Conclave


Conclave

Dérivé du latin cum clave, à clef, le conclave désigne pour l'Église catholique romaine le lieu où sont enfermés les cardinaux rassemblés pour élire le Pape pendant la période dite Sede Vacante. Par extension, il désigne aussi l'assemblée elle-même et son travail. Dans la doctrine catholique, le conclave se déroule sous la direction du Saint-Esprit.

Sommaire

Contexte historique

Depuis 1274, les cardinaux sont enfermés (depuis le XVIe siècle dans la chapelle Sixtine, au Vatican), pour procéder à l'élection pontificale. Cette mesure a été prise à la suite de l'élection mouvementée de Grégoire X, en 1271, qui avait duré près de 3 ans, et s'était tenue à Viterbe. Au bout de 2 ans et 9 mois, les autorités romaines avaient emmuré les cardinaux, ôté le toit de la salle où ils se réunissaient et menacé de les affamer pour les pousser à la résolution. Les cardinaux déléguèrent alors cette décision à une commission de six membres.

Pour éviter de nouvelles élections à rallonge, Grégoire X décida lors du concile de Lyon II de garder le principe de l'enfermement (décret Ubi periculum). Il y ajouta de nouvelles restrictions : au bout de 5 jours de conclave, les cardinaux étaient réduits au pain, au vin et à l'eau, ils devaient vivre en commun sans séparation dans la pièce — ce qui provoqua un tollé parmi les cardinaux.

En 1276, Jean XXI suspendit les mesures de Grégoire X et les vacances longues du siège pontifical reprirent, jusqu'à ce que Boniface VIII réinstaure le Ubi periculum. Depuis lors, toutes les élections pontificales ont eu lieu en conclave.

Depuis le Moyen Âge, les modalités du conclave ont évolué sous les différents Papes. À partir du XVIe siècle et jusqu'à la constitution apostolique Commissum nobis du 20 janvier 1904 de Pie X, le droit d'exclusive est régulièrement employé par la France, l'Espagne et l'Autriche, ces États catholiques utilisant leur droit de veto pour exclure leurs candidats respectifs, si bien que le papable est rarement le favori pronostiqué. La jus exclusicæ est supprimée en 1904 mais les ambassades continuent d'intervenir activement pour soutenir l'élection de leur favori. Au début du XXe siècle, les dirigeants de l'Église catholique sont divisés entre les réformateurs et les conservateurs, chacun de ces camps ayant son papable mais pour éviter une division profonde, les électeurs choisissent le plus souvent un troisième candidat, à l'exception de Pacelli en 1939 et Montini en 1963[1].

Le 22 février 1996, Jean-Paul II promulgua la constitution apostolique Universi dominici gregis sur la vacance du siège apostolique et l'élection du Pontife romain. Celle-ci fixe les modalités du conclave qui élut Benoît XVI à la suite de Jean-Paul II le 19 avril 2005 et reste en vigueur ce jour.

Cependant par une lettre apostolique, en forme de motu proprio, intitulée : De aliquibus mutationibus in normis de electione Romani Pontificus, du 11 juin 2007, le pape Benoît XVI a modifié l'article 75 de la Constitution ci-dessus. Jean-Paul II avait prévu que si, au bout de 30 tours de scrutin, l'élection n'était pas encore acquise, on pourrait procéder à l'élection valide du Souverain Pontife seulement à la majorité absolue (la moitié des voix plus une) et non plus à la majorité des deux tiers exigée précédemment. Benoît XVI a supprimé cette clause. La majorité des deux tiers doit être dans tous les cas obtenue pour élire validement un Souverain Pontife. Benoît XVI est ainsi revenu pleinement aux normes édictées par le Concile de Latran III en 1179.

Organisation

Selon la législation actuelle, seuls les cardinaux âgés de moins de 80 ans révolus sont admis au conclave. Par ailleurs, le Pape devra veiller à ce que le nombre des cardinaux électeurs n'excède jamais 120. La discipline grégorienne fut assouplie au cours des siècles et Universi dominici gregis prévoit que les cardinaux électeurs séjournent pour la durée du conclave à la Maison Sainte-Marthe, une résidence construite à cet effet dans l'enceinte de l'État de la Cité du Vatican. Les électeurs ne sont reclus que dans la Chapelle Sixtine, où ils procèdent aux votes d'élection.

Avant l'ouverture du conclave, les cardinaux sont appelés à évoquer le futur de l'Église lors de Congrégations générales, ceci en préparation de l'élection du nouveau Pape. Le premier jour du conclave, le matin est réservé à la célébration de la messe. L'après-midi est consacré à l'entrée en conclave, puis on procède à un premier tour de scrutin. Celui-ci peut toutefois être remis au lendemain. Les jours suivants, on organise un scrutin le matin et l'après-midi. En cas de résultats non concluants, on procède immédiatement à un nouveau scrutin, ce qui porte le nombre de scrutins quotidiens à 4.

