Corbusier


Corbusier

Le Corbusier

Le Corbusier
Portrait de Le Corbusier sur un billet de 10 francs suisses.
Portrait de Le Corbusier sur un billet de 10 francs suisses.

Naissance 6 octobre 1887
La Chaux-de-Fonds
Décès 27 août 1965
Roquebrune-Cap-Martin
Profession(s) architecte

Charles-Édouard Jeanneret-Gris, né le 6 octobre 1887 à La Chaux-de-Fonds, dans le Haut-Jura Suisse, et mort le 27 août 1965 à Roquebrune-Cap-Martin, plus connu sous le pseudonyme Le Corbusier est un architecte, urbaniste, décorateur, peintre et homme de lettres de nationalité suisse, naturalisé français en 1930[1].

C'est l'un des principaux représentants du mouvement moderne avec, entre autres, Ludwig Mies van der Rohe, Walter Gropius, Alvar Aalto, Theo van Doesburg.

Le Corbusier a également œuvré dans l'urbanisme et le design. Il est connu pour être l'inventeur de l'Unité d'habitation, sujet sur lequel il a commencé à travailler dans les années 1920[2], comme une réflexion théorique sur le logement collectif. "L’unité d’habitation de grandeur conforme" (nom donné par Le Corbusier lui-même) sera seulement construite au moment de la reconstruction après la Seconde Guerre mondiale en cinq exemplaires tous différents, à Marseille, Briey-en-Forêt, Rezé près de Nantes, Firminy et Berlin. Elle prendra valeur de solution aux problèmes de logements de l'après-guerre. Sa pensée envisage dans un même bâtiment tous les équipements collectifs nécessaires à la vie — garderie, laverie, piscine, école, commerces, bibliothèque, lieux de rencontre. Cependant, les architectes qui s'inspireront de lui pour les cités modernes, vont oublier cette partie de la convivialité, dégradant son généreux projet et ouvrant la voie au pire des urbanismes : « la cité de banlieue ».

Sommaire

Biographie

1900-1916 Formation, premières réalisations et voyages

En 1900, il entame une formation de graveur-ciseleur à l'école d'art de La Chaux-de-Fonds dans le Haut-Jura suisse (son père était horloger). Son professeur de dessin, Charles L'Eplattenier, le dirige vers l'architecture en 1904 et le pousse à réaliser sa première villa à l'âge de dix-sept ans.

Dès 1909, il apprend la technique du béton armé en travaillant en tant que dessinateur chez l'architecte Auguste Perret à Paris. En 1910, on le voit employé chez Peter Behrens où il rencontre Ludwig Mies Van Der Rohe et Walter Gropius.

Le Corbusier lui-même parle de son voyage d'Orient remontant à une époque où il était encore Charles-Edouard Jeanneret, voyage qu'il entame en mai 1911 : Prague, Vienne, Budapest, Istanbul, Athènes et tout particulièrement son séjour au Mont-Athos qui inspirera sa philosophie d'architecte, puis Pise, et nombre de villes chargées d'histoire et d'œuvres d'art en Italie. Durant ce voyage, il remplit six carnets de dessins dont il se servira à de nombreuses reprises pour illustrer ses propos et ses publications.

De retour à La Chaux-de-Fonds, il y construit pour ses parents la villa Jeanneret-Perret (1912), dite Maison Blanche, et la villa Schwob, dite aussi villa Turque [3].

1917-1929 L'aventure du Purisme, puis des "villas blanches"

Dès 1917, il ouvre un premier atelier d'architecture à Paris. Avec Amédée Ozenfant, il jette les bases en 1918 du purisme, courant artistique contemporain du cubisme mais ne le partageant pas du tout (voir ses propos acides sur le cubisme dans son livre manifeste "après le cubisme", 1918). Il définit le sens du nouveau mouvement qu'il invente dans leur revue L'Esprit Nouveau dans laquelle il produit de nombreux articles manifestes sur l'homme moderne) : « Les œuvres sont rendues lisibles par des formes simples et dépouillées, organisées en constructions ordonnées, génératrices d'harmonie. »

C'est au lancement de cette revue en 1920 qu'il utilise pour la première fois son pseudonyme « Le Corbusier », qui est une adaptation du nom de son ancêtre du côté maternel « Lecorbésier », d'origine albigeoise[4]. Il continue quand même à utiliser son nom pour signer certains de ses articles dans cette même revue.

