Denis Delaplace


Denis Delaplace

Un ouvrage consacré aux Coquillards de Dijon et à leur jargon (Le Jargon des Coquillars à Dijon au milieu du XVe siècle) vient d'être publié en 2011 par Denis Delaplace, qui invite ainsi à une révision des descriptions de ce jargon et de la "légende" de François Villon.

Maître de conférences en linguistique à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, l’auteur a déjà fait paraître une vingtaine de travaux sur le lexique expressif des usages familier, populaire et argotique du français, ainsi que sur l’histoire du jargon et de l’argot et de leurs recueils lexicographiques. Son apport principal réside à la fois dans une remise à plat des jalons principaux de la tradition des dictionnaires d'argot (argotographie) et dans un changement de perspective qui, relativisant le mythe de l'argot comme langue secrète des malfaiteurs, privilégie la fonction expressive des unités lexicales argotographiées en les rattachant aux ressources du langage populaire et, plus largement, de la langue.

Cette remise à plat et ce changement de perspective ont commencé en 2004 par une étude approfondie du dictionnaire français-argot, L'argot au XXe siècle, signé par Aristide Bruant, mais rédigé principalement par Léon de Bercy (457 p. en 1901, 468 p. en 1905), prolongée récemment par une édition inversée et raisonnée (1522 p. en 2009).

Cela s'est poursuivi par des éditions critiques annotées et commentées des deux livrets fondateurs, à savoir la Vie généreuse de Pechon de Ruby (40 p. en 1596 ; 309 p. en 2007) et le Jargon ou Langage de l'Argot reformé d'Ollivier Chereau (60 p. en 1629-1630 ; 598 p. en 2008).

Récemment il a publié également une édition critique (2009) des Soliloques du Pauvre de Jehan Rictus ainsi qu'une édition annotée et commentée (2009) de l'histoire de l'argot par Clément Casciani (préface du Dictionnaire d'argot de Jean La Rue), puis une version raisonnée et commentée (2010) du Dictionnaire d'argot et des locutions populaires du même Jean La Rue (1894 et 1901), où il montre définitivement que l'auteur de cet ouvrage n'a pas pu être Jules Vallès et où, recherchant et indiquant les sources du dictionnaire, complétant ses articles, améliorant ses descriptions lexicographiques, il offre un tableau suggestif de la langue verte à la fin du XIXe siècle.

Bibliographie

1.(1998) : Apocope, argot et lexique, thèse de doctorat, Université de Lille III, 430 p.

2.(1999) : « Parano, perpèt(t)e, polar(d), redingue et situasse ou comment l’apocope parvient à certaines de ses fins... », communication pour le Forum de morphologie : La morphologie des dérivés évaluatifs, Université de Toulouse-Le Mirail, 29 et 30 avril 1999, Silexicales 2, p. 49-58.

3.(2000a) : « Notes pour l’étude linguistique du vocabulaire dit familier », in Cahiers de lexicologie, 2000-1, p. 111-131.

4.(2000b) : « Les mots des groupes dans les recueils d’argot », in Langage et société n° 92, p. 5-24.

5.(2002) : « Argotismes et régionalismes : des rencontres à méditer », contribution à la « Journée des Dictionnaires » le mercredi 20 mars 2002 à l’Université de Cergy-Pontoise.

6.(2003) : « Bibliographie des recueils d’argot : quelques problèmes à élucider, in Argots, « français populaires » et langues populaires, sous la dir. de Louis-Jean Calvet & Patrick Mathieu, Marges linguistiques n° 6 (revue numérique), p. 93-102.

7. (2004a) : Bruant et l’argotographie française : L’Argot au XXe siècle (1901), Paris, éditions Honoré Champion, 320 p.

8. (2004b) : « Aspects morphologiques de la substitution par déformation avec apocope », in Lexique 16, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, p. 125-158.

9. (2006) : « Le Vocabulaire de la langue verte d’Hector France », in Le monde perdu de Maurice Lachâtre, actes du colloque des 16 et 17 septembre 2003 à l’Université de Rouen, dir. par F. Gaudin, Paris, éditions Honoré Champion, p. 187-200.

10.(2007) : La Vie genereuse des Mercelots, Gueuz et Boesmiens [...] de Pechon de Ruby, édition critique annotée et commentée de l’édition lyonnaise de 1596 avec des documents complémentaires et un dictionnaire-glossaire du jargon du livret par Denis Delaplace, Paris, éditions Honoré Champion, 320 p.

11.(2008a) : « L’origine facétieuse des dictionnaires d’argot », in Lexique et Lexicographie n° 19, Moscou, p. 141-149.

12.(2008b) : « Le suffixe –ard dans le Trésor de la langue française », in B. Fradin (ed.), La raison morphologique. Hommage à la mémoire de Danielle Corbin, Linguisticae Investigationes Supplementa n° 27, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins Publishing Company, p. 39-54.