Après chaque scrutin, les cardinaux communiquent les résultats au reste du monde par l'intermédiaire d'une cheminée. En effet, le résultat du vote est annoncé soit par une fumée noire (vote non concluant), soit par une fumée blanche (vote concluant). En cas de fumée blanche, le conclave peut prendre fin et le nom du Pape peut être annoncé au monde. Le feu est traditionnellement un feu de paille. Celle-ci est mouillée quand il faut produire une fumée blanche. Depuis le conclave de 2005, des fumigènes sont utilisés en complément, pour éviter les confusions. De plus, et toujours par souci de clarté, on a décidé cette année-là de faire sonner les cloches de Saint-Pierre en accompagnement de la fumée blanche. Le cardinal protodiacre prononce l’Habemus papam depuis le balcon central de la basilique Saint-Pierre.

Le conclave est présidé par le doyen du collège des cardinaux, qui est, traditionnellement, l'évêque d'Ostie et le doyen des cardinaux-évêques. En 2005, Josef Ratzinger était le doyen du collège des cardinaux avec vingt-huit ans de cardinalat. Sans être un jeune cardinal, il n'était pas parmi les plus âgés. À 78 ans, il figurait parmi les cardinaux électeurs alors que le collège des cardinaux comptait plus de 40 cardinaux âgés de plus de 80 ans. Il fut élu Pape le 19 avril 2005 et prit le nom de Benoît XVI.

Les derniers conclaves

Graphique représentant le nombre de cardinaux présents et absents lors des conclaves depuis 1700
Date Pape Pays Nombre
de jours
Nombre
de scrutins
6 février 1922 Pie XI Drapeau d'Italie Italie 5 14
2 mars 1939 Pie XII Drapeau d'Italie Italie 2 3
28 octobre 1958 Jean XXIII Drapeau d'Italie Italie 4 11
21 juin 1963 Paul VI Drapeau d'Italie Italie 3 6
26 août 1978 Jean-Paul Ier Drapeau d'Italie Italie 2 4
16 octobre 1978 Jean-Paul II Drapeau de Pologne Pologne 3 8
19 avril 2005 Benoît XVI Drapeau d'Allemagne Allemagne 2 4


Varia

Conclave budgétaire désigne en Belgique un modus operandi consistant pour le gouvernement à se réunir aussi longtemps que nécessaire à l'obtention d'un consensus sur le budget.

Notes et références

  1. Bernard Lecomte, Le roman des papes, Éditions du rocher, 2011, 251 p. (ISBN 9782268071244)

Voir aussi


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Conclave de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Conclave — • The closed room or hall specially set aside and prepared for the cardinals when electing a pope; also the assembly of the cardinals for the canonical execution of this purpose Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Conclave     Concl …   Catholic encyclopedia

  • CONCLAVE — Terme du latin médiéval (conclave , chambre fermée à clé), qui désigne le lieu où les cardinaux sont enfermés, au sens propre du mot, pour procéder à l’élection du pape et qui, par extension, s’applique à l’assemblée qu’ils constituent. Une telle …   Encyclopédie Universelle

  • conclave — CONCLAVE. s. m. Le lieu où s assemblent les Cardinaux pour l élection d un Pape. Dès que les Cardinaux furent entrés dans le Conclave. Les Cardinaux s eufermèrent dans le Conclave un tel jour. Gouverneur, Maréchal du Conclave. On dit communément …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • conclave — CONCLAVE. s. m. Le lieu où s assemblent les Cardinaux pour l eslection d un Pape. Dés que les Cardinaux furent entrez dans le Conclave. les Cardinaux s enfermerent dans le Conclave un tel jour. Il se prend aussi, Pour l Assemblée des Cardinaux… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Conclave — Con clave (? or ?; 277), n. [F., fr. L. conclave a room that may locked up; con + clavis key. See {Clavicle}.] 1. The set of apartments within which the cardinals of the Roman Catholic Church are continuously secluded while engaged in choosing a… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Conclave — Conclave, heißt der Ort, wo sich die Cardinäle zur Wahl eines neuen Papstes versammeln, und daher wird das Wort auch zur Bezeichnung dieser Versammlung selbst gebraucht. Im Jahre 1274 wurde zu Lyon die Einrichtung des Conclave durch eine… …   Damen Conversations Lexikon

  • conclave — cónclave o conclave sustantivo masculino 1. En la iglesia católica, reunión o junta de cardenales para elegir a un nuevo papa y lugar donde se juntan: El cónclave no acabará antes de que sea elegido un nuevo papa. 2. Uso/registro: coloquial.… …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • cónclave — o conclave sustantivo masculino 1. En la iglesia católica, reunión o junta de cardenales para elegir a un nuevo papa y lugar donde se juntan: El cónclave no acabará antes de que sea elegido un nuevo papa. 2. Uso/registro: coloquial. Reunión de… …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • CONCLAVE — Romae vocatur locus, ubi Cardinales Pontificem electuri coeunt: Cuiusmodi Conclave primum institutum Viterbii esse dicunt, post Clementis IV. mortem. Cum enim purpurati illi Patres in Aede prius sacra, vel Sacristia aliqua soliti essent convenire …   Hofmann J. Lexicon universale

  • cónclave — ‘Junta de cardenales para elegir nuevo papa’. Hoy solo se usa la forma esdrújula cónclave. La etimológica llana conclave ha caído en desuso y debe evitarse …   Diccionario panhispánico de dudas

  • conclave — late 14c., a place where cardinals meet to elect a pope, from It. conclave, from L. conclave a room, chamber suite, probably originally a room which may be locked, from com together (see COM (Cf. com )) + clavis a key (see SLOT (Cf. slot) (2)).… …   Etymology dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.