Compania de los Ferrocarriles de Asturias, Galicia y Leon


Compania de los Ferrocarriles de Asturias, Galicia y Leon

Compañía de los Ferrocarriles de Asturias, Galicia y León

La Compañia de los ferrocarriles de Asturias, Galicia y Leon, absorbée par le Norte en 1885, était la principale compagnie de chemins de fer de ces régions du nord-ouest de l'Espagne

Sommaire

Premiers projets

En 1844, alors qu'ont lieu les premières études du chemin de fer de Langreo, certains voient plus loin et cherchent à désenclaver les Asturies en créant un chemin de fer qui relierait l'un des ports asturiens à l'interieur des terres. Quelques entrepreneurs britanniques sollicitent alors la concession d'un chemin de fer de Leon à Avilés et cherchent à créer une compagnie qu'ils baptisent Camino de Hierro del Norte de España (déjà !). Le siège social de cette nouvelle entreprise s'installe au 34 calle de Atocha à Madrid, et une souscription publique est lancée. Elle ne rencontre pas le succès escompté, et le projet disparait avec la compagnie. En Galice, la question soulève encore moins d'intérêt. En ce début des années 1850, le chein de fer fait simplement l'objet de quelques discussions et de rares articles dans les journaux. Les quelques propositions émises sont floues et imprécises. 1856 marque un tournant. Le chemin de fer du Langreo entre enfin en service entre Sama et Gijon. On commence également la construction de la grande ligne de Madrid à Irun, qui peut servir de base pour de nombreux embranchements desservant les grands centres du nord et du nord-ouest du pays. L'entrepreneur Juan Martinez Picavia va être le premier à étudier serieusement la question des chemins de fer en Galice. Il propose une ligne partant de Palencia et, après avoir atteint la Galice, se divisant en deux branches, la première allant à La Corogne, la deuxième à Vigo. Ce projet est présenté au gouvernement qui se montre intéressé. Une ordonnance royale du 21 mars 1858 accorde la concession à Picavia. Les conseils généraux de la région voudraient voir ce chemin de fer baptisé Principe Alfonso (le futur Alphonse XII). Le voyage effectué par la reine Isabelle II à La Corogne en septembre est l'occasion de diverses festivités et actes commémoratifs plus ou moins spontannés. Elle inaugure symboliquement le début des travaux. Rien ne va pourtant être entrepris avant plusieurs années. En effet, Picavia meurt avant la fin de l'année Il faut attendre le 16 février 1861 pour que le gouverneent accorde enfin la concession des deux premières sections de la ligne, de Palencia à Leon et de Leon à Ponferrada, à messieurs Miranda et fils Ceci trouvent rapidement un financement auprès de capitalistes français, et créent en 1862 la Compañia del Ferrocarril de Palencia a Ponferrada. Les travaux pouvaient commencer

Premières activités de la Compañia del Noroeste de España

La nouvelle société est présidée par Juan Bravo Murillo, plusieurs fois ministre et ancien chef du gouvernement espagnol. Si le siège social est situé à Madrid, calle de la Salud, la réalité du pouvoir appartient aux nombreux actionnaires français qui disposent de leur propre comité boulevard des Capucines à Paris. Celà explique que l'entrepreneur général chargé de construire la ligne soit un français, M.Debrousse. Il n'en est pas à son coup d'essai et a déjà construit d'autres lignes en Espagne. D'ailleurs, la première section de Palencia à Leon ne présente pas de difficultés notables. Les campagnes traversées fournissent les ouvriers nécessaires. Le principal obstacle est le franchisement du rio Esla, près de Leon. Un pont de plus de 300 mètres est prévu, et ses piles posées en cinquante jours. Les 123 kilomètres séparant Palencia de Leon sont rapidement construits, et la section inaugurée en novembre 1863. Reste à atteindre la Galice. Le tracé retenu est loin de faire l'unanimité. Le 16 avril 1864, un avenant à la convention de concession autorise la desserte d'Astorga, la grande satisfaction de ses habitants et de la compagnie. Dès lors; les travaux vont bon train. La construction de la gare de La Corogne commence en 1865, sur des terrains situés à El Juncal. La deuxième section est terminée en 1866.

