Conference de Seelisberg


Conference de Seelisberg

Conférence de Seelisberg

La conférence de Seelisberg est une conférence internationale extraordinaire qui s'est tenue dans le petit village de Seelisberg en Suisse, du 30 juillet au 5 août 1947, pour étudier les causes de l’antisémitisme chrétien.

Parmi les 70 personnalités venues de 17 pays, on comptait :

Lors de cette conférence, les intellectuels chrétiens réunis prirent acte de la necessité de corriger certains accents négatifs de l’enseignement chrétien sur le judaïsme et son histoire. Ils élaborèrent dix points, largement inspirés des dix-huit propositions de l’historien Jules Isaac et dont la diffusion contribuerait à faire reculer les préjugés courants de la pensée occidentale et chrétienne concernant les Juifs .

Sommaire

Les dix points de Seelisberg

  1. Rappeler que c'est le même Dieu vivant qui nous parle à tous, dans l'Ancien comme dans le Nouveau Testament.
  2. Rappeler que Jésus est né d'une Vierge juive, de la race de David et du Peuple d'Israël, et que Son amour éternel et Son pardon embrassent son propre peuple et le monde entier.
  3. Rappeler que les premiers disciples, les Apôtres et les premiers martyrs étaient juifs.
  4. Rappeler que le précepte fondamental du Christianisme, celui de l'amour de Dieu et du prochain, promulgué déjà dans l'Ancien Testament, et confirmé par Jésus, oblige « Chrétiens et Juifs » dans toutes les relations humaines, sans aucune exception.
  5. Éviter de rabaisser le judaïsme biblique ou post-biblique dans le but d'exalter le Christianisme.
  6. Éviter d'user le mot « juifs » au sens exclusif de « ennemis de Jésus » ou de la locution « ennemis de Jésus » pour désigner le peuple juif tout entier.
  7. Éviter de présenter la Passion de telle manière que le caractère odieux de la mise à mort de Jésus retombe sur les juifs seuls. Ce ne sont pas les Juifs qui en sont responsables, car la Croix, qui nous sauve tous, révèle que c'est à cause de nos pêchés à tous que le Christ est mort. (Rappeler à tous les parents et éducateurs chrétiens la grave responsabilité qu'ils encourent du fait de présenter l'Évangile et surtout le récit de la Passion d'une manière simpliste. En effet, ils risquent par là d'inspirer, qu'ils le veuillent ou non, l'aversion dans la conscience ou le subconscient de leurs enfants ou auditeurs. Psychologiquement parlant, chez des âmes simples, mues par un amour ardent et une vive compassion pour le Sauveur crucifié, l'horreur qu'ils éprouvent tout naturellement envers les persécuteurs de Jésus, tournera facilement en une haine généralisée des Juifs de tous les temps, y compris ceux d'aujourd'hui.)
  8. Éviter de rapporter les malédictions, scripturaires et le cri d'une foule excitée : « Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants », sans rappeler que ce cri ne saurait prévaloir contre la prière infiniment plus puissante de Jésus : « Père, pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font. »
  9. Éviter d'accréditer l'opinion impie que le peuple juif est réprouvé, maudit, réservé pour une destinée de souffrances.
  10. Éviter de parler des Juifs comme s'ils n'avaient pas été les premiers à être de l'Église.

Bibliographie

  • Paul Démann. De Seelisberg à Vatican II. Revue Sens. Nouvelle série n° 305, Février 2006, pp. 77-84.
  • Menahem Macina, Le rôle de Paul Démann à Seelisberg. Revue Sens 1999 no 51, pp. 434-439.
  • Pierre Mamie, La Charte de Seelisberg et la participation du Cardinal Journet. In Judaïsme, anti-judaïsme et christianisme: Colloque de l'Université de Fribourg, 16-20 mars 1998. Editions Saint-Augustin, 2000, pp. 23-34.
  • Alexandre Safran : Mes souvenirs de la Conférence de Seelisberg (1947) et de l'abbé Journet. In Judaïsme, anti-judaïsme et christianisme: Colloque de l'Université de Fribourg, 16-20 mars 1998. Editions Saint-Augustin, 2000, pp. 13-22.

Voir aussi

Liens externes

  • Portail de la culture juive et du judaïsme Portail de la culture juive et du judaïsme
  • Portail du christianisme Portail du christianisme
Ce document provient de « Conf%C3%A9rence de Seelisberg ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Conference de Seelisberg de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Conférence De Seelisberg — La conférence de Seelisberg est une conférence internationale extraordinaire qui s est tenue dans le petit village de Seelisberg en Suisse, du 30 juillet au 5 août 1947, pour étudier les causes de l’antisémitisme chrétien. Parmi les 70… …   Wikipédia en Français

  • Conférence de seelisberg — La conférence de Seelisberg est une conférence internationale extraordinaire qui s est tenue dans le petit village de Seelisberg en Suisse, du 30 juillet au 5 août 1947, pour étudier les causes de l’antisémitisme chrétien. Parmi les 70… …   Wikipédia en Français

  • Conférence de Seelisberg — La conférence de Seelisberg est une conférence internationale extraordinaire qui s est tenue dans le petit village de Seelisberg en Suisse, du 30 juillet au 5 août 1947, pour étudier les causes de l’antisémitisme chrétien[1]. Parmi les 70… …   Wikipédia en Français

  • Seelisberg — Vue du village de Seelisberg depuis le lac Administration Pays Suisse …   Wikipédia en Français

  • Konferenz von Seelisberg — Die internationale Konferenz der Christen und Juden (International Conference of Christians and Jews, auch Emergency Conference on Antisemitism) fand vom 30. Juli bis 5. August 1947 in der Gemeinde Seelisberg, Schweiz, statt. Ihr Zweck war die… …   Deutsch Wikipedia

  • Oremus et pro perfidis Judaeis — Le thème de l’« aveuglement » du peuple juif[1] contenu dans la prière est illustré par la statue de la Synagogue, cathédrale de Strasbourg, portail sud, milieu du XIIIe siècle. L’e …   Wikipédia en Français

  • Oremus et pro perfidis Judæis — Oremus et pro perfidis Judaeis L’expression latine Oremus et pro perfidis Judaeis était l’exorde d’une oraison prononcée dans la liturgie catholique lors de la prière du Vendredi saint. Introduite au VIIe siècle, elle signifiait… …   Wikipédia en Français

  • Oremus et pro perfidis judaeis — L’expression latine Oremus et pro perfidis Judaeis était l’exorde d’une oraison prononcée dans la liturgie catholique lors de la prière du Vendredi saint. Introduite au VIIe siècle, elle signifiait originellement « Prions aussi pour les …   Wikipédia en Français

  • Prière pour la conversion des Juifs — Oremus et pro perfidis Judaeis L’expression latine Oremus et pro perfidis Judaeis était l’exorde d’une oraison prononcée dans la liturgie catholique lors de la prière du Vendredi saint. Introduite au VIIe siècle, elle signifiait… …   Wikipédia en Français

  • Prière pour la conversion des juifs — Oremus et pro perfidis Judaeis L’expression latine Oremus et pro perfidis Judaeis était l’exorde d’une oraison prononcée dans la liturgie catholique lors de la prière du Vendredi saint. Introduite au VIIe siècle, elle signifiait… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.