Detrempe


Detrempe

Détrempe

Bandeau palette peinture.png
Présentation générale
Histoire de la peinture
Mouvements picturaux
Art figuratif - Art abstrait
gothique - renaissance - baroque
académisme - néoclassicisme - rococo
impressionnisme - art nouveau
cubisme - dadaïsme - fauvisme
réalisme - surréalisme - Néo-expressionnisme - Pop art
Thèmes picturaux
Peinture religieuse-profane-mythologique
Portrait - Autoportrait - Le nu
Peinture d'histoire - orientaliste
Nature morte - Paysage
Peinture animalière / marine
Techniques picturales
Matériel - Support - Médiums
Composition picturale - Perspective
Les peintres
Portail de la Peinture
Projet - Café des peintres
Détrempe

La détrempe est une peinture dont les pigments sont liés par de l'eau additionnée de différents ingrédients (colles organiques, gommes d'arbres).

Parent pauvre de la peinture flamande de l'époque ― si l'on peut considérer la tapisserie comme un art d'une somptuosité infinie dont les possibilités monumentales sont à ce point grandes que l'on a pu dire que les tapisseries sont comme les fresques des artistes flamands ―, la peinture à la détrempe ne fut qu'un ersatz et de la tapisserie et de la fresque. C'étaient des oeuvres décoratives peintes sur toile et destinées, tout comme les tapisseries, à la décoration d'intérieurs, non pas princiers, mais bourgeois.

Des peintres aussi grands que Pierre Bruegel l'Ancien ou Jacob Jordaens pratiquèrent cet art, et parmi leurs émules, nous citerons Matthieu et Jérôme Cock, Pierre Boon, Jean de Hollander, Jean Bol, Corneille van Dalen, Michel de Gast, Jean et Paul de Vries, qui sont autant de peintres de paysages et de perspectives urbaines relevant de l'école d'Anvers.

Le genre connut une très grande vogue et fut même industrialisé selon le système du travail à la chaîne. Les grands centres en furent Courtrai et Malines, surtout Malines, ville qui ne comptait pas moins de 150 ateliers pratiquant la peinture à la détrempe vers les années 1535 - 1540. En raison de leur extrême fragilité, presque toutes ces peintures disparurent au cours des siècles, de telle sorte que l'on ne peut plus guère citer que quelques oeuvres relevant de cette industrie d'art si spécifiquement flamande, notamment L'Adoration des Rois Mages, de Pierre Bruegel l'Ancien, des Musées Royaux des Beaux-Arts de Bruxelles.

Tüchlein

Composé d'une « fine toile de lin et de couleurs à l'eau », le tableau de Pierre Bruegel l'Ancien est des rares exemples de peinture exécutée à la détrempe sur une fine toile de lin non préparée (Tüchlein), qui soient parvenus jusqu'à nous depuis les XVe et XVIe siècles pendant lesquels cette technique a surtout été utilisée. La rareté des peintures de ce type (probablement due à leur fragilité) et le peu de mentions qui en sont faites dans la littérature ne signifient pas qu'elles étaient peu courantes à l'époque. Certains parmi les plus grands peintres n'ont pas hésité à recourir à cette technique : ainsi les deux célèbres toiles signées de Bruegel à la Galerie nationale de Naples La Parabole des Aveugles et le Misanthrope (emportés en Italie, ils furent probablement sauvés des moisissure), le Dresdener Altar d'Albrecht Dürer et les têtes d'Apôtres du même artiste à la Galerie des Offices, ainsi que plusieurs œuvres de primitifs flamands, telles la Mise au tombeau de Thierry Bouts à la National Gallery de Londres, la Déploration de Hugo Van der Goes de la Galerie Wildenstein à New York, La Vierge à l'Enfant du même artiste au Musée Malaspina de Pavie, L' Adoration des Mages de Juste de Gand au Metropolitan Museum de New York.

L'emploi de cette technique semble avoir presque disparu avec l'apparition de la peinture à l'huile sur toile préparée.