Le temps des extensions

Les premières sections ne sont pas assez rentables pour faire vivre la compagnie, dont le crédit décline rapidement. Il faut aller de l'avant. Le 24 septembre 1864, un conseiller de la compagnie, José Ruiz de Quevedo, obtient la concession de la section de Ponferrada à La Corogne. En novembre de la même année, José de Manzanado obtient celle de la ligne des Asturies, de Leon à Gijon. Les deux concessions sont ensuite transferrées au Noroeste, qui est alors parfois connu comme Compañia de los Ferrocarriles de Palencia a La Coruña y de Leon a Gijon. Le gouvernement entérine le tout par une ordonnance royale de 1865, tout en émettant de vives réserves sur les capacités de la compagnie à construire ces nouvelles lignes en terrains très accidentés. Rapidement, de nouvelles études sont menées por le franchissement des cols de Manzanal, en Galice, et de Pajares, aux Asturies. Sur la ligne de Galice, les travaux sont commencés sur les deux extrémités, entre Astorga et Brañuelas et entre Lugo et La Corogne. Ils n'avancent que très lentement. La voie arrive bien à Brañuelas en 1868, mais il faut attendre des années pour voir construire la section suivante. La compagnie en est réduite à réclamer à l'état la construction d'une route permettant d'atteindre la Galice et d'assurer ainsi la continuité des communications vers Madrid... Quant au parcours final de Lugo à La Corogne, lui aussi est entrepris en 1866/67. Mais il faut construire un grand pont sur le Miño. À La Corogne, en 1868, on en est encore à construire les murs de soutènement au dessus de la mer et à terminer le tunnel du Pasaje. Bien que commencée, la construction de la gare va prendre des années.

La chute de la Compañia del Noroeste de España

La révolution de septembre 1868, qui provoque la chute d'Isabelle II et la proclamation de la république, n'arrange pas les affaires de la compagnie. En ces périodes troublées, la petite compagnie croit voir son salut dans l'union avec une autre entreprise de même taille. Les dirigeants de la Compañia del ferrocarril de Medina a Zamora y de Orense a Vigo sont approchés en vue d'une fusion, mais les négociations se terminent sur un constat d'échec. La compagnie réclame alors l'aide du gouvernement Prim, sans résultat. Les travaux se poursuivent lentement en 1869, et ils coûtent cher. Rapidement, la compagnie ne peut plus payer les coupons des obligations. En 1870, elle ne peut même plus assurer leur amortissement. Une partie des travaux est suspendue. Seuls ceux de la section Lugo-La Corogne sont poursuivis. Il faut attendre 1875 pour les voir terminés. La loi du 12 janvier 1877 constitue un véritable ultimatum du gouvernement, qui exige du Noroeste la réalisation de neuf chantiers distincts dans un délais de six mois et sans la moindre subvention. Celà n'améliore guère la situation de la compagnie, qui est déclarée en faillite en 1878. Le gouvernement reprend les travaux à son compte le 9 février de la même année

L'apparition d'une nouvelle compagnie et l'achèvement des travaux

Le 19 décembre 1879, une loi autorisant la concession des lignes déjà terminées et de celles restant à construire est promulguée. Le gouvernement s'engage à garantir les tarifs et les prix des ports de Gijon, La Corogne et Vigo pour les placer sur un pied d'égalité avec les autres ports de la côte cantabrique et avec la gare d'Irun. Deux groupes se montrent vite intéressés.

Les dirigeants du Norte sont particulièrement inquiets car une clause de la convention stipule que le futur concessionnaire pourra solliciter une ligne directe de Madrid à Ségovie et à Palencia. Le 21 janvier 1880, c'est la proposition des banquiers français qui est retenue. Peu après, le 9 mars, ils créent la Compañia de los Ferrocarriles de Asturias, Galicia, y Leon ou AGL. La Compañia de los Caminos de Hierros del Norte y obtient une participation à hauteur de 15 %. Les travaux reprennent aussitôt, mais seulement sur la ligne de Galice. La nouvelle compagnie envisage en effet plusieurs modifications de tracé de la ligne des Asturies. Un premier projet propose de raccourcir la ligne de 23 kilomètres entre Pajares et Puente de los Fierros en diminuant le rayon des courbes et en portant les rampes à 35 mm/m. Lorsque le projet est connu, Il suscite une vive émotion dans les Asturies et provoque même une grande manifestation à Oviède le 27 mars 1881. Le nom de Donon est hué. Pourtant, le vrai projet est encore pire. Il prévoit 37 kilomètres en moins et un recours à la crémaillère. Le 15 juin 1881, une ordonnance royale rejette toutes les propositions de la compagnie AGL. Les travaux reprennent alors avec vigueur. la ligne de Galice est terminée en 1883, celle des Asturies en 1884, chaque fois en présence du roi Alphonse XII qui montre ainsi l'importance nationale de ces travaux.

