De Dion-Bouton


De Dion-Bouton
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dion.
Logo de De Dion-Bouton
Création 1883
Disparition 1968
Fondateurs Jules-Albert de Dion
Siège social Drapeau de France Puteaux (France)
Activité Automobile

De Dion-Bouton est un constructeur français d'automobiles et de moteurs de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle fondé en 1883 par Jules-Albert de Dion.

Le Vis-à-vis De Dion-Bouton, 1901.

Sommaire

Histoire

La société, fondée en 1883 par le comte (puis marquis) nantais Jules-Albert de Dion, le fabricant de jouets scientifiques Georges Bouton et son beau-frère Charles-Armand Trépardoux, est à l'origine de l'essor de l'automobile. L'entreprise s'implanta rapidement à Puteaux au quai National, renommé plus récemment quai De Dion-Bouton.

Georges Bouton meurt en 1938 ; Albert de Dion, en 1946.

Véhicules routiers

Vis-à-vis De Dion-Bouton type G.

Les véhicules De Dion-Bouton sont à vapeur, le tricycle de 1883 est suivi un an plus tard par le premier tracteur routier pour semi-remorque[1]. En 1894, le comte de Dion fera sensation en s'installant à l'arrière d'une calèche tirée par l'un de ses tracteurs entre Paris et Rouen. Les quadricycles, chariots, tracteurs et omnibus à vapeur seront fabriqués jusqu'en 1904[2].

En 1895, l'entreprise s'intéressa aux moteurs à essence, avec l'installation d'un monocylindre à grande vitesse de rotation (grâce au distributeur de Carli et Basset) équipé de l'un des premiers allumages électriques sur un tricycle et en 1899, sur le vis-à-vis appelé la petite voiture. Celle-ci avait une suspension innovante à pont De Dion inventée par la firme en 1893[3]. Ensuite, ce système célèbre sera utilisé par de nombreux constructeurs. Le Vis-à-vis est la première automobile fabriquée en grand nombre avec 2 970 exemplaires sortis jusqu'en 1902.

Premier constructeur à fabriquer entièrement ses voitures, De Dion-Bouton est aussi un fournisseur de moteurs pour plus de cinquante marques dont Delage, Latil, Peugeot et Renault.

En 1900, De Dion-Bouton est le plus grand fabricant d'automobiles du monde. La société produit quatre-cents voitures et trois mille deux-cents moteurs cette année-là. Ces chiffres de production seront dépassés avant la Première Guerre mondiale par ceux de Panhard & Levassor après Renault, Peugeot, Darracq et Berliet[4].

Moteur à essence, 1908.

Comme Michelin à qui elle vend le brevet du fameux Guide au début du vingtième siècle, De Dion-Bouton publie des cartes routières, activité qui débute en 1900 et qui sera cédée à l'imprimeur Vermot en 1908[5].

En 1902, la marque lance la Populaire - type K1 ou K2[6] - à moteur avant en deux places 6 HP ou quatre places 8 HP. Un bloc à bicylindres apparaît en 1903 suivi un an plus tard par un quatre cylindres.

En 1905, des modèles 8 HP et 9 HP sont lancés tandis que le châssis tubulaire est abandonné[6]. A partir de cette année là, De Dion-Bouton s'oriente peu à peu vers les voitures luxueuses avec les lancements de limousines de 12 à 35 HP.

En 1908, la marque construit trois traîneaux à moteur pour l'expédition en Antarctique de Jean-Baptiste Charcot.

Au Salon de Turin 1910, le type CJ de 6,1 litres est la première automobile vendue avec un moteur V8[2]. L'année 1913 marque la fin du monocylindre[6].

Pendant la Première Guerre mondiale, De Dion-Bouton produit pour l'armée française des obus, des véhicules et des moteurs d'avion en V, Farman étant client dès 1911.

La paix revenue, la marque reprend la fabrication de limousines incluant un modèle à moteur V8 remplacé par un huit cylindres en ligne à la fin des années 1920.

Ainsi, De Dion-Bouton ne saura pas élargir sa clientèle et se replie sur la vente d'utilitaires.

Durement touchée par les conséquences de la crise de 1929, elle abandonne la production d'automobiles de tourisme en 1932. Elle poursuivra cependant celle d'autobus et de balayeuses-arroseuses jusqu'en 1953 ainsi que de bicyclettes pendant encore une dizaine d'années avant d'être acquise par une petite entreprise berrichonne. Rachetée par l'importateur de Rover, elle construit un camion de pompier De Dion-Bouton en 1968.

Autorails

De Dion-Bouton est le premier constructeur automobile à s'imposer dans le secteur ferroviaire avec les Autorails De Dion-Bouton.

Entre 1900 et la Première Guerre mondiale, des moteurs à vapeur pour des autorails sont construits pour des entreprises étrangères, comme la hongroise Ganz, ainsi que des moteurs à essence pour les automotrices pétroléo-électriques des Chemins de fer unis d'Arad à Csanad (ACsEV) en Hongrie.

Après la guerre de 1914-1918, l'entreprise devint un constructeur ferroviaire à part entière puisque de 1923 à 1948 De Dion-Bouton fut le principal constructeur français d'autorails à voie métrique avec deux-cent cinquante véhicules pour les réseaux secondaires essentiellement français.

