Abbaye Saint-Eustase de Vergaville


Abbaye Saint-Eustase de Vergaville

48° 50′ 16″ N 6° 44′ 37″ E / 48.8378, 6.74361

Abbaye de moniales bénédictines sise à Vergaville, dans le département de la Moselle en France. Fondée en 966 par Sigéric, comte de Salm et sa femme Betta, elle fut supprimée à la Révolution.

Sommaire

Histoire

Dédiée à l'origine à la Vierge et aux saints Apôtres, elle est placée ensuite sous le patronage de saint Eustase, disciple de saint Colomban et deuxième abbé de Luxeuil, mort en 625. Les reliques de saint Eustase déposées à Vergaville attirent de nombreux pèlerins.

Au début du XIIIe siècle, l'abbaye abrite l'hôpital Saint-Eustase "dans lequel on recevait les possédés et les insensés"[1]

Sollicitée par l'évêque de Metz, Georges Ier de Bade, l'abbesse Anne de Vintrange introduisit vers 1470 la réforme et la clôture.

En 1640, les sœurs se réfugièrent à Nancy pour échapper aux misères de la guerre de Trente Ans. Vers 1745, madame de Chaumont, sœur du marquis de la Galaizière et 31e abbesse fit rebâtir entièrement l'abbaye.

La communauté se reforma après la Révolution autour de la dernière abbesse d'ancien régime, madame Marie-Jeanne de Lamarche, d'abord au Ménil près de Lunéville (1802), puis à Saint-Dié (1809) et enfin à Flavigny-sur-Moselle, Meurthe-et-Moselle en 1824.

Articles connexes

Notes

  1. Dom Calmet, Notice de la Lorraine, Nancy, 1756

Bibliographie

Dom Calmet, Notice de la Lorraine, Nancy, 1756


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abbaye Saint-Eustase de Vergaville de Wikipédia en français (auteurs)