Complementaire (theorie des ensembles)


Complementaire (theorie des ensembles)

Complémentaire (théorie des ensembles)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Complémentaire.
Si le rectangle représente l'ensemble E, la partie bleue est le complémentaire de la blanche.

En mathématiques, et plus particulièrement en théorie des ensembles, le complémentaire d'une partie X d'un ensemble E est constitué de tous les éléments de E n'appartenant pas à X.

Le complémentaire de X est souvent noté \complement X, \overline X ou encore X^\circ. En cas de risque de confusion, si l'on veut préciser que l'on parle du complémentaire de X dans E, on note \complement_E X.

Si X est différent de l'ensemble vide et de E, alors X et \overline X forment une partition de l'ensemble E.

Le cas des ensembles finis

Lorsque E est un ensemble fini, la somme des cardinaux de X et \overline X est égale au cardinal de E :

\text{card}\left(X\right)+\text{card}\left(\overline X\right)=\text{card}\left(E\right).

D'où on déduit :

\text{card}\left(\overline X\right)=\text{card}\left(E\right)-\text{card}\left(X\right).
Exemple
Pour dénombrer les absents dans une assemblée prévue de cinquante personnes, il suffit de compter les présents. En effet, l'ensemble des personnes absentes est le complémentaire de celui des personnes présentes. Si 47 personnes sont présentes, alors il y a 50 - 47 = 3 absents.

Propriétés essentielles

Le complémentaire de A\cup B est grisé.

L'ensemble dans lequel on travaille est noté E. X, A et B sont des sous-ensembles de E.

  • \overline E = \emptyset.
  • \overline{\emptyset} = E.
  • Un élément de E ne peut être à la fois dans X et dans son complémentaire, un ensemble et son complémentaire sont donc des ensembles disjoints :
X\cap \overline X = \emptyset
  • Tout élément de E est dans X ou dans le complémentaire de X :
X\cup \overline X = E
  • Le complémentaire du complémentaire d'un ensemble est cet ensemble lui-même (l'application « le complémentaire de... » est une involution) :
\overline{\overline{X}} = X.
  • Le complémentaire de l'union de deux ensembles est l'intersection de leurs complémentaires :
\overline{A\cup B} = \overline A \cap \overline B.
  • Le complémentaire de l'intersection de deux ensembles est l'union de leurs complémentaires :
\overline{A\cap B} = \overline A \cup \overline B.

Voir aussi

  • Portail des mathématiques Portail des mathématiques
Ce document provient de « Compl%C3%A9mentaire (th%C3%A9orie des ensembles) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Complementaire (theorie des ensembles) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Complémentaire (Théorie Des Ensembles) — Pour les articles homonymes, voir Complémentaire. Si le rectangle représente l ensemble E, la partie bleue est le complémentaire de la blanche …   Wikipédia en Français

  • Complémentaire (théorie des ensembles) — Pour les articles homonymes, voir Complémentaire. Si le rectangle représente l ensemble E, la partie bleue est le complémentaire de la blanche. En mathématiques, et plus particulièrement en théorie des ensembles, le complémentaire d une partie …   Wikipédia en Français

  • Theorie des ensembles de von Neumann-Bernays-Godel — Théorie des ensembles de von Neumann–Bernays–Gödel La théorie des ensembles de von Neumann–Bernays–Gödel, abrégée en NBG ou théorie des classes, est une théorie axiomatique essentiellement équivalente[1] à la théorie ZFC de Zermelo–Fraenkel avec… …   Wikipédia en Français

  • Theorie des ensembles de von Neumann–Bernays–Godel — Théorie des ensembles de von Neumann–Bernays–Gödel La théorie des ensembles de von Neumann–Bernays–Gödel, abrégée en NBG ou théorie des classes, est une théorie axiomatique essentiellement équivalente[1] à la théorie ZFC de Zermelo–Fraenkel avec… …   Wikipédia en Français

  • Théorie des ensembles de Von Neumann–Bernays–Gödel — La théorie des ensembles de von Neumann–Bernays–Gödel, abrégée en NBG ou théorie des classes, est une théorie axiomatique essentiellement équivalente[1] à la théorie ZFC de Zermelo–Fraenkel avec axiome du choix (et avec les mêmes variantes… …   Wikipédia en Français

  • Théorie des ensembles de von Neumann-Bernays-Gödel — Théorie des ensembles de von Neumann–Bernays–Gödel La théorie des ensembles de von Neumann–Bernays–Gödel, abrégée en NBG ou théorie des classes, est une théorie axiomatique essentiellement équivalente[1] à la théorie ZFC de Zermelo–Fraenkel avec… …   Wikipédia en Français

  • Théorie des ensembles de von neumann–bernays–gödel — La théorie des ensembles de von Neumann–Bernays–Gödel, abrégée en NBG ou théorie des classes, est une théorie axiomatique essentiellement équivalente[1] à la théorie ZFC de Zermelo–Fraenkel avec axiome du choix (et avec les mêmes variantes… …   Wikipédia en Français

  • Théorie des ensembles de von Neumann–Bernays–Gödel — La théorie des ensembles de von Neumann–Bernays–Gödel, abrégée en NBG ou théorie des classes, est une théorie axiomatique essentiellement équivalente[1] à la théorie ZFC de Zermelo–Fraenkel avec axiome du choix (et avec les mêmes variantes… …   Wikipédia en Français

  • ENSEMBLES (THÉORIE DES) - Théorie élémentaire — L’algèbre des ensembles et l’étude abstraite des relations sont d’une importance croissante dans toutes les disciplines qui cherchent à s’exprimer dans un cadre rigoureux. En mathématiques, c’est l’interrogation sur les fondements de cette… …   Encyclopédie Universelle

  • Théorie des classes — Théorie des ensembles de von Neumann–Bernays–Gödel La théorie des ensembles de von Neumann–Bernays–Gödel, abrégée en NBG ou théorie des classes, est une théorie axiomatique essentiellement équivalente[1] à la théorie ZFC de Zermelo–Fraenkel avec… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.