Conservatoire royal de Mons


Conservatoire royal de Mons

Le Conservatoire Royal de Mons (Belgique) est une des dix-sept Ecoles supérieures des Arts de la Communauté française Wallonie-Bruxelles, située en plein cœur de Mons.

Le Conservatoire forme des artistes interprètes et créateurs dans deux domaines : le domaine de la Musique et le domaine du Théâtre et des Arts de la Parole.

« L'arbre » musical se ramifie en de nombreuses branches qui elles-mêmes se séparent en rameaux : les claviers (orgue, piano, accordéon), les cordes (violon, alto, violoncelle, contrebasse, guitare) les percussions, les vents (bois et cuivres), le chant, la musique électro-acoustique, le piano d'accompagnement, l'écriture et la théorie musicale, la composition, la direction chorale, la direction d'orchestre, les écritures classiques, l'éducation musicale à destination de l'enseignement général. Organisé depuis septembre 2002 en cinq ans - deux candidatures et trois licences - le domaine de la musique s'harmonisera, dès septembre 2004, avec l'enseignement universitaire et se transformera progressivement en une structure de deux cycles de trois et deux années : le baccalauréat et le master.

Sommaire

Historique

Le Conservatoire Royal de Mons est installé rue de Nimy dans les locaux du XVIIe siècle du couvent des Filles de Notre-Dame dont l'existence se clôture à la fin du XVIIIe siècle avec celle de l'Ancien Régime.

A l'origine, c'est une création de la Société des concerts et redoutes, société locale de musiciens amateurs. En 1820, cette association crée une École de musique ; en 1840, la Ville de Mons prend en charge cet enseignement et, en 1844, l'école prend le nom d'Académie de Musique. Son implantation fut itinérante pendant quelques années ; enfin, en 1873, les bâtiments de l'ancien couvent des Filles de Notre-Dame lui sont attribués (de 1809 à 1867). Ce vaste complexe avait été occupé par le Tuchthuys ou dépôt de mendicité. Il s'agit d'une construction du XVIIe siècle (les dates 1619, 1620, 1650 - chapelle - 1636 - infirmerie - apparaissent aux ancrages) élevée en architecture « économique » où la brique domine, la pierre étant parcimonieusement dispensée aux baies, aux bandeaux d'étages et au soubassement (moellons et récupérations).

En 1882, l'Académie de Musique fut reconnue comme Conservatoire et dès lors pris en charge par l'Etat ; il devint le Conservatoire Royal, de Musique de Mons en 1948, année qui fut aussi celle du classement de l'édifice comme monument.

L'entrée ouverte sur la rue de Nimy est discrète mais dès le débouché du porche, la vaste cour s'ouvre, bâtie sur trois côtés, l'un d'eux étant occupé par la chapelle (actuelle salle de concert ou auditorium). Le principal bâtiment, parallèle à la rue de Nimy, au fond de la cour, est divisé horizontalement en trois niveaux soulignés par un bandeau de pierre qui fait aussi office de seuils de fenêtre ; le seul ornement de cette aile est une chapelle mural de type classique en pierre bleue ; les croisées fixes ont subsisté au rez-de-chaussée tandis qu'aux deux étages, le parti a été pris de rappeler les meneaux ôtés au XIXe siècle, par des membrures de châssis en bois épais (restauration terminée en 1987).

Perpendiculairement à cet édifice, la chapelle, dotée d'un campanile, est rythmée par des contreforts robustes en briques, striés par les bandeaux de pierre saillants horizontaux qui animent la façade ; les contreforts sont terminés par des volutes de pierre, la corniche étant outenue par de nombreux corbeaux de pierre aussi. Seule note baroque et décorative, le portail d'entrée à fronton brisé, niche à statue avec ailerons, fronton courbe, colonne engagées. Un escalier monumental a été ajouté par l'architecte Jean-Pierre Saintenois lors de la restauration de la fin du XXe siècle ; il est terminé par un palier d'environ 20 m² destiné à servir de podium ou de scène pour es spectacles de plein air. A l'intérieur, un jubé de béton d'environ 40 m² a permis le remontage d'un orgue en attente de remploi.

Dans le haut soubassement en moellons du long bâtiment au fond de la cour s'ouvre notamment une porte des caves à voûtes qui, jusqu'à 1910 environ reliaient sous terre les bâtiments de ce complexe : ceux de la rue de Nimy (Conservatoire), ceux de la rue Neuve (démolis ainsi qu'une partie des caves lors de la construction du Musée des Beaux-Arts, par l'architecte Rau, inauguré en 1914) et ceux de l'impasse conduisant de la rue neuve au Musée de Folklore ou Maison jean Lescarts (ancienne infirmerie du couvent, 1636).