13.(2008c) : Le Jargon ou Langage de l’Argot reformé d’Ollivier Chereau, édition critique annotée et commentée des éditions lyonnaises de 1630, 1632 et 1634 avec des documents complémentaires et un dictionnaire-glossaire du jargon du livret par Denis Delaplace, Paris, éditions Honoré Champion, 598 p.

14.(2009a) : « Argotismes et régionalismes : Des rencontres à méditer » (reprise et développement de la contribution de 2002), in Lexique et Lexicographie n° 20, Moscou, p. 157-167.

15.(2009b) : Les Soliloques du Pauvre, édition critique avec dictionnaire-glossaire à partir des éditions originales de 1897 et de 1903 du recueil de poèmes de Jehan Rictus, Paris, Éditions Classiques Garnier, 345 p.

16.(2009c) : L’Argot selon Casciani – Représentations de l’argot au XIXe siècle, édition annotée et commentée de la préface du Dictionnaire d’argot et des locutions populaires (1894 et 1901) de Jean La Rue (qui n’est pas du tout Jules Vallès), Paris, Éditions Classiques Garnier, 187 p.

17.(2009d) : L’Argot au XXe siècle - Édition inversée et raisonnée du dictionnaire français-argot (1901 et 1905) d’Aristide Bruant et Léon de Bercy, Paris, Éditions Classiques Garnier, 1523 p.

18.(2009e) : « Ce Dictionnaire d’argot que n’a pas écrit Jules Vallès », in Autour de Vallès n° 39, Revue de lectures et d’études vallésiennes, p. 214-216.

19.(2010a; dépôt légal 2011) : « Ce Dictionnaire d’argot que n’a décidément pas pu écrire Jules Vallès », in Autour de Vallès n° 40, Revue de lectures et d’études vallésiennes, p. 170-173.— Version complétée de l'article de 2009e.

20. (2010b): Dictionnaire d'argot et des locutions populaires - Version raisonnée et commentée du dictionnaire de Jean La Rue à partir des éditions de 1894 et du début du XXe siècle, Paris, Éditions Classiques Garnier, 521 p.

21. (2011a): « Conclusion amendée de L'argot selon Casciani », in L'argotologie française en Russie, Université d'Etat de Smolensk, p.306-312.

22. (2011b): Le Jargon des Coquillars à Dijon au milieu du XVe siècle selon Marcel Schwob (1892), Paris, Éditions Classiques Garnier, 405 p.



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Denis Delaplace de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Le bourget (seine-saint-denis) — Pour les articles homonymes, voir Le Bourget. Le Bourget L Hôtel de ville du Bourget …   Wikipédia en Français

  • Argot —  Pour l’article homophone, voir argo. Cet article possède un paronyme, voir : largo. Selon certains auteurs, un argot est un registre de langue ou un parler particulier à un groupe social, c est à d …   Wikipédia en Français

  • Argotique — Argot  Pour l’article homophone, voir argot. Cet article possède un paronyme, voir : largo. Selon certains auteurs, un argot est un registre de langue ou un …   Wikipédia en Français

  • Langue verte — Argot  Pour l’article homophone, voir argot. Cet article possède un paronyme, voir : largo. Selon certains auteurs, un argot est un registre de langue ou un …   Wikipédia en Français

  • Aristide Bruand — Aristide Bruant Pour les articles homonymes, voir Bruant (homonymie). Aristide Bruant Nom Aristide Louis Armand Bruand Naissance …   Wikipédia en Français

  • Aristide Bruant — Pour les articles homonymes, voir Bruant (homonymie). Aristide Bruant Nom Aristide Louis Armand Bruand Naissance …   Wikipédia en Français

  • Coquillard — Le mot coquillard (coquillar et coquillart au XVe siècle) correspond à plusieurs noms et adjectifs différents. Un premier nom est attesté en 1455 dans les pièces d’un procès s’étant ouvert à Dijon à l’encontre de mauvais garçons (tricheurs,… …   Wikipédia en Français

  • Cour des miracles — Le « grand Coësre ». Gravure extraite du Recueil des plus illustres proverbes divisés en trois livres : le premier contient les proverbes moraux, le second les proverbes joyeux et plaisans, le troisiesme représente la vie des gueux …   Wikipédia en Français

  • Cour Des Miracles — La Cour des miracles désignait, sous l’Ancien Régime des espaces de non droit composés de quartiers de Paris ainsi nommés car les infirmités des mendiants qui en avaient fait leur lieu de résidence ordinaire y disparaissaient à la nuit tombée,… …   Wikipédia en Français

  • Cour des Miracles — La Cour des miracles désignait, sous l’Ancien Régime des espaces de non droit composés de quartiers de Paris ainsi nommés car les infirmités des mendiants qui en avaient fait leur lieu de résidence ordinaire y disparaissaient à la nuit tombée,… …   Wikipédia en Français