DURRUTI


DURRUTI

Buenaventura Durruti

Buenaventura Durruti Dumange (León, 14 juillet 1896 - Madrid, 20 novembre 1936) est une des figures principales de l'anarchisme espagnol avant et pendant la guerre d'Espagne.

Sommaire

Biographie

Buenaventura Durruti

Durruti naît à León en Espagne dans une famille ouvrière. C'est un élève dissipé. En 1903, son père, membre de l'UGT (Union General de Trabajadores), est emprisonné pour participation à la grève des corroyeurs, qui revendiquent la journée de huit heures. En avril 1913, il travaille en tant que tourneur et entre à l'Union des métallurgistes. L'année suivante il est embauché comme cheminot.

La grève de 1917 et l'exil en France

Durant l'été de 1917, l'UGT lance une grève à laquelle Durruti participe activement. Le gouvernement espagnol fait appel à l'armée pour faire cesser cette grève ; plus de 500 travailleurs sont tués ou blessés, et 2 000 grévistes sont emprisonnés sans procès légal ou juste. L'armée aurait ainsi, d'après un observateur, « sauvé le pays ». Durruti est de ces jeunes saboteurs pyromanes. Le syndicat les désavoue et ils sont licenciés. En septembre il se réfugie à Gijón, puis, toujours recherché, passe en France.

Durant son exil, jusqu'en 1920, Durruti travaille à Paris comme mécanicien. Il y rencontre Sébastien Faure, Louis Lecoin et Émile Cottin ainsi que des anarchistes espagnols exilés militant à la CNT. Puis il est persuadé d'aller à Barcelone pour y organiser les travailleurs.

La CNT

A Barcelone, avec Joan García Oliver, Francisco Ascaso et d'autres anarchistes, ils fondent Los Solidarios (Les Solidaires). Des membres de ce groupe essayent sans succès de tuer le roi d'Espagne : Alphonse XIII. En 1923, le groupe est impliqué dans l'assassinat du cardinal de Saragosse Juan Soldevilla y Romero en représailles de l’assassinat du militant Salvador Seguí. Durruti et Oliver s'enfuient en Argentine.

Durruti revient à Barcelone en 1931 (avènement de la Seconde République), et devient un militant influent à l'intérieur de deux des plus grandes organisations anarchistes d'Espagne à cette époque : la CNT (Confederación nacional del trabajo) et la FAI (Federación anarquista ibérica). En 1932 et 1933, il participe aux insurrections menées par la CNT contre le gouvernement républicain de Manuel Azaña.

Il vit pauvrement avec sa compagne Mimi, enceinte de leur fille Colette. Selon la militante de la CNT Federica Montseny, "la prestance de Durruti, sa voix de stentor, sa manière de s'exprimer, simple et accessible à tous, exercent sur les masses une puissante attraction. García Oliver est persuadé de lui être supérieur, mais les camarades et le peuple en général préfèrent Durruti, devinant intuitivement la bonté de son coeur et la droiture de son caractère."

Le jeune Durruti

La guerre

Travaillant étroitement avec ses camarades, Durruti aide à la coordination de la résistance face au coup d'état militaire. Le 24 juillet 1936, il mène plusieurs milliers de "guérilleros" (plus tard connus comme la Colonne Durruti) de Barcelone vers Saragosse. Après une brève et sanglante bataille à Caspe, la colonne s'arrête à Pina de Ebro. Sur les conseils d'un officier régulier de l'armée, employé comme "conseiller technique" et malgré la conviction de Durruti, l'assaut de Saragosse est remis à plus tard, ce qui est peut-être une erreur : Saragosse ne sera jamais reprise par les républicains. En fait, en libérant rapidement tout le nord de l'Espagne, ce qui supposait de commencer par cette ville, la révolution sociale aurait pu progresser en même temps que le front antifasciste ; mais c'est précisément ce que les staliniens, qui contrôlent de plus en plus le gouvernement républicain de Madrid, voulaient éviter[1].

