Decemviri


Decemviri

Decemvir

rmn-military-header.png

Monarchie romaine
753509 av. J.-C.
République romaine
50927 av. J.-C.
Empire romain
27 av. J.-C.476
Empire byzantin
3951453

Magistratures ordinaires
Consul
Proconsul
Préteur
Propréteur
Censeur
Tribun
Édile
Questeur
Magistratures extraordinaires
Dictateur
Maître de cavalerie
Tribun consulaire
Interroi
Décemvir
Triumvir
Titres et honneurs
Empereur romain
Auguste
César
Préfet du prétoire
Tétrarque
Dux
Magister militum
Princeps senatus
Pontifex maximus
Préfet de Rome
Imperator
Légat
Licteur
Institutions et lois
Constitution romaine
Sénat romain
Assemblées
Magistrats
Cursus honorum
Auctoritas
Droit romain
Mos majorum
Citoyenneté
Imperium
Potestas
Série Rome antique

Sous la Rome antique, les decemviri - parfois francisé en décemvir - constituaient un collège de dix (decem) hommes (viri).

Traditionnellement il s'agissait d'un collège de prêtres qui assistaient les pontifes lors des célébrations de sacrifices.

Les decemviri legibus scribendis (généralement Decemviri - avec une majuscule) ont désigné le collège de 10 anciens consuls rédacteurs de la Loi des XII tables entre 451 av. J.-C. et 449 av. J.-C., premier corps de lois rédigés de la Rome antique.

Sommaire

Le contexte politique

La constitution du collège des decemviri fait suite à une dizaine d’années d’agitation politique qui mit l’existence même de Rome en péril. Les tribuns de la plèbe dénonçaient l’arbitraire des décisions de certains consuls qui interprétaient à leur gré la loi orale et réclamaient depuis 462 av. J.-C. la mise par écrit des droits des consuls (projet de lex Terentilia, tandis que les patriciens repoussaient sans cesse le vote de ce projet. Après des années de tension et de violences, les tribuns proposèrent un compromis, avec la création d’une commission mixte chargée de rédiger des lois communes aux patriciens et aux plébéiens, en contrepartie de l’abandon du projet de lex Terentilia.

Le Sénat accepta, et en 453 av. J.-C., une délégation de trois sénateurs, Spurius Postumius Albus Regillensis, Aulus Manlius Vulso et Servius Sulpicius Camerinus Cornutus, reçut mission d’aller à Athènes étudier les lois de Solon et celles des autres cités grecques. À leur retour en 452 av. J.-C., et après discussion, une commission spéciale fut constituée pour un an, les decemviri legibus scribendis (littéralement, les dix hommes pour les lois à écrire).

Le premier collège des decemviri (451 - 450)

Les rédacteurs furent tous patriciens, car les sénateurs estimaient que seuls les patriciens pouvaient proposer des lois, même s’il était convenu que le peuple les voteraient. Furent choisis d’office les membres de la délégation d’Athènes (Servius Sulpicius Camerinus Cornutus, Aulus Manlius Vulso et Spurius Postumius Albus Regillensis et les consuls désignés pour l’année, Appius Claudius Crassus Regillensis Sabinus et Titus Genucius Augurinus. S’y ajoutèrent Publius Sestius Capitolinus Vaticanus, qui avait proposé au Sénat la création de la commission, ainsi que Titus Veturius Geminus Cicurinus, Caius Iulius Iullus, Publius Curiatius Fistus Trigeminus, Titus Romilius Rocus Vaticanus[1], anciens consuls dont l’âge devait apporter la pondération utile aux discussions. La direction de la commission fut confiée à Appius Claudius.

On leur donna un pouvoir absolu, suspendant celui des consuls et des tribuns de la plèbe, et suspendant aussi le droit d'appel (intercessio) contre une décision injuste. En dehors de leur travail rédactionnel, les décemvirs gouvernaient et rendaient la justice chaque jour à tour de rôle. Le pouvoir du décemvir du jour était manifesté par les douze licteurs (appariteurs) qui le précédaient.

Ces décemvirs gouvernèrent avec modération et impartialité de 451 av. J.-C. à 450 av. J.-C., et eurent la chance qu’aucun ennemi de Rome ne se manifesta pendant cette période. Ils rédigèrent leurs lois sous dix titres, et les soumirent au vote populaire des comices centuriates. Elles furent gravées sur dix tables d'airain, ou de bois selon d'autres traditions.

Le second collège (450 - 449)

Pour compléter ces lois, on organisa l'année suivante des élections pour désigner de nouveaux décemvirs. Appius Claudius se représenta, contrairement à l'usage de ne pas briguer une magistrature deux années de suite, et se fit réélire après une active campagne de séduction auprès du peuple. Furent aussi élus  : Marcus Cornelius Maluginensis, Lucius Sergius Esquilinus, Lucius Minucius Esquilinus Augurinus, Quintus Fabius Vibulanus, Titus Antonius Merenda, Manius Rabuleius, Quintus Poetelius Libo Visolus, Kaeso Duillius Longus, Spurius Oppius Cornicen[2], ce second collègue comportait trois plébéiens, Poetilius, Duillius et Oppuis[3]. Ils prirent leur fonction au 15 mai 450 av. J.-C.[4], créant la surprise en se présentant chacun précédé de douze licteurs, soit 120 en tout, force de coercition jamais vue à Rome.

Pendant cette seconde année, ces magistrats abusèrent du pouvoir et gouvernèrent avec despotisme, brimant la plèbe et ignorant le Sénat. Appius Claudius, le plus puissant d'entre eux, s'attira la haine du peuple. Au bout de l'année, ils ajoutèrent deux nouvelles tables aux précédentes, ce qui fit appeler ce code Loi des Douze Tables.