En 1922 il s'associe avec son cousin architecte designer Pierre Jeanneret.

La décennie 1920-30 le voit réaliser un ensemble remarquable de projets de villas manifestes, construites ou non, où l'on voit se formaliser les éléments du langage architectural corbuséen[5]. On peut citer :

  • La Villa Ker-Ka-Ré aussi appelée Villa Besnus, à Vaucresson, livrée en 1923
  • L'atelier Ozenfant pour son ami peintre, à Paris, également livré en 1923
  • Les ateliers Lipchitz-Miestchaninoff, livrés en 1925 à Boulogne-sur-Seine
  • L'appartement Beistegui, construit en surélévation d'un immeuble des Champs-Élysées, à Paris, livré en 1933 et détruit depuis.
  • et la Villa Church, à Ville-d'Avray, terminée en 1929 également détruite.

(liste non exhaustive)

Cette série culmine avec deux réalisations remarquables :

  • La Villa Stein, connue aussi sous le nom de "villa les terrasses", livrée vers 1929 à Garches. Cette maison, remaniée à plusieurs reprises, fut dénaturée par une division en appartements,
  • La Villa Savoye, (1929, Poissy) application littérale des "cinq points d'une architecture moderne", la plus remarquable de cette période, et qui aura une influence considérable dans l'histoire de l'architecture.

Enfin, on peut compléter cette suite par la réalisation en 1925 du Pavillon de l'Esprit nouveau, à l'occasion de l'Exposition internationale des Arts décoratifs (Expositions universelles de Paris) .

Tout en pratiquant son métier d'architecte, il mène une réflexion théorique sur l'urbanisme, par des projets qui provoquent de violentes polémiques comme le Plan Voisin en 1925, dans lequel il propose de ré-urbaniser Paris, en détruisant les habitations le long des quais et du centre (sauf les monuments historiques reconnus)pour y construire de vastes immeubles gratte-ciel. Il organise, en 1928, le Congrès international d'architecture moderne (CIAM).

L'année 1929 le voit également présenter une ligne de mobilier dessinée avec Charlotte Perriand.

1929-1944 Logements collectifs, bâtiments publics et urbanisme

À partir de la crise économique de 1929, Le Corbusier va concentrer sa réflexion théorique sur l'organisation de la concentration urbaine. Aménagement du front de mer d'Alger en 1930, étude d'urbanisation de Rio de Janeiro… Tous ces projets seront fortement critiqués.

En même temps il mène les réalisations, de la cité-refuge de l'Armée du Salut de 1929 Paris, le Pavillon Suisse de la Cité internationale universitaire de Paris (1930-1932) ou encore, en collaboration avec l'architecte brésilien Oscar Niemeyer le ministère de l'Éducation nationale à Rio de Janeiro (1936-1943). Il fut membre du Faisceau de Georges Valois, en 1926.

1945-1965 L'après-guerre

De 1945 à 1952, Le Corbusier construit la Cité radieuse de Marseille, un immeuble d'habitation sous la forme d'un parallélépipède sur pilotis (en forme de piètements évasés à l'aspect rugueux), qui constitue une innovation importante dans la conception architecturale des résidences d'habitations. Dans cet immeuble, il a tenté d'appliquer ses principes d'architecture pour une nouvelle forme de cité en créant un village vertical, composé de 360 appartements en duplex distribués par des rues intérieures.

Édifiée entre 1945 et 1952, située sur le boulevard Michelet de Marseille, près du Stade Vélodrome, cet immeuble est l'une des cinq unités d'habitation construites par Le Corbusier au cours de sa carrière. Essentiellement composée de logements, elle comprend également à mi-hauteur de ses dix sept niveaux, des bureaux et divers services commerciaux (épicerie, boulangerie, café, hôtel / restaurant, librairie, etc.). Le toit-terrasse de l'unité, libre d'accès au public, est occupé par des équipements publics : une école maternelle, un gymnase, une piste d'athlétisme, une petite piscine et un auditorium en plein air.

