Congres de Tours


Congres de Tours

Congrès de Tours

Le congrès de Tours est le 18e congrès national de la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO) du 25 décembre 1920 au cours duquel fut créée la Section française de l'Internationale communiste (SFIC, futur Parti communiste français — PCF).

Durant le congrès, la SFIO se divisa en trois camps.

  • Le premier, majoritaire, rassemblait les partisans de l'adhésion à la IIIe Internationale communiste, révolutionnaires (qui ne partageaient cependant pas toutes les 21 conditions des bolchéviks fondateurs, qui de fait ne furent pas votées lors du congrès). Il s'agissait surtout des plus jeunes dirigeants du parti soutenus par un très grand nombre de membres.
  • Le second camp, mené par Léon Blum et la majorité des élus, refusait totalement l'adhésion et souhaitait rester au sein de la IIe Internationale.
  • Le troisième camp était mené par une minorité acceptant l'adhésion, mais seulement sous certaines conditions. Ceux-ci, ne pouvant mettre en avant leurs revendications, se regroupèrent avec le second camp.

La SFIO se sépara donc en deux : d'une part la « Section française de l'Internationale communiste » (SFIC, futur PCF), majoritaire à Tours (3208 voix), et d'autre part la SFIO, minoritaire (1022 voix).

Cette scission fut suivie par celle de la CGT en 1921, avec la formation de la Confédération générale du travail unitaire (CGTU), de tendance communiste.

Déclaration de Léon Blum à la fin du Congrès

Quel sera le nouveau parti que vous voulez créer ? Au lieu de la volonté populaire se formant à la base et remontant de degré en degré, votre régime de centralisation comporte la subordination de chaque organisme à l'organisme qui lui est supérieur ; c'est au sommet un comité directeur de qui tout doit dépendre, c'est une sorte de commandement militaire formulé d'en haut et se transmettant de grade en grade, jusqu'aux simples militants, jusqu'aux simples sections […]. Nous sommes convaincus jusqu'au fond de nous-mêmes que, pendant que vous irez courir l'aventure, il faut que quelqu'un reste garder la vieille maison […] Les uns et les autres, même séparés, resteront des socialistes ; malgré tout, restons des frères qu'aura séparés une querelle cruelle, mais une querelle de famille, et qu'un foyer commun pourra encore réunir.

Déclaration d'Antonio Gramsci le 4 janvier 1921

On ne peut comprendre le sens et la portée du congrès de Tours si l'on ne replace pas la lutte des tendances au sein du Parti socialiste dans le cadre général du mouvement ouvrier et paysan en France. Le congrès de Tours est étroitement lié à la grève du 1er mai dernier, ses résultats témoignent des dispositions des masses populaires envers les organismes directeurs du mouvement syndical, qui, à l'occasion de la grève et face à ses conséquences immédiates, réagirent de la façon et dans les formes que l'on sait. Le Comité de la IIIe Internationale dont les deux secrétaires, Loriot et Souvarine, sont en prison depuis le mois de mai sous l'inculpation de complot contre la sûreté de l'État, a vu la très grande majorité des mandats se porter en faveur de sa motion. Le Comité de la IIIe Internationale, qui représente le solide noyau fondamental du nouveau Parti communiste, n'a pas hésité un instant à prendre une position nette et claire contre les fonctionnaires cégétistes et les députés socialistes qui, durant la grève de mai, ont trahi la classe ouvrière française. La politique communiste de la IIIe Internationale a eu la vertu d'apaiser les dissensions entre “syndicalistes” et “socialistes” ; purgés de leur idéologie syndicaliste, les leaders révolutionnaires de la CGT entreprirent un travail assidu et systématique d'organisation et de propagande qui ne tarda pas à porter des fruits d'autant plus rapides à mûrir et d'autant plus nombreux, que la politique opportuniste et traîtresse du Comité confédéral avait réduit les effectifs syndicaux de deux millions et demi d'adhérents à six cent mille, et avait ainsi donné plus d'importance à la masse des ouvriers et des paysans les plus conscients, ceux qui étaient inscrits également au parti politique. La victoire de Tours est la victoire du Comité de la IIIe Internationale et elle prélude à la victoire que les révolutionnaires obtiendront au sein de la CGT. dès avant le Congrès, et qui les conduira par la suite à la conquête des Bourses du Travail et des Unions départementales.

Le congrès de Tours a une portée profonde, non seulement pour la classe ouvrière, mais aussi pour la classe paysanne. Le fait que la majorité des sections rurales ait voté en faveur de la IIIe Internationale et pour un parti plus homogène et doté d'un centralisme révolutionnaire plus fort, ne peut être interprété comme une manifestation d'impulsivité que par ceux qui se refusent à voir l'ampleur de la crise qui décompose la vieille structure de la société française. La légende de la France pays de petits propriétaires n'a plus aucune consistance. Dès avant la guerre, la désagrégation des vieilles formes économiques avait atteint une phase aiguë et les agitations fréquentes et massives de la classe paysanne en étaient la preuve. Les chiffres que voici, qui concernent l'année 1913, apportent des précisions sur les conditions de répartition de la propriété en France, conditions qui ont été énormément aggravées par la guerre, dans la mesure où la guerre a provoqué un drainage de la richesse vers les coffres-forts d'une minorité : pour 1913, en représentant la richesse globale française par le chiffre 1000, et le nombre de citoyens juridiquement capables d'être propriétaires par le même chiffre 1000, on avait la répartition suivante : 470 Français, soit 47 %, de la population, sans aucune propriété, 406 Français propriétaires de 120 unités, soit 40%, de très petits propriétaires, 85 Français, soit 8,5% de la population propriétaires de 400 unités et 39 Français soit 4 % de la population propriétaires de 470 unités. L'aggravation de la condition économique générale explique suffisamment l'élan révolutionnaire des classes rurales qui s'est révélé lors du congrès de Tours.

