Dentiste


Dentiste

Chirurgien-dentiste

Chirurgien-dentiste
Dental surgery aboard USS Eisenhower, January 1990.JPEG
Un dentiste et son assistant en train de réaliser une intervention chirurgicale dentaire.
Appellation(s) Chirurgien-dentiste
Odontologiste
Secteur(s) d'activité Santé
Niveau de formation Bac +6 à Bac +8 selon la spécialité
Universitaire
Sur Concours
Professions voisines Médecin
Pharmacien
L'arracheur de dents.
Carte postale humoristique des années 1920.
Un dentiste médiéval portant un collier sertis de dents. Londres; 1360-75.
Fermier chez le dentiste, Johann Liss, 1616-17.

Le chirurgien-dentiste est un professionnel de la santé habilité à pratiquer l'art dentaire (ou médecine dentaire, l'appellation variant d'un pays à l'autre). Il est très souvent appelé « dentiste », par convenance. Titulaire d'un diplôme de docteur en chirurgie-dentaire, il soigne les pathologies acquises et congénitales de la bouche, des dents, des gencives, des maxillaires et des tissus attenants.

Bien que l'essentiel des chirurgiens-dentistes aient une activité libérale, ils peuvent exercer à l'hôpital, dans des services d'odontologie ou de stomatologie, en clinique privée, notamment pour pratiquer des opérations plus lourdes qu'une structure telle qu'un cabinet libéral peut difficilement accueillir. Une part non négligeable de chirurgiens-dentistes sont également salariés, soit au sein d'un cabinet libéral, soit au sein d'une structure (mutuelle, sécurité sociale, et bien sûr hôpitaux).

La sainte patronne des chirurgiens-dentistes est Apolline.

Sommaire

Différents types de soins dentaires

La plupart des soins et opérations réalisés par les chirurgiens-dentistes sont effectués sous anesthésie locale mais une part importante de ceux-ci est réalisée sous anesthésie générale (notamment pour l'avulsion de dents de sagesses incluses, l'exérèse de kystes importants des maxillaires, de tumeurs bénignes, pour la réalisation de soins et d'avulsions dentaires chez les enfants phobiques, etc.).

Odontologie conservatrice

Il s'agit de la partie de la dentisterie qui soigne les dents et les reconstitue. Le chirurgien-dentiste élimine la partie de la dent qui est cariée (la carie est molle, en comparaison de la dent qui est dure). Ensuite il reconstitue la dent avec un matériau d'obturation : amalgame, composite, CVI (ciment verre ionomère), etc.

Endodontie

L'endodontiste s'occupe du tissu situé à l'intérieur de la dent, appelé pulpe. Le traitement endodontique (parfois abusivement nommé dévitalisation) consiste à retirer cette pulpe et sceller l'espace vacant afin qu'il ne s'infecte pas. Ce traitement doit être réalisé dans deux cas : si l'état inflammatoire de la pulpe est irréversible ou bien si la pulpe est nécrosée.

Prothèse

Le but d'une prothèse dentaire est de reconstruire ou remplacer les tissus dentaires manquants. Si la racine est présente mais que la couronne se trouve très délabrée on peut réaliser une prothèse fixe dite couronne (entièrement en céramique (dite céramo-céramique), en céramique avec une chape métallique (dite céramo-métallique) ou entièrement en métal). Si la dent tout entière (racine et couronne) est manquante quatre solutions sont à étudier : l'abstention (pour une dent de sagesse (ou 3e molaire) sans antagoniste), la prothèse amovible (en métal et résine ou tout en résine), la prothèse fixe sur les dents adjacentes (le bridge) ou la prothèse fixe sur racine prothétique (les implants).

Il existe deux grands types de prothèses. Les prothèses transitoires, souvent en résine, destinées à rester en bouche pendant un temps limité. C'est une solution d'attente de cicatrisation, d'aménagement tissulaire permettant de restaurer rapidement l'esthétique et la fonction. L'autre type de prothèses est dit d'usage : elles sont destinées à rester en bouche aussi longtemps que possible. Elles sont souvent qualifiées, à tort, de prothèses définitives.

