Colline De Sion


Colline De Sion

Colline de Sion

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sion (homonymie).

La colline de Sion (ou colline de Sion-Vaudémont) est une colline située dans le pays du Saintois, dans le sud de la Meurthe-et-Moselle, en Lorraine. De par son histoire, son pèlerinage et sa topographie, elle est un lieu majeur du tourisme meurthe-et-mosellan. Administrativement, elle s'étend principalement sur le territoire de la commune de Saxon-Sion, et déborde sur celui des communes limitrophes [1].

Cette colline est à l'origine du roman La Colline inspirée (1913) de Maurice Barrès qui en fait un lieu mystique.

La colline de Sion
Le Signal de Vaudémont, monument Maurice Barrès

Sommaire

Histoire

La colline de Sion, de par sa topographie (seul point de hauteur sur tout le plateau du Saintois), a depuis longtemps été occupée par l'homme. Elle possède donc un patrimoine historique assez important, trace d'une longue histoire sur laquelle il est nécessaire de se pencher pour comprendre l'histoire du pays du Saintois et plus généralement l'histoire de la Lorraine.

Le Néolithique

C'est au néolithique moyen et au néolithique final que la colline de Sion a connu une première vague d'occupation importante. Des recherches archéologiques ont en effet permis de découvrir des haches-marteau en pierre polie, des céramiques et des pointes de flèches en silex taillés.

L'Antiquité

Il y a plus 2 000 ans, les Celtes adorent déjà sur la colline les dieux de la Guerre et de la Paix.
Au IVe siècle, le Christianisme chasse les deux idoles et le culte de la Vierge remplace celui des divinités païennes.

Le Moyen-Âge

Au Xe siècle, Saint Gérard, évêque de Toul fixe cette dévotion d'une façon définitive. Elle s'étend rapidement sur toute la contrée, grâce à la protection des comtes de Vaudémont et des ducs de Lorraine. Au XIe siècle, Vaudémont, alors capitale du comté du même nom, devint une cité fortifiée. Elle demeura ceinte de murailles et de tours jusqu'à leur destruction par les troupes Françaises, sur les ordres de Richelieu au XVIIème siècle (La France occupant alors militairement la Lorraine).
Diverses ruines, notamment celles la tour Brunehaut et du rempart occidental, subsistent dans le village. Quelques restes de fortifications de l'époque féodale demeurent aussi en forêt, mais ceux-ci ne sont pas répertoriés.
On prie sur la colline pour les Croisés qui guerroient en Terre Sainte.
En 1477 c'est sous la bannière de Notre Dame de Sion que le duc René II de Lorraine défait Charles le Téméraire devant Nancy

L'époque contemporaine

Enfin à une époque plus récente, lorsque par trois fois le péril germanique s'éloigne de la Lorraine, le sanctuaire accueille les foules pieuses, venues remercier la Vierge.
En 1873, deux ans après la Guerre franco-allemande de 1870, quand les derniers soldats prussiens eurent quittés la Lorraine, 30 000 pèlerins, accourus par tous les chemins sous une pluie battante défilèrent devant l'église Notre-Dame de Sion, bénis par leur haut-clergé. Ce jour là, une plaque symbolique fut placée devant l'église. Elle portait une Croix de Lorraine brisée avec cette inscription : « Ce n'est pas pour toujours » (Ce n'ame po tojo en patois lorrain), en mémoire de la partie de Lorraine annexée et signe du non renoncement de la perte de l'Alsace et d'une partie de la Lorraine.
Le 24 juin 1920, toute la province se trouva de nouveau assemblée sur la colline, mais cette fois pour célébrer la victoire. Au cours de cette émouvante cérémonie, Maurice Barrès fut chargé de masquer sous une palme d'or la brisure d'autrefois et les mots triomphants « Ce n'était pas pour toujours » (Ce n'ato me po tojo).
Le 8 septembre 1946, la fête de l'Unité réunit 80 000 personnes autour de la Vierge de Sion et le général de Lattre de Tassigny plaça sur l'autel une nouvelle croix de marbre portant cette inscription toujours en patois lorrain : « Et maintenant unis pour toujours » (Astour hinc po tojo). [2]
En 1973, à l'occasion du centenaire de la première inscription, on rajoute le simple mot « Réconciliation », cette fois ci en français.

Érigé à l’initiative du Père Louis Henry, un Monument de la Paix a été inauguré le 9 septembre 1973. Il symbolise la consécration de la colline à l’œuvre de la Paix.


Notre Dame de Sion

L'incendie de la Basilique en 2003

Le 8 novembre 2003, un incendie dû à un court-circuit électrique a ravagé le clocher de la basilique, ce qui a nécessité la dépose de la gigantesque statue représentant la Vierge Marie qui était sur le toit. En 2007, après quatre années de restauration, la statue a été replacée au sommet de la basilique.

Géologie

Le monument Barrès est le point le plus haut du plateau lorrain (Vosges non comprises).