Fichier:RonchampCorbu.jpg
La Chapelle Notre-Dame-du-Haut de Ronchamp est un exemple de réalisation architecturale conçue à l'aide du modulor, un système de mesure fondé sur le nombre d'or.

En 1950, à 63 ans il se lance dans l'aventure de la reconstruction de la chapelle Notre-Dame-du-Haut à Ronchamp en Franche-Comté, détruite par les bombardements de septembre 1944. C'était son premier projet d'un bâtiment de culte, bien qu'il ait travaillé en 1929 sur les plans de l'église de Tremblay-lès-Gonesse : « Je n'avais rien fait de religieux, mais quand je me suis trouvé devant ces quatre horizons, je n'ai pu hésiter ». Athée, il disait avoir des ancêtres cathares (desquels il tire son pseudonyme Corbusier pouvant signifier marchand de corbeilles[6] ou encore cordonnier[7]). Il participera à l'édification de deux autres bâtiments cultuels : le couvent de Sainte-Marie de la Tourette à Éveux près de Lyon de 1957 à 1959, et l'église Saint-Pierre de Firminy à Firminy, près de Saint-Étienne dans la Loire. Jamais terminée de son vivant, c'est seulement en 2006 qu'elle sera achevée. Ce chantier tout à fait inhabituel, aura été mené par Jean Oubrerie, ancien collaborateur de l'agence Corbu.

Il va appliquer ses principes urbains et architecturaux à l'échelle d'une ville quand les autorités indiennes, dans les années 1950, lui confient le projet de la ville de Chandigarh, nouvelle capitale du Penjab. Il dessine les bâtiments du complexe administratif pour cette ville indienne (palais de Justice, palais du Capitole, Secrétariat et palais de l'Assemblée). Il y fait une synthèse entre les théories novatrices de ses débuts et l’utilisation de nouvelles formes.

En 1952, le bâtisseur d'édifices gigantesques, se fait construire à Roquebrune-Cap-Martin, un cabanon-baraque de 3,66 m x 3,66 m x 2,26 m à bardage de croûte de pin « sur un bout de rocher battu par les flots ».

Il meurt le 27 août 1965, à l'âge de 77 ans, à Cap Martin, au cours d'une baignade en Méditerranée et y est enterré.

Les théories de Le Corbusier

« Là où naît l'ordre, naît le bien-être. » Les choix de Le Corbusier en architecture sont ceux qui définissent le purisme : simplicité des formes, organisation, rigueur. Cette vision est mêlée d'utopie, le bonheur étant l'une des clés de ses réflexions sur l'urbanisme. Son « langage » architectural s'applique aussi bien au logement économique qu'à la villa de luxe. Dès 1926, Le Corbusier définit "UNE architecture moderne " (et non pas "l'architecture moderne") en cinq points (ce sont les Cinq points de l'architecture moderne) :

  1. les pilotis
  2. le toit terrasse
  3. le plan libre
  4. la fenêtre-bandeau
  5. la façade libre

En 1933, au Congrès international d'architecture moderne (CIAM) d'Athènes, il affirme : « Les matériaux de l'urbanisme sont le soleil, l'espace, les arbres, l'acier et le ciment armé, dans cet ordre et dans cette hiérarchie. »

Le docteur P. Winter lui déclare : « notre rôle et le vôtre, aujourd'hui est de restituer la nature à l'Homme, de l'y intégrer. »

En 1938 et ce jusqu'en 1965, il n'eut de cesse de s'intéresser au projet de La Sainte-Baume, qui lui servit de brainstorming toute sa vie. Le projet utopique d'alors était de réconcilier les Français et les pays autour de la France, et de relever l'âme et l'esprit et la raison des gens pour leur redonner goût et espoir après toutes ces années de guerre.

Déjà en 1938 il écrivait un livre avec comme titre : Des canons, des munitions ? Merci ! Des logis... SVP.

