Cocteau


Cocteau

Jean Cocteau

Jean Cocteau
Jean Cocteau par Modigliani, 1919.
Jean Cocteau par Modigliani, 1919.
Nom de naissance Maurice Eugène Clément Jean Cocteau
Naissance 5 juillet 1889
Maisons-Laffitte
Décès 11 octobre 1963 (à 74 ans)
Milly-la-Forêt
Nationalité France France
Activité(s) Peintre, cinéaste, poète
Mouvement artistique Art déco, surréalisme

Jean Cocteau, né le 5 juillet 1889 à Maisons-Laffitte, mort le 11 octobre 1963 à Milly-la-Forêt, est un poète français, artiste aux multiples talents, graphiste, dessinateur, auteur de théâtre, mais aussi cinéaste.

Il fut élève au lycée Condorcet et fut élu à l'Académie française en 1955.

Il compte parmi les artistes qui ont marqué leur époque et côtoya la plupart de ceux qui animèrent la vie artistique de son époque.

Sommaire

Biographie

Jeunes années

Le programme du ballet « Parade » en 1920

Jean Cocteau est né à Maisons-Laffitte dans une famille bourgeoise de Paris. Son père, avocat et peintre amateur, se suicide lorsque Cocteau a neuf ans.

Dès l'âge de quinze ans, Cocteau quitte le cocon familial. Il manifeste peu d'intérêt pour les études et n'obtient pas son baccalauréat. En dépit de ses œuvres littéraires et de ses talents artistiques, Cocteau insiste sur le fait qu'il est avant tout un poète et que tout travail est poétique.

Il publie son premier livre de poèmes, « La Lampe d'Aladin », à 20 ans (1909) et devient alors connu dans les cercles artistiques bohémiens comme le "prince frivole". C'est sous ce titre qu'il publie à 21 ans, en 1910, son second recueil de poèmes. Edith Wharton le décrit comme un homme pour qui « chaque grande ligne de la poésie était un lever de soleil, chaque coucher du soleil la base de la ville merveilleuse...» Dans les années 1920, Cocteau s'associe avec Marcel Proust, André Gide et Maurice Barrès. Il est également fasciné par le maître des ballets russes, Serge de Diaghilev.

De sa collaboration avec l'artiste russe naît « Parade », ballet produit en 1917 par Diaghilev, avec des décors de Pablo Picasso et une musique composée par Erik Satie. Cette œuvre inspire à Guillaume Apollinaire le néologisme de surréalisme, repris ensuite par André Breton et Philippe Soupault pour la création du mouvement culturel que l'on connaît. Cocteau a une grande influence sur le travail des autres, dans le groupe même composé par ses amis : « Les Six ».

Amitié avec Raymond Radiguet

En 1919, il rencontre le poète Raymond Radiguet. Les deux collaborateurs entreprennent beaucoup de voyages ensemble, Cocteau étant exempté du service militaire. En admiration devant le grand travail littéraire de Radiguet, Cocteau promeut les travaux de son ami dans son cercle artistique, et s'arrange pour faire publier par Grasset Le Diable au corps (une histoire en grande partie autobiographique sur le rapport adultère entre une femme dont le mari est au front et un homme plus jeune), exerçant son influence pour recueillir le prix littéraire du "Nouveau Monde" pour le roman.

En 1921, il collabore avec le Groupe des Six pour le livret argumentaire des Mariés de la Tour Eiffel, œuvre collective qui lance la nouvelle génération musicale en France dans le sillage d'Erik Satie qui en est le mentor.

La réaction de Cocteau à la mort soudaine de Radiguet, en 1923, crée un désaccord avec certains proches qui déclarent qu'il l'a laissé désespéré, découragé et en proie à l'opium. Cocteau n'aurait même pas assisté à l'enterrement. Mais Cocteau n'assiste généralement pas aux enterrements. L'auteur quitte alors aussitôt Paris avec Diaghilev pour une représentation de "les Noces" par les Ballets russes à Monte-Carlo. Cocteau, lui-même, qualifie beaucoup plus tard sa réaction comme une "réaction de stupeur et de dégoût".

Son penchant pour l'opium à cette époque-là, Cocteau l'explique comme un simple hasard lié à la liaison fortuite qu'il vit avec Louis Laloy, le directeur de l'Opéra de Monte-Carlo. La dépendance de Cocteau envers l'opium et ses efforts pour s'arrêter changent profondément son modèle littéraire.

