Daïmio


Daïmio

Daimyo

Un daimyo en visite d'État

Daimyo ou Daïmio[1] (大名, daimyō?, littéralement « grand nom ») est un titre de kazoku, c'est-à-dire de noblesse japonaise.

Les daimyos étaient les plus puissants gouverneurs féodaux au Japon, entre le XIIe et le XIXe siècle.

Histoire

Des prestigieux Shugo (Gouverneurs de province) de la période Muromachi, en passant par la période Sengoku, jusqu'aux daimyos de la période Edo, ce titre aura une histoire longue et variée.

À l'époque d'Edo, le terme de daimyo était appliqué à environ deux cents princes ou grands seigneurs de domaines dont le revenu annuel égalait ou dépassait dix mille koku de riz. Ceux qui avait un revenu moindre était qualifiés de shōmyō (小名, « petit nom »).

Les daimyos appartenaient à plusieurs catégories :

  • les shimpan-daimyō (新藩大名), appartenant à la famille de Tokugawa
  • les fudai-daimyō (譜代大名), attachés personnellement au shogun Tokugawa
  • les tozama-daimyō (外様大名 ou daimyo « extérieur »), ralliés au bakufu

Avant la période Muromachi cependant, on utilisait plus volontiers le titre de myōden (名田) pour désigner les grands propriétaires de domaines. Ceux-ci étaient alors divisés en kokushu (国主, gouvernant au moins une province), ryōshu (領主, gouvernant un territoire moins important) et jōshu (城主, gouverneurs de châteaux). Ces daimyos se livrèrent des guerres incessantes dans le but d'agrandir leurs territoires. Au XVe siècle, à la faveur des troubles qui agitaient le pays, de nombreux shugo (守護) s'approprièrent des terres et prirent le titre de shugo-daimyō (守護大名), construisant des châteaux pour se défendre contre les visées expansionnistes de leurs voisins. Ils ne furent pacifiés qu'après la bataille de Sekigahara en 1600.

Les daimyos, bien qu'ayant une certaine autonomie, étaient néanmoins assujettis à des règles particulières, la plupart codifiées dans le Buke Shohatto, et devaient suivre la loi des maisons guerrières (武家, buke). Ils devaient, entre autres obligations, entretenir à Edo une résidence, y demeurer une année sur deux (ou six mois par an) et y laisser en otage leur famille et des vassaux. Le voyage du daimyo allant rendre hommage à son shōgun à Edo s'appelait le daimyō-gyōretsu (大名行列), c’est-à-dire la « procession des seigneurs ».

À partir de 1639, ils n'eurent plus la permission de construire châteaux et navires de haute mer, et durent veiller à ce que le christianisme fût interdit sur leurs territoires. Lors de la Restauration Meiji en 1868, certains daimyos furent nommés gouverneurs de leurs provinces (alors appelées 藩, han), mais en 1871, tous les han furent abolis et le territoire du Japon divisé en préfectures (県, ken). Les anciens daimyos furent alors pensionnés par le gouvernement et obligés de résider à Tōkyō.

Quelques familles de daimyo connues : les Date, les Imagawa

Voir aussi

Notes et références

  1. On peut écrire Daimyo, Daïmio, Daimyoh, Daimyō ou même Daimio, mais pas Daymio. Le "Y" n'est pas une voyelle en Japonais.
  • Portail du Japon Portail du Japon
Ce document provient de « Daimyo ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Daïmio de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • daïmio — [ daimjo ] n. m. VAR. daimyo • 1863; mot jap. ♦ Membre de l aristocratie militaire qui, du IXe s. à la révolution de 1868, domina au Japon. Les daïmios, les daimyos. ● daimyo ou daïmio nom masculin (japonais daimyō) Seigneur local japonais, qui… …   Encyclopédie Universelle

  • daimio — daímio s. m. invar.(sil. da i mi o) Trimis de siveco, 19.12.2006. Sursa: Dicţionar ortografic  DAÍMIO s.m. Nume sub care sunt cunoscuţi principalii feudali japonezi care şi au pierdut privilegiile prin revoluţia din 1868. [pron. da i mi o. /… …   Dicționar Român

  • daimio — (de or. jap.) m. Señor feudal del *Japón en el tiempo anterior a la revolución de 1868. * * * daimio. (De or. jap.). m. En el antiguo régimen japonés, señor feudal. * * * ► masculino Gran señor feudal japonés que, apoyado en los samuráis, ejercía …   Enciclopedia Universal

  • daimio — s. m. O mesmo que dáimio.   ‣ Etimologia: japonês daimyo …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • dáimio — s. m. Antigo nobre que era chefe despótico em tribos japonesas. = DAIMIO   ‣ Etimologia: japonês daimyo …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • Daimio — Dai mi*o, n.; pl. {Daimios}. [Jap., fr. Chin. tai ming great name.] The title of the feudal nobles of Japan. [1913 Webster] The daimios, or territorial nobles, resided in Yedo and were divided into four classes. Am. Cyc. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Daimio — Daimio, die erblichen Lehnsfürsten in Japan, die bis 1869 ihre Gebiete fast selbstständig beherrschten. Seitdem ist auch der Titel abgeschafft …   Kleines Konversations-Lexikon

  • daimio — (De or. jap.). m. En el antiguo régimen japonés, señor feudal …   Diccionario de la lengua española

  • daimio — dai·mi·o or dai·my·o (dīʹmē ō , dīmʹyō ) n. pl. daimio or dai·mi·os also daimyo or dai·my·os A feudal lord of Japan who was a large landowner.   [Japanese daimyō: dai, great; see …   Universalium

  • daimio — noun see daimyo …   New Collegiate Dictionary