Après le 15 mai 449 av. J.-C., quoique leur mandat d’un an fût terminé et leur travail législatif fût achevé, les decemvirs entrainés par Appius Claudius gardèrent le pouvoir de leur propre autorité, s'entourèrent d'une garde nombreuse, et étouffèrent toute protestation émanant de la plèbe.

La guerre déclenchée contre Rome par les Sabins et les Èques obligea les décemvirs à réunir le Sénat pour obtenir la levée des troupes romaines. Les décemvirs se partagèrent les secteurs d’opérations, Appius Claudius et Spurius Oppius assurant la défense de Rome.

Deux crimes des décemvirs déclenchèrent la révolte populaire[5] :

  • Dans l’armée en pays sabin, le meurtre de l’opposant plébéien Lucius Siccius, camouflé en perte dans une embuscade ennemie, dressa les soldats contre les décemvirs ;
  • A Rome, Appius Claudius revendiqua comme esclave la jeune Verginia, fille du centurion Lucius Verginius, et promise de Lucius Icilius, ancien tribun de la plèbe. Son père préféra la poignarder en plein forum pour la soustraire aux violences d'Appius Claudius.

Tandis que la plèbe se révoltait et se retirait en masse sur le Mont Sacré, les soldats se mutinèrent et revinrent camper sur la colline face à Rome. Les décemvirs furent contraints de démissionner, le Sénat rétablit les anciennes magistratures, consulat et tribunat. Lucius Icilius et Lucius Verginius furent élus tribuns de la plèbe, et firent emprisonner Appius Claudius, qui se suicida avant son procès. Son collègue Spurius Oppius, emprisonné à son tour, se suicida également. Les autres décemvirs s’exilèrent, et leurs biens furent confisqués.

De cette très grave crise, Rome retirait les fondements de son droit, la Loi des Douze Tables, fondant l’égalité des patriciens et des plébéiens devant une loi enfin rédigée et visible de tous.

Certains historiens modernes ont mis en doute l’authenticité de l’épisode de Verginia, dont la mort pour sauver sa vertu déclenche une révolution contre un pouvoir despotique, lui trouvant un parallèle trop marqué avec le renversement du roi Tarquin le Superbe suite à la mort de Lucrèce.

Liste des membres des deux collèges (451 - 449)

Notes

  1. Diodore de Sicile confirme cette liste donnée par Tite-Live, sauf pour Publius Curiatius Fistus Trigeminus qu'il remplace par Publius Horatius Pulvillus (Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, Livre XII, 9) ; Denys d'Halicarnasse donne la même liste que Diodore, avec Publius Horatius, Antiquités romaines, livre X, 56
  2. Liste confirmée par Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, Livre XII, 9 et par Denys d'Halicarnasse,Antiquité romaine, livre X, 58, 4
  3. Selon Denys d'Halicarnasse, qui contredit Tite-Live qui les déclare tous patriciens
  4. Aux Ides de mai, date indiquée par Denys d'Halicarnasse
  5. Tite-Live (livre III) et Denys d'Halicarnasse (livre XI) s'étendent longuement sur les deux événements, tandis que Diodore de Sicile ne cite que l'épisode de la jeune fille, mais sans nommer ni Verginia, ni Appius Claudius

Voir aussi

Articles connexes
Bibliographie ancienne
  • Portail de la Rome antique Portail de la Rome antique
  • Portail du droit Portail du droit
Ce document provient de « Decemvir ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Decemviri de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Decemviri — (Singular Decemvir) ist der lateinische Ausdruck für „Zehn Männer“, womit in der Römischen Republik jede Kommission bezeichnet wurde, die aus zehn Männern mit Sondervollmachten bestand (vergleiche „Triumviri“ – „Drei Männer“), die zum Teil sogar… …   Deutsch Wikipedia

  • DECEMVIRI — Magistratus Rom. custodes 12. tabb. Cum enim Consulum Tribunorumque dissidiis urbs laboraret, Hermodorus Ephesius, consuluit Romanis, ut tres legatos in Graeciam mitterent, illorum mores consuetudinesque addiscendi causâ. Quod factum, et ex… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Decemvĭri — (lat., Zehnmänner, röm. Ant.), ein Collegium, aus 10 Mitgliedern bestehend, von verschiedenen Functionen: a) D. agris dividundis, Zehnmänner zur Ackervertheilung, eine Commission von 10 Männern, welche zur Anweisung von Parcellen der… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Decemviri — (lat.), s. Dezemvirn …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Decemviri — Decemvĭri (lat.), s. Dezemvirn …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Decemviri — For the Romanian assassins, see Iron Guard death squads. Ancient Rome This article is part of the series: Politics and government of Ancient Rome …   Wikipedia

  • Decemviri — Decemvir De*cem vir (d[ e]*s[e^]m v[ e]r), n.; pl. E. {Decemvirs}, L. {Decemviri}. [L., fr. decem ten + vir a man.] 1. One of a body of ten magistrates in ancient Rome. [1913 Webster] Note: The title of decemvirs was given to various bodies of… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • decemviri — ▪ ancient Rome       (Latin: “ten men”), in ancient Rome, any official commission of 10. The designation is most often used in reference to decemviri legibus scribundis, a temporary legislative commission that supplanted the regular magistracy… …   Universalium

  • Decemviri — Decẹmviri   [lateinisch »Zehnmänner«], Dezemvirn.   …   Universal-Lexikon

  • Decemviri Stlitibus Iudicandis — Decemviri (Singular Decemvir) ist der lateinische Ausdruck für „Zehn Männer“, womit in der Römischen Republik jede Kommission bezeichnet wurde, die aus zehn Männern mit Sondervollmachten bestand (vergleiche „Triumviri“ – „Drei Männer“), die zum… …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.