A l'intérieur du bâtiment principal subsiste un des premiers escaliers à volées droites séparées par des paliers (deux autres : au Mont-de-Piété, 1625 ; à la Bibliothèque centrale de l'Université, 1623) ; la brique ocre rose et le bois, notamment celui des charpentes laissées apparentes, sont les matériaux principaux de cette aile réservée à présent à des salles de cours et à des locaux administratifs.

La restauration (1982-1987) a permis de remettre en valeur ce patrimoine architectural ; cette entreprise d'envergure a été menée à bonne fin par l'atelier d'architecture de Jean-Pierre Saintenois qui en fut l'artisan avec l'aval de la Commission Royale des Monuments et des Sites de la Communauté française. Cette rénovation a obtenu un prix à la Biennale mondiale d'architecture à Sofia (1987) et un autre au concours Europa Nostra à Londres (1987).

Il s'agit d'un exemple de réhabilitation d'un bâtiment ancien, plusieurs fois séculaire, adapté à des usages nouveaux. Des matériaux de construction moderne (béton) ont été mis en œuvre en symbiose avec les matériaux d'origine, l'intégration étant réussie ; il en fut de même des techniques et des procédés de restauration.

Des contraintes acoustiques inhérentes à l'usage de la chapelle comme auditorium de musique et de théâtre ont été étudiées et résolues par le professeur de la Faculté Polytechnique de Mons, Pierre Chapelle.

L'enseignement artistique à Mons a heureusement bénéficié de la rénovation de locaux vétustes, à la fin du XXe siècle, le Conservatoire, ancien couvent, rue de Nimy ; l'École des Arts Plastiques et Visuels (ESAPV), ancienne caserne, rue des Sœurs Noires - l'actuel site du Carré des Arts où le Conservatoire dispose également de locaux supplémentaires) - ; l'Académie de Musique, ancien refuge d'Abbaye, rue des Cinq Visages.

Projet architectural

Le Conservatoire Royal de Mons était installé depuis le XIXe siècle dans les bâtiments construits vers 1650.

Dans les années 1980, les autorités publiques, conscientes de la vétusté des lieux, confièrent sa rénovation à l'architecte Jean-Pierre Saintenois. L'esprit du temps était marqué par le désir de libérer l'architecture de son carcan académique tout en respectant le passé. C'est d'ailleurs dans cet esprit que le Conseil de l'Europe invitait à travailler.

Si la réhabilitation présente un intérêt économique évident, il faut noter qu'à-côté de cet avantage concret, la « mode » qui oblige les architectes à « créer dans le créé » stimule l'invention.

En préservant des volumes, on retrouve leur géométrie, leur lumière et l'auteur de projet, en respectant le passé, se prend au jeu du dialogue neuf/ancien. A sa partition, à sa gamme d'interventions, d'autres « instrumentistes » viennent enrichir la re-création : en l'occurrence, c'est par exemple l'ingénieur Pierre Chapelle appelé à résoudre les problèmes d'acoustique tout en respectant la logique constructive d'une ancienne chapelle.

En fin de compte, c'est bien un édifice retravaillé, un édifice typé XVIIe et XXe siècles qui accueille la musique et la parole, qui tout en se déroulant dans le temps sont les arts les plus intemporels qui soient.

Projet Pédagogique

Objectifs généraux

le Conservatoire royal de Mons a pour mission de former des artistes interprètes et créateurs dans les deux domaines qu'il organise : celui de la musique et celui du théâtre et des arts de la parole. Il se fixe aussi pour objectif d'offrir à ces artistes une formation pédagogique sérieuse afin de garantir la transmission de ces disciplines.

Cette formation se distingue par le respect de deux principes fondamentaux :

  • d'une part, le « processus » éducatif qui s'inscrit dans la lignée des maîtrises des connaissances par la continuité des études et qui engendre la maturation des acquis techniques, des savoirs intellectuels et des différents savoir-faire et savoir-être ;
  • d'autre part, une pratique artistique dite « événementielle » servant d'ancrage au processus continu d'apprentissage par l'organisation ponctuelle de projets, en relation avec les acteurs culturels.