Parodontologie

Le parodontiste s'occupe du parodonte, c'est-à-dire les tissus entourant la dent : gencive, os alvéolaire, cément (qui recouvre les racines dentaires), ligament alvéolo-dentaire (qui relie la dent à l'os alvéolaire).

Chirurgie

Le dentiste peut réaliser certains actes chirurgicaux : avulsions (extractions) de dents, y compris de dents de sagesse ou de canines incluses ou enclavées, de dents surnuméraires ou d'odontomes, chirurgie des tissus mous, greffes de gencives et d'os (en vue d'une pose d'implant dans une zone où le volume osseux est insuffisant), exérèse de tumeurs bénignes, de kystes et biopsie afin d'étudier le type et l'origine d'un tissu pathologique trouvé dans la cavité orale.

Implantologie

L'implantologiste peut remplacer les dents manquantes par un implant, sorte de vis fixée dans l'os, sur lequel on fixera une couronne prothétique. Cette solution évite la réalisation d'un bridge prenant appui sur les dents adjacentes ou d'avoir à supporter un appareil dentaire mobile.

Pédodontie

Le pédodontiste soigne les dents des enfants. La pédodontie comprend des soins spécifiques aux dents en formation comme les apexogénèses et apexifications (terminer la formation des racines des dents en cours de formation, atteintes par une carie importante et qu'il faudrait dévitaliser chez un adulte) et aux dents lactéales (ce sont les dents dites « de lait », premières à apparaître en bouche).

Complications

Les complications d'un acte chirurgical dans les pays développés sont rares. Cependant, on peut citer notamment :

  • endocardite infectieuse : chez les patients à risque d'endocardite infectieuse (ce sont les patients ayant des problèmes au niveau des valves cardiaques, porteurs de valves mécaniques…). 25 % d'entre elles seraient d'origine dentaire. En effet, après chaque détartrage ou simple brossage, une partie de la flore bactérienne passe dans la circulation sanguine systémique, et peuvent se fixer au niveau des valves cardiaques. Ce risque d'endocardite ne doit pas décourager les patients d'effectuer un détartrage régulier. Au contraire, avec un parodonte parfaitement sain, le risque d'endocardite est pour ainsi dire nul.
  • abcès cérébral.
  • sinusite.

Spécialités en France

Pendant longtemps, la seule spécialité reconnue en France était l'orthopédie dento-faciale (orthodontie). La plupart des autres pays européens reconnaissent également la spécialité chirurgie buccale. Depuis 2005, l'Europe a obligé la France à reconnaître cette spécialité en chirurgie-buccale, même si cette dernière n'est toujours pas enseignée en France en tant que telle ; en effet la chirurgie buccale est enseignée dans l'enseignement initial, mais pas en tant que spécialité, cette spécialité a également pour vocation d'élargir le champ de compétence du chirurgien-dentiste. Il est cependant possible de la passer dans un autre pays européen. Après plusieurs années d'hésitation, et suite à la disparition progressive des médecins stomatologues, l'enseignement de cette spécialité en tant que telle en France pour les chirurgiens-dentistes semble sur le point de se mettre en place, au travers d'un internat (3e cycle long) de 3 ans, commun avec les chirurgiens maxillo-faciaux qui poursuivront 2 ans supplémentaires pour leur spécialité. La spécialité en chirurgie-buccale est toujours l'objet de vicissitudes entre médecins stomatologues et chirurgiens-dentistes. Certains chirurgiens-dentistes peuvent tout de même choisir de se spécialiser dans certains domaines ; dans ce cas ils n'auront pas le titre de spécialiste, mais pratiqueront un exercice orienté vers cette spécialité. Il n'en reste pas moins qu'en mai 2008, la seule spécialité enseignée en France est toujours l'orthopédie dento faciale (ODF), il est possible d'acquérir la spécialité de chirurgie buccale dans un autre pays européen.

