Claude De Forbin


Claude De Forbin

Claude de Forbin

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Forbin.
Claude de Forbin-Gardanne

Claude, chevalier puis comte de Forbin (né à Gardanne, près d'Aix-en-Provence le 6 août 1656 - mort le 4 mars 1733), est un marin français du Grand Siècle.

Sommaire

Biographie

Ayant perdu son père à l'âge de sept ans, Claude de Forbin est destiné par sa mère au service de l'Église. Son oncle, commandeur de Gardanne et capitaine de galère, la convainc de le laisser s'engager dans la marine, sous le comte d'Estrées en Amérique. Avec une intrépidité devenue légendaire, il participe, entre autres, à la campagne de Messine (1675).

En 1678, la France est en paix, et Forbin sert un temps dans une compagnie de mousquetaires, commandée par un autre de ses oncles, le bailli de Forbin. Mais le bouillant chevalier s'accommode mal de la discipline, et décide de se rendre à Toulon pour embarquer. C'est là qu'au cours d'un duel, il tue le chevalier de Gourdon. Jugé par le parlement d'Aix, il est condamné à avoir la tête tranchée. Grâce à l'intervention du cardinal de Janson, un autre oncle, il est gracié.

De nouveau sous les ordres du comte d'Estrées il fait la campagne des Antilles (1680) et sous Abraham Duquesne, comme lieutenant de vaisseau, il fait la campagne d'Afrique et participe au bombardement d'Alger (1682).

En 1685, il accompagne l'ambassadeur de France auprès du roi de Siam. L'expédition dure deux années. Lorsqu'il rentre la France est de nouveau en guerre. Il reçoit alors le commandement d'une frégate, avec laquelle il a pour mission de seconder Jean Bart dans ses luttes contre les Anglais. Ils sont tous deux faits prisonniers à Plymouth d'où ils s'évadent. Il combat sous les ordres de Tourville : victoire de Lagos, croisière dans l’Atlantique, au Levant, siège de Barcelone. Chargé de faire respecter la neutralité de Venise, il détruit un vaisseau anglais dans la rade de Venise, puis effectue une croisière en mer Blanche.

Élevé au rang de comte et promu chef d'escadre en 1707 après une sanglante victoire remportée sur les mêmes ennemis dans la mer du Nord, il se signale avec Duguay-Trouin au combat du cap Lizard, les deux hommes se disputant l'attribution de la victoire.

Chargé en 1708 de conduire à Édimbourg le chevalier de Saint-Georges, il ne peut y réussir et, comme on le rend responsable de cet échec, il démissionne en 1710. Il se retire au château de Saint-Marcel, à Marseille, où il meurt le 11 mars 1733.

Ses Mémoires, publiés à Amsterdam en 1730, ont été rédigés sur ses notes par Simon Reboulet. Le Voyage du comte de Forbin à Siam est extrait de ses Mémoires.

Postérité

Six navires de la Marine nationale ont porté le nom de Forbin. Le dernier en date est la frégate de Classe Horizon, Forbin. Les autres bâtiments sont [1]:

Le Forbin
Le bâtiment portant actuellement le nom de Forbin
  • Aviso de 1ère classe à hélice dont la construction fût entamée à Brest en 1856. Mis en service en 1859. Il fut désarmé en juillet 1884. Il servit ensuite comme école pour les chauffeurs sous le nom de Fournaise.
  • Croiseur de 2ème classe lancé en 1888 et désarmé en novembre 1913. Il fût ensuite reconverti en charbonnière.
  • Patrouilleur auxiliaire, né de la reconversion en 1944 d'un cargo construit en 1922. Il fut réquisitionné et servit au Forces Navales Françaises Libres. Il fait partie des digues artificielles, coulé volontairement à Arromanches le 9 juin 1944 lors du débarquement allié.
  • Torpilleur dont la construction fût entamée en 1927, pour une mise à l'eau en 1928 et une mise en service le 12 décembre 1930. Il fût retiré de l'active en novembre 1952.
  • Escorteur d'escadre et mis en chantier en 1954 et mis à l'eau le 15 octobre 1955. Entré en service le 1er février 1958 et désarmé le 1er juin 1981.

Liens externes

Sources

« Claude de Forbin », dans Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang [sous la dir. de], Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, 1878 [détail des éditions]  (Wikisource)
« Histoire de la marine française », Eugène Sue - 1845

Bibliographie

  • Micheline Cuénin (éd.), Mémoires du comte de Forbin, Mercure de France, 1993 (réédition en 2007).
  • Gérard Jaeger, Forbin. La légende noire d'un corsaire provençal, Grenoble, Ed. Glénat, 1994.

Références

  • Portail du monde maritime Portail du monde maritime
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
Ce document provient de « Claude de Forbin ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Claude De Forbin de Wikipédia en français (auteurs)