Accords de Locarno


Accords de Locarno

Les accords de Locarno sont signés le 16 octobre 1925 à Locarno en Suisse entre des représentants de l'Allemagne (Gustav Stresemann), de la Belgique (Émile Vandervelde), de la France (Aristide Briand), de la Grande-Bretagne (Austen Chamberlain), de l'Italie (Benito Mussolini), de la Pologne (Alexander Skrzynski) et de la Tchécoslovaquie (Edvard Beneš).

La signature de ces accords est le résultat de la Conférence de Locarno du 5 au 16 octobre 1925. Ils sont officiellement ratifiés à Londres le 1er décembre suivant.

Les principaux accords sont :

1. Traité entre l'Allemagne, la Belgique, la France, la Grande-Bretagne et l'Italie = le « pacte de stabilité » (aussi dit « pacte rhénan »).
Ces cinq États garantissent les frontières occidentales (=rhénanes), donc le statu quo. L’Allemagne accepte la perte de l’Alsace-Lorraine et de l’Eupen-Malmedy, en même temps elle est protégée d’une nouvelle occupation française et belge.

2. Convention d’arbitrage entre l’Allemagne et la Belgique.

3. Convention d’arbitrage entre l’Allemagne et la France.

Par ces deux conventions, les pays signataires renoncent à utiliser la force en cas d’un conflit éventuel.

4. Convention d’arbitrage entre l’Allemagne et la Pologne.

5. Convention d’arbitrage entre l’Allemagne et la Tchécoslovaquie.

Ces deux conventions mettent en place un système assez compliqué d’arbitrage. L'Allemagne ne reconnaît pas le tracé de ses frontières orientales.

6. La France signe séparément deux traités d’alliance avec la Pologne et la Tchécoslovaquie : chacun promet un soutien armé aux autres en cas d’attaque de l’Allemagne.

Un moment de paix européenne Les accords de Locarno sont l'acmé du moment de paix européen dans l'Entre-deux-guerres. Pendant la période 1920-1925, les projets européistes foisonnent, tel celui de Coudenhove-Kalergi.

Article connexe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Accords de Locarno de Wikipédia en français (auteurs)