Cette complémentarité a pour objectif de permettre l'insertion professionnelle des diplômés en tant qu'artistes adultes et responsables dans la société. A cette fin, notre enseignement vise à :

  • assurer aux étudiants l'acquisition de la maîtrise des compétences et outils adéquats à la pratique individuelle ou collective de leur art ;
  • développer les multiples aspects d'une formation de type humaniste éveillant la curiosité intellectuelle et inculquant l'esprit critique ;
  • ouvrir à ces étudiants des perspectives sur leur environnement culturel par le biais d'une pratique artistique « plurielle » ouverte à toutes les formes d'expression, tous les genres, toutes les esthétiques ;
  • donner à chacun les références utiles à l'élaboration de sa propre vision et de sa conception personnelle des enjeux d'une mission culturelle et artistique dans la société d'aujourd'hui ;
  • maîtriser les paramètres et les enjeux de l'apprentissage d'un art à travers toutes les étapes de la vie (en ce, y compris l'agrégation et la formation des maîtres) ;
  • favoriser ipso facto à la fois la création et la diffusion de la musique, du théâtre et de l'interprétation poétique en Communauté française et à l'étranger.

Outils pédagogiques

En vue d'adapter les contenus de sa formation aux besoins et aux exigences d'une réalité de terrain, le Conservatoire royal de Mons affirme sa volonté d'investiguer dans les directions suivantes :

  • étudier, élargir et faire rayonner le patrimoine considérable qui constitue les fondements mêmes de la culture occidentale ;
  • assurer l'accès aux courants artistiques de notre époque par une approche à la fois théorique et pratique - incluant les nouvelles technologies - dans une démarche soit personnelle soit collective d'interprétation et de création ;
  • encourager la découverte et développer la connaissance des répertoires non classiques : les musiques populaires du monde, la musique de film, les musiques de scènes, etc.
  • ouvrir la formation des futurs acteurs et récitants aux spécificités des écritures contemporaines et des différentes pratiques des arts de la scène aujourd'hui et ce, dans une mise en synergie constante des différents domaines, sections et options.

Dans cette perspective, une place importante est réservée à la pédagogie par projets (l « événementiel ») et à l'interdisciplinarité.

Cette pédagogie par projets sera de surcroît enrichie par la rencontre ponctuelle avec des personnalités du monde intellectuel et artistique extérieures à l'établissement qui, dans l'exercice de leur métier, offrent une vision riche et aiguë du monde, ouvrant aux étudiants des horizons qui affineront leur propre perception.

Cette pédagogie par projets sera de surcroît enrichie par la rencontre ponctuelle avec des personnalités du monde intellectuel et artistique extérieures à l'établissement qui, dans l'exercice de leur métier, offrent une vision riche et aiguë du monde, ouvrant aux étudiants des horizons qui affineront leur propre perception.

Investir enfin dans le domaine de la recherche : le Conservatoire royal de Mons entend promouvoir la recherche dans le domaine des technologies nouvelles au sein de la section de musique électroacoustique, par exemple...

Instrument-acteur social

Le Conservatoire royal de Mons s’engage à donner aux étudiants les outils nécessaires et les informations utiles quant à leur future insertion dans le contexte socio-économique actuel. A cette fin, il encourage :

  • la pratique individuelle visant à la construction de personnalités libres et épanouies dans l’exercice de leur art (formation à la carrière de soliste et/ou de musicien d’orchestre, préparation aux concours internationaux…) ;
  • les pratiques collectives centrées sur l’expression au sein du groupe (musique de chambre, orchestre, ensembles vocaux, ateliers théâtraux, montages poétiques, ateliers de lecture-spectacle…) ;
  • l’acquisition des connaissances intellectuelles permettant de replacer les œuvres abordées dans les contextes historiques, politiques et sociaux ayant présidé à leur naissance ;
  • la formation à l’enseignement sous forme d’agrégations délivrant les titres requis dans les Ecoles et Académies de musique ;
  • l’évaluation continue du jeu des interprètes et/ou du niveau de leur prestation sous forme de récitals ou concerts publics, abordant ainsi progressivement les pratiques scéniques ;
  • la « mise en miroir » des prestations, à la demande, par l’utilisation de l’outil audiovisuel afin de permettre à l’étudiant de travailler à son perfectionnement ;
  • la collaboration avec les institutions d’enseignement supérieur dans le souci d’une formation complète et harmonieuse, en parfaite complémentarité ;
  • la promotion extra muros des réalisations artistiques du Conservatoire ;
  • la prise de conscience de la richesse des métissages culturels dans la société actuelle et la nécessité de développer la curiosité des étudiants à l’enjeu que représente aujourd’hui ce paramètre.