Mais le congrès de Tours, outre sa signification générale dans le cadre du mouvement révolutionnaire français, a une signification très importante dans le cadre du mouvement révolutionnaire représenté par l'organisation de l'Internationale communiste.

Pour porter un jugement exact sur les résultats du Congrès, il importe de tenir compte du fait que la majorité du Congrès n'a encore aucun lien officiel avec l'Internationale communiste, que le nouveau Parti n'est pas encore admis dans l'organisation de Moscou. Le nouveau Parti demande à être admis, après s'être séparé des réformistes et des centristes : la coupure est si radicale que Longuet reste hors du nouveau Parti, de même que Paul Faure qui s'était pourtant rendu à Imola en 1919, après le congrès de Bologne, et avait filé le parfait amour de l'internationalisme communiste avec quelques-uns des plus grands représentants de l'actuel unitarisme italien.

Ce qui est le plus important, dans le congrès de Tours, c'est précisément que le Parti favorable à l'adhésion ait atteint un degré d'homogénéité tout à fait remarquable, et que dans son sein, le noyau originairement communiste, le noyau représenté par l'organisation centralisée au sein du Comité de la Ille Internationale, ait acquis une prépondérance décisive.

C'est pourquoi le vote de Tours n'est pas la victoire de Cachin ou celle de Frossard ; c'est la victoire des communistes, c'est la victoire de la classe révolutionnaire des ouvriers et des paysans de France, qui sont en train de démembrer la bureaucratie syndicale, opportuniste et félonne, et qui, en se détachant des plus populaires porte-parole de la démagogie parlementaire, ont prouvé qu'ils étaient résolument décidés à faire leur entrée sur le terrain de la lutte pour la révolution mondiale.

Voir aussi

Ce document provient de « Congr%C3%A8s de Tours ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Congres de Tours de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Congrès De Tours — Le congrès de Tours est le 18e congrès national de la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO) du 25 décembre 1920 au cours duquel fut créée la Section française de l Internationale communiste (SFIC, futur Parti communiste… …   Wikipédia en Français

  • Congrès de tours — Le congrès de Tours est le 18e congrès national de la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO) du 25 décembre 1920 au cours duquel fut créée la Section française de l Internationale communiste (SFIC, futur Parti communiste… …   Wikipédia en Français

  • Congrès de Tours (FN) — Pour les articles homonymes, voir Congrès de Tours. Le congrès de Tours est le XIVe congrès du Front national, qui s est tenu au centre Vinci à Tours les 15 et 16 janvier 2011. L’objectif du congrès est de fixer la ligne générale du… …   Wikipédia en Français

  • Congrès de Tours — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Plusieurs congrès portent le nom de congrès de Tours : le congrès de Tours (SFIO) au cours duquel le Parti socialiste se divisa en deux branches… …   Wikipédia en Français

  • Congrès de Tours (SFIO) — Pour les articles homonymes, voir Congrès de Tours. Le congrès de Tours est le 18e congrès national de la Section française de l Internationale ouvrière (SFIO). Il se tint dans la salle des Manèges jouxtant l ancienne abbaye Saint Julien de Tours …   Wikipédia en Français

  • Centre international de congrès de Tours — Le Vinci Le Vinci Présentation Période ou style Design Type centre international de congrès, centre d expositions et salle de spectacle …   Wikipédia en Français

  • Centre International De Congrès De Tours — Le Vinci depuis le jardin de la Préfecture Le centre international de congrès de Tours, baptisé Vinci, est un bâtiment de Tours conçu par Jean Nouvel avec Yves Brunier paysagiste. Construit en 1993, il est situé face à la gare de Tours Centre. Il …   Wikipédia en Français

  • Centre International Des Congrès De Tours — Centre international de congrès de Tours Le Vinci depuis le jardin de la Préfecture Le centre international de congrès de Tours, baptisé Vinci, est un bâtiment de Tours conçu par Jean Nouvel avec Yves Brunier paysagiste. Construit en 1993, il est …   Wikipédia en Français

  • Centre international de congres de Tours — Centre international de congrès de Tours Le Vinci depuis le jardin de la Préfecture Le centre international de congrès de Tours, baptisé Vinci, est un bâtiment de Tours conçu par Jean Nouvel avec Yves Brunier paysagiste. Construit en 1993, il est …   Wikipédia en Français

  • Centre international de congrès de tours — Le Vinci depuis le jardin de la Préfecture Le centre international de congrès de Tours, baptisé Vinci, est un bâtiment de Tours conçu par Jean Nouvel avec Yves Brunier paysagiste. Construit en 1993, il est situé face à la gare de Tours Centre. Il …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.