Son livre le plus notable, Les Enfants Terribles, est écrit en une semaine lors de son laborieux sevrage.

Maturité

Jean Marais en 1949

Dans les années 1930, Cocteau aurait eu une liaison avec la princesse Nathalie Paley, fille morganatique d'un grand duc de Russie, elle-même modiste, actrice ou modèle et ancienne épouse du couturier Lucien Lelong. Elle tombe enceinte, mais la grossesse ne peut être menée à son terme, ce qui plonge Cocteau et Paley dans un profond désarroi.

Cocteau entretient ensuite une relation de longue durée avec deux acteurs français, Jean Marais et Edouard Dermit, ce dernier officiellement adopté par Cocteau.

Il aurait entretenu une relation avec Panama Al Brown (en), un boxeur dont il prend en charge la carrière à un moment donné.

En 1940, Le Bel Indifférent, une pièce de Cocteau écrite pour Édith Piaf, est un énorme succès. Il travaille également avec Picasso et Coco Chanel sur plusieurs projets, est l'ami de la majeure partie de la communauté européenne des artistes, et lutte contre son penchant pour l'opium durant la plus grande partie de sa vie d'adulte. Alors qu'il est ouvertement homosexuel, il a quelques aventures brèves et compliquées avec des femmes. Son travail recèle de nombreuses critiques contre l'homophobie.

Jean Cocteau joue un rôle ambigu durant la Seconde Guerre mondiale, les résistants l'accusent de collaboration avec les Allemands, une partie de son passé (1939-1944) reste mystérieuse.[1]

Chapelle Saint-Pierre à Villefranche-sur-Mer décorée par Jean Cocteau
Chapelle Sainte-Blaise des Simples de Milly-la-Forêt, où est enterré Jean Cocteau

Cocteau est d'ordinaire assez réservé quant à l'affirmation de son engagement politique. Pendant l'Occupation, il fait montre d'un certain pacifisme ("L'honneur de la France, écrit-il dans son Journal du 5 mai 1942, sera peut-être, un jour, d'avoir refusé de se battre"), mais surtout, il n'hésite pas à accueillir Arno Breker, sculpteur officiel du IIIème Reich, lors de son exposition à Paris, pendant l'été 1942.


« L'Allemagne nazie n'est pas non plus sans le séduire, surtout son chef, dont il se fait une représentation qu'il faut placer au musée des Hitler imaginaires. (...) Il est fasciné par l'idée du chef-artiste, politique tout-puissant en même temps que mécène et protecteur des arts, à la fois Napoléon et poète ("Chez Hitler, c'est le poète qui échappait à ces âmes de pions", écrit-il en parlant des dirigeants français de l'avant-guerre). »

— Philippe Burrin, La France à l'heure allemande, Seuil, 1995, p. 352.

En 1941 la décision du Préfet de police, d'interdire sa Machine à écrire est annulée par la Propaganda Abteilung, soucieuse de ne pas trop museler la muse française. Reste qu'à la Libération, il est rapidement acquitté par le Comité national du cinéma et le Comité national des écrivains, comités d'épuration devant lesquels il comparaît pour collaboration.

Les films de Cocteau, dont il écrit et dirige la majeure partie, sont particulièrement importants pour avoir introduit le surréalisme dans le cinéma français, et influencent, dans une certaine mesure, le genre français de la Nouvelle Vague.

Quelques immenses succès firent passer pour toujours Cocteau à la postérité : Les Enfants terribles (roman), Les Parents terribles (pièce de théâtre de 1938), La Belle et la Bête (film de 1946). Devenu une référence cinématographique, il préside le Festival de Cannes de 1953, puis celui de 1954.

En 1960, l'artiste tourne Le Testament d'Orphée avec le soutien financier de François Truffaut.

En octobre 1963, apprenant le décès de son amie Édith Piaf, Cocteau est pris d'une crise d'étouffement, et succombe quelques heures plus tard d’une crise cardiaque dans sa demeure de Milly-la-Forêt le 11 octobre 1963 à 74 ans.

Il est enterré dans la Chapelle Saint-Blaise-des-Simples à Milly-la-Forêt (Essonne); sur sa tombe, cette épitaphe : Je reste avec vous.