Formation

En France

Article détaillé : Études odontologiques en France.

La formation du chirurgien-dentiste se fait en six ans au minimum après le baccalauréat. La première année des études odontologiques est commune aux étudiants en médecine, en maïeutique voire en kinésithérapie et ergothérapie. À l'issue de cette année, se déroulent plusieurs concours sélectifs : médecine/chirurgie-dentaire, maïeutique et kinésithérapie/ergothérapie. Les étudiants classés en rang utile sont autorisés à poursuivre leurs études en 2e année, ceux ayant obtenu une place en chirurgie-dentaire rejoignent une UFR d'Odontologie ou de Chirurgie-Dentaire.

En Suisse

Le nom exacte est Médecin-dentiste. Pour démarrer la formation, il est nécessaire d'avoir une maturité gymnasiale (équivalant de Baccalauréat). Ensuite, 5 ans de formation doivent être réalisé dans une université pour l'optention du titre. Les deux permières années son communes aux étudiant en médecine humaine.

Voir aussi

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail de la médecine Portail de la médecine
  • Portail du travail et des métiers Portail du travail et des métiers
Ce document provient de « Chirurgien-dentiste ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Dentiste de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • dentiste — [ dɑ̃tist ] n. • 1735; de dent 1 ♦ N. m. Anciennt Praticien qui soigne les dents. Les barbiers chirurgiens ont fait longtemps office de dentistes (cf. Arracheur de dents). 2 ♦ Mod. Personne diplômée légalement autorisée à soigner les dents, à… …   Encyclopédie Universelle

  • dentiste — DENTISTE. s. m. Chirurgien qui ne s occupe que de ce qui concerne les dents. Un bon, un habile dentiste. Il est aussi adjectif. Chirurgien dentiste …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • DENTISTE — s. m. Chirurgien qui ne s occupe que de ce qui concerne les dents. Un bon, un habile dentiste.   Il est aussi adjectif. Chirurgien dentiste …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • dentiste — n. aracheu, eûza, e dentiste d din (Villards Thônes), aratyò / eu, za, e dentiste d dêê (Albanais.001) ; dantisto / dêtisto / dintisto, a, e (001) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • DENTISTE — n. m. Chirurgien qui s’occupe spécialement des dents. Par apposition, Chirurgien, médecin dentiste …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • dentiste — (dan ti st ) s. m. Chirurgien ou artiste ne s occupant que de ce qui concerne les dents.    Adj. Un chirurgien dentiste. ÉTYMOLOGIE    Dent. Paré a dit dentateur : Ne faut que les barbiers et dentateurs se hastent trop subit les arracher, XV, 26 …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • dentiste — n.m. Aller au dentiste, chercher de quoi manger …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • Dentiste équin — Le dentiste équin est un dentiste vétérinaire spécialisé pour les équidés ou un technicien dentaire non veterinaire; Le diplôme de vétérinaire n étant pas obligatoire pour pratiquer la dentisterie équine. Il a pour tâches essentielles :… …   Wikipédia en Français

  • chirurgien-dentiste — dentiste [ dɑ̃tist ] n. • 1735; de dent 1 ♦ N. m. Anciennt Praticien qui soigne les dents. Les barbiers chirurgiens ont fait longtemps office de dentistes (cf. Arracheur de dents). 2 ♦ Mod. Personne diplômée légalement autorisée à soigner les… …   Encyclopédie Universelle

  • médecin-dentiste — dentiste [ dɑ̃tist ] n. • 1735; de dent 1 ♦ N. m. Anciennt Praticien qui soigne les dents. Les barbiers chirurgiens ont fait longtemps office de dentistes (cf. Arracheur de dents). 2 ♦ Mod. Personne diplômée légalement autorisée à soigner les… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.