Partenaire artistique à part entière

L’ancrage du Conservatoire Royal de Mons doit s’inscrire de façon pertinente au sein d’une ville à vocation culturelle dont il se veut le maillon d’une chaîne incluant les acteurs culturels de création, de diffusion et de production que sont, entre autres

  • le manège.mons (Centre culturel transfrontalier de création et de Diffusion) ayant pour mission de développer un espace interrégional de création et de diffusion théâtrale et musicale ;
  • la RTBF – Centre de production du Hainaut ;
  • Wallimage (Fonds régional d’investissement dans l’audiovisuel) ;
  • l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie ;
  • l’Ensemble Musiques nouvelles etc.…

Le Conservatoire Royal de Mons entend dès lors

  • développer avec ces acteurs privilégiés une stratégie de collaboration et de programmation qui garantira le rayonnement de l’école ;
  • insérer ponctuellement ses réalisations artistiques dans les grandes manifestations culturelles montoises : le festival du Film d’Amour, Cap Sud, le Festival au Carré, Patrimoine et Création, etc.…
  • stimuler la créativité et le partenariat sur des projets ambitieux visant à inscrire de manière récurrente les activités du Conservatoire Royal de Mons dans le tissu culturel montois et de les exporter ensuite vers l’étranger grâce à des programmes européens d’échange.

La présence sur le site du Carré des Arts de l’ESAPV (Ecole supérieure des Arts plastiques et visuels de la CfWB) autorise également des collaborations sur les projets communs, regroupant les différentes formes d’expression artistique : musique, arts de la parole et arts plastiques.

Par ailleurs, dans le cadre de l’agrégation, le Conservatoire Royal de Mons projette de tisser des liens durables avec les Académies environnantes et avec les différents réseaux et niveaux de l’Enseignement général.

Mons est aussi une ville universitaire. L’intégration récente du Conservatoire au Réseau Hainuyer des Ecoles Supérieures et Universitaires (RHESU) doit faciliter les passerelles, les échanges, la communication, la rencontre…

Enfin, le Conservatoire Royal de Mons garantit d’encourager les échanges et de renforcer les liens avec les autres institutions d’enseignement supérieur artistique tant en Communauté française et flamande qu’au plan international. A cette fin, l’école stimule les initiatives individuelles, soutient les projets porteurs de visibilité et favorise la mobilité des enseignants et des étudiants tant en Belgique qu’à l’étranger grâce notamment aux programmes d’échanges internationaux tels Socrate et Erasmus.

Direction

Le Conservatoire Royal de Mons est dirigé par André Foulon

Voir aussi

Liens internes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Conservatoire royal de Mons de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Conservatoire Royal De Mons — Le Conservatoire royal de Mons (Belgique) est une institution d’Enseignement supérieur artistique de la Communauté française Wallonie Bruxelles, située en plein cœur de Mons, sur deux sites historiques. Le Conservatoire forme des artistes… …   Wikipédia en Français

  • Conservatoire Royal de Mons — Le Conservatoire royal de Mons (Belgique) est une institution d’Enseignement supérieur artistique de la Communauté française Wallonie Bruxelles, située en plein cœur de Mons, sur deux sites historiques. Le Conservatoire forme des artistes… …   Wikipédia en Français

  • Conservatoire royal de mons — Le Conservatoire royal de Mons (Belgique) est une institution d’Enseignement supérieur artistique de la Communauté française Wallonie Bruxelles, située en plein cœur de Mons, sur deux sites historiques. Le Conservatoire forme des artistes… …   Wikipédia en Français

  • Conservatoire Royal — Le titre conservatoire royal désigne en Belgique l un des six établissements supérieurs publics d enseignement de la musique et des arts parlés (théâtre). Ces établissements sont donc a priori destinés à former des élèves de plus de 18 ans ayant… …   Wikipédia en Français

  • Conservatoire royal — Le titre conservatoire royal désigne en Belgique l un des six établissements supérieurs publics d enseignement de la musique et des arts parlés (théâtre). Ces établissements sont donc a priori destinés à former des élèves de plus de 18 ans ayant… …   Wikipédia en Français

  • Mons (Hainaut) — Mons 50°27′16.92″N 3°57′7.2″E / 50.4547, 3.952 …   Wikipédia en Français

  • Mons (ville) — Mons 50°27′16.92″N 3°57′7.2″E / 50.4547, 3.952 …   Wikipédia en Français

  • Mons — Pour les articles homonymes, voir Mons (homonymie). Mons (nl/de) Bergen …   Wikipédia en Français

  • Mons — This article is about the city in Belgium. For other uses, see Mons (disambiguation). Montes redirects here. For other uses, see Montes (disambiguation). Mons The Belfry in Mons …   Wikipedia

  • Liste des rues de Mons — Mons 50°27′16.92″N 3°57′7.2″E / 50.4547, 3.952 …   Wikipédia en Français