Ces détrempes ont en commun un aspect clair et mat, provenant notamment de la faible teneur en liant de la matière picturale. Le pouvoir d'absorption de la toile, sa couleur et l'absence de préparation blanche excluent les effets de transparence caractéristiques de la peinture flamande sur panneau préparé. La toile est ici souvent employée comme ton de base ou demi-ton.

Mise à part cette différence essentielle, tout le registre des moyens picturaux est possible : les tons plats couvrants, les modelés fondus ou hachurés, les traits de pinceau précis, les empâtements.

Bibliographie

  • M. Eemans, La Peinture Flamande de la Renaissance au Pays-Bas, 1968
  • Albert Philippot, Nicole Goetghebeur et Regine Guislain-Wittermann, Traitement d'un Tuchlein au Musée des Beaux-Arts de Bruxelles, 1969
  • Portail de la peinture Portail de la peinture
Ce document provient de « D%C3%A9trempe ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Detrempe de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • détrempe — DÉTREMPE. subst. fémin. Terme de Peinture. Couleur délayée avec de l eau et de la gomme, et dont on se sert pour peindre. La détrempe s efface aisément avec de l eau. Ce tableau n est pas peint en huile, il n est qu en détrempe. [b]f♛/b] On… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • détrempé — détrempé, ée 1. (dé tran pé, pée) part. passé de détremper1. Amolli ou délayé avec un liquide. Ces chemins détrempés par la pluie. •   Son âme dans le crime est toujours occupée, Ce n est que de la boue en du sang détrempée, TRISTAN Panthée, I, 4 …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • détrempe — 1. détrempe [ detrɑ̃p ] n. f. • 1304; « breuvage obtenu après délayage » 1231; de 1. détremper ♦ Peint. Couleur délayée dans de l eau additionnée d un agglutinant (gomme, colle, œuf). Peindre à la détrempe. ⇒ tempera (a). ♢ Ouvrage fait avec… …   Encyclopédie Universelle

  • détrempe — (dé tran p ) s. f. 1°   Terme de peinture. Couleurs détrempées avec de l eau et de la colle, à la gomme, au blanc d oeuf, sans graisse, ni résine, ni chaux. Peindre en détrempe. Peinture en détrempe.    Fig. et familièrement. Mariage en détrempe …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DÉTREMPE — s. f. T. de Peinture. Couleur délayée avec de l eau et de la colle, et dont on se sert pour peindre. Il se dit également de La manière de peindre avec des couleurs ainsi préparées. La détrempe s efface, s enlève aisément avec de l eau. Ce tableau …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Détrempe —  Pour l’article homonyme, voir détrempe (pâtisserie).  Détrempe La détrempe est une peinture dont les pigments sont liés pa …   Wikipédia en Français

  • DÉTREMPE — n. f. T. de Peinture Couleur délayée avec de l’eau et de la colle et dont on se sert pour peindre. La détrempe s’efface, s’enlève aisément avec de l’eau. Ce tableau n’est pas peint a l’huile, il n’est qu’en détrempe. Peindre à la détrempe …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Detrempe — De|trempe* [de trã:p] die; , s <aus gleichbed. fr. détrempe zu détremper »ein , anrühren, mischen«, dies aus gleichbed. lat. distemperare> franz. Bez. für Wasserfarbe, Aquarellmalerei …   Das große Fremdwörterbuch

  • détrempé — adj. (profondément), fortement imbibé d eau, suffisamment détrempé par la pluie pour être labouré et ensemencé, (ep. du sol) : bourâ, âye, é (Saxel), bròw (Albanais, Thônes) ; molyachu, wà, wè (Albertville). E. : Humide …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Détrempe (pâtisserie) —  Pour l’article homonyme, voir détrempe.  La détrempe est un mélange à base de farine, d eau et de sel servant de base à la confection de pâtes comme la pâte feuilletée ou la pâte à choux …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.