Son amitié avec Édouard Trouin, géomètre de père en fils depuis 5 générations, fut très prolifique.

Le Corbusier a consigné ses théories et ses recherches dans 35 ouvrages écrits entre 1912 et 1966. Ses pairs le considéraient comme un visionnaire mais un piètre bâtisseur. Le Corbusier s'en défendait : « En architecture, je ne serai jamais l'un de vos concurrents, puisque j'ai renoncé (…) à pratiquer l'architecture de manière générale et que je me suis réservé certains problèmes qui mettent en jeu exclusivement des questions de plastique. »

Centre Le Corbusier à Zurich

Le Corbusier artiste, Le Corbusier et les artistes

En même temps que sa pratique architecturale, Le Corbusier n'a de cesse de nourrir sa réflexion par une pratique régulière des arts plastiques. On l'a vu, sa collaboration avec Amédée Ozenfant a été féconde (l'esprit nouveau, le purisme, etc).

Il pratique toute sa vie la peinture, et compte de nombreuses expositions. Son premier "voyage d'Orient" le fait passer par Vienne où il rencontre entre autres Gustav Klimt.

Il était lié d'amitié avec l'artiste breton Joseph Savina, ébéniste de formation, à qui il confiait - dans les années cinquante - la réalisation de sculptures en bois, dont il faisait le projet dessiné.

Il a beaucoup œuvré pour faire connaître son "autre" cousin Louis Soutter, qui est maintenant reconnu comme un grand artiste suisse et dont il possédait plusieurs centaines de dessins.

Il figure sur le billet de 10 francs suisses mis en circulation le 8 avril 1997, où il est représenté avec les lunettes aux grands verres ronds, cerclés de noir, qu'il portait habituellement.

L'influence de Le Corbusier

Le plan libre

Influencé par son stage effectué en 1909 chez Auguste Perret -célèbre précurseur de l'architecture poteau-poutre en béton armé (ossaturisme)- Le Corbusier est connu pour la technique constructive poteau/dalle dont l'archétype est la villa Savoye et dont l'élaboration théorique est passée par la « maison Dom-Ino ». Les planchers sont supportés par de fins poteaux disposés sur une trame. Ainsi les façades sont libérées de la fonction structurelle. Elles ne sont plus chargées de porter le bâtiment, comme dans la construction en maçonnerie, dite aussi période "pré-moderne".

L'organisation intérieure poursuit l'idée : les divisions de l'espace ne sont pas soumises aux impératifs de structure du bâtiment. Les ouvertures ainsi que les parties pleines sont implantées librement et organisent la façade.

Cette nouvelle façon de concevoir la construction des bâtiments est riche de conséquences. Si Le Corbusier n'en est pas l'inventeur, il est cependant celui qui a su la formuler en termes lapidaires : "le plan libre", et en développer un vocabulaire architectural réellement nouveau.

Néo-Corbusianisme ?

On a pu voir, une redécouverte du travail de Le Corbusier à la fin des années 1960, où son vocabulaire est repris tantôt dans le détail formel, tantôt dans ses principes fondateurs. Les "villas blanches" de Richard Meier par exemple [8], quoique construites en bois et acier, reprennent des détails de liaison poteau-poutre aux réalisations de Le Corbusier, comme si elles étaient réalisées en béton. Au-delà de cet aspect anecdotique, ces villas quoique de dimensions "américaines " forment une sorte d'hommages aux villas corbuséennes des années trente. En France, cette redécouverte se formalisera dans les années 1970-90, où une génération d'architectes formée principalement par Enrique Ciriani a pu être qualifiée de "neo-corbuséenne"

Le Corbusier, architecte organique ?

Cela l’aurait sans doute choqué, mais aujourd'hui, par certaines de ses réalisations, Le Corbusier est considéré comme un des précurseurs de l'architecture organique ou du moins en partie.

Au-delà de l'aspect purement fonctionnel et de la volonté d'en faire des archétypes reproductibles, Le Corbusier réalise toujours des bâtiments faisant preuve d'une sensibilité allant au-delà de la qualité technique.