Ouverture des lignes à l'exploitation : 1) Chemin de fer de Palencia à La Corogne :

Date Section Longueur (km)
9/11/1863 Palencia-Leon 122,385
16/02/1866 Leon-Astorga 52,017
17/01/1868 Astorga-Brañuelas 27,336
10/10/1875 Lugo-La Coruña 114,987
4/09/1883 Toral de Los Vados-Oural 120,746

2) Chemin de fer de Leon à Gijon

Date Section Longueur (km)
17/01/1868 Leon-La Robla 25,048
1/08/1868 La Robla-Pola de Gordon 8,100
23/05/1872 Pola de Gordon-Busdongo 19,910
23/07/1874 Pola de Lena-Gijon 62,774
15/05/1881 Pola de Lena-Puente Fierros 12,201
14/08/1884 Busdongo-Puente Fierros 42,775

3) Chemin de fer de Ponferrada à La Corogne

Date Section Longueur (km)
10/05/1880 Lugo-Puebla de San Julian 21,573
6/10/1880 Sarria-Puebla de San Julian 14,161
4/02/1882 Ponferrada-Brañuelas 49,294
12/07/1882 Oural-Sarria 9,792
1/03/1883 Ponferrada-Toral de Vados-Biezo 23,893

La Compañia de los Ferrocarriles de Asturias, Galicia y Leon a ainsi terminé son œuvre. Mais les travaux ont coûté plus cher que prévu, et l'une des banques du consortium a fait faillite, ce qui fragilise la compagnie. Dès lors, la fusion avec la Compañia de los Caminos de Hierros del Norte semble inéluctable. Elle devient effective avec l'ordonnance royale du 1er Mai 1885.

Le materiel de la Compañia de los ferrocarriles de Asturias, Galicia y Leon

Disposant à la fois de lignes de plaines et de montagne, la compagnie dut acquérir un materiel nombreux et varié.

Type N° AGL N° Norte Constructeur N° Usine Année Poids Notes
030 29 à 30 651 à 652 André Koechlin 1261 à 1262 1870 35,9
030 31 653 André Koechlin 1258 1870 35,9
120 51 à 57 57 à 63 Neilson 857 à 863 1863 22,6
120 58 à 64 64 à 70 André Koechlin 899 à 905 1865 22,4
220 71 à 82 71 à 82 Richard Hartmann 1184 à 1195 1882 24,4
220 83 à 93 83 à 93 Richard Hartmann 1251 à 1261 1883 24,4
220 94 94 Richard Hartmann 1357 1884 24,4
030 151 à 157 637 à 643 Neilson 871 à 877 1863 34,4
030 158 à 164 644 à 650 André Koechlin 892 à 898 1865 30,8
230 T 201 à 212 621 à 632 Saint-Léonard 391 à 402 1872 38,5
030 301 à 310 664 à 673 Richard Hartmann 1104 à 1113 1882 34,6
030 311 à 321 674 à 684 Richard Hartmann 1173 à 1183 1882 34,6
030 322 à 331 654 à 663 Emil Kessler 1826 à 1835 1881 34,6
030 332 à 336 685 à 689 Emil Kessler 1896 à 1900 1883 34,6
030 401 et 402 ? 633 à 634 Neilson 2458 à 2459 1880 36,2
030 403 et 404 ? 635 à 636 Neilson 2456 à 2457 1880 36,2
040 501 à 502 601 à 602 Richard Hartmann 1073 à 1074 1880 44,6
040 503 à 511 603 à 611 Richard Hartmann 1348 à 1356 1884 44,6

Notes et références

  • Notes
  • Références
    • Sanz Fernando F. Historia de la traccion vapor en España, Tome 2, p. 151-179. Editorial Noesis, Madrid. ISBN 84-87462-53-7
    • Wais Francisco. Historia de los Ferrocarriles Españoles, Tome 1, p. 251-266 Fundation de los ferrocarriles españoles, Madrid, 1968, 1974, 1987. ISBN 84-398-9876-2 / 84-398-9875-4
  • Portail du chemin de fer Portail du chemin de fer
Ce document provient de « Compa%C3%B1%C3%ADa de los Ferrocarriles de Asturias, Galicia y Le%C3%B3n ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Compania de los Ferrocarriles de Asturias, Galicia y Leon de Wikipédia en français (auteurs)