Les étoiles de Sion

Les étoiles de Sion sont des fossiles d’animaux marins (non mobiles) de l’ère secondaire, les lis de mer (aussi appelés encrines ou crinoïdes), cousins des oursins et des étoiles de mer. L’encrine était fixée au fond de la mer par une longue tige, composée d’articles en entroques, rappelant l’empilement des vertèbres de la colonne vertébrale.

Si on trouve des étoiles un peu partout sur la colline et même aux alentours, c’est en face du lieu-dit « La Croix Sainte Marguerite » que l’on a le plus de chance d’en trouver.[3]Les amoncellements de terre de décapage ont été entreposées à cet endroit en 1945 par les troupes américaines qui y cherchaient de la pierre calcaire pour aménager leur terrain d’aviation de Tantonville

La légende du « Saut de la Pucelle »

Une des origines légendaires des étoiles de Sion est la suivante :

Sur la colline de Sion-Vaudémont se trouve un endroit escarpé et dangereux, nommé le « Saut de la Pucelle ». Son apparence est celle d'une portion de forêt dont le sol serait incliné presque à la verticale absolue - en fait, une haute falaise à pic, mais boisée.

Un mauvais chevalier se serait épris de l'une des filles du seigneur de Vaudémont, et aurait décidé de s'emparer d'elle de force. Un soir, alors qu'elle revenait à cheval du sanctuaire de la Vierge (à Sion), le chevalier passa à l'action. La jeune fille, réalisant le danger qui la guettait, se serait enfuie en direction du saut et, parvenue à cet endroit, aurait invoqué la Vierge de Sion. Celle ci aurait alors saisi une poignée d'étoiles dans le ciel et les aurait lancées sur son poursuivant. Aveuglé, sa monture se précipita dans le vide, tandis que la jeune fille était miraculeusement déposée de l'autre côté de l'à-pic. Les résidents racontent qu'il y a encore quelques années, on pouvait voir la marque des sabots du cheval sur une pierre en contrebas.

D'un point de vue purement matériel, la chute d'un cavalier dans le saut de la pucelle n'avait rien d'impossible, tout au contraire : les très grands arbres (que personne ne peut exploiter) qui croissent dans sa pente abrupte peuvent empêcher un étranger de réaliser la présence et l'exceptionnelle intensité de la déclivité, ce qui fait qu'un homme monté pouvait fort bien ne se rendre compte du danger que trop tard.

Aujourd'hui, une barrière en bois protège le visiteur de la chute. Un sentier balisé permet d'y accéder facilement.

Note

Liens externes

Site de Sion sur le site du Conseil Général

  • Portail de la Lorraine Portail de la Lorraine
Ce document provient de « Colline de Sion ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Colline De Sion de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Colline de sion — Pour les articles homonymes, voir Sion (homonymie). La colline de Sion (ou colline de Sion Vaudémont) est une colline située dans le pays du Saintois, dans le sud de la Meurthe et Moselle, en Lorraine. De par son histoire, son pèlerinage et sa… …   Wikipédia en Français

  • Colline de Sion — Pour les articles homonymes, voir Sion. Colline de Sion Le Signal de Vaudémont, monument Maurice Barrès …   Wikipédia en Français

  • Colline de Sion-Vaudémont — Colline de Sion Pour les articles homonymes, voir Sion (homonymie). La colline de Sion (ou colline de Sion Vaudémont) est une colline située dans le pays du Saintois, dans le sud de la Meurthe et Moselle, en Lorraine. De par son histoire, son… …   Wikipédia en Français

  • Sion (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.  Pour l’article homophone, voir Scion (homonymie). Sommaire …   Wikipédia en Français

  • colline — [ kɔlin ] n. f. • 1555; bas lat. collina, de collis « colline » ♦ Petite élévation de terrain de forme arrondie. ⇒ éminence, hauteur. Petite colline. ⇒ butte, coteau. Montagnes et collines. ⇒ relief. Colline très arrondie. ⇒ mamelon. Le sommet,… …   Encyclopédie Universelle

  • Sion — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.  Pour l’article homophone, voir Scion (homonymie). Sommaire 1 …   Wikipédia en Français

  • Sion (mont) — Mont Sion Pour les articles homonymes, voir Sion (homonymie). Le Mont Sion …   Wikipédia en Français

  • Sion (Bible) — Pour les articles homonymes, voir Sion. Dans la Bible, Sion désigne à la fois des lieux géographiques et tout ce qui personnifie la présence et la bénédiction de Dieu. Sommaire 1 Lieux géographiques 2 Emblème …   Wikipédia en Français

  • Saxon-Sion — Pour les articles homonymes, voir Saxon et Sion. 48° 25′ 36″ N 6° 04′ 47″ E …   Wikipédia en Français

  • La Colline Inspirée — est un roman historique de Maurice Barrès publié en 1913. L histoire se passe dans un lieu de son pays d origine, la Colline de Sion. Dans les toutes premières pages de ce roman se trouve la célèbre phrase : il y a des lieux où souffle l… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.