Selon Édouard Trouin, peintre et ami de Le Corbusier, ce dernier professait « que pour créer, il faut être d'abord de feu, puis de glace »[9].

Principalement religieuses (Notre-Dame de Ronchamp, couvent de La Tourette, Église Saint-Pierre), ces réalisations sont plus que des « machines à habiter », et offrent au visiteur une composition plastique dont la forme, toujours basée sur un jeu mathématique (le modulor) [10] témoigne d'une approche sensible de l'architecture, faisant appel aux émotions.

Réalisations et projets

Chronologie de ses réalisations

Fichier:Le Corbusier car.jpg
Maquette en bois d'une voiture imaginée par Le Corbusier en 1929 (Design Museum, London)
Musée national d'art occidental de Tokyo

Typologie de ses réalisations

L'habitat collectif

L'habitat standardisé

La maison individuelle

La résidence atelier

L'urbanisme

Les programmes industriels

L'architecture sacrée

Projets non construits

Même si ces projets n'ont jamais vu le jour, ils ont marqué la réflexion sur l'architecture moderne.

Collaborateurs les plus connus

Amédée Ozenfant, Jean Ginsberg, Pierre Jeanneret, Charlotte Perriand, Guy Rottier, Marc Emery, Jean-Louis Véret, Iannis Xenakis (entre 1947 et 1960), Fernand Gardien, Rogelio Salmona, German Samper, Jacques Michel, Serge Micheloni, André Wogenscky, Vladimir Bodiansky (surnommés "Bod et Vog"), José Oubrérie, Roger Aujame, Guillermo Jullian de la Fuente, Georges Maurrios (surtout après 65), N.N Sharma, Jane Drew et Maxwell Fry, Balkrishna Vithaldas Doshi (entre 1951 et 1954), M. Ducret, Jean de Maisonseul, Badovici, Jean Petit, Édouard Trouin, etc.

Patrimoine mondial de l'UNESCO

De nombreuses réalisations de Le Corbusier sont proposées à l'inscription au patrimoine mondial de l'UNESCO, conjointement par plusieurs pays, sous le titre de « L’œuvre architecturale et urbaine de Le Corbusier, Allemagne, Argentine, Belgique, France, Japon et Suisse ». Lors de la 33e session du comité de L’UNESCO, celui-ci a retourné le dossier aux états afin qu'ils complètent leur dossier[17].

Publications

Sous le nom Charles-Édouard Jeanneret

Sous le nom Le Corbusier

  • Après le cubisme, avec Amédée Ozenfant, Paris 1918
  • Vers une architecture, Paris 1923
  • Urbanisme, Paris 1924
  • L'art décoratif aujourd'hui, Paris 1925
  • Almanach d'architecture moderne, Paris 1925
  • Architecture d'époque machiniste, Paris 1926
  • Requête adressée à la Société des Nations, avec Pierre Jeanneret, Paris 1928
  • Une maison, un palais, Paris 1928
  • Précisions sur un état présent de l'architecture et de l'urbanisme, Paris 1930
  • Clavier de couleur Salubra, Bâle 1931
  • Requête à Monsieur le président du Conseil de la Société des Nations, avec Pierre Jeanneret, Paris 1931
  • Croisade ou le crépuscule des académies, Paris 1933
  • La ville radieuse, Boulogne, 1935
  • Aircraft, Londres - New York 1935
  • Quand les cathédrales étaient blanches, Paris 1937
  • Les tendances de l'architecture rationaliste en rapport avec la peinture et la sculpture, Rome 1937
  • Îlot insalubre n°6, avec Pierre Jeanneret, Paris 1938
  • Des canons, des munitions ? Merci, des logis SVP, Boulogne 1938
  • Destin de Paris, Paris - Clermont-Ferrand 1941
  • Sur les quatre routes, Paris 1941
  • La maison des hommes, avec François de Pierrefeu, Paris 1942
  • Les constructions murondins, Paris - Clermont-Ferrand 1942
  • La Charte d'Athènes, Paris 1943 (adaptation pour la publication)
  • Les trois établissements humains, Paris 1945
  • Propos d'urbanisme, Paris 1946
  • Manière de penser l'urbanisme, Boulogne, 1946
  • U.N. headquarters, New York 1947
  • New world of space, New York, 1948
  • Grille C.I.A.M. d'urbanisme : mise en application de la Charte d'Athènes, Boulogne 1948
  • Le modulor, Boulogne 1950
  • Les problèmes de la normalisation : rapport présenté au Conseil économique, in La charte de l'habitat, vol.1, Paris 1950
  • L'unité d'habitation de Marseille, Souillac - Mulhouse 1950
  • Poésie sur Alger, Paris 1950
  • Une petite maison, Zurich 1954
  • Le Modulor II (La parole est aux usagers), Boulogne 1955
  • Architecture du bonheur, l'urbanisme est une clef, Paris 1955
  • Le Poème de l'angle droit, Paris 1955
  • Les plans de paris : 1956-1922, Paris 1956
  • Von der Poesie des Bauens, Zurich 1957
  • Entretien avec les étudiants des écoles d'architecture, Paris 1958
  • Second clavier des couleurs, Bâle 1959
  • L'atelier de la recherche patiente, Paris 1960
  • Orsay Paris 1961, Paris 1961
  • Le voyage d'Orient, Paris 1966
  • Mises au point, Paris 1966
  • Les maternelles vous parlent, Paris 1968
  • Choix de lettres, sélection, introduction et notes par Jean Jenger, éd. Birkaüser, 2002, 568 p.
  • Conférences de Rio (1936). Introduction, établissement du texte et notes par Yannis Tsiomis. Paris, Flammarion, 2006.

