Col Du Grand-Saint-Bernard


Col Du Grand-Saint-Bernard

Col du Grand-Saint-Bernard

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Bernard.
Col du Grand-Saint-Bernard
Pass the Saint Bernard 4 by andy205.jpg
Col du Grand-Saint-Bernard avec l'Hospice du Grand-Saint-Bernard au fond
Altitude 2469 m
Massif Alpes valaisannes
Latitude
Longitude
45° 52′ 12″ Nord
       7° 10′ 19″ Est
/ 45.87, 7.171945
 
Pays Italie Italie Suisse Suisse
Vallées Vallée du Grand-Saint-Bernard
(sud)
Val d'Entremont
(nord)
Ascension depuis
Aoste Sembrancher
Déclivité moy.
5,9 % 5,7 %
Déclivité max.
8,3 % 9,7 %
Kilométrage
32,1 km 30,6 km
Accès
route et tunnel (E27) S27 et tunnel
Fermeture
hivernale
octobre-mai
[[Fichier:|250px]]

  Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Col du Grand-Saint-Bernard

  Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Col du Grand-Saint-Bernard

Le Grand-Saint-Bernard, anciennement appelé Mont-Joux, est un col des Alpes pennines situé à 2 469 mètres d'altitude en Suisse (la frontière avec l'Italie passant quelques centaines de mètres au sud en contre-bas), sur la commune de Bourg-Saint-Pierre du côté suisse et de Saint-Rhémy-en-Bosses du côté italien. Il sépare la vallée du même nom, dans le val d'Aoste au sud, du val d'Entremont, situé dans la partie francophone du canton du Valais au nord et constitue un passage entre le mont Mort et la pointe de Drône, tous deux situés sur la frontière italio-helvétique.

Sommaire

Histoire

Préhistoire

Au Néolithique, le col aurait servi, de passage pour les premiers habitants du Valais qui se seraient approvisionnés en pierres dans le Val d'Aoste ; les mouvements de population ont dû se poursuivre jusqu'à l'Âge du fer et certainement durant la période de la Tène.

Antiquité

La première mention historique des habitants du Val d'Aoste, les Salasses, remonte à leur défaite face aux Romains en 133 av. J.-C. Ces derniers avaient certainement construit un abri sur le col, ainsi qu'un temple au dieu celtique Penn. Selon Tite-Live (Histoire romaine V-35), les Celtes Boïens et Lingons franchirent le col, peut-être avant de s'installer en Italie du Nord au IVe siècle av. J.-C. Certaines interprétations historiques sans fondement, et déjà rejetées par Tite-Live, y faisaient même passer l'armée punique d'Hannibal Barca et ses éléphants en octobre -218. Les Romains identifièrent le dieu Penn avec Jupiter à qui ils érigèrent une statue.[réf. nécessaire] Le col prit alors le nom de col du Mont-Joux, et Penn donna son nom au massif, les Alpes pennines.[réf. nécessaire] L'antique voie romaine existe toujours, elle longe en contre-bas l'actuelle route d'accès au col. Le col est le point culminant et l'un des passages les plus difficiles de la Via Francigena, chemin de pèlerinage menant à Rome, dont l'itinéraire le plus ancien est donné par Sigéric, en 990 ; ce dernier n'a pas dormi sur le col, mais à Bourg-Saint-Pierre, puis à Saint-Rhémy-en-Bosses.

Moyen Âge

Le col du Mont-Joux, lieu de passage privilégié des commerçants et des pèlerins, était le lieu de nombreux brigandages, notamment des Sarrasins qui occupaient la région depuis un demi-siècle. Saint-Bernard de Menthon, qui eut pitié des malheureux qui y mouraient régulièrement, obtint de l'évêque d'Aoste qu'une expédition délivre le lieu des brigands et que l'hospice détruit soit reconstruit (en l'an 968) pour héberger et secourir les voyageurs. C'est ainsi qu'en reconnaissance le col prit par la suite le nom de son bienfaiteur. L'Hospice fut ensuite placé sous la juridiction de l'évêque de Sion, préfet et comte du Valais. Cette particularité explique le fait que l'intégralité du col se situe aujourd'hui en territoire suisse. Ce col fut l'un des passages principaux des Alpes jusqu'au XIVe siècle et l'aménagement du col du Saint-Gothard. Le col du Grand-Saint-Bernard est maintenant connu pour son hospice et ses chiens homonymes.

XVIIIe et XIXe siècles

Bonaparte y passa en mai 1800. Le peintre David immortalisa cet instant dans une œuvre artistique majeure : Le Premier Consul franchissant les Alpes au col du Grand-Saint-Bernard où il représente un Bonaparte monté sur un cheval fougueux, alors qu'en réalité il montait un mulet, bête jugée plus sûre pour les sentiers de haute-montagne.

Époque contemporaine

La route carrossable, tracée en 1905 et ayant une déclivité de 9 %, n'est praticable que lorsque la neige a suffisamment fondu, à la belle saison. Elle est doublée par un tunnel routier payant de 5 850 mètres creusé en 1964, qui abrite la route européenne E27. La route d'accès au tunnel est couverte, l'entrée nord, côté Valais se situe à 1 918 mètres d'altitude et l'entrée sud, côté Val d'Aoste à 1 875 mètres, la liaison transalpine est donc praticable toute l'année.

Pratique sportive

Randonnée

Cyclisme

Col du Grand-Saint-Bernard - Vue sur la partie italienne.

Le col du Grand-Saint-Bernard a été franchi à 5 reprises par le Tour de France. Il a été classé en 1re catégorie puis en hors-catégorie en 2009, où il a constitué le point culminant de la course lors de la 16e étape et a été enchaîné pour la première fois depuis 1963 avec le col du Petit-Saint-Bernard. Voici les coureurs qui ont franchi le col en tête[1] :

Annexes

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Commons-logo.svg

Notes et références

  • Portail de la Vallée d’Aoste Portail de la Vallée d’Aoste
  • Portail de la montagne Portail de la montagne
  • Portail des transports Portail des transports
  • Portail du Valais Portail du Valais
Ce document provient de « Col du Grand-Saint-Bernard ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Col Du Grand-Saint-Bernard de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.