La mort de Durruti

Après avoir été persuadé, début novembre 1936, de mener une colonne de combattants à Madrid, attaquée par les franquistes, Durruti y est blessé grièvement et meurt quelques heures plus tard. Les circonstances exactes de sa mort restent incertaines. De toute évidence, ce n'est pas une balle franquiste qui l'a tué. Les communistes ont fait courir le bruit qu'il aurait été abattu par un de ses hommes en raison de son supposé "autoritarisme". Certains accusent le PCE qui lui était - il est vrai - hostile. D'autres encore envisagent un dysfonctionnement de son arme. On suppose généralement, sans preuve tangible, que la balle d'un de ses lieutenants l'aurait atteint accidentellement.

Le corps de Durruti est transporté à travers le pays jusqu'à Barcelone pour ses funérailles. Plus de 250 000 personnes défilent pour accompagner le cortège funéraire jusqu'au cimetière de Montjuich où il est inhumé.

C'est la dernière démonstration publique à grande échelle de la force des anarchistes pendant la guerre d'Espagne.

La colonne Durruti

La formation créée par Durruti ne disparaît pas après sa mort ; elle est maintenue pendant toute la guerre civile, avec la dénomination officielle de 26e Division, commandée (en 1939 au moins) par Ricardo Sanz.

Citations

  • « Nous vous montrerons, à vous les bolcheviques russes et espagnols, comment on fait la révolution et comment on la mène à son terme. Chez vous, il y a une dictature, dans votre Armée rouge, il y a des colonels et des généraux, alors que dans ma colonne, il n'y a ni supérieur ni inférieur, nous avons tous les mêmes droits, nous sommes tous des soldats, moi aussi je suis un soldat. »
  • « Ce ne serait vraiment pas la peine de se déguiser en soldat si l'on devait se laisser à nouveau gouverner par les pseudo-républicains de 1931 ; nous consentons à faire de grandes concessions, mais n'oublions jamais qu'il nous faut mener de front la guerre et la révolution. »
  • « Nous n’avons pas peur des ruines. Nous sommes capables de bâtir aussi. C’est nous qui avons construit les palais et les villes d’Espagne, d’Amérique et de partout. Nous, les travailleurs, nous pouvons bâtir des villes pour les remplacer. Et nous les construirons bien mieux ; aussi nous n’avons pas peur des ruines. Nous allons recevoir le monde en héritage. La bourgeoisie peut bien faire sauter et démolir son monde à elle avant de quitter la scène de l’Histoire. Nous portons un monde nouveau dans nos cœurs. »

Dernières paroles

« Nous renoncerons à tout, sauf à la victoire. » Ces paroles ne seraient en fait pas de Durruti, il s'agirait d'une manipulation des staliniens de l'époque[2].

Chanson

Durruti

Voilà Durruti une lettre à la main, où est écrite toute la misère de ce peuple souverain.

Voilà Durruti un livre dans sa musette, où il note les millions volés par le capital.

Voilà Durruti avec 14 camarades, et il dit aux patrons ce que veulent les ouvriers.

Voilà Durruti avec une feuille de papier, qui demande aux soldats de sortir de leur caserne.

Voilà Durruti sans carrosse et sans argent, qui salue tout le monde, paysans et journaliers.

Voilà Durruti avec les tables de la loi, pour que sachent les ouvriers qu'il n'y a ni patrie, ni dieu, ni roi.