Bibliographie critique

Ouvrages

  • "Le temps de le Corbusier", sous la direction de Michel Ragon, édition Hermé, 1987
  • Louis Montalte, pseudonyme d'Edouard Trouin, avec Fernand Léger Fallait-il bâtir le Mont St Michel, Éditions L'Amitié par le Livre, 1979, 540 pages plus notes XLVI pages (ISBN 2-7121-0051-4)
  • Willy Boesiger, Le Corbusier, Œuvres complètes, 8 tomes, éd. D'architecture Artemis, 1991 (ISBN 3760880185)
  • Gilles Ragot, Mathilde Dion, Le Corbusier en France. Réalisations et projets, éd. Le Moniteur, 1992, 208 p. (ISBN 2281191028)
  • Jean Jenger, Le Corbusier L’architecture pour émouvoir, Gallimard, coll. "Découvertes" n°179, 1993, (ISBN 2-07-053235-6)
  • Collectif, Le Corbusier et la Bretagne, catalogue de l'exposition au château de Kerjean (Finistère) du 30 mars au 2 juin 1996. Éditions Nouvelles du Finistère, Quimper, Brest, 1996 : Un ouvrage qui traite des relations entre Le Corbusier et l'ébéniste breton Joseph Savina. Ce dernier réalisait des sculptures sur les dessins de l'architecte.
  • Collectif, Le Corbusier, les unités d'habitations en France, éd.Belin, 2002 (ISBN 2701125774)
  • Nicholas Fox Weber, biographie, C'étais Le Corbusier, Fayard, 2009
  • Naïma Jornod et Jean-Pierre Jornod, Le Corbusier (Charles Edouard Jeanneret), catalogue raisonné de l’œuvre peint, Skira, 2005, (ISBN 8876242031)
  • Noël Jouenne, La vie collective des habitants du Corbusier, Paris, L'Harmattan, 2005 (ISBN 2747585220)
  • Noël Jouenne, Dans l'ombre du Corbusier. Ethnologie d'un habitat collectif ordinaire, Paris, L'Harmattan, 2007 (ISBN 9782296033108)