Portrait par un écrivain contemporain :

"Que de Picasso restés en route ! Jean Cocteau, déjà loin de ses poèmes vénitiens de 1909, risquait un saut qui, pour tout autre, eut été périlleux; il retombait sur ses pieds, toujours. Plus applaudi que jamais, il était partout à la fois; il ne pouvait manquer le train puisqu'il courait devant la locomotive; à la pointe de tout, du piquant des métaphores au bec de la plume, grâce à ses formules-flèches il s'installait dans l'aigu; son menton interrogeant, son regard en tournevis, les doigts en vrille, il vivait "au bout de lui-même". Se reposer eut été s'émousser (...) Lui seul pouvait dormir en dansant, sur les pointes".

Paul Morand, "Venises" (Gallimard, 1971, p.93).

Œuvres

Œuvres littéraires

Poésie
  • 1909 : La Lampe d'Aladin
  • 1910 : Le Prince frivole
  • 1912 : La Danse de Sophocle
  • 1919 : Ode à Picasso - Le Cap de Bonne-Espérance
  • 1920 : Escale - Poésies (1917-1920)
  • 1922 : Vocabulaire
  • 1923 : La Rose de François - Plain-Chant
  • 1925 : Cri écrit
  • 1926 : L'Ange Heurtebise
  • 1927 : Opéra
  • 1934 : Mythologie
  • 1939 : Énigmes
  • 1941 : Allégories
  • 1945 : Léone
  • 1946 : La Crucifixion
  • 1948 : Poèmes
  • 1952 : Le Chiffre sept - La Nappe du Catalan (en collaboration avec Georges Hugnet)
  • 1953 : Dentelles d'éternité - Appoggiatures
  • 1954 : Clair-obscur
  • 1958 : Paraprosodies
  • 1961 : Cérémonial espagnol du Phénix - La Partie d'échecs
  • 1962 : Le Requiem
  • 1968 : Faire-Part (posthume)
Romans
  • 1919 : Le Potomak (édition définitive 1924)
  • 1923 : Le Grand Écart - Thomas l'imposteur
  • 1928 : Le Livre blanc
  • 1929 : Les Enfants terribles
  • 1940  : La Fin du Potomak
Théâtre et musique
Poésie et critique
  • 1918 : Le Coq et l'Arlequin
  • 1920 : Carte blanche
  • 1922 : Le Secret professionnel
  • 1926 : Le Rappel à l'ordre - Lettre à Jacques Maritain
  • 1930 : Opium
  • 1932 : Essai de critique indirecte
  • 1935 : Portraits-Souvenir
  • 1937 : Mon Premier voyage (Tour du monde en 80 jours)
  • 1943 : Le Greco
  • 1947 : Le Foyer des artistes - La Difficulté d'être
  • 1949 : Lettres aux Américains - Reines de la France
  • 1951 : Jean Marais - Entretiens autour du cinématographe (avec André Fraigneau)
  • 1952 : Gide vivant
  • 1953 : Journal d'un inconnu. Démarche d'un poète
  • 1955 : Colette (discours de réception à l'Académie royale de Belgique) - Discours de réception à l'Académie française
  • 1956 : Discours d'Oxford
  • 1957 : Entretiens sur le musée de Dresde (avec Louis Aragon) - La Corrida du 1er mai
  • 1959 : Poésie critique I
  • 1960 : Poésie critique II
  • 1962 : Le Cordon ombilical
  • 1963 : La Comtesse de Noailles, oui et non
  • 1964 : Portrait souvenir (posthume ; entretien avec Roger Stéphane)
  • 1965 : Entretiens avec André Fraigneau (posthume)
  • 1973 : Jean Cocteau par Jean Cocteau (posthume ; entretiens avec William Fielfield)
  • 1973 : Du cinématographe (posthume). Entretiens sur le cinématographe (posthume)
  • Poésie de journalisme 1935-1938 (posthume)

Œuvres cinématographiques

Réalisateur
Scénariste
Dialoguiste
Directeur de la photographie

Poésies graphiques

  • 1924 : Dessins
  • 1925 : Le Mystère de Jean l'oiseleur
  • 1926 : Maison de santé
  • 1929 : 25 dessins d'un dormeur
  • 1935 : Soixante dessins pour [Les Enfants terribles]
  • 1941 : Dessins en marge du texte des Chevaliers de la Table ronde
  • 1948 : Drôle de ménage
  • 1957 : La Chapelle Saint-Pierre, Villefranche-sur-Mer
  • 1958 : La Salle des mariages, hôtel de ville de Menton - La Chapelle Saint-Pierre (lithographies)
  • 1959 : Gondol des morts
  • 1960 : Chapelle Saint-Blaise-des-Simples, Milly-la-Forêt
  • Années 1960 : Vitraux de l'Église Saint-Maximin de Metz