Ces autorails étaient destinés à permettre l'évolution de ces réseaux dont les trains à vapeur étaient trop lents et trop coûteux, et à faire face à la concurrence de l'automobile alors en plein développement.

Aujourd'hui, certains autorails De Dion-Bouton sont préservés par des chemins de fer touristiques.

Liste des autorails préservés

Liste non exhaustive.

Voie métrique :

  • JM-4 (1932) CdN n°11 - AMTUIR - restauré - présenté au MTVS
  • OC1 (1937) CdN, RB n°15 - CFBS - en attente de restauration
  • OC1 (1937) CdN, RB n°16 - ACFCdN - en attente de restauration
  • OC2 (1946) RB n°X202 - ACFCdN - en attente de restauration
  • OC2 (1946) RB n°X205 - SABA - restauré
  • OC2 (1946) RB n°X206 - SABA - en attente de restauration
  • ND n°201 - VFV - en cours de restauration par un privé
  • ND n°202 - MTVS - en cours de restauration
  • ND n°204 - VFV - en attente de restauration
  • ND n°206 - VFV - épave
  • ND n°207 - Vivarais - en attente de restauration
Autorail M-102 et remorque R-51 à voie normale des Chemins de fer de l'Hérault entre 1966 et 1968.

Pendant la guerre

autocanon en position de tir.

En 1910, il y eu un véhicule qui avait reçu un Canon de 75 Modèle 1897 pour une plus grande mobilité, il y eu une version 1913 pour tirer contre les aéronefs, ballons captifs à l'époque. Ses caractéristiques :

  • 5,6 tonnes,
  • 15 km/h sur route,
  • tir de 0 à 70° en hauteur avec un frein modifié,
  • rotation entre 0 et 240°,
  • un tir toutes les quatre secondes,
  • mise en place en deux minutes (terrain favorable),
  • douze servants.

Les premiers exemplaires furent affectés à la défense du G.Q.G.

Au cinéma

  • La voiture utilisée par les inspecteurs de police dans la série Les Brigades du Tigre est une De Dion-Bouton.

Notes et références

  1. Peter J.Davies, L'encyclopédie mondiale des camions, éditions Manise.
  2. a et b G.N. Georgano, Les voitures françaises de 1886 à 1930, éditions Gründ.
  3. L'Automobile Magazine n°454, avril 1984.
  4. Daniel Cabart et Claude Rouxel, Delage. La belle voiture française, éditions E.T.A.I.
  5. (fr) Carte routières anciennes de De Dion-Bouton
  6. a, b et c Patrick Lesueur, Toutes les voitures françaises de A à Z, éditions E.P.A.

Bibliographie

  • Jean Fondin, Hauts-de-Seine berceau de l'automobile, éditions E.T.A.I./Colline de l'Automobile, 1992 (ISBN 2-7268-8116-5)
  • René Ville, De Dion-Bouton en confirmations, Edité par l'Amicale De Dion-Bouton, 2003.
  • René Ville, De Dion-Bouton, en témoignages et confidences, Edité par l'Amicale De Dion-Bouton.
  • Jean-Claude Riffaud, « les automotrices Tartary et De Dion-Bouton », article publié dans la revue Magazine des tramways à vapeur et des secondaires, n° 21 de 1982 (ISSN 0150-116X)
  • Jacques Chapuis, « les autorails De Dion-Bouton », article publié dans la revue Chemins de fer régionaux et urbains, n° 199 de 1987, publiée par la FACS.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article De Dion-Bouton de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Dion-Bouton — Namensschild am Kühler De Dion Bouton war zu Beginn des 20. Jahrhunderts eine der erfolgreichsten Automobilmarken. Die beiden Franzosen Albert de Dion und Georges Bouton taten sich 1882 zusammen, um zunächst dampfbetriebene Fahrzeuge zu… …   Deutsch Wikipedia

  • De Dion-Bouton — …   Wikipedia

  • De Dion Bouton — Pour les articles homonymes, voir Dion. Le Vis à vis de De Dion Bouton, 1901 …   Wikipédia en Français

  • De-Dion-Bouton — Namensschild am Kühler De Dion Bouton war zu Beginn des 20. Jahrhunderts eine der erfolgreichsten Automobilmarken. Die beiden Franzosen Albert de Dion und Georges Bouton taten sich 1882 zusammen, um zunächst dampfbetriebene Fahrzeuge zu… …   Deutsch Wikipedia

  • De Dion-Bouton — Emblem Namensschild am Kühler …   Deutsch Wikipedia

  • De Dion-Bouton — Torpedo (1909) Де Дион Бутон  одна из наиболее известных французских автомобильных фирм конца X …   Википедия

  • Autorail De Dion-Bouton OC1 — X 157 158 type OC1 (SNCF) Autorails OC1, OC2 N°X202 et draisine Billard de l ACFCdN …   Wikipédia en Français

  • Autorails De Dion-Bouton — Vue de l autorail B201 ou B202, en gare de Théligny …   Wikipédia en Français

  • DION (A. de) — DION ALBERT marquis de (1856 1946) Industriel français, né à Nantes et mort à Paris. Après Bollée (1873), de Dion va créer, en association avec Bouton et Trépardoux, fabricants de jouets mécaniques, la deuxième entreprise française de véhicules à …   Encyclopédie Universelle

  • Dion — or Dio may refer to: Contents 1 People 1.1 Ancient 1.2 Modern 2 …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.