Articles

  • Laurent Baridon, « L’atelier de l’architecte : Le Corbusier encre création, diffusion et communication ». colloque, Journées d'études de la Maison Interuniversitaire des Sciences de l'Homme-Alsace (MISHA), Les espaces de l'atelier [lire en ligne]
  • Pierre Vaisse, "Le Corbusier et le gothique", dans Revue de l'Art, n°118, 1997, pp. 17-27 [lire en ligne]
  • Jay Bochner et Raphaëlle Desplechin, "Cendrars et Le Corbusier : une amitié de quarante ans", in La Fable du lieu (dir. Monique Chefdor), Paris, Champion, 1999.
  • Sven Sterken, "Travailler chez Le Corbusier : le cas de Iannis Xenakis", Massilia, 2003 - Annuario de Estudios Lecorbusieranos, p. 202-215, Barcelona : Fundacion Caja de Arquitectos [lire en ligne]

Articles connexes

Commons-logo.svg

Liens externes

Notes et références

  1. Le Corbusier en français, allemand et italien dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  2. Willi Boesiger (Sous la direction de), Le Corbusier Œuvre complète
  3. Voir le site du tourisme franco-suisse.
  4. Le Corbusier, choix de lettres, op. cit., p. 161 note 1  et Repères biographiques sur Fondation Le Corbusier. Consulté le 7 août 2009
  5. Tim Benton Les Villas de Le Corbusier 1920-1929, Philippe Sers éd. Paris 1987
  6. Albert Dauzat Dictionnaire étymologique des noms de famille et prénoms de France, éd. Larousse 1980
  7. Site Geneanet, voir à Jeanneret
  8. maison Hoffmann (1967), Saltzman(1969) Douglas (1973) etc
  9. Louis Montalte, Fallait-il bâtir le Mont Saint Michel, 1979. Page 539.
  10. Le Modulor, Le Corbusier, "Editions de l'Architecture d'Aujourd'hui" 1950, réédition1983.
  11. Deborah Gans, The Le Corbusier Guide, Princeton University Press, p. 139
  12. Source : plaque historique de la ville de Paris située devant l'immeuble, et Site officiel de la Fondation Le Corbusier.
  13. Voir la description de la Villa Stein sur le Site du CAUE92
  14. Immeuble en cours de restauration (2007-2009) source site/blog pour information sur le chantier
  15. Site du couvent
  16. Site du musée de Tokyo
  17. [pdf] Décision : 33 COM 8B.19 UNESCO, Rapport des décisions de la 33e session du Comité du patrimoine mondial (Séville, 2009), p. 192
  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme Portail de l’architecture et de l’urbanisme
  • Portail du canton de Neuchâtel Portail du canton de Neuchâtel
  • Portail de la Suisse Portail de la Suisse
Ce document provient de « Le Corbusier ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Corbusier de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Corbusier — Le see LE CORBUSIER * * * …   Universalium

  • Corbusier — Corbusier,   Le [lekɔrby zje], französischer Architekt, Le Corbusier …   Universal-Lexikon

  • Corbusier — →↑Le Corbusier …   Dictionary of contemporary English

  • Corbusier — DEFINICIJA v. Le Corbusier …   Hrvatski jezični portal

  • Corbusier — Le see LE CORBUSIER …   English World dictionary

  • Corbusier — Le Corbusier (* 6. Oktober 1887 in La Chaux de Fonds im Schweizer Kanton Neuenburg; † 27. August 1965 in Roquebrune Cap Martin bei Monaco; eigentlich Charles Edouard Jeanneret Gris) war ein französisch schweizerischer Architekt,… …   Deutsch Wikipedia

  • Corbusier, Le — ▪ Swiss architect Introduction byname of  Charles Édouard Jeanneret  born October 6, 1887, La Chaux de Fonds, Switzerland died August 27, 1965, Cap Martin, France  internationally influential Swiss architect and city planner, whose designs… …   Universalium

  • CORBUSIER, Le — (1887 1965)    Charles Edouard Jeanneret, known as Le Corbusier, initially trained as a painter but ultimately became the most famous modernist architect of the 20th century. Le Corbusier first studied with Peter Behrens, best known for his… …   Historical Dictionary of Architecture

  • Corbusier —    see Le Corbusier …   Dictionary of erotic artists: painters, sculptors, printmakers, graphic designers and illustrators

  • Corbusier — /kɔˈbyzjeɪ/ (say kaw boohzyay) noun → Le Corbusier …   Australian English dictionary