Enregistrements discographiques

  • Colette par Jean Cocteau, discours de réception à l'Académie Royale de Belgique, Ducretet-Thomson 300 V 078 St.
  • Les Mariés de la Tour Eiffel et Portraits-Souvenir, La Voix de l'Auteur LVA 13
  • Plain-chant par Jean Marais, extraits des pièces Orphée par Jean-Pierre Aumont, Michel Bouquet, Monique Mélinand, Les Parents terribles par Yvonne de Bray et Jean Marais, L'Aigle à deux têtes par Edwige Feuillère et Jean Marais, L'Encyclopédie Sonore 320 E 874, 1971
  • Coffret 3 vinyles Jean Cocteau comprenant La Voix humaine par Simone Signoret, 18 chansons composées par Louis Bessières par Bee Michelin et Renaud Marx, au double-piano Paul Castanier, Le Discours de réception à l'Académie Française, Jacques Canetti JC1, 1984
  • Derniers propos à bâtons rompus avec Jean Cocteau, 16/09/1963 à Milly-la-Forêt, Bel Air 311035
  • Les Enfants terribles, version radio avec Jean Marais, Josette Day, Silvia Monfort et Jean Cocteau, CD Phonurgia Nova ISBN 2-908325-07-1, 1992
  • Anthologie, 4 CD comprenant nombreux poèmes et textes dits par l'auteur, Anna la bonne, La Dame de Monte-Carlo et Mes sœurs, n'aimez pas les marins par Marianne Oswald, Le Bel indifférent par Édith Piaf, La Voix humaine par Berthe Bovy, Les Mariés de la Tour Eiffel avec Jean Le Poulain, Jacques Charon et Jean Cocteau, le discours de réception à l'Académie Française, des extraits des pièces Les Parents terribles, La Machine infernale, des pièces de Parade au piano à quatre mains par Georges Auric et Francis Poulenc, Frémeaux & Associés FA 064, 1997
  • Poèmes de Jean Cocteau dits par l'auteur, CD EMI 8551082, 1997
  • Hommage à Jean Cocteau, mélodies d'Henri Sauguet, Arthur Honegger, Louis Durey, Darius Milhaud, Erik Satie, Jean Wiener, Max Jacob, Francis Poulenc, Maurice Delage, Georges Auric, Guy Sacre, par Jean-François Gardeil (baryton) et Billy Eidi (piano), CD Adda 581177, 1989
  • Le Testament d'Orphée, journal sonore, par Roger Pillaudin, 2 CD INA / Radio France 211788, 1998

Journaux

Timbre postal

Regards sur sa vie et son œuvre

Avis

  • Saïd Taghmaoui (1998) : « Il a la grâce, le cynisme et l'intelligence de tirer les choses vers lui sans les briser, tout en les froissant; comme les philosophes arabes. Il fait une boucle sur lui-même, plus vite que les autres, et puis une boucle pour le plaisir de narguer ceux qu'il a dépassés. »

Récompenses et distinctions

En 1955, Cocteau était membre de l'Académie française et de l'Académie royale de Belgique.

Dans sa vie, Cocteau fut commandeur de la Légion d'honneur, membre de l'Académie Mallarmé, de l'Académie allemande, de l'American Academy, de la Mark Twain Academy, président d'honneur du Festival du film de Cannes, président d'honneur de l'Association France-Hongrie, Président de l'Académie du jazz et de l'Académie du Disque.

Ouvrages sur Jean Cocteau

  • Claude Arnaud, Jean Cocteau
  • Marie Jemma-Jejcic, Jean Cocteau ou l'énigme du désir. Ce que le poète apprend au psychanalyste, Editions Eres, 2006, 304 p. - ISBN 2-7492-0615-4
  • Monique Lange, Cocteau Prince sans royaume
  • André Fraigneau, Cocteau
  • Jean Marais, Histoires de ma vie
  • Jean Marais, l'Inconcevable Jean Cocteau
  • Nicole Vaillant Dubus, À toi, Jean Cocteau : poète de l'Europe. Colomars : Mélis éditeur, coll. « Lettre à... », 2003. 32 p., 21 cm. – ISBN 2-914333-51-X
  • Ahmed Youssef, Cocteau l'Egyptien, La tentation orientale de Jean Cocteau, Monaco, Editions du Rocher, 2001, 192p.
  • Carole Weisweiller, Jean Cocteau, les années Francine, 1950- 1963, Seuil, 2003 (ISBN 978-2020614023)

Musée

Buste en bronze de Jean Cocteau par le sculpteur Jacques Gestalder. Ce buste est érigé au musée Jean Cocteau à Menton depuis octobre 1969 et à l'Institut de France depuis novembre 2008
  • Plus de 1 500 œuvres représentant 7,5 millions d'euros ont été offertes à la ville de Menton par le collectionneur américain Severin Wunderman.

