bahlam Beloqak (بحلم بلقاك).

Décès tragique

Le 28 novembre 2003, aux environs de 7 h 00, Dhikra et son mari — l'homme d'affaires Ayman Al-Sowaidi — sont assassinés dans des circonstances mystérieuses, en apparence par les services de renseignement saoudiens avec l'aide et l'approbation des autorités égyptiennes[réf. nécessaire], de 16 balles à l'aide d'une mitrailleuse. Cet événement intervient après la sortie d'une chanson de protestation (écrite par le poète libyen Ali Al-Kilani) critiquant le régime saoudien, l'accueil par celui-ci des forces armées américaines et de son hostilité à la venue de Libyens à La Mecque. La chanson, intitulée Qui ose parler ? (مين يجرأ يقول), a été jugée controversée. La police égyptienne a déclaré, après avoir mené une enquête, que Dhikra avait été assassinée par son mari suite à une dispute ; celui-ci tue également son manager Khouly et l'une de ses secrétaires, prénommée Khadija[1], de plusieurs balles avant de se suicider en se tirant une balle dans la bouche.

Selon le chauffeur du mari de Dhikra, ce dernier était en état d'ébriété[réf. nécessaire]. Le salon, le lieu du drame, est retrouvé couvert de sang à plusieurs endroits, la chanteuse tenant dans ses bras un oreiller qui semblerait avoir été tout ce qu'elle a pu trouver pour préserver au mieux son corps des balles[2].

Albums

  • 1995 : Wehyati Andak (و حياتي عندك), production Golden cassette
  • 1996 : Ass-har maàa sirtek (أسهر مع سيرتك), production Golden cassette
  • 1997 : Al Asami (الأسامي), production Mega Star
  • 1997 : Attalaki 2 (التلاقي 2), production Rotana
  • 1998 : Dhekra 1 (ذكرى 1), production Founoun Al Jazira
  • 2000 : Yana (يانا), production Founoun Al Jazira
  • 2001 : Dhekra 2 (ذكرى 2), production Founoun Al Jazira
  • 2003 : Chen dernalak (شن درنالك), production Mega Star
  • 2003 : Dhekra 3 (ذكرى 3), production Founoun Al Jazira
  • 2003 : Nafsi Aziza (نفسي عزيزة), production Mega Star
  • 2003 : Dhekra chante Oum Kalthoum (ذكرى تغني أم كلثوم), production Mega Star
  • 2003 : Wech Massiri (وش مصيري), production Founoun Al Jazira
  • 2003 : Youm Aàlik (يوم عليك), production Rotana
  • 2004 : Aghani Aàjabatni (أغاني اعجبتني), production Founoun Al Jazira
  • 2005 : Wa Tabka Dhekra (وتبقى ذكرى), production Founoun Al Jazira

Singles

  • 1997 : Ya Mchaghel Ettafkir (وتبقى ذكرى) avec Abou Bakr Salem
  • 1997 : Ya Hajiri (يا هاجري)
  • 1997 : Al Hilm Al Arabi (الحلم العربي), opérette avec d'autres artistes
  • 1999 : Ommah (أماه), opérette avec Ali Hajjar
  • 2000 : Nehlem Iih (نحلم ايه), avec Angham
  • 2001 : Tab Kont Olha (طب كنت أقولها)
  • 2001 : Wala Aàref (ولا عارف), avec Ehab Tawfik
  • 2003 : Al Asmaraniya (الاسمرانيه)
  • 2003 : Helmena El Ouardi (حلمنا الوردي), avec Mohammed Abdo
  • 2003 : Baghdad La Tata'allami (بغداد لا تتألمي), opérette avec d'autres artistes
  • 2004 : Soukoun Al Gharam (سكون الغرام)
  • 2006 : Ma Aàlina Menhom (ماعلينا منهم)
  • 2007 : Ma Fakadtek (مافقدتك), avec Abdallah Rouiched

Ce dernier duo est le dernier ; le titre sort quatre ans après la disparition de la chanteuse, sur l'album d'Abdallah Rouiched.

Vidéographie

Solos

  • Ya Khoofi (يا خوفي)
  • Wehyati Andak (و حياتي عندك)
  • Al Asami (الأسامي)
  • Kol Elli Lamooni (كل اللي لاموني)
  • Allah Ghalib (الله غالب)
  • Qalaha (قالها)
  • Elain El Youm (الين اليوم)
  • Al Mahaba (المحبة)
  • Wala Aref (ولا عارف)
  • Al Jarh (الجرح)
  • Atfaal (أطفال)
  • Youm Aleek (يوم عليك)
  • Alamni el hob (علمني الحب)
  • Bahlam Beloqak (بحلم بلقاك)
  • Law Ya Habeebi (لو يا حبيبي)
  • Ya Dar (يا دار)

Groupe

  • Al Hilam Al Arabi (avec d'autres chanteurs arabes) (الحلم العربي)
  • Wala Arif (en duo avec Ehab Tawfik) (ولا عارف)
  • Nihlam Eih ? (en duo avec Angham) (نحلم ايه؟)

Sources

Références

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Dhikra Mohamed de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Mohamed Garfi — (محمد القرفي), né le 17 novembre 1948 à Tunis, est un musicologue, chef d orchestre et compositeur tunisien. Il enseigne actuellement à l Institut supérieur de musique de Sousse. Sommaire 1 Biographie 1.1 Apprentissage …   Wikipédia en Français

  • Projet:Tunisie/Index — Accueil   Portail   Suivi …   Wikipédia en Français

  • Liste des articles concernant la Tunisie — Projet:Tunisie/Index Accueil   Café des Délices   Évaluation   …   Wikipédia en Français

  • Musique Tunisienne — La musique tunisienne (الموسيقى التونسية) est fortement marquée par le métissage d une population majoritairement arabe issue des Berbères avec les différents envahisseurs ou immigrants (puniques, vandales, romains, turcs, andalous, français,… …   Wikipédia en Français

  • Musique tunisienne — La musique tunisienne (الموسيقى التونسية) est fortement marquée par le métissage d une population majoritairement arabe avec les différents envahisseurs ou immigrants (puniques, vandales, romains, turcs, andalous, français, italiens, russes,… …   Wikipédia en Français

  • Tunisie — الجمهورية التونسية (ar) République tunisienne (fr) …   Wikipédia en Français

  • Tunesische Republik — الجمهورية التونسية al Dschumhūriyya at Tūnisiyya Tunesische Republik …   Deutsch Wikipedia

  • La Tunisie — Tunisie الجمهورية التونسية (ar) République tunisienne (fr) …   Wikipédia en Français

  • Royaume de Tunisie — Tunisie الجمهورية التونسية (ar) République tunisienne (fr) …   Wikipédia en Français

  • République tunisienne — Tunisie الجمهورية التونسية (ar) République tunisienne (fr) …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.