(Traduction d'une chanson rendant hommage à Durruti ; l'auteur est inconnu)

Bibliographie

  • (es)Miquel Amoros, La Revolución traicionada. La verdadera historia de Balius y Los Amigos de Durruti, Virus Editorial, Barcelone, 2003.ISBN 84-96044-15-7
  • Abel Paz, Durruti: le peuple en armes, éditions Tête de Feuilles, 1972.
  • Abel Paz, Durruti, un anarchiste espagnol. Biographie. Editions Quai Voltaire, 1993.
  • Durruti 1896 - 1936, album de photographies, prologue de Lucencia Espejo. Edition en cinq langues: espagnol, anglais, allemand, italien et français. Madrid; London; Hamburg; Milano; Paris: Fundación Anselmo Lorenzo; Active/Beastie; Nautilus; Zero in Condotta; L'Insomniaque, 1996.- 192 pages, ISBN 3-89401-267-6 (éd. Casa de Velázquez, 1996, ISBN 8-48686-422-4)
  • Hans Magnus Enzensberger, Le Bref été de l'Anarchie - la vie et la mort de Buenaventura Durruti. Biographie romancée traduite de l'allemand par Lily Jumel, éditions Gallimard, 1975.
  • Collectif, Buenaventura Durruti, double CD [1] nato, (1996).

Notes et références

  1. La dernière phrase est discutable : l'emprise communiste sur le gouvernement (de José Giral) est encore limitée à cette date ; d'autre part, il faudrait au moins prouver que l'officier responsable a donné un mauvais conseil parce qu'il était communiste
  2. Miguel Amoros, Durruti dans le labyrinthe

Liens internes

Liens externes

  • Portail de l’anarchisme Portail de l’anarchisme
  • Portail de l’Espagne Portail de l’Espagne
  • Portail du syndicalisme Portail du syndicalisme
Ce document provient de « Buenaventura Durruti ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article DURRUTI de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • DURRUTI (B.) — DURRUTI BUENAVENTURA (1896 1936) Peu d’hommes ont autant que Buenaventura Durruti résumé par leur destinée la part insurrectionnelle d’une époque. Il eut la sincérité de la vivre et l’habileté de la mener sans prétendre la gouverner. Son nom… …   Encyclopédie Universelle

  • Durruti — Buenaventura Durruti Buenaventura Durruti Dumange (León, 14 juillet 1896 Madrid, 20 novembre 1936) est une des figures principales de l anarchisme espagnol avant et pendant la guerre d Espagne. Sommaire 1 Biographie 1.1 La… …   Wikipédia en Français

  • Durruti — Buenaventura Durruti als junger Mann (1910er Jahre) Francisco Ascaso, Buenaventura Durruti und Gregorio Jover …   Deutsch Wikipedia

  • Durruti en la revolución española — Saltar a navegación, búsqueda Durruti en la revolución española es una biografía del anarcosindicalista Buenaventura Durruti, escrita por Abel Paz. La primera edición en castellano (el idioma original en que la obra fue escrita) se publicó en… …   Wikipedia Español

  • Durruti: The People Armed — is a book by Abel Paz. Paz was a famous anarchist, who was active in the Spanish Civil War. The subject of the book is the Spanish anarchist Buenaventura Durruti and his life. It is published by Black Rose Books and has 323 pages. Related topics… …   Wikipedia

  • Durruti Dumange — Durruti Dumange, Buenaventura …   Enciclopedia Universal

  • Durruti Column — Buenaventura Durruti The Durruti Column (Spanish: Columna Durruti) was the largest anarchist column formed during the Spanish Civil War (its number came to about 6000 people[1]). During the first months of the war it has come to be the most… …   Wikipedia

  • Durruti Dumange, Buenaventura — ► (1896 1936) Dirigente anarquista español. Con Ascaso, García Oliver, Callejas y otros fundó el grupo anarquista terrorista Los Solidarios. Participó en las insurrecciones anarquistas de 1932 y 1933. El 19 de julio de 1936 dirigió las fuerzas… …   Enciclopedia Universal

  • Buenaventura Durruti — Naissance 14 juillet 1896 León, province de León …   Wikipédia en Français

  • Buenaventura Durruti — This name uses Spanish naming customs; the first or paternal family name is Durruti and the second or maternal family name is Dumange. Buenaventura Durruti …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.