La ville qui abrite déjà le musée Jean Cocteau compte ouvrir un musée dédié à l'artiste qui a aussi décoré la salle de mariages de la Mairie de Menton.

Il a dessiné et peint "à fresque" les murs de la villa "Santo Sospir" afin de remercier de l'hospitalité que lui offrirent de 1950 à 1963 ses amis Alec Weisweiller - richissime héritier de la société Shell - et son épouse Francine Worms, à Saint-Jean-Cap-Ferrat, où il fit venir entre autres célébrités Picasso et Chaplin, et où Jean Marais s'initia à la peinture à l'huile ainsi que la Chapelle des Marins de Villefranche-sur-Mer. En son honneur, Francine Weisweiller avait baptisé son yacht "Orphée II".


Notes & Sources

  1. Emmanuelle Retaillaud-Bajac, "Les démons de Jean Cocteau", Magazine L'Histoire, n° 279, Septembre 2003.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Commons-logo.svg

Wikisource-logo.svg

Wikisource propose un ou plusieurs textes écrits par Jean Cocteau.


Précédé par
Jérôme Tharaud
Fauteuil 31 de l’Académie française
1955-1963
Suivi par
Jacques Rueff
  • Portail du théâtre Portail du théâtre
  • Portail LGBT Portail LGBT
  • Portail du cinéma Portail du cinéma
  • Portail de la réalisation audiovisuelle Portail de la réalisation audiovisuelle
  • Portail de la poésie Portail de la poésie

Ce document provient de « Jean Cocteau ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cocteau de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • COCTEAU (J.) — Le 11 octobre 1963 avait lieu, à Cuverville, la vente aux enchères de la bibliothèque de Gide. Le même jour, à Milly la Forêt, une crise cardiaque terrassait Jean Cocteau. L’avenir n’aura pas de peine à voir là la fin d’une époque, que Cocteau… …   Encyclopédie Universelle

  • Cocteau —   [kɔk to], Jean, französischer Schriftsteller, * Maisons Laffitte (bei Paris) 5. 7. 1889, ✝ Milly la Forêt (bei Paris) 11. 10. 1963; trat u. a. auch als Dramaturg, Filmregisseur, Grafiker, Maler, Choreograph und Kostümbildner hervor. Er nahm… …   Universal-Lexikon

  • Cocteau — Cocteau, Jean …   Enciclopedia Universal

  • Cocteau — (Jean) (1889 1963) écrivain français. Poète, romancier (les Enfants terribles, 1929), dramaturge (les Parents terribles, 1938), cinéaste (le Sang d un poète, 1930; la Belle et la Bête, 1946; Orphée, 1950), il fut aussi dessinateur et peintre.… …   Encyclopédie Universelle

  • Cocteau — Le nom est surtout porté dans la Marne. Variante : Cocteaux. C est un diminutif de Coquet (= jeune coq, surnom probable d un individu prétentieux ou coureur de jupons) …   Noms de famille

  • Cocteau — (izg. koktȍ), Jean (1889 1963) DEFINICIJA francuski pjesnik, libretist, romanopisac, dramski pisac, glumac, filmski scenarist i režiser, slikar, ilustrator svojih knjiga, dekorater palača i crkava; »univerzalni artist« raznih pravaca moderne… …   Hrvatski jezični portal

  • Cocteau — [kō̂k tō′] Jean [zhän] 1889 1963; Fr. poet, novelist, playwright, and film writer and director …   English World dictionary

  • Cocteau — Amedeo Modigliani: Porträt von Jean Cocteau, Öl auf Leinwand, um 1907/1920 Jean Cocteau (* 5. Juli 1889 in Maisons Laffitte bei Paris; † 11. Oktober 1963 in …   Deutsch Wikipedia

  • Cocteau — noun French writer and film maker who worked in many artistic media (1889 1963) • Syn: ↑Jean Cocteau • Instance Hypernyms: ↑writer, ↑author, ↑film maker, ↑filmmaker, ↑film producer, ↑movie maker …   Useful english dictionary

  • Cocteau — biographical name Jean 1889 1963 French author & artist …   New Collegiate Dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.