Codex Amiatinus


Codex Amiatinus
Portrait d'Ezra, folio 5r du Codex Amiatinus.

Le Codex Amiatinus est le plus célèbre manuscrit de la Bible en latin (Vulgate), remarquable comme meilleur témoin du vrai texte de saint Jérôme et comme magnifique spécimen de calligraphie, actuellement conservé à Florence dans la Bibliotheca Laurentiana (Cat. Sala Studio 6).

Son symbole est écrit am ou A (Wordsworth). Il est préservé dans un volume énorme, mesurant 50,5 cm sur 34 cm, et épais de 15 cm — si imposant, comme Hort le présente, qu'il impressionne le spectateur avec un sentiment apparenté à la crainte. Certains le considèrent, comme White, comme peut-être le "livre le plus précieux dans le monde" ; cependant il existe par ailleurs plusieurs manuscrits qui sont admirablement écrits, comme le Livre de Kells ou les Évangiles de Lindisfarne, avec des ornements exquis dont l'Amiatinus est exempt.

Il contient 1029 feuilles de vélin fort et lisse, d'aspect frais en dépit de leur grande antiquité, disposées en feuille de papier de quatre feuilles, ou quaternions. Il est écrit en caractère oncial, grand, clair, régulier, et beau, deux colonnes par page, et 43 ou 44 lignes par colonne. Un peu d'espace est souvent laissé entre les mots, mais l'écriture est en général continue. Le texte est divisé en sections, ce qui correspond dans les Évangiles aux sections d'Ammonian. Il n'y a aucune marque de ponctuation, mais le lecteur habile est guidé dans la lecture par stichometric, ou comme-vers, arrangement dans le coda et commata, qui délimitent grossièrement les prépositions principales et dépendantes d'une phrase. Cette façon d'écrire à la pointe à tracer est censée avoir été modelé sur la grande Bible de Cassiodorus, mais elle remonte peut-être même à Saint Jérôme.

À l'origine trois copies de la bible ont été commissionnées auprès de Ceolfrid en 692. Cette date a été établie d'après les monastères de Wearmouth et Jarrow, qui ont obtenu une concession de terre additionnelle pour augmenter le bétail de 2000 têtes, requises pour produire le vélin. Bède a été très probablement impliqué dans la compilation. Ceolfrid a accompagné une copie prévue comme cadeau au pape Grégoire II, mais il est mort sur la route vers Rome. Le livre paraît plus tard dans le IXe siècle à l'Abbaye San Salvatore installée sur le flanc est du Mont Amiata près de Sienne (par conséquent Amiatinus) où il est resté jusqu'en 1786, date à laquelle il est transféré à la Bibliothèque laurentienne. La page de dédicace avait été changée et le bibliothécaire Angelo Maria Bandini a proposé que l'auteur ait pu être Servandus, un disciple de Benoît de Nursie, et qu'il a été produit au Mont Cassin aux alentours de 540. Cette hypothèse a été acceptée pendant le siècle suivant, l'établissant comme copie la plus ancienne de la Vulgate, mais des chercheurs en Allemagne ont remarqué sa similitude aux textes du IXe siècle. En 1888 G.b. de Rossi a établi que le codex était lié aux bibles mentionnées par Bède. Ceci a également établi qu'Amiatinus a un lien avec le fragment de la bible de Greenleaf conservée à la British Library. Bien que l'attribution de de Rossi ait fait perdre 150 ans à l'estimation de l'âge du codex, il est resté la version la plus ancienne du Vulgate. Une copie du IXe siècle du codex Amiatinus est la bible personnelle du pape.

Sources


Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Codex Amiatinus de Wikipédia en français (auteurs)