Copiste


Copiste
Portrait de Jean Miélot, secrétaire, scribe et traducteur de Philippe le Bon.

Un copiste est un professionnel chargé de la reproduction de documents écrits. Ce métier est né de la nécessité de produire des copies de documents administratifs et de textes destinés à l'enseignement et à la propagation du savoir.

Sommaire

Histoire

Les moines copistes copiaient des livres à la main pour des personnes qui savaient lire, car 98 % de la population ne savait pas lire. Seules quelques personnes savaient lire le grec, le latin et le français, mais c'était moins répandu.

Antiquité

Pendant l'Égypte antique, les scribes effectuaient les copies de documents nécessaires à l'administration du pays et d'autres travaux administratifs.

À l'époque gréco-romaine il existait des professionnels qui travaillaient pour le compte d'éditeurs. Leur rémunération était calculée grâce à la stichométrie qui divisait toute œuvre en fragment d'égale longueur, type verset.

Au Moyen Âge, le copiste était souvent un moine, chargé de la copie de textes religieux ou de leur enluminure. Il travaillait dans un atelier, le scriptorium, sous le commandement d'un armarius (bibliothécaire).

À la fin du Moyen Âge, la montée en puissance de l'écrit permit l'émergence de scriptoriums laïcs.

Par corps de métier

Dans l'art

Suivant leurs spécialités, les copistes peuvent exécuter des copies d'œuvres d'arts, peintures, sculptures. Les artistes-peintres ont commencé par exercer leur art par la copie des grands maîtres (Le Caravage à Rome commence par exécuter des copies d'œuvres pour les amateurs peu fortunés).

Les copistes pratiquent de nos jours leur métier dans les musées, ainsi, en France, les musées Louvre et d'Orsay sont célèbres pour leurs copistes[1].

Dans les musées nationaux, « La copie doit être au minimum d'une taille supérieure ou inférieure de 1/5 de la hauteur et de la largeur de l'original. Le copiste n'est pas autorisé à reproduire la signature du maitre de l'œuvre originale. » Décret no 1255 du 11 mars 1957 article 41 de La copie d'œuvre originale dans les musées. En dehors des musées nationaux, la copie d'une œuvre du domaine public (70 ans après le décès de l'artiste) peut être de dimension libre, y compris la taille native à condition qu'elle soit identifiée comme étant une copie de manière permanente et définitive.

En imprimerie

Dans une imprimerie, le copiste, est celui ou celle, qui prépare la forme imprimante, c’est-à-dire, la plaque offset, c'est aussi le copiste qui effectue les retouches (bord de film, tache, etc). Cette spécialité devient obsolète depuis l'arrivée du CtP (Computer to Plate) qui copie la plaque depuis l'ordinateur, sans l'intermédiaire de films.

Dans la culture populaire

L'ouvrage Le Nom de la rose de Umberto Eco présente un aperçu du travail de moine copiste au XIIe siècle.

Synonyme

Amanuensis

Notes et références

Liens internes

Liens externes

  • Portail du travail et des métiers Portail du travail et des métiers

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Copiste de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • copiste — [ kɔpist ] n. • XVe; de copier 1 ♦ Personne dont le travail était de copier des manuscrits, de la musique. ⇒ clerc, scribe. Le copiste Guiot de Chrétien de Troyes. Faute de copiste. Un mauvais copiste. 2 ♦ (1644) Imitateur des œuvres d un autre.… …   Encyclopédie Universelle

  • copiste — COPISTE. s. m. Celui qui copie en quelque genre que ce soit. Un bon copiste. Un excellent copiste. Un méchant copiste. Ce n est qu un copiste. Mon copiste. [b]f♛/b] On dit d Un Peintre qui ne fait que copier les tableaux des autres, que C est un… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • copiste — Copiste. s. m. Celuy qui copie, soit un escrit, soit une figure. Un bon copiste. ce n est qu un copiste …   Dictionnaire de l'Académie française

  • copiste — Copiste, Antigrapharius …   Thresor de la langue françoyse

  • COPISTE — s. m. Celui qui copie, en quelque genre que ce soit. Un bon, un excellent copiste. Un mauvais copiste. Copiste de musique. Ce n est qu un copiste. Un copiste ignorant. C est une faute de copiste.   C est un copiste, ce n est qu un copiste, se dit …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • COPISTE — n. des deux genres Celui, celle qui copie en quelque genre que ce soit. Un bon, un excellent copiste. Un mauvais copiste. Copiste de musique. C’est une faute de copiste. Dépourvu d’invention, il s’est fait le copiste de cet auteur, de ce peintre …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • copiste — (ko pi st ) s. m. 1°   Celui qui copie. Un bon copiste. •   Et le copiste [de musique] Jean Jacques, prenant dix sous par page de son travail pour s aider à vivre, est un Juif que son avidité fait universellement mépriser, J. J. ROUSS. Dial..… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • copiste — n. kopisto, a, e (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Copistes — Copiste Un copiste est un professionnel chargé de la reproduction de documents écrits. Ce métier est né de la nécessité de produire des copies de documents administratifs et de textes destinés à l enseignement et à la propagation du savoir.… …   Wikipédia en Français

  • Glosas Emilianenses — Page 72 du Codex Emilianense 60. On peut voir les gloses entre les lignes et dans la marge. Les Glosas Emilianenses sont de petites annotations (gloses) manuscrites, réalisées en diverses langues (latin, langue romane, basque médiéval), écrites… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.