Claude Pouillet


Claude Pouillet
Claude Pouillet
Image illustrative de l'article Claude Pouillet
Naissance 16 février 1790
Cusance (France)
Décès 14 juin 1868 (à 78 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau de la France France
Institution École normale, collège royal Bourbon, Faculté des sciences de Paris, Conservatoire national des arts et métiers
Diplômé de Faculté des sciences de Paris (Ecole normale)
Renommé pour Loi de Pouillet

Claude Servais Mathias Marie Roland Pouillet, né à Cusance (Doubs) le 16 février 1790 et mort à Paris le 14 juin 1868, est un physicien français.

Sommaire

Biographie

Fils d'un papetier, Claude Pouillet fait ses études secondaires au lycée de Besançon. Il devient en 1809 régent de mathématiques au collège de Tonnerre, puis fait, de 1811 à 1813, des études supérieures scientifiques à l'École normale[1], où il a comme répétiteur de physique et histoire naturelle Guersent puis Antoine Thillaye, et à la faculté des sciences de Paris, où il suit les premiers cours de physique de Gay-Lussac. Il enseigne ensuite la physique et l'histoire naturelle à l'Ecole normale, comme répétiteur de 1813 à 1815, puis comme maître de conférences de 1815 à 1822, date de la fermeture de l'école. Il est suppléant d'Alexis Thérèse Petit au collège royal Bourbon de 1817 à 1819 puis titulaire de la chaire de physique de 1819 à 1829, où il est remplacé par Joseph Cazalis. Pierre-Henri Blanchet est nommé agrégé auprès de lui en 1825. Pouillet devient également professeur de physique des enfants de Louis-Philippe en 1827 et enseigna à l'Athénée de Paris. Jean Thiébault Silbermann devint son préparateur à partir de 1825.

Il devient suppléant de Biot et Gay-Lussac à la faculté des sciences de Paris (1818?), puis professeur adjoint (1827) et enfin professeur titulaire de la chaire de physique (1838) après le décès de Dulong. Il y fut suppléé par Babinet. A la suite du coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte il refuse de prêter serment en 1852 et quitte la chaire de la faculté des sciences en étant mis à la retraite d'office.

Nommé examinateur d'admission pour l'École polytechnique en 1818, il succède brièvement à Pierre Louis Dulong à la chaire de physique de l'école de 1830 à 1831, démissionnant pour raison de santé.

En 1829 il devient professeur titulaire de la nouvelle chaire de physique appliquée aux arts au Conservatoire royale des arts et métiers. Il en est nommé également démonstrateur de machines et directeur adjoint puis administrateur par ordonnance du 9 novembre 1831. En 1849 il est révoqué suite à l'envahissement du Conservatoire lors de l'insurrection du 13 juin.

Élu membre de l'Académie des sciences en 1837, il devient la même année député (orléaniste) du Jura (arrondissement de Poligny), siège qu'il conserve jusqu'en 1848. Il fut également conseiller ordinaire au Conseil royal de l'Université et membre du conseil de la Société d'encouragement pour l'industrie (Comité des arts économiques).

Ses travaux

Entre 1837 et 1838, il réalise grâce à l'invention du pyrhéliomètre les premières mesures quantitatives de la chaleur émise par le soleil. La valeur qu'il obtient pour la constante solaire est de 1228 W/m², valeur assez proche de l'estimation actuelle, qui est de 1367 W/m². Selon la loi de Dulong et Petit, il estime la température du soleil autour de 1800 °C. Cette valeur fut réévaluée à 5430 °C en 1879 par Joseph Stefan.

Ses principaux travaux portent sur la compressibilité des gaz et surtout sur les lois expérimentales relatives à l'intensité du courant électrique dans un circuit fermé. En 1825, il invente la boussole des tangentes pour pouvoir mesurer des courants puissant. Il a su également préciser la notion de résistance électrique et montrer que les générateurs sont composés d'une force électromotrice pure et d'une résistance intérieure. On lui doit la loi de Pouillet, déduite de manière expérimentale.

Principales publications

  • Mémoire sur l'électricité des fluides élastiques et sur une des causes de l'électricité de l'atmosphère (1828)
  • Éléments de physique expérimentale et de météorologie (1827) [1], [2]
  • Leçons de physique de la Faculté des sciences de Paris, recueillies et rédigées par M. Grosselin, (22 mars 1828 au 29 juillet 1828) Volume II: magnétisme, électricité, galvanisme, électro-magnétisme, acoustique, optique [3]
  • Mémoire sur la chaleur solaire, sur les pouvoirs rayonnants et absorbants de l'air atmosphérique et sur la température de l'espace (1838)
  • Notions générales de physique et de météorologie à l'usage de la jeunesse (1850)
  • Mémoire sur la densité de l'alcool ; sur celle des mélanges alcooliques ; sur un nouveau mode de graduation de l'aréomètre à degrés égaux (1859)
  • Mémoire sur la position des pôles dans l'intérieur des barreaux aimantés et sur la mesure absolue des forces magnétiques (1859)

Notes et références

  1. Il y est admis en 1809 mais du fait de la réorganisation de l'école, qui admet ses premiers élèves fin décembre 1810, il ne peut y entrer que deux ans plus tard.

Annexes

Bibliographie

  • Ma bibliothèque française de Hector Bossange, page 358
  • La détermination de la constante solaire par Claude Matthias Pouillet, de J-L Dufresne, La météorologie, No. 60, pp. 36-43, février 2008. texte
  • Histoire du Lycée Bonaparte (College Bourbon) de Lefeuve (Charles), page 91
  • Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours de Hoefer (Jean Chrétien Ferdinand), page 921
  • Bulletin des lois de France, 1837
  • Almanach royal, 1830, page 211
  • Dictionnaire encyclopédique de la France de Philippe Le Bas
Précédé par Claude Pouillet Suivi par
Pierre Louis Dulong
Chaire de physique I de la Faculté des sciences de Paris
Paul Desains
Pierre Louis Dulong
Chaire de physique I de l'École polytechnique
César Despretz

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Claude Pouillet de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Claude Pouillet — Claude Pouillet. Nacimiento 16 de febrero 1791 Cusance, Doubs ( …   Wikipedia Español

  • Claude Pouillet — Claude Servais Mathias Pouillet. Claude Servais Mathias Pouillet (February 16, 1791–June 14, 1868) was a French physicist and a professor of physics at the Sorbonne and member of the French Academy of Science. Pouillet was born in Cusance, Doubs …   Wikipedia

  • Rue Claude-Pouillet — 17e arrt …   Wikipédia en Français

  • Pouillet — Claude Pouillet Claude Pouillet Naissance 16 février 1790 Cusance (France) Décès 14 juin 1868 Paris (France) …   Wikipédia en Français

  • Pouillet — Claude Servais Mathias Pouillet. Claude Servais Mathias Pouillet (* 16. Februar 1791 in Cusance, Département Doubs; † 14. Juni 1868 in Paris) war ein französischer Physiker. Pouillet besuchte ab 1811 die …   Deutsch Wikipedia

  • Claude Servais Mathias Pouillet — Claude Servais Mathias Pouillet. Claude Servais Mathias Pouillet (* 16. Februar 1791 in Cusance, Département Doubs; † 14. Juni 1868 in Paris) war ein französischer Physiker. Pouillet besuchte ab 1811 die …   Deutsch Wikipedia

  • Claude Servais Mathias Pouillet — (February 16, 1791 ndash;June 14, 1868) was a French physicist.Pouillet was born in Cusance, Doubs, France.Between 1837 and 1838 he made, independently of John Frederick William Herschel (1792 1871), the first quantitative measurements of the… …   Wikipedia

  • Pouillet — (spr. pujä), Claude Servais Matthias, Physiker, geb. 16. Febr. 1790 in Cusance (Doubs), gest. 14. Juni 1868 in Paris, ward nach dem Besuch der Normalschule in Paris Repetent und Maître de conférences an dieser Anstalt, dann Professor der Physik… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Pouillet — (spr. puĭjeh), Claude Servais Matthias, franz. Physiker, geb. 16. Febr. 1791 zu Cuzance (Doubs), 1831 51 Direktor des Konservatoriums der Künste und Gewerbe zu Paris, gest. das. 14. Juni 1868, bes. bekannt durch seine »Eléments de physique« (7.… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Pouillet —   [pu jɛ], Claude Servais Mathias, französischer Physiker, * Cusance (Département Doubs) 16. 2. 1790, ✝ Paris 13. 6. 1868; Professor in Paris; erfand 1837 die Tangentenbussole zur Strommessung sowie ein Pyrheliometer und ein